En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

05.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 9 min 38 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 52 min 3 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 1 heure 2 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 6 heures 35 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 42 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 53 min 24 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 2 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 3 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 4 heures 21 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 6 heures 5 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 6 heures 37 min
© Flickr
© Flickr
Atlantico Lettres

Albert Camus : l'homme qui aimait les gens

Publié le 04 septembre 2013
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui, retour sur Albert Camus, né il y a cent ans.
Bernard Morlino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Écrivain et journaliste. Dernier ouvrage paru : “Éloge du dégoût” au Rocher. Il écrit pour Servicelitteraire.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toutes les semaines, le journal Service Littéraire vous éclaire sur l'actualité romanesque. Aujourd'hui, retour sur Albert Camus, né il y a cent ans.

Un siècle. 100 ans que Camus est né et pourtant il est si présent. Les livres d’Albert Camus (1913-1960) en poches ont toujours beaucoup de succès. Ces ventes ne doivent rien à une quelconque présence de disciples. La postérité a parfois bon goût. Issu d’une famille pauvre, Camus a été exclu par la caste des bourgeois parisiens qui n’aiment pas les autodidactes. L’intelligentsia le regardait de travers, surtout Sartre, parce qu’il aimait le football. Tout ce qui est populaire écœure les gens qui choisissent la gauche pour se donner bonne conscience. Camus allait à Colombes voir les matchs du Racing Club de Paris de ses copains Pieds-noirs qui portaient le même maillot que le Racing Universitaire d’Alger, son club fétiche. N’est-ce pas touchant de voir un adulte de la trempe de Camus supporter une équipe parce qu’elle porte le bleu ciel du maillot de son enfance ? Camus n’a jamais été perverti par le monde des adultes. Il a conservé sa grâce malgré les coups durs. Au fond de lui, il savait qu’il était un appelé, un authentique écrivain. Il était né pour faire de la littérature comme d’autres naissent Chinois, rouquins, grands ou petits. 

« Pourquoi Camus ? » permet à différents auteurs d’éclairer toutes les facettes de l’écrivain : l’Algérien, le citoyen, le romancier, le politique, l’humaniste, le Méditerranéen et le journaliste libre. Pierre-Louis Rey évoque Camus footballeur. La tuberculose l’obligea à stopper net le football. N’empêche, il restera toujours un amateur éclairé. Pierre Grouix, lui, met sur le même pied d’égalité Albert Camus et Marcel Cerdan. Ces deux textes sont des merveilles et je ne vois pas pourquoi Camus et le football ne serait pas moins respectable que Sartre et le communisme. A ce propos, Camus a refusé de cacher les crimes politiques à l’inverse des menteurs professionnels. Dans « Mon Cher Albert», nous retrouvons une longue séquence footballistique du Camus des années 1923-1931 grâce à un vibrant hommage inédit de son ami de jeunesse, Abel-Paul Pitous (1913-2005).

Parmi tous les livres de Camus qui paraissent pour le centenaire de sa naissance, il y a les échanges de courrier avec trois de ses amis. Dans le volume qui contient la correspondance Albert Camus-Roger Martin du Gard, le Prix Nobel 1957 de Littérature précise que l’écrivain doit être au service de ceux qui subissent l’Histoire, à l’écart de ceux qui la font. La fraternité est omniprésente dans le recueil des lettres Camus-Guilloux : « A toi, Louis, pour célébrer notre commun malheur de ne pas savoir haïr et pour témoigner de notre consolation : l’amitié. Affectueusement. » Signé Albert.  A Francis Ponge, Camus confia «sa confiance en l’homme» (20-9-1943). Quand on lui demanda se s’expliquer sur la fin de ses liens avec Sartre, Camus rétorqua : «Pour se fâcher, il faut d’abord avoir été ami… » Les éditions Gallimard republient les « Carnets » en Folio avec les journaux de voyages et ses éditoriaux de Combat. Parmi les beaux-livres, il faut lire le « Monde en partage », de Catherine Camus qui a hérité de l’humilité paternelle.

Camus ne s’est jamais plaint d’être pauvre parce que tout simplement le soleil et la mer sont gratuits. Il évoque sa « castillanerie », code de l’amour et de l’honneur aristocratiques au sens moral qui place la fidélité à ses engagements et à sa famille. Ce trait de caractère plus fier qu’orgueilleux est hérité de ses origines castillanes. Dans les éditions courantes, aucune note ne nous explique ce qu’il faut entendre dans «castillanerie ». Dans la réédition de « L’envers et l’endroit », oui. Camus n’a jamais envié quelque chose qu’il n’avait pas et que d’autres avaient : « l’envie, véritable cancer des sociétés et des doctrines ». L’auteur de «L’Etranger»  affirme que tout ce qu’il sait, il le doit à sa famille composée d’illettrés. Nul besoin d’être cultivé pour avoir du cœur et de l’intelligence. En revanche, combien de savants fous et de prétentieux trop suffisants pour nous toucher. Camus a écrit sur l’absurde et sur la révolte. La mort sur la route l’a empêché d’écrire sur l’amour, le troisième volet de son œuvre. Quand on l’a mis en terre, il a été porté par les footballeurs de Lourmarin. Des amateurs solidaires.   

A lire : Mon cher Albert, d’Abel-Paul Pitous, Gallimard, 80 p., 20 € ; Correspondance (1945-1959), Albert Camus-Louis Guilloux, Édition d'Agnès Spiquel-Courdille, Gallimard, 250 p., 18,50 € ; L’envers et l’endroit, d’Albert Camus. Dossier préparé par Geneviève Winter. Lecture d’image par Bertrand Leclair Folio plus/ Classiques, Gallimard, 162 p., 4, 20 ; Pourquoi Camus ? Collectif, sous la direction d’Eduardo Castillo. Philippe Rey, 332 p., 19 € ; L’Herne-Camus, ouvrage collectif, Les Cahiers de l’Herne, 376p., 39E. Tous les autres livres cités dans l’article sont édités aux éditions Gallimard, En folio et collection Blanche.

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Eric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc. Pour vous abonner, cliquez sur ce lien.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Beaumanoir
- 06/09/2013 - 00:01
L' etranger, incroyable!
peut etre a cause de mon manque de culture j' ais trouve ca ennuyeux.
Mais ce qui m' a sidere c' est la chose suivante: en Algerie, en pleine periode coloniale, un Francais de souche tue un arabe qui l' attaque avec un couteau. Vu la mentalite de l' époque j' aurais cru qu' on allait lui donner une medaille...non il est condamne a mort et execute sur la place publique!!!!
Quand je lis les commentaires qui classifient ce roman
comme "existentialiste" moi je crois que c' est de la mauvaise science fiction.
drdd
- 05/09/2013 - 07:42
camus
sans ses thuriféraires, serait oublié à juste raison. c est tellement chiant...
ciceron
- 04/09/2013 - 21:11
Sa critique du totalitarisme soviétique
lui vaut les anathèmes des communistes et conduit à la brouille avec Jean-Paul Sartre
Quelqu'un qui déteste jean paul sartre ne peut être mauvais