En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 21 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 9 heures 34 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 14 heures 45 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 18 heures 14 sec
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 20 heures 10 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 6 heures 39 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 14 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 15 heures 42 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 16 heures 47 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 18 heures 51 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 19 heures 49 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner avec Délits d’Opinion

L'opinion française face à la Syrie : pourquoi Hollande joue (très) gros sur le fond et sur la forme

Publié le 04 septembre 2013
Alors que Barack Obama a demandé un vote du Congrès américain pour décider d'une éventuelle intervention militaire internationale en Syrie, François Hollande exclut toujours un vote du Parlement. Or, comme le révèle plusieurs sondages, le président joue dans ce dossier son rapport avec une importante partie des Français.
Raphaël Leclerc est co-fondateur du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Il a commencé sa carrière au pôle politique de l'Ifop avant de travailler au sein des cabinets de conseil TILDER et VAE SOLIS...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Leclerc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Leclerc est co-fondateur du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Il a commencé sa carrière au pôle politique de l'Ifop avant de travailler au sein des cabinets de conseil TILDER et VAE SOLIS...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Barack Obama a demandé un vote du Congrès américain pour décider d'une éventuelle intervention militaire internationale en Syrie, François Hollande exclut toujours un vote du Parlement. Or, comme le révèle plusieurs sondages, le président joue dans ce dossier son rapport avec une importante partie des Français.

S’il est bien un domaine dans lequel le président Hollande n’a pas souhaité prendre le parfait contre-pied de son prédécesseur, c’est celui de la politique étrangère ; tout du moins celui du volontarisme sur la scène internationale. Domaine réservé du chef de l’Etat, il a, très tôt, été confronté au choix d’une intervention au Mali, comme le fut Nicolas Sarkozy il y a quelques années en Libye. Alors que la communauté internationale et l’opinion publique semblent de plus en plus impatientes de voir la situation se régler en Syrie, le jeu des dominos diplomatiques fait peser un risque de plus en plus fort sur la situation au Moyen-Orient, redevenu ce « baril de poudre prêt à exploser ».

En effet, les positions de Téhéran et de Moscou semblent irréconciliables avec celles de Paris et de Washington, lesquels envisageraient une sanction ou a minima des attaques ciblées même si Obama éprouve les plus grandes difficultés à obtenir l’aval du Congrès qui doit se prononcer le 9 septembre. Ainsi, François Hollande, chef des Armées, doit patienter encore quelques jours avant de prendre sa décision. Si la sollicitation extraordinaire du Parlement mercredi 4 septembre ne devrait pas déboucher sur une décision d’intervention, elle va accentuer la pression sur le président : si une intervention et la gestion post-conflit pourraient ressembler à l’Irak, faire marche arrière reviendrait à ne pas sanctionner l’utilisation présumée d’armes non-conventionnelles.

François Hollande l’a bien compris, la Vème République donne au Président un poids très fort sur ces questions d’interventions militaires. Le droit d’ingérence (ou non), théorisé par Jean-François Revel en 1979, est une opération risquée mais qui peut, si elle est bien menée, asseoir définitivement l’autorité du chef de l’Etat. A quelques jours d’une décision sans doute cruciale pour la France et alors que Bachar el-Assad ne cache plus ses menaces « contre les intérêts français au Moyen-Orient », Délits d’Opinion s’est penché sur l’arbitrage suprême qui se profile pour le président ; désormais engagé en France sur ce dossier international.

De l’indispensable soutien de l’opinion publique française en cas d’intervention à l’étranger

Si la France n’est pas officiellement en guerre, ses forces armées sont cependant fréquemment mobilisées sur le front. Un rapide coup d’œil dans le rétroviseur apporte la preuve que le soutien de l’opinion publique a toujours été un facteur déterminant pour les différents présidents français.

En janvier 2013, l’Ifop indiquait que 65% des Français se déclaraient favorables à une intervention au Mali. Quelques années plus tôt, sous la présidence de Nicolas Sarkozy les interventions au Darfour (juillet 2007 – 62%) puis en Libye (mars 2011 – 66%)  avaient été elles aussi très soutenues. Au cours du mandat de Jacques Chirac, là encore les interventions en Afghanistan (octobre 2001 – 55%) et au Kosovo (avril 1999 – 58%) avaient trouvé un soutien majoritaire parmi l’opinion. Enfin, la présence de troupes françaises en Somalie (décembre 1992 - 82%) et en Bosnie  (mai 1994-68%) s’étaient elles aussi appuyées sur une opinion publique volontariste.

Sur un plan intérieur, ces interventions hors de nos frontières restent les marqueurs forts d’un mandat présidentiel. Pour des raisons historiques tout d’abord car la culture militaire française et le poids du pays sur la scène internationale demeurent une constante qui touche le patriotisme. La puissance nucléaire, le siège au conseil de sécurité de l’ONU et l’autorité de ce que Dominique de Villepin appelait « ce vieux pays d’un vieux contient » sont des éléments qui trouvent un écho important chez une majorité de Français.

Au niveau de l’impact de ces interventions pour l’exécutif, on peut tenter de l’analyser à deux niveaux : le bilan politique et l’effet sur la popularité du chef de l’Etat. Une intervention assumée et qui rassemble la communauté internationale est un point très positif qui permet de renforcer très fortement le poids politique du président dans le concert des nations. Ainsi, la non-intervention de Chirac en Irak ou l’engagement des troupes françaises en Libye sont de bons exemples de la capacité de la France à revêtir le costume de chef de file.

Sur le plan de la popularité, l’exercice est plus complexe dans la mesure où cet indicateur mensuel est un mélange extrêmement complexe et qu’une décision comme celle d’engager l’armée est bien souvent mélangée avec des résultats économiques, un projet de loi et un contexte social précis. On peut néanmoins confirmer que ce type de décision est l’occasion de rassembler dans son propre camp. Pour un François Hollande qui demeure bloqué à 2,8 sur l’Indice Délits d’Opinion et qui éprouve les plus grandes difficultés à faire l’unité dans sa majorité, l’exercice s’annonce donc périlleux.

Une opinion publique qui penche vers une intervention… sous bannière de l’ONU seulement

En fin de semaine dernière, alors que l’hypothèse d’une intervention était évoquée avec de plus en plus d’insistance, l’Ifop et l’institut CSA ont révélé les résultats de deux sondages qui précisent l’état de l’opinion publique sur cette question, ainsi que les limites à ne pas dépasser pour le président.

Selon l’enquête CSA, seuls 45% des Français sont favorables à une intervention des Nations-Unies en Syrie. L’Ifop apporte un résultat un peu plus favorable (55%) même si la question semble un peu trop « contextualisée » : « Vous savez que depuis deux ans une guerre civile occasionnant de violents combats… ». Un score qui diffère également du fait du choix méthodologique retenu : le CSA proposait une échelle de réponse dite « en 5 » avec la possibilité de répondre « sans opinion » ; alors que l’Ifop ne proposait qu’une échelle « en 4 » ce qui forçait d’une certaine manière la réponse. En conclusion, l’état de l’opinion doit se situer au niveau des 50%, soit un score inférieur à ceux observés pour toutes les autres interventions décrites plus haut. Une situation qui semble renforcer le besoin d’aller chercher au Parlement un soutien de poids. 

Dans le détail on notera également un soutien plus marqué à gauche dans le sondage CSA (55%) mais cependant un score très faible pour le Front de gauche (38%) et plus mesuré pour EELV (50%). Dans le même temps on a pu noter que les groupes se fissurent : entre Harlem Désir qui évoque « l’esprit munichois de l’opposition » et une UMP qui vacille sur la question du débat et du vote. Un indicateur supplémentaire qui fait monter la pression politique pour un président dont on jugera autant la décision que la méthode employée s’il décide d’engager le pays dans ce conflit sans l’aval des Nations-Unies ou tout du moins l’aide de l’allié américain. 

Réalisés avant le refus du Parlement britannique, la convocation du Congrès américain et la réunion parlementaire prévue aujourd’hui mercredi autour de Jean-Marc Ayrault, ces deux sondages sont des signaux faibles que le président va devoir prendre en compte s’il ne veut limiter les dégâts, mais surtout éviter à la France une initiative qui pourrait s’avérer beaucoup plus grave que prévu initialement.

En effet, tout comme pour le Mali, la France est une nouvelle fois citée explicitement comme un « Etat ennemi » qui apporte son soutien aux terroristes ; ce qui devrait contribuer à accroitre davantage la pression de l’opinion sur l’exécutif comme en atteste le baromètre Ifop-Atlantico de la menace terroriste (72% début août 2013).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Cécilien
- 05/09/2013 - 10:17
Allez sur recherche de google ...
Cliquez ici : Syrie : 3 religieux chrétiens décapités par les islamistes entraînés et soutenus par les Etats-Unis, la France,
Syrie : 3 religieux chrétiens décapités par les islamistes entraînés et soutenus par les Etats-Unis, la France, le Qatar…
29 juin 2013
De sang-froid, aux cris d’Allah Akbar, suivant un rituel devenu classique en Syrie, les terroristes vont égorger trois religieux (non identifiés).

La scène, horrible, est visible dans la video ci-dessous ; on y remarquera que les assassins parlent un arabe classique lourd, sans accent syrien. Certains d’entre eux ont des cheveux longs et des traits non arabes : probablement des Tchétchènes, nombreux dans cette région.

Dans le « chef d’accusation », lu avec un mauvais arabe à la foule, composée d’adultes et de nombreux enfants, il est reproché à l’une des victimes d’avoir dans son agenda téléphonique le numéro de téléphone de l’armée syrienne. Les trois malheureux étaient aussi accusés de transporter des armes et des munitions, ce que réfuta l’une des victimes avant de mourir.

dynamite
- 04/09/2013 - 23:41
hollande
le sujet est tellement grave ,,que l'on se demande comment un individu comme hollande peut oser braver un pays qui se bat avec son peuple pour la religion , on a pas à se mêler et faire de l'ingérence chez autrui,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,comment peut-il se croire crédible quand on le voit en photo dans une école le jour de la rentrée ,,pitié ,,
walküre
- 04/09/2013 - 23:41
Hollande a déjà perdu la face
La diplomatie française menée par Fabius mène au ridicule. On se demande pourquoi Hollande tolère ça.