En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 25 min 52 sec
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 5 heures 33 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 6 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 12 heures 11 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 10 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 6 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 9 heures 45 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 10 heures 43 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 8 min
© Bibliothèque du Congrès
© Bibliothèque du Congrès
Politico Scanner

55% des Parisiens sont allés voir défiler le Général de Gaulle sur les Champs Elysées : l'opinion des habitants sur la libération de Paris

Publié le 26 août 2013
Avec Ifop
Avant même que la guerre ne se finisse, l'IFOP organisait déjà des sondages pour connaître l'opinion des Parisiens sur la libération de la capitale. Un document qui nous permet de mieux comprendre le climat et les préoccupations de l'époque.
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avant même que la guerre ne se finisse, l'IFOP organisait déjà des sondages pour connaître l'opinion des Parisiens sur la libération de la capitale. Un document qui nous permet de mieux comprendre le climat et les préoccupations de l'époque.
Avec Ifop

L’enquête menée dans la semaine suivant la libération de Paris marque donc la seconde naissance de l’Ifop et constitue, au regard de ses conditions de réalisation et de certains de ses enseignements sur l’état d’esprit de la population parisienne, un moment historique pour l’institut et pour la France.

Les conditions très particulières de cette enquête nécessitent les quelques éclaircissements suivants à propos de la méthodologie qui a permis le recueil de ces informations sous l'occupation allemande :

  • Ce sondage a uniquement porté sur la population parisienne. La banlieue n'a pas été prise en compte.
  • Plus de 1000 personnes, de plus de 20 ans, des deux sexes et appartenant aux différentes catégories socioprofessionnelles, ont ainsi été interrogées sur la période du 28 aout au 2 septembre 1944.
  • Ces informations ont été recueillis par une vingtaine de personnes volontaires dispersées dans Paris et dans des conditions bien évidemment extrêmement difficiles.
  • Faute de moyens, les calculs ont été réalisés à la main.


Outre ces conditions extrêmes de fabrication, le sondage fournit des éléments précieux sur l’état de l’opinion parisienne, au lendemain de la libération.

L’enquête révèle d'abord qu’une majorité d’interviewés (55,6%) déclare être allé voir défiler le Général de Gaulle sur les Champs-Elysées. L’Ifop précisait à cet égard dans la revue Sondages publiée après l’enquête que « Parmi ceux qui n’y étaient pas, un bon nombre ont indiqué spontanément un motif à cette absence ; des raisons de famille ou des raisons de santé sont bien souvent évoquées ».

Ensuite, l’enquête comprend des éléments factuels sur la « semaine héroïque » ayant abouti à la Libération de Paris. Ainsi, 61,9% des Parisiens interrogés considèrent que le rôle des FFI (Forces Françaises de l’Intérieur, un des principaux mouvements de résistance) a été d’une importance considérable dans la Libération de Paris et 48% estiment par ailleurs le nombre de combattants à plus de 21.000.

92% pensent par ailleurs que le commandement allié a fait entrer intentionnellement en premier la Division Leclerc à Paris, et ce davantage par courtoisie (73,9%) que parce que cela revenait de droit aux Français (6,8%).

Autre enseignement de ce sondage, 85,8% des Parisiens interrogés attribuent aux Allemands et Allemandes la responsabilité des coups de feu tirés des toits sur la population parisienne après la capitulation du commandement Von Choltitz du 25 août.

La « résistance » allemande est par ailleurs davantage expliquée par les sondés pour des raisons de prestige (34,5%) que pour des raisons militaires (29,2%).

Au-delà de ces données très indexées sur l’événement en tant que tel, le sondage recèle une dimension plus prospective qui montre bien le sentiment d’euphorie s’étant emparé de la population parisienne. En effet, invités à pronostiquer la date de la fin de la guerre, 72,4% des Parisiens estiment que le conflit s’achèvera entre fin octobre et fin décembre 1944. Seuls 17% prévoient la fin de la guerre en 1945 ou plus tard.

Jean Stœtzel note à ce propos qu’« Il importe de souligner cependant que les variations d’opinion usuelles dues aux différentes catégories sociales, s’effacent cette fois devant l’amplitude des évènements. Le public semble avoir été entraîné par-delà les réactions ordinaires de milieux ou d’âges, dans un grand mouvement d’enthousiasme collectif ».                

Venant nuancer cette vague d’optimisme qui conduisit la population parisienne à sous-estimer la capacité des forces allemandes à prolonger la guerre, les interviewés apparaissent à l’inverse bien conscients du rapport de force et du rôle des alliés dans la guerre, et ce malgré la censure et la difficulté sous l’occupation à accéder à une information fiable. Ainsi, une très nette majorité (61%) considèrent que l’URSS est la nation qui a le plus contribué à la défaite allemande alors que les Etats-Unis et l’Angleterre, pourtant libérateurs du territoire national, ne recueillent respectivement que 29,3% et 11,5%.

Un sondage mené par l’Ifop en mai 1945, sur l’ensemble du territoire français désormais libéré, confirmera le point de vue de la population parisienne (URSS : 57%, Etats-Unis : 20%).

A cet égard, il convient de noter que cette perception de l’opinion publique s’inversera de manière très spectaculaire avec le temps. En 1994, à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié du 6 juin 1944, l’Ifop réalisa une étude internationale pour Le Monde, CNN et USA Today[1] et posa de nouveau cette question relative à la nation ayant le plus contribué à la défaite allemande : 49% des Français interrogés citèrent les Etats-Unis, 25% l’URSS et 16% la Grande-Bretagne. Un sondage ultérieur mené en 2004[2] accentuera cette tendance avec 58% en faveur des Etats-Unis et 20% seulement pour l’URSS.

Pour autant, en dépit de la reconnaissance par les Parisiens interrogés en 1944 du rôle majeur de l’Armée Rouge dans la défaite de l’Allemagne nazie, plus des deux tiers des personnes interrogées (69%) estiment que ce sont les Etats-Unis qui contribueront le plus au relèvement de la France après la Guerre. 13.8% citent l’Angleterre et seulement 6.2% mentionnent l’Union Soviétique. Tout se passe comme si la population parisienne se rangeait déjà clairement dans le camp occidental alors que les tensions entre alliés préalables à la guerre froide étaient inconnues du grand public.

Cette confiance manifestée par les Parisiens envers l’allié américain bénéficie également à son chef : 72.2% des personnes interrogées déclarent souhaiter la réélection de Franklin Delano Roosevelt, à l’occasion de l’élection présidentielle américaine prévue en novembre 1944.

Enfin, les résultats d’une dernière question, plus légère, démontrent également cet attrait pour l’Amérique qui régnait dans un Paris tout juste libéré.

Les résultats sont extraits d’un sondage Ifop pour Libération, un des journaux de la résistance.
« L’état d’esprit des Parisiens à la libération de la Capitale ». 


[1] Sondage réalisé par téléphone en France, Allemagne, Grande Bretagne, Etats-Unis (en France, 969 personnes interrogées du 10 au 11 mai 1994).

[2] Sondage Ifop / Le Figaro mené par téléphone du 2 au 3 juin 2004 auprès d’un échantillon de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus. 

[3] A une époque où rappelons-le les femmes étaient toujours exclues du suffrage universel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vinas Veritas
- 22/08/2013 - 16:42
La WWII en côte d'argent
Pour les troupes d'occupation sur Biarritz, l'affectation sonnait mieux q'une mise en congé.
Le pays est beau, des hivers bien agréables, l'été jamais sec pas trop chaud et l'arrière saison reste magnifique. une villégiature incomparable en temps de guerre.
les troupes allemandes ont pu profiter des largesses de la nature en ne se privant pas, là comme ailleurs, de se servir sur le dos de l'occupé. l'occupé d'ailleurs ne sest jamais réolté outre mesure car les coups de mains n'ont pas été légion dans l'ensemble de la région côtière qui est devenue après la libération une grande terre de gauche socialiste à l'exception de certaines villes de garnison.
VV1792
- 21/08/2013 - 21:28
@Glop Glop
100% d' accord.
Interessante l' idee sur la fin pressentie de la guerre.. Les Boches, chapeau bas, avec le Reich qui s' ecroule a l'est et sans aucun secours a en attendre, vont tenir les poches de l' Atlantique jusqu' au bout face aux FFI.. On constate qui etait les vrais combattants en comparant avec les braillards sortant heroiquement depuis juin 44..On aurait eu les meme couillus en juin 40 apres le debordement d' Abbeville, peut-etre la guerre eut ete differente..
55% est un pourcentage tres bas, la victoire etant acquise..Les braillards n' inspiraient pas si confiance que cela..
Glop Glop
- 21/08/2013 - 18:39
Il est amusant de constater...
... le décalage importante entre l'oinion parisienne et l'opinion non parisienne (reste du pays) à propos du poids d'un allié dans le basculement du cours de la guerre entre URSS et USA. Paris sera toujours Paris, un monde où règnent des bobos majoritairement inféodés au marxisme tout en menant une vie de bourgeois bon père de famille. Ce que les autres érgions ont vu ce sont surtout des unités américaines (et britanniques pour ceux du nord-ouest). La piétaille communo-marxiste qui ne s'est engaée que dans une pseudo résistance et surtout d'intellectuels de salon (genre Sartres et consorts pour masquer une intégrale parfaite et impeccable collaboration) qu'à partir de juin 1941 et ont sutrout mis en jeu par leurs coups de feu plus inutiles qu'autre chose la vie de nombre de citoyens pris en otage et fusillés pour leurs conneries sans gloire comme tuer un infirmier ici, flinguer un chauffeur là, abattre un offocier de troisème ordre responsable de logistique ailleurs... Bah oui, ils fallaient obligatoirement penser pour ne pas être tondues ou pendus que l'URSS était LA déesse de la guerre. On n'a jamais jugé ces racailles responsables de la mort de nombreux otages oar leurs actes.