En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 46 min 8 sec
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 2 heures 44 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 3 heures 33 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 5 heures 28 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 8 heures 13 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 8 heures 40 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 2 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 heure 15 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 3 heures 9 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 4 heures 52 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 8 heures 27 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 9 heures 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 1 heure
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 jour 3 heures
© Bibliothèque du Congrès
© Bibliothèque du Congrès
Politico Scanner

55% des Parisiens sont allés voir défiler le Général de Gaulle sur les Champs Elysées : l'opinion des habitants sur la libération de Paris

Publié le 26 août 2013
Avec Ifop
Avant même que la guerre ne se finisse, l'IFOP organisait déjà des sondages pour connaître l'opinion des Parisiens sur la libération de la capitale. Un document qui nous permet de mieux comprendre le climat et les préoccupations de l'époque.
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avant même que la guerre ne se finisse, l'IFOP organisait déjà des sondages pour connaître l'opinion des Parisiens sur la libération de la capitale. Un document qui nous permet de mieux comprendre le climat et les préoccupations de l'époque.
Avec Ifop

L’enquête menée dans la semaine suivant la libération de Paris marque donc la seconde naissance de l’Ifop et constitue, au regard de ses conditions de réalisation et de certains de ses enseignements sur l’état d’esprit de la population parisienne, un moment historique pour l’institut et pour la France.

Les conditions très particulières de cette enquête nécessitent les quelques éclaircissements suivants à propos de la méthodologie qui a permis le recueil de ces informations sous l'occupation allemande :

  • Ce sondage a uniquement porté sur la population parisienne. La banlieue n'a pas été prise en compte.
  • Plus de 1000 personnes, de plus de 20 ans, des deux sexes et appartenant aux différentes catégories socioprofessionnelles, ont ainsi été interrogées sur la période du 28 aout au 2 septembre 1944.
  • Ces informations ont été recueillis par une vingtaine de personnes volontaires dispersées dans Paris et dans des conditions bien évidemment extrêmement difficiles.
  • Faute de moyens, les calculs ont été réalisés à la main.


Outre ces conditions extrêmes de fabrication, le sondage fournit des éléments précieux sur l’état de l’opinion parisienne, au lendemain de la libération.

L’enquête révèle d'abord qu’une majorité d’interviewés (55,6%) déclare être allé voir défiler le Général de Gaulle sur les Champs-Elysées. L’Ifop précisait à cet égard dans la revue Sondages publiée après l’enquête que « Parmi ceux qui n’y étaient pas, un bon nombre ont indiqué spontanément un motif à cette absence ; des raisons de famille ou des raisons de santé sont bien souvent évoquées ».

Ensuite, l’enquête comprend des éléments factuels sur la « semaine héroïque » ayant abouti à la Libération de Paris. Ainsi, 61,9% des Parisiens interrogés considèrent que le rôle des FFI (Forces Françaises de l’Intérieur, un des principaux mouvements de résistance) a été d’une importance considérable dans la Libération de Paris et 48% estiment par ailleurs le nombre de combattants à plus de 21.000.

92% pensent par ailleurs que le commandement allié a fait entrer intentionnellement en premier la Division Leclerc à Paris, et ce davantage par courtoisie (73,9%) que parce que cela revenait de droit aux Français (6,8%).

Autre enseignement de ce sondage, 85,8% des Parisiens interrogés attribuent aux Allemands et Allemandes la responsabilité des coups de feu tirés des toits sur la population parisienne après la capitulation du commandement Von Choltitz du 25 août.

La « résistance » allemande est par ailleurs davantage expliquée par les sondés pour des raisons de prestige (34,5%) que pour des raisons militaires (29,2%).

Au-delà de ces données très indexées sur l’événement en tant que tel, le sondage recèle une dimension plus prospective qui montre bien le sentiment d’euphorie s’étant emparé de la population parisienne. En effet, invités à pronostiquer la date de la fin de la guerre, 72,4% des Parisiens estiment que le conflit s’achèvera entre fin octobre et fin décembre 1944. Seuls 17% prévoient la fin de la guerre en 1945 ou plus tard.

Jean Stœtzel note à ce propos qu’« Il importe de souligner cependant que les variations d’opinion usuelles dues aux différentes catégories sociales, s’effacent cette fois devant l’amplitude des évènements. Le public semble avoir été entraîné par-delà les réactions ordinaires de milieux ou d’âges, dans un grand mouvement d’enthousiasme collectif ».                

Venant nuancer cette vague d’optimisme qui conduisit la population parisienne à sous-estimer la capacité des forces allemandes à prolonger la guerre, les interviewés apparaissent à l’inverse bien conscients du rapport de force et du rôle des alliés dans la guerre, et ce malgré la censure et la difficulté sous l’occupation à accéder à une information fiable. Ainsi, une très nette majorité (61%) considèrent que l’URSS est la nation qui a le plus contribué à la défaite allemande alors que les Etats-Unis et l’Angleterre, pourtant libérateurs du territoire national, ne recueillent respectivement que 29,3% et 11,5%.

Un sondage mené par l’Ifop en mai 1945, sur l’ensemble du territoire français désormais libéré, confirmera le point de vue de la population parisienne (URSS : 57%, Etats-Unis : 20%).

A cet égard, il convient de noter que cette perception de l’opinion publique s’inversera de manière très spectaculaire avec le temps. En 1994, à l’occasion du cinquantième anniversaire du débarquement allié du 6 juin 1944, l’Ifop réalisa une étude internationale pour Le Monde, CNN et USA Today[1] et posa de nouveau cette question relative à la nation ayant le plus contribué à la défaite allemande : 49% des Français interrogés citèrent les Etats-Unis, 25% l’URSS et 16% la Grande-Bretagne. Un sondage ultérieur mené en 2004[2] accentuera cette tendance avec 58% en faveur des Etats-Unis et 20% seulement pour l’URSS.

Pour autant, en dépit de la reconnaissance par les Parisiens interrogés en 1944 du rôle majeur de l’Armée Rouge dans la défaite de l’Allemagne nazie, plus des deux tiers des personnes interrogées (69%) estiment que ce sont les Etats-Unis qui contribueront le plus au relèvement de la France après la Guerre. 13.8% citent l’Angleterre et seulement 6.2% mentionnent l’Union Soviétique. Tout se passe comme si la population parisienne se rangeait déjà clairement dans le camp occidental alors que les tensions entre alliés préalables à la guerre froide étaient inconnues du grand public.

Cette confiance manifestée par les Parisiens envers l’allié américain bénéficie également à son chef : 72.2% des personnes interrogées déclarent souhaiter la réélection de Franklin Delano Roosevelt, à l’occasion de l’élection présidentielle américaine prévue en novembre 1944.

Enfin, les résultats d’une dernière question, plus légère, démontrent également cet attrait pour l’Amérique qui régnait dans un Paris tout juste libéré.

Les résultats sont extraits d’un sondage Ifop pour Libération, un des journaux de la résistance.
« L’état d’esprit des Parisiens à la libération de la Capitale ». 


[1] Sondage réalisé par téléphone en France, Allemagne, Grande Bretagne, Etats-Unis (en France, 969 personnes interrogées du 10 au 11 mai 1994).

[2] Sondage Ifop / Le Figaro mené par téléphone du 2 au 3 juin 2004 auprès d’un échantillon de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus. 

[3] A une époque où rappelons-le les femmes étaient toujours exclues du suffrage universel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Vinas Veritas
- 22/08/2013 - 16:42
La WWII en côte d'argent
Pour les troupes d'occupation sur Biarritz, l'affectation sonnait mieux q'une mise en congé.
Le pays est beau, des hivers bien agréables, l'été jamais sec pas trop chaud et l'arrière saison reste magnifique. une villégiature incomparable en temps de guerre.
les troupes allemandes ont pu profiter des largesses de la nature en ne se privant pas, là comme ailleurs, de se servir sur le dos de l'occupé. l'occupé d'ailleurs ne sest jamais réolté outre mesure car les coups de mains n'ont pas été légion dans l'ensemble de la région côtière qui est devenue après la libération une grande terre de gauche socialiste à l'exception de certaines villes de garnison.
VV1792
- 21/08/2013 - 21:28
@Glop Glop
100% d' accord.
Interessante l' idee sur la fin pressentie de la guerre.. Les Boches, chapeau bas, avec le Reich qui s' ecroule a l'est et sans aucun secours a en attendre, vont tenir les poches de l' Atlantique jusqu' au bout face aux FFI.. On constate qui etait les vrais combattants en comparant avec les braillards sortant heroiquement depuis juin 44..On aurait eu les meme couillus en juin 40 apres le debordement d' Abbeville, peut-etre la guerre eut ete differente..
55% est un pourcentage tres bas, la victoire etant acquise..Les braillards n' inspiraient pas si confiance que cela..
Glop Glop
- 21/08/2013 - 18:39
Il est amusant de constater...
... le décalage importante entre l'oinion parisienne et l'opinion non parisienne (reste du pays) à propos du poids d'un allié dans le basculement du cours de la guerre entre URSS et USA. Paris sera toujours Paris, un monde où règnent des bobos majoritairement inféodés au marxisme tout en menant une vie de bourgeois bon père de famille. Ce que les autres érgions ont vu ce sont surtout des unités américaines (et britanniques pour ceux du nord-ouest). La piétaille communo-marxiste qui ne s'est engaée que dans une pseudo résistance et surtout d'intellectuels de salon (genre Sartres et consorts pour masquer une intégrale parfaite et impeccable collaboration) qu'à partir de juin 1941 et ont sutrout mis en jeu par leurs coups de feu plus inutiles qu'autre chose la vie de nombre de citoyens pris en otage et fusillés pour leurs conneries sans gloire comme tuer un infirmier ici, flinguer un chauffeur là, abattre un offocier de troisème ordre responsable de logistique ailleurs... Bah oui, ils fallaient obligatoirement penser pour ne pas être tondues ou pendus que l'URSS était LA déesse de la guerre. On n'a jamais jugé ces racailles responsables de la mort de nombreux otages oar leurs actes.