En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 47 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 25 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 38 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

La politique monétaire mondiale à un tournant (2) : face à la crise de 2008, les banques centrales auraient pu mieux faire

Publié le 10 août 2013
Lorsque les "artères" de l'économie sont bloquées et que la quantité de monnaie s'effondre, comme ce fut le cas lors de la crise financière et immobilière aux Etats-Unis en 2008, c'est aux banques centrales de tenir la brèche.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorsque les "artères" de l'économie sont bloquées et que la quantité de monnaie s'effondre, comme ce fut le cas lors de la crise financière et immobilière aux Etats-Unis en 2008, c'est aux banques centrales de tenir la brèche.

En fin 2008, il y a eu une crise financière et immobilière aux Etats-Unis. En théorie, il n'y a pas de raison qu'une crise sectorielle se transforme en crise économique mondiale. Si les gens perdent leurs emplois dans un secteur, ils peuvent trouver de l'emploi dans un autre secteur. Il y a secousse, mais pas crise généralisée. L'exemple ici serait l'effondrement de la bulle internet : le secteur d'internet s'est effondré ; les gens qui travaillaient dans ce secteur sont allés retrouver des emplois ailleurs. Il y a eu une brève récession (aggravée ensuite par les attaques du 11 septembre), mais pas de crise économique mondiale comme nous avons connue ces dernières années.

Pourquoi ?

Plusieurs raisons. D'abord, les crises financières sont souvent pires que les autres crises sectorielles, car les banques sont le “système sanguin” de l'économie : elles irriguent tous les autres secteurs par le crédit. Et le système financier est globalisé, donc les maladies dans un pays se répandent rapidement dans les autres. Ensuite, la crise financièro-économique a vite créé une crise monétaire dans l'Union européenne, qui est la première économie du monde. Cette crise aurait pu être évitée sans problème si l'Union européenne ou la BCE avaient garanti les dettes des pays du sud de l'Europe, mais pour des raisons politiques, ce ne fut pas fait. Le Japon, qui peinait déjà à garder sa tête hors de l'eau, est entré en récession. Les trois géants économiques du monde étaient à genoux en même temps.

C'est ici que le rôle des banques centrales est crucial. La relance fiscale a son rôle à jouer, mais lorsque les “artères” de l'économie sont bloquées et que la quantité de monnaie s'effondre, c'est aux banques centrales de tenir la brèche.

Qu'ont-elles fait ?

Regardons les résultats. Tout d'abord, nous ne sommes pas dans une dépression généralisée et profonde comme la Grande dépression. Mais nous n'avons pas non plus eu de grande relance rapide. L'économie américaine est entrain de se relancer, mais lentement. L'économie européenne est au bord de la récession avec, pour le coup, une vraie dépression dans les pays du Sud les plus sinistrés.

Bilan mitigé, donc. Ça aurait pu être pire, mais ça pourrait être mieux.

Que s'est-il passé ?

La Banque centrale européenne a été la pire. Il faut remarquer que la BCE n'a, selon les traités, qu'un seul objectif : réduire l'inflation. Alors qu'on a vu que l'inflation n'est pas toujours mauvaise, et qu'il faut un peu d'inflation pour avoir de la croissance. Sous Jean-Claude Trichet, énarque et non économiste, la BCE se targuait de la désinflation de la zone euro. Forcément, l'inflation baisse : l'économie s'effondre. C'était comme un pilote d'avion qui voit que son avion s'effondre, lit parfaitement l'altimètre, mais se félicite de son talent de pilote.

Sous Mario Draghi, la situation s'est améliorée un peu, avec une décision de refuser l'effondrement de l'Europe du sud. Mais la BCE est toujours sous la domination politique de l'Allemagne qui refuse toute politique de relance monétaire.

Aux Etats-Unis, la réaction était meilleure. Ben Bernanke, économiste spécialiste de la Grande dépression, a tout de suite vu la situation et a immédiatement lancé la planche à billets pour compenser la destruction monétaire de la crise financière. La Banque centrale américaine a une “double obligation” légale : maintenir l'inflation sous 2% et maintenir le plein emploi. Et grâce à la politique de relance de Bernanke, les Etats-Unis ont actuellement la meilleure relance du monde riche.

Cela étant dit, la relance aurait pu être plus rapide. Le problème est que la Banque centrale américaine n'a créé de la monnaie qu'indirectement. Avec ses taux directeurs à zéro, cet outil était épuisé. On parle souvent du “quantitative easing” comme “faire tourner la planche à billets”, ce qui n'est pas exactement faux, mais n'implique pas de nouvelle création monétaire. Avec le “quantitative easing”, la banque centrale crée du nouvel argent, oui, mais pour acheter des obligations d'Etat, qui se retrouvent ainsi au bilan de la banque et sont donc “retirées” de l'économie. En net, il n'y a pas de nouvelle création monétaire.

Les derniers travaux économiques montrent que, avec les taux d'intérêts à zéro, l'instrument principal de la banque centrale est sa communication avec les marchés. Le “quantitative easing” a probablement moins marché directement que comme symbole de la détermination de la banque centrale à relancer l'économie. Et surtout, la communication de la banque centrale est ambivalente. Ben Bernanke ne décide pas seul : il est entouré d'un conseil de gouverneurs qui est partagé entre les partisans de la relance et les partisans de la relance d'inflation. Depuis cinq ans, la banque centrale américaine rate sa cible de 2% d'inflation - et ne semble pas s'en émouvoir. Pour comparer, lors des relances les plus rapides des années 80, l'inflation était à un taux annualisé autour de 5-6%. Ca ne veut pas forcément dire qu'il faut que l'inflation soit à 5% pour relancer l'économie - il s'agit de “poussées” ponctuelles. Mais s'il faut une poussée d'inflation pour avoir une vraie relance et que la banque centrale dit qu'elle ne tolérera pas cette poussée, il n'y aura pas de relance.

Et le Japon, dans tout ça ? Comme je l'ai écrit récemment, le Japon a lancé une expérience de relance monétaire qui peut révolutionner la science économique mondiale.Comme aux Etats-Unis et partout ailleurs, le critère clé est la détermination de la banque centrale : est-elle prête à aller jusqu'au bout ?

Au début, la banque centrale du Japon avait dit que oui. Tous les indicateurs économiques sont passés au vert. Puis, elle a pris peur. Depuis, les résultats sont beaucoup moins clairs. La banque centrale a montré qu'elle peut relancer la création monétaire même dans un univers à taux zéro, comme les monétaristes - dont votre serviteur -l'ont dit. Mais elle a également montré - comme les monétaristes le disent aussi - que la banque centrale doit avoir une vraie détermination pour relancer l'économie.

Bref, nous sommes au même point. Entre deux options, le cœur des banques centrales balance. Et tant que ça continuera, nos économies seront médiocres. Et nous resterons victimes de leur inaction.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 13/08/2013 - 14:58
Googlez: 101 million jobless usa...
La création de 2 Téra$ par la FED (et de 1,3 Péta$ par les banques, en paris dérivés) n'a servi qu'à enrichir les milliardaires, mais les emplois continuent de chuter, chuter, chuter...
La FED ferait mieux de créer elle-même des emplois, vu que les milliardaires ne savent que délocaliser, rationaliser, automatiser!
Par exemple: creuser le milieu des fleuves tranquilles, afin qu'ils ne débordent plus jamais, une fois creusés très profond...
un_lecteur
- 09/08/2013 - 20:26
article pas serieux
Il n'y a pas plus de politique monétaire mondiale que de monnaie mondiale.
Et ce n'est pas la planche à billets qui règlera les problèmes auxquels nous sommes confrontés : Poids excessif de l'état, clientélisme, rattrapage (et souvent dépassement) par les nouveaux pays développés...
L'action des banques centrales ne peut avoir comme utilité que de donner du temps aux gouvernants pour effectuer les réformes. A condition qu'ils en aient la volonté et la capacité. Mais il ne faut pas que çà dure trop longtemps.
La planche à billets a toujours amené l'effondrement de la monnaie, et souvent des régimes autoritaires ( Assignats et Napoléon, Mark et Hitler...), et des guerres.
Par contre la création monétaire à partir de rien est très intéressante pour les milieux financiers, qui reçoivent des flots d'argent.
Cet article n'est pas sérieux.