En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 8 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 20 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 12 heures 54 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 13 heures 51 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 16 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 41 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 9 heures 50 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 13 heures 39 sec
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

La politique monétaire mondiale à un tournant (2) : face à la crise de 2008, les banques centrales auraient pu mieux faire

Publié le 10 août 2013
Lorsque les "artères" de l'économie sont bloquées et que la quantité de monnaie s'effondre, comme ce fut le cas lors de la crise financière et immobilière aux Etats-Unis en 2008, c'est aux banques centrales de tenir la brèche.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lorsque les "artères" de l'économie sont bloquées et que la quantité de monnaie s'effondre, comme ce fut le cas lors de la crise financière et immobilière aux Etats-Unis en 2008, c'est aux banques centrales de tenir la brèche.

En fin 2008, il y a eu une crise financière et immobilière aux Etats-Unis. En théorie, il n'y a pas de raison qu'une crise sectorielle se transforme en crise économique mondiale. Si les gens perdent leurs emplois dans un secteur, ils peuvent trouver de l'emploi dans un autre secteur. Il y a secousse, mais pas crise généralisée. L'exemple ici serait l'effondrement de la bulle internet : le secteur d'internet s'est effondré ; les gens qui travaillaient dans ce secteur sont allés retrouver des emplois ailleurs. Il y a eu une brève récession (aggravée ensuite par les attaques du 11 septembre), mais pas de crise économique mondiale comme nous avons connue ces dernières années.

Pourquoi ?

Plusieurs raisons. D'abord, les crises financières sont souvent pires que les autres crises sectorielles, car les banques sont le “système sanguin” de l'économie : elles irriguent tous les autres secteurs par le crédit. Et le système financier est globalisé, donc les maladies dans un pays se répandent rapidement dans les autres. Ensuite, la crise financièro-économique a vite créé une crise monétaire dans l'Union européenne, qui est la première économie du monde. Cette crise aurait pu être évitée sans problème si l'Union européenne ou la BCE avaient garanti les dettes des pays du sud de l'Europe, mais pour des raisons politiques, ce ne fut pas fait. Le Japon, qui peinait déjà à garder sa tête hors de l'eau, est entré en récession. Les trois géants économiques du monde étaient à genoux en même temps.

C'est ici que le rôle des banques centrales est crucial. La relance fiscale a son rôle à jouer, mais lorsque les “artères” de l'économie sont bloquées et que la quantité de monnaie s'effondre, c'est aux banques centrales de tenir la brèche.

Qu'ont-elles fait ?

Regardons les résultats. Tout d'abord, nous ne sommes pas dans une dépression généralisée et profonde comme la Grande dépression. Mais nous n'avons pas non plus eu de grande relance rapide. L'économie américaine est entrain de se relancer, mais lentement. L'économie européenne est au bord de la récession avec, pour le coup, une vraie dépression dans les pays du Sud les plus sinistrés.

Bilan mitigé, donc. Ça aurait pu être pire, mais ça pourrait être mieux.

Que s'est-il passé ?

La Banque centrale européenne a été la pire. Il faut remarquer que la BCE n'a, selon les traités, qu'un seul objectif : réduire l'inflation. Alors qu'on a vu que l'inflation n'est pas toujours mauvaise, et qu'il faut un peu d'inflation pour avoir de la croissance. Sous Jean-Claude Trichet, énarque et non économiste, la BCE se targuait de la désinflation de la zone euro. Forcément, l'inflation baisse : l'économie s'effondre. C'était comme un pilote d'avion qui voit que son avion s'effondre, lit parfaitement l'altimètre, mais se félicite de son talent de pilote.

Sous Mario Draghi, la situation s'est améliorée un peu, avec une décision de refuser l'effondrement de l'Europe du sud. Mais la BCE est toujours sous la domination politique de l'Allemagne qui refuse toute politique de relance monétaire.

Aux Etats-Unis, la réaction était meilleure. Ben Bernanke, économiste spécialiste de la Grande dépression, a tout de suite vu la situation et a immédiatement lancé la planche à billets pour compenser la destruction monétaire de la crise financière. La Banque centrale américaine a une “double obligation” légale : maintenir l'inflation sous 2% et maintenir le plein emploi. Et grâce à la politique de relance de Bernanke, les Etats-Unis ont actuellement la meilleure relance du monde riche.

Cela étant dit, la relance aurait pu être plus rapide. Le problème est que la Banque centrale américaine n'a créé de la monnaie qu'indirectement. Avec ses taux directeurs à zéro, cet outil était épuisé. On parle souvent du “quantitative easing” comme “faire tourner la planche à billets”, ce qui n'est pas exactement faux, mais n'implique pas de nouvelle création monétaire. Avec le “quantitative easing”, la banque centrale crée du nouvel argent, oui, mais pour acheter des obligations d'Etat, qui se retrouvent ainsi au bilan de la banque et sont donc “retirées” de l'économie. En net, il n'y a pas de nouvelle création monétaire.

Les derniers travaux économiques montrent que, avec les taux d'intérêts à zéro, l'instrument principal de la banque centrale est sa communication avec les marchés. Le “quantitative easing” a probablement moins marché directement que comme symbole de la détermination de la banque centrale à relancer l'économie. Et surtout, la communication de la banque centrale est ambivalente. Ben Bernanke ne décide pas seul : il est entouré d'un conseil de gouverneurs qui est partagé entre les partisans de la relance et les partisans de la relance d'inflation. Depuis cinq ans, la banque centrale américaine rate sa cible de 2% d'inflation - et ne semble pas s'en émouvoir. Pour comparer, lors des relances les plus rapides des années 80, l'inflation était à un taux annualisé autour de 5-6%. Ca ne veut pas forcément dire qu'il faut que l'inflation soit à 5% pour relancer l'économie - il s'agit de “poussées” ponctuelles. Mais s'il faut une poussée d'inflation pour avoir une vraie relance et que la banque centrale dit qu'elle ne tolérera pas cette poussée, il n'y aura pas de relance.

Et le Japon, dans tout ça ? Comme je l'ai écrit récemment, le Japon a lancé une expérience de relance monétaire qui peut révolutionner la science économique mondiale.Comme aux Etats-Unis et partout ailleurs, le critère clé est la détermination de la banque centrale : est-elle prête à aller jusqu'au bout ?

Au début, la banque centrale du Japon avait dit que oui. Tous les indicateurs économiques sont passés au vert. Puis, elle a pris peur. Depuis, les résultats sont beaucoup moins clairs. La banque centrale a montré qu'elle peut relancer la création monétaire même dans un univers à taux zéro, comme les monétaristes - dont votre serviteur -l'ont dit. Mais elle a également montré - comme les monétaristes le disent aussi - que la banque centrale doit avoir une vraie détermination pour relancer l'économie.

Bref, nous sommes au même point. Entre deux options, le cœur des banques centrales balance. Et tant que ça continuera, nos économies seront médiocres. Et nous resterons victimes de leur inaction.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 13/08/2013 - 14:58
Googlez: 101 million jobless usa...
La création de 2 Téra$ par la FED (et de 1,3 Péta$ par les banques, en paris dérivés) n'a servi qu'à enrichir les milliardaires, mais les emplois continuent de chuter, chuter, chuter...
La FED ferait mieux de créer elle-même des emplois, vu que les milliardaires ne savent que délocaliser, rationaliser, automatiser!
Par exemple: creuser le milieu des fleuves tranquilles, afin qu'ils ne débordent plus jamais, une fois creusés très profond...
un_lecteur
- 09/08/2013 - 20:26
article pas serieux
Il n'y a pas plus de politique monétaire mondiale que de monnaie mondiale.
Et ce n'est pas la planche à billets qui règlera les problèmes auxquels nous sommes confrontés : Poids excessif de l'état, clientélisme, rattrapage (et souvent dépassement) par les nouveaux pays développés...
L'action des banques centrales ne peut avoir comme utilité que de donner du temps aux gouvernants pour effectuer les réformes. A condition qu'ils en aient la volonté et la capacité. Mais il ne faut pas que çà dure trop longtemps.
La planche à billets a toujours amené l'effondrement de la monnaie, et souvent des régimes autoritaires ( Assignats et Napoléon, Mark et Hitler...), et des guerres.
Par contre la création monétaire à partir de rien est très intéressante pour les milieux financiers, qui reçoivent des flots d'argent.
Cet article n'est pas sérieux.