En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Le Nettoyeur
Yahoo! rachète Tumblr : acheter un milliard une boîte qui n'a pas de chiffre d'affaires ? Rien de plus logique
Publié le 24 mai 2013
Ce deal est une bonne occasion de rappeler certaines bases sur la finance d'entreprise et le marché d'internet.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce deal est une bonne occasion de rappeler certaines bases sur la finance d'entreprise et le marché d'internet.

Après que notre Gouvernement a fait capoter le deal Yahoo-Dailymotion, le portail américain a jeté son dévolu sur Tumblr, la startup de microblogging New Yorkaise, et l'a rachetée pour plus d'un milliard de dollars. Beaucoup se sont étouffés à cette nouvelle, étant donné que la startup a beaucoup d'utilisateurs mais très peu de chiffre d'affaires. Ce deal est une bonne occasion de rappeler certaines bases sur la finance d'entreprise et le marché d'internet.

Il y a d'abord les problématiques propres aux deux entreprises. Yahoo est un portail vieillissant, au sens littéral : son public est vieillissant, et le modèle du portail est peu adapté à la nouvelle réalité, où les gens explorent d'abord avec leurs mobiles et via les réseaux sociaux. Tumblr a un public jeune, accroc, et est fort sur le mobile.

Mais ce genre d'acquisitions est relativement fréquent (au moins aux Etats-Unis, en France nos capitaines d'industrie sont beaucoup trop frileux) et à chaque fois on entend les mêmes refrains, donc repassons sur quelques points.

Tout d'abord, la base de la finance d'entreprise : la valeur d'un actif est déterminée par ce qu'il rapportera à l'avenir. La valeur d'un terrain est déterminée par ce que vous pourriez gagner en y construisant du locatif, même si le terrain est vide. C'est pareil pour une entreprise. La valeur d'une entreprise, c'est ses performances futures, pas ses performances passées.

C'est pour ça qu'il y a quelque chose de cocasse à se fixer l'esprit sur les performances passées d'une entreprise rachetée. Ces chiffres sont pertinents, mais seulement en ce qu'ils permettent éventuellement de se faire une idée de la performance future, et pas en tant que tels. En l'occurence, Tumblr avait à peine commencé l'année dernière à vendre des espaces publicitaires, donc il est parfaitement naturel que son chiffre d'affaires soit microscopique. Ce qui compte, c'est sa capacité future à générer du résultat. Le chiffre d'affaires passé est un seul parmi de nombreux critères qui permettent de l'évaluer.

Ensuite, il y a deux phénomènes propres à internet qui font que ce genre d'acquisitions a lieu relativement souvent : les effets de réseau, et le décalage de la monétisation de l'audience.

Le décalage de la monétisation de l'audience, d'abord. En français, ce que ça veut dire est que lorsqu'on est sur un modèle orienté vers le consommateur sur internet, la rentabilité vient toujours après l'audience. Presque tous les géants (ultra-rentables) d'internet ont commencé sans être rentables : Amazon, Yahoo, Google, Facebook, et d'autres. C'est presque une loi de la nature.

Avoir beaucoup d'audience ne suffit (presque) pas à devenir rentable mais tous les rentables ont commencé à faire de l'audience sans rentabilité. Ca veut donc dire que, en soi, le fait qu'un jeune site média en ligne ne soit pas rentable n'indique en aucune manière qu'il ne peut pas l'être. Encore une fois, c'est la performance à venir qu'il faut prendre en compte.

Les effets de réseau, enfin. L'effet de réseau est le fait que la valeur de certains produits ou services augmente si plus de gens l'utilisent. Une Golf n'ira pas plus vite si beaucoup de gens conduisent une Golf que non. Mais si personne n'a de téléphone, ça ne sert à rien d'avoir un téléphone, puisqu'on ne peut appeler personne ni recevoir d'appels ; alors que si tout le monde l'a, il devient presqu'obligatoire d'en avoir un. L'effet de réseau crée un cercle vertueux: si un service a plus de valeur en fonction du nombre de gens qui l'utilisent, plus de gens l'utilisent, plus il aura de valeur, ce qui fera que plus de gens l'utiliseront, etc. L'effet de réseau est aussi une énorme barrière à l'entrée : si vous vouliez créer un nouveau réseau téléphonique aujourd'hui, incompatible avec le précédent, ça serait impossible, vu que tout le monde a déjà un téléphone et ne vont pas migrer sur un système où ils ne peuvent appeler personne. C'est l'histoire de réseaux comme Facebook, qui ne cesse de grandir et a écrasé tous ses concurrents directs.

Si on garde à l'esprit que c'est la performance future qui détermine la valeur, la valeur d'un service à effet de réseau est donc beaucoup plus élevée qu'on ne peut le penser en comptabilisant simplement le chiffre d'affaires ou même les utilisateurs, puisque le réseau génère un potentiel de croissance très fort et, à terme, un quasi-monopole (donc une très forte rentabilité). L'exemple parfait est ici YouTube, racheté pour $1.6 milliards à un an avec peu d'utilisateurs et presque pas de chiffre d'affaires, qui est devenu aujourd'hui une plateforme qui vaut au bas mot $20 milliards, grâce à son effet de réseau (si toutes les vidéos sont sur YouTube, les utilisateurs iront sur YouTube; si tous les utilisateurs sont sur YouTube, les créateurs y mettront leurs vidéos). Pourtant Google avait été ridiculisé à l'époque de cet achat, et on y avait dénoncé l'émergence d'une nouvelle bulle internet (parfaitement illusoire).

Ce raisonnement s'applique à Google/YouTube, à Facebook/Instagram...et aujourd'hui à Yahoo/Tumblr.

C'est un raisonnement un peu plus subtil que de crier “Bulle! Folie!” à chaque acquisition. Mais c'est cette logique frileuse et bornée qui prédomine en France, et qui explique que nous n'avons pas nos YouTube, nos Instagram ou nos Tumblr.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
05.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
06.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pierre29000
- 24/05/2013 - 23:44
Si dans un an Yahoo licencie ...
... il faudra se demander si cette brillante acquisition avait du sens.
hacero
- 24/05/2013 - 18:18
Quid du risque associé à ces transactions?
Bon article qui rappelle bien certaines spécificités de la net économie.
Mais il oublie de parler de la notion de risque. Si les sommes paraissent délirantes ce n'est pas forcément à cause de leur montant mais plutôt du risque qui y est associé.
Evaluer à un milliard de dollars sur la base de ses cash-flows futurs est fortement risqué car:
- l'incertitude liée aux cash-flows futurs est d'autant plus grande que les cash flows passés sont ridicules
- les monopoles se font et se défont très rapidement sur internet, le futur y est donc très incertain et rend sa prédiction très hasardeuse (il y a encore quelques années on n'imaginait pas qu'un jour on entendrait plus parler de caramail,msn, lycos...etc)
Ca n'est donc pas nécessairement irrationnel que d'être quelque peu méfiant face à de telles valorisations.

Pour finir, les deux dernières phrases étaient largement dispensables.
Ravidelacreche
- 24/05/2013 - 18:03
acheter un milliard une boîte qui n'a pas de chiffre d'affaires
acheter un milliard une boîte qui n'a pas ( ENCORE) de chiffre d'affaires