En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 11 min 22 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 35 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 45 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 59 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 31 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 38 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 31 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 35 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 21 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 17 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 49 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 1 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 49 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 9 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

"Rendez-vous dans six mois ou dans la rue"... François Hollande est-il addict à la blague, provocateur ou victime de son inconscient ?

Publié le 22 mai 2013
Au fond, le président de la République François Hollande est utile : pour savoir ce qui est bon pour la France, il suffit de prendre l’exact contre-pied de ses manœuvres et de ses procédés.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au fond, le président de la République François Hollande est utile : pour savoir ce qui est bon pour la France, il suffit de prendre l’exact contre-pied de ses manœuvres et de ses procédés.

1 - Mariage homo : une bombe politique à fragmentation

Décidément, le seul domaine où el lider minimo a réussi quelque chose en un an est la diversion du débat public et la division de l’opposition grâce au mariage homosexuel. Dure, semi-dure, molle, liquide ou en béton : la droite est dans tous ses états dès qu’on aborde ce sujet.

Depuis le début de cette manipulation, il eût été préférable que les partis d’opposition laissent les parlementaires voter selon leur conscience, traitent le projet de loi avec le plus grand flegme et évitent de tomber dans le piège d’une polémique intestine portée sur la place publique.

Maintenant que le mal est fait et qu’Hollande est parvenu à ses fins, la solution d’un référendum proposé aux Français en 2017, après qu’une révision constitutionnelle ait élargi le champ de la procédure référendaire, est la seule possibilité de calmer le jeu pour qu’on reparle du chômage et de problèmes plus urgents.

Si, à cette occasion, la démocratie directe fait des progrès, Mou-Président aura rendu service au pays. Au fond cet homme est utile : pour savoir ce qui est bon pour la France, il suffit de prendre l’exact contre-pied de ses manœuvres et de ses procédés.

2 - Un an de mandat et une «narconférence» de presse pour vous endormir

Pendant ce temps, Hollande continue presque mécaniquement de débiter des discours manipulateurs. Il répète par exemple sans discontinuer son objectif «d’inverser avant la fin de l’année la courbe du chômage», formule ô combien ambiguë. Peu importe en effet si, les mois précédents, la hausse a été forte ; au contraire, plus l’augmentation sera initialement importante, plus on peut espérer la voir ralentir par la suite et le nombre de chômeurs temporairement diminuer. D’autant que l’arsenal des faux emplois en tout genre aidera à brouiller la situation.

Mais ce subterfuge grossier convaincra-t-il les Français ? La réalité n’est-elle pas plutôt qu’Hollande s’auto-persuade qu’il arrive ainsi à les duper ? Sa baisse continue dans les sondages montre qu’il ne parvient pas, selon le célèbre adage de Lincoln, à tromper tout le monde tout le temps.

Tout se passe en réalité comme si, habitué à vivre dans un monde artificiel et entièrement fondé sur le mensonge, François Hollande ne savait parler un autre langage. La réitération automatique, indifférente à la réalité, de ses objectifs en matière de croissance ou de déficits pourrait faire penser à une suprême indifférence à l’opinion publique qui voit bien la réalité du désastre. Il semble calé dans son fauteuil élyséen jusqu’en 2017 et peu importe ce qu’il dit : les mots et les actes ne changent rien, politique et politique-fiction ne font qu’une.

Ce déni du réel prend des allures inquiétantes quand Hollande se fait provocateur face à ses opposants. «Rendez-vous dans six mois ou dans la rue» murmure-t-il en guise de conclusion de sa conférence de presse !

Ce défi bravache signifie-t-il qu’il espère que ses adversaires finiront par se lasser et se résigner ? Est-ce une forme nouvelle du célèbre «les Français sont des veaux» de De Gaulle ? Ou l’expression freudienne de l’angoisse que ce ne sera pas le printemps mais l’automne qui sera socialement chaud ? Bref, une forme d’exorcisme face à son impuissance.

Quand on est réduit à se poser autant de questions de nature psychologique sur un dirigeant, c’est qu’il y a un problème.

3 - Taubira au pied du Mur des cons

Ah, ça alors ! Dans l’affaire du Mur des cons, Taubira n’a pas eu la main heureuse. Saisi en formation plénière pour simple avis par le garde des sceaux, le Conseil supérieur de la magistrature a décidé de ne rien dire pour ne pas avoir à se prononcer sur des comportements passibles de sanctions disciplinaires. Ceci relèverait en effet d’un autre type de formation interne. Quelle surprise place Vendôme ! Qui aurait pu lire correctement les textes et anticiper une chose pareille ?! Il n’y a pas que sur un certain murs qu’on nous prend pour des cons.

Ne reste plus désormais à Taubira qu’à engager sans tarder les bonnes procédures disciplinaires. Si elle ne le fait pas, on pourra sérieusement s’interroger sur son inertie.

En attendant, Clément Weill-Raynal reste seul à être directement menacé dans toute cette opération. Selon que vous soyez syndicaliste CGT, magistrat du SM ou simple journaliste de droite ...

4 - Nos très chers syndicats

Les syndicats français, démembrements de l’Etat technocratique qui nous gouverne, deviennent de plus en plus dépendants des aides publiques. Cahuc et Zylberberg, économistes alertes, ont découvert dans la loi sur la sécurisation de l'emploi votée le 14 mai une disposition s’écartant curieusement de l'accord national interprofessionnel du 11 janvier.

En gros, alors qu’initialement les entreprises avaient le libre choix du prestataire des complémentaires santé rendues obligatoires, elles devront recourir à ceux désignés par les partenaires sociaux dans les négociations de branche, quand bien même les salariés seraient déjà couverts par des contrats d'assurance.

Or, au niveau des branches, les partenaires sociaux privilégient les institutions de prévoyance dont ils assurent la gestion plutôt que les mutuelles et les sociétés d'assurances. Sachant que les primes en la matière représentent environ 30 milliards d'euros, on entend déjà nos syndicalistes-bureaucrates saliver. Tant pis si la protection accordée aux salariés coûte plus cher et si elle est moins large. L’important était que le gouvernement puisse claironner une remarquable avancée du dialogue social acquise en réalité à prix d’or.

Une amie chef d’entreprise en déduit qu’une magnifique occasion a été gâchée. Puisque la sécurité sociale est défaillante envers les salariés, les remboursements étant réduits d’année en année, des mutuelles libres et en concurrence pourraient la remplacer au premier euro, au moins pour la branche maladie. Une directive européenne de 1994 leur en donne du reste le droit.

C'est probablement ce qui a poussé le Medef, partie prenante du système bureaucratique dominant, à accepter si facilement une nouvelle augmentation des charges sociales. Les rares entreprises qui ont essayé de sortir de la «sécu» ont eu des procès à n'en plus finir, mais si 10 ou 20% s'y mettaient, elles réussiraient et feraient école. Les syndicats ne s'y trompent pas et la gauche soviétiforme non plus, d'où les contraintes supplémentaires évoquées plus haut.

Conclusion : nous avions 10% de charges supplémentaires par rapport aux Allemands, nous en aurons bientôt 15 à 20%. On appelle cela améliorer la compétitivité ...

5 - La grande muraille percée d’Europe

Mieux vaut tard que jamais : la Commission européenne se rend enfin compte du dumping et des aides gouvernementales illégales qui permettent aux industriels chinois de nous inonder de leurs produits, dans le solaire ou l’électronique notamment.

Les Allemands jouent une fois encore «perso» car ils craignent plus que les autres les rétorsions de l’empire du Milieu. Toutes ces guerres sectorielles auraient moins lieu d’être si l’euro n’était pas surévalué de plus de 20 % par rapport au dollar et 40 % par rapport au yuan depuis des années.

Si l’industrie européenne du panneau solaire crie en mourant, combien d’autres secteurs ont péri sans murmure ?

_________________________________________

Par ailleurs, Serge Federbusch est aussi l'auteur de l'Enfumeur, Ixelles Editions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pimousse
- 24/05/2013 - 18:26
autoritarisme
hollande qualifié de mou meme par ses amis veut prouver son autorité:il traite ses collaborateurs comme des chiens nargue la morale et l opinion en installant sa maitresse a l elysee(20000 euros par mois)
ne cesse de repeter "je suis le president,installe ses copains partout echappe a l isf en mentant sur la valeur de ses appart de cannes etc
tres complexé(sarkozy l obsede
putain encore 4ans
jurgio
- 24/05/2013 - 10:21
C'est, en effet, la préparation insidieuse
à une série d'ordonnance, de façon que les récalcitrants rentrent dans le rang. La Gauche meurt et ne se rend pas.
l'enclume
- 24/05/2013 - 10:21
L'arroseur arrosé de pognon ?
Avec tout ce qu'il a planqué comme fric depuis bien longtemps, il ne risque pas de se retrouver à la rue.
"Fais ce que je te dis, mais pas ce que je fais"
http://www.economiematin.fr/les-experts/item/4799-francois-hollande-fiscalite-cahuzac-fraude/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2013-05-24