En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 10 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 12 heures 54 sec
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 15 heures 34 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 21 heures 57 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 11 heures 21 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 12 heures 30 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 15 heures 40 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 21 heures 57 min
Trans-Amérique Express

Attentats de Boston : qui du FBI ou des services d'immigration américains a été le plus défaillant ?

Publié le 24 avril 2013
Les attentats de Boston auraient pu être évités si le FBI avait fait correctement son travail. Nombre d’Américains en sont persuadés. Mais si l’agence fédérale peut porter une partie du blâme, elle n’est pas seule responsable.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les attentats de Boston auraient pu être évités si le FBI avait fait correctement son travail. Nombre d’Américains en sont persuadés. Mais si l’agence fédérale peut porter une partie du blâme, elle n’est pas seule responsable.

 "Comment avons-nous pu laisser filer ce type alors que même les Russes nous avait prévenus que c’était un islamiste radical ?" La question posée par Lindsey Graham, sénateur républicain de Caroline du Sud, concernant Tamerlan Tsarnaev, principal responsable des attentats de Boston, est celle que beaucoup d’Américains se posent.  Avec à la clé une conviction  poignante : les attentats de Boston auraient pu être évités et la vie du petit Martin sauvée. Mais ce ne fut pas le cas. La faute au FBI… ?

Dix jours après les attentats du marathon de Boston, le Federal Bureau of Investigation, agence en charge de la sécurité du pays et de la prévention du terrorisme, est pointé du doigt. Son mode de fonctionnement dénoncé. Les capacités de ses agents mises en cause. Parce qu’il avait été alerté sur le cas de Tamerlan Tsarnaev et qu’il n’a pas su agir pour prévenir une attaque qui a coûté la vie à trois personnes, dont un enfant de huit ans, et blessé grièvement cent soixante-dix autres. Déjà, lors des attentats du 11 septembre, l’agence fédérale avait réuni des éléments sans être en mesure de les exploiter.

Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, le "cerveau" des attentats du marathon de Boston, tué dans une fusillade avec la police lors de sa capture le 19 avril, était connu du FBI. L’agence avait enquêté sur sa personne en 2011. A la demande du FSB, les services de renseignement russes. Ceux-ci avaient mis en garde les Américains contre la "radicalisation" du personnage, un musulman d’origine tchétchène.

A l’époque le FBI avait donc rencontré Tamerlan. Etranger en situation régulière aux Etats-Unis, il avait  fait une demande de naturalisation américaine. Ils avaient noté qu’il s’était fait récemment poussé la barbe, qu’il avait épousé une américaine qui s’était convertie à l’islam et portait le voile islamique. Le FBI avait épluché ses conversations téléphoniques, vérifié ses activités et liens sur Internet, examiné ses déplacements, fouillé dans ses activités aux Etats-Unis… et rien trouvé qui ressemble à du terrorisme. Le FBI avait donc terminé son enquête et, semble-t-il, oublié Tamerlan.

Suite à cette enquête, le Department of Homeland Security, équivalent de notre ministère de l’Intérieur, qui chapeaute  les services d’immigration, avait suspendu la demande d’acquisition de la nationalité américaine de Tamerlan Tsarnaev. Sans par la suite revenir vers le FBI pour plus de précision sur son cas. Le dossier avait tout simplement été mis en attente. C’était fin 2011.

Or c’est en 2012 que Tamerlan effectua un long séjour en Tchétchénie, dont il revint, avec la formation rudimentaire d’un nouveau type de djihadiste, les "loups  solitaires".  Les Américains les appellent aussi "stray dogs", "chiens errants. Ce sont  des individus entrés dans la mouvance terroriste, mais qui continuent de garder une activité ordinaire et n’ont pas de contact avec un réseau organisé et structuré, sinon lors de leurs déplacements à l’étranger. Ils préparent leurs actions seuls, dans leur coin, et frappent quand ils sont prêts. Le profil d’un Mohammed Merah en France. Au passage, la mort "spectaculaire" de Tamerlan, dans une fusillade avec la police (deux cents coups de feu échangés !), après avoir tué un policier n’est pas sans rappeler celle de Merah, qui s’était préparé à résister au siège de la police et s’est fait tuer dans un assaut final…

A son retour aux USA, Tamerlan Tsarnaev, mit en ligne des vidéos islamistes radicales, et se fit remarquer à sa mosquée de quartier pour ses propos extrêmes et anti-américains. Son activité aurait dû être détectée par le FBI, mais passa inaperçue parce que les agents avaient refermé son dossier…

Déjà en 2001 le FBI avait repéré puis perdu la trace de certains des futurs terroristes du 11-Septembre. Ils avaient été informés de l'existence de jeunes étrangers voulant apprendre à piloter sans se soucier d’atterrir, et payant les leçons cash. Mais n’avaient pas pris la peine de les interroger ou de les surveiller. Les services d’immigration avaient repéré les déplacements de certains entre les Etats-Unis, le Pakistan et l’Indonésie, sans que l’information soit exploité. Un terroriste présumé, le français Moussaoui, avait même été arrêté juste avant les attaques. Mais le FBI n’avait pas pu déjouer le plan des terroristes.

A l’époque ses moyens d’actions étaient limités. C’est pour y remédier que la loi avait alors changé. En réponse aux attentats du 11-Septembre le Congrès américain avait voté le "Patriot Act" (Patriot étant ici un acronyme pour "Provide Appropriate Tools to Intercept and Obstruct Terrorists") pour renforcer ses moyens de lutte contre le terrorisme, international et intérieur. La loi autorise le FBI a fouiller un domicile ou un bureau sans l’autorisation d’un juge, à procéder à des écoutes téléphoniques, enquêter sur des transactions financières, échanges de mail, sans autorisation préalable. Elle autorise aussi les services d’immigration à détenir ou expulser des personnes soupçonnés d’activités terroristes.

Toujours à la suite des attentats du 11-Septembre, le "Department of Homeland Security" (DHS) avait vu le jour. Prenant sous sa responsabilité les fonctions des services d’immigrations, pour mieux surveiller les allers et venues. Pourtant Tamerlan Tsarnaev a sans difficulté contourné ces services de sécurité.

Certains pointent donc du doigt les failles béantes du système d’immigration américain.

Les frères Tsarnaev avaient obtenu de venir aux Etats-Unis parce que leur père s’était déclaré "réfugié politique" ! Il est depuis reparti vivre au Daghestan. Une province russe dominée par l’islam radical.

En trente ans les Etats-Unis ont ainsi accueilli trois millions de "réfugiés", principalement d’Afrique, du Moyen Orient et d’Asie, régions dont l’islam est la religion dominante.  

Or la volonté revendiquée de l’administration Obama est de ne pas "stigmatiser" la minorité musulmane américaine. De ne pas adopter une posture de "nous contre eux", mais de souligner au contraire que "nous sommes tous ensemble". " L’Islam est une partie de l’Occident" dit Obama. "Les musulmans appartiennent à la famille américaine." 

Pour illustrer ce point, Michael Mukasey du Wall Street Journal rappelait le 21 avril que le rapport de l’armée sur la fusillade de Fort Hood, perpétrée par le major Nidal Hassan au cri de "Allah Ouakhbar " et qui avait fait treize morts, parle de "violence au travail", pas d’une attaque terroriste !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires