En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 6 heures 2 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 16 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 17 heures 33 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 9 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 13 heures 14 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 17 heures 48 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 12 heures
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

De quoi la "lutte intérieure taraudante" de Jérôme Cahuzac est-elle le nom ?

Publié le 04 avril 2013
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur la plongée de François Hollande dans les enquêtes d'opinion.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Serge Federbusch revient aussi sur la plongée de François Hollande dans les enquêtes d'opinion.

Une fois n’est pas coutume, la première rose de ce pot sera un témoignage personnel. Et il ne va pas aller dans le sens du déchaînement médiatique qui a cours depuis mercredi après-midi.

J’ai croisé pour la première fois Jérôme Cahuzac il y a 18 ans et j’ai même eu l’occasion de travailler avec lui, à l’occasion de la campagne pour les élections présidentielles de Lionel Jospin, où nous nous occupions des questions économiques.

A l’époque, j’étais un membre encore jeune du parti socialiste, nul n’est parfait. Depuis, j’ai guéri du socialisme et hélas aussi de la jeunesse. Cahuzac était un homme intelligent, déterminé et sympathique et, bien que je nous n’ayons plus aucun contact ces dernières années, ce que j’ai pu entendre de ses récentes déclarations publiques me fait penser qu’il l’est resté. Ce rocardien se plaignait hautement, qu’après avoir quitté les cabinets ministériels, ses successeurs d’obédience mitterandiste allaient jusqu’à lui mettre des bâtons dans les roues lorsqu’il cherchait du travail, y compris comme chirurgien dans le privé.

Quel est donc ce péché qu’il avoue aujourd’hui comme une maladie horrible et honteuse et pour lequel il présente des excuses à la république et se fait cracher dessus par à peu près tout le monde ? Il a eu de mauvaises fréquentations dans les laboratoires pharmaceutiques, a ouvert une clinique à succès, fraudé, caché ses économies en Suisse et à Singapour et a nié le tout pendant des mois au nez et à la barbe de ses collègues. Pour un ministre du Budget, le cas est certes indéfendable. Cela étant, il est douteux que ses chefs aient ignoré la réalité des faits depuis quelque temps déjà. Ou alors Hollande n’a qu’à congédier tous ses responsables du renseignement !

Mais, au fond, de quoi la "lutte intérieure taraudante" de Cahuzac est-elle le nom ? Tout simplement d’un homme qui a travaillé dur, a été pourtant ostracisé, a réussi à s’en sortir malgré tout et voulait échapper à une pression fiscale éreintante et vécue en son for intérieur comme injuste. Cahuzac est un jouisseur individualiste, bien sûr. Oui mais voilà, il était aussi socialiste et il n’avait pas le droit à ce genre de pensées blasphématoires et de plaisirs égoïstes, du moins pas le droit de les avouer publiquement.

Il a voulu continuer à s’amuser en politique et faire partie du cabinet Ayrault. Quand on voit cet Hellzapoppin nommé gouvernement on se dit : pauvre Jérôme, quel gâchis ! Tout ça pour ça ! Telle est la véritable erreur de Cahuzac, sans laquelle il coulerait en ce moment des jours heureux loin des fouille-caca de Médiapart.

Au fond, Cahuzac est un entrepreneur un peu honteux, un libéral qui n’a jamais pu se l’avouer ou tout au moins le dire en public. C’est une question de "coming out" jamais assumé.

La fraude fiscale est là mais, s’il n’était élu et, plus encore, s’il n’était ministre socialiste, elle serait d’une consternante banalité et n’aurait nourri que des cabinets d’avocats et des mémoires en défense. Par-delà le délit, elle pose la question de la légitimité d’une règle fiscale spoliatrice. La gauche, qui aime d’ordinaire absoudre les délinquants, devrait le comprendre, quoi ! Pour les cols blancs et évadés fiscaux, elle fait des exceptions.

Souhaitons que Cahuzac, se concentre sur lui-même, envoie bouler toute la petite clique moralisatrice qui va le frapper maintenant qu’il est à terre, accepte de perdre son argent et crache au loin ses fausses convictions. Courage Jérôme !

 

Est-il immoral de tirer sur les "ambulances du 51 rue du Faubourg Saint-Honoré" ?

A force de chuter dans les sondages, Hollande va forer le sol de France et nous fournir bientôt du gaz de schiste : encore un reniement ! Et le tout sans même une autorisation d’exploiter, ce doit être ça le choc de simplification administrative ...

Bon, grève de plaisanterie, comme on dit à la CGT, est-il immoral de tirer sur l’ambulance élyséenne ? Lorsque j’ai inauguré ces chroniques du Pot aux roses, en mai 2012, méfiance et suspicion m’entouraient : à quoi bon critiquer ce quinquennat qui commence à peine, rire d’un président à l’onction républicaine aussi fraîche d’un coup de peinture sur un mur sale, préjuger du résultat, etc. ? J’étais un mauvais citoyen.

Aujourd’hui, alors que le grand timonier de pédalo se noie tristement dans des abysses d’impopularité, qu’il est désemparé, repousse à 2015, après avoir évoqué 2013 puis 2014, d’improbables lendemains qui chantent, ce pot hebdomadaire est perdu au milieu d’une véritable roseraie de critiques. Il faut faire des efforts pour trouver sur le Nouvel Obs des articles fatigués de Joffrin expliquant que Super-Normal est méprisé parce qu’il est un social-démocrate sincère.

Les partisans de Mou-Président seront bientôt moins nombreux, à gauche, que ceux qui expliquent que Hollande échoue parce qu’il n’est pas suffisamment méchant avec les riches et n’écoute pas assez Mélenchon. Ça c’est vexant !

Ne reste plus à ce dernier carré d’irréductibles, pour la plupart des employés du système socialo-étatiste au pouvoir, qu’à dénoncer avec rage le procès en illégitimité fait à leur champion. Si l’on en croit par exemple Frédérique Espagnac, sénatrice PS, on a affaire à une amorce de sédition, une ébauche de complot, presque un projet de coup d’Etat.

Dans l’ombre, une conspiration de forces obscures oeuvrerait pour abattre ce chef charismatique. Qui sont-ils ? Des homophobes, des fachos, des anti-tout, des taupes d’extrême-droite ou d’extrême-gauche, des sous-marins de Corée du Nord financés par Depardieu. Ils ont en commun de vouloir que la France échoue pour qu’Hollande échoue. Brrr ...

Cette rhétorique d’un pouvoir aux abois après 10 mois alors qu’il détient tous les leviers de décision, ce dogme qui postule que ses difficultés n’existent que parce qu’il essuie des critiques, sont, en réalité, irrespectueux du droit de contester. Dénoncer Hollande, sa politique et même souhaiter que son mandat soit abrégé n’est en rien illégitime ou anti-démocratique. Réclamer la démission d’un président élu par l’esbroufe et la dissimulation n’est pas choquant et la gauche a naguère passé son temps, si l’on s’en tient à la seule cinquième république, à réclamer le départ anticipé des présidents de droite. La différence est que, désormais, chacun sent bien que Sa Normalité aura les plus grandes difficultés à passer 2014. Les critiques n’en sont que plus vivement ressenties par ses derniers soutiens.

Mais alors, sans amorce de sédition, ébauche de complot ou projet de coup d’Etat, comment s’en débarrasser ?

Quelques scénarii pour le vrai changement maintenant, là, tout de suite !

Egrenons quelques solutions le sourire aux lèvres, pour oublier la moite pesanteur de l’actualité. Sérillon ne tenant manifestement pas la route et Hollande ne disposant d’aucun conseil stratégique, c’est gracieusement que nous lui fournirons nos services. Mais attention : nos propositions sont radicales !

*  D’abord, un hara-kiri sous forme de dissolution ratée, forcément ratée. Il ne serait pas inutile pour Super-Normal de remplacer rapidement Ayrault et de former un gouvernement d’ouverture avec Villepin à sa tête, lequel sera chargé de mener la bataille électorale. Après sa défaite aux législatives anticipées, ragaillardi par trois ans de cohabitation, Hollande serait triomphalement réélu en 2017.

*  Autre piste : le grand retour de Lionel Jospin à Matignon avec décentralisation des conseils des ministres à l’Île de Ré. Dans la foulée, une révision constitutionnelle ferait de la France une république fédérale dont le gouvernement central ne compterait plus. Hollande trouverait la paix dans l’oubli, tel Benoît XVI. Dans ce cas, l’achèvement de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est urgent pour de bêtes raisons logistiques.

*  Envisageons aussi une crise avec Merkel et un referendum où Hollande demanderait aux Français d’approuver notre retrait de l’Union européenne, conformément à l’article 50 du traité de Lisbonne. Dans la pagaille généralisée et le séisme politique que cela provoquerait, Doudou rusé pourrait peut-être tirer son épingle du jeu, qui sait ?

*  Plus vicieuse encore serait l’organisation d’un tintamarre d’appareils électro-ménagers made in France, monté en sous-main par Montebourg pour dégoûter les Français de l’opposition qui perturberait leur quiétude.

*  Une Twittaxe d’un euro sur chaque connexion Internet, mail ou chaque SMS et message envoyé pourrait paralyser les index des opposants et folliculaires tentés de clavioter avec les loups. Les recettes fiscales seraient énormes et nous nous désintoxiquerions de ces saletés d’ustensiles numériques qui font baisser nos vues.

*  Bon, il y pour finir la possibilité pour Lui-Président de démissionner d’ici six mois et de faire le « coming out » libéral que Cahuzac n’a pas osé. De dire aux Français : « oui, je mens depuis des décennies, vous ne vous en sortirez pas sans efforts et réformes profondes et maintenant débrouillez-vous sans moi. » La fin de la « lutte intérieure taraudante présidentielle », c’est maintenant ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Laulau
- 05/04/2013 - 15:24
Marrant
Dans ce forum, il semble bien que, comme l'auteur l'on en veut à Cahuzac que parce qu'il est socialiste. Sur ce forum, l'évasion fiscale semble de bonne guerre. Je suppose donc que tous ici refusent les remboursements de la sécurité sociale, n'ont fréquenté ni grandes écoles ni Universités, ne font pas appel à la police en cas d'agression, refusent les soins hospitaliers, demandent la dissolution de l'armée française etc ...etc.....
Tous des bof quoi!
un
- 05/04/2013 - 14:55
un
Au PS personne ne sait rien !!! On rigole de qui ?
Mosco, ne sait rien, même pour DSK, il ne savait rien !!!!
Z'ayrault, non plus
Pingouin-bénêt : non plus
N'importe quel con peut adhérer au PS et faire des saloperies, ils sont les bienvenus, comment est-ce possible ???
C'est du mensonge, car ce n'est pas possible
Personnellement, ce n'est pas mon partie, mais je n'en pense pas moins.....
La dissolution pour recourir à la confiance des français.......
srdmerac
- 05/04/2013 - 08:14
Merci M. Cahuzac
Finalement, M. Cahuzac montre de manière éclatante que tout le monde est d'accord pour penser qu'il y a trop d'impôt en France y compris chez les socialistes mais ça on en parle pas... Alors on continue comme avant, plus d'impôt, plus de fraude (à tous les niveaux le black ou l'évasion fiscale c'est la même chose), plus de cynisme ... A quand une grande réforme fiscale ? On continue sur la courbe de Laffer jusqu'à l'effondrement?