En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 4 heures 58 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 36 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 16 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 14 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 12 heures 57 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Chroniques du pot aux roses

PDG de Titan, Berlusconi, Grillo : et si ces incontestables "affreux" n'étaient pas ceux qui bafouent le plus la démocratie ?

Publié le 03 avril 2013
Cette semaine, Serge Federbusch revient sur la surprise électorale italienne et l'échange musclé entre le ministre français et l'homme d'affaires américain.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, Serge Federbusch revient sur la surprise électorale italienne et l'échange musclé entre le ministre français et l'homme d'affaires américain.

1- PDG de Titan, Berlusconi, Grillo : vive les affreux

Arnaud Montebourg aurait dû remercier Taylor, le patron de Titan, pour le soutien qu'il a apporté à ses théories semi-protectionnistes, plutôt que le conspuer. Car, au fond, qu'a dit cet américain brut de décoffrage ? Qu'il ne sert à rien pour les politiciens français de pleurer sans réagir face à la destruction de nos emplois du fait de la concurrence déloyale des industriels et du gouvernement chinois. Si, en plus, les salariés français sont peu productifs, comme c'est le cas chez Goodyear à Amiens, le problème de notre compétitivité est sans solution. Taylor et Montebourg : ces deux là se détestent d'autant plus qu'ils se ressemblent.

Prendre dans ces colonnes la défense de Taylor est délicat, mais ce n'est rien à côté de vanter les qualités de Berlusconi ou Beppe Grillo ! Ne reculant devant aucun péril, nous le ferons sans pour autant oublier les pitreries innombrables du « Cavaliere des jupettes ». C'est vrai qu'il est grossier, qu'il a trusté les médias audiovisuels, eu la main baladeuse, fricoté avec des organisations douteuses et souvent atteint des sommets de démagogie. Pourtant, les bien-pensants français qui s'apprêtaient à envoyer DSK à l'Elysée n'ont pas beaucoup de leçons à donner à ce drille transalpin qui a eu au moins le mérite de gagner de l'argent hors de la politique stricto sensu.

Alors qu'il tentait un énième come-back, sans doute pour y chercher un asile judiciaire, Berlusconi a abandonné toute inhibition européiste, est allé droit au but et a dit tout haut ce que beaucoup d'Italiens et de plus en plus de Français ressentent confusément : le régime de change et les principes politiques et économiques arrêtés en 2002, au moment de l'entrée dans l'euro, jouent au bénéfice quasi-exclusif de l'Allemagne. Ils ne permettent à l'Europe du Sud de garder la tête hors de l'eau qu'en s'endettant de plus en plus. C'est la route de la servitude, comme le disait Hayek, mais sur fond d'euro surévalué. Et les arguments de ceux qui nient les effets dévastateurs de cette situation au prétexte que, justement, l'Allemagne s'en tire mieux, ignorent qu'elle le fait en cannibalisant ce qui reste de croissance en Europe.

La France, comme toute l'Europe du Sud, a certes besoin de réformes drastiques pour libérer son économie de multiples pesanteurs bureaucratiques et de l'hypertrophie du secteur public, mais il est impossible d'entreprendre cet ajustement structurel dans un contexte de récession aggravé par la politique de change. En soulignant cette incohérence, le trublion Berlusconi a accompli une œuvre utile. Le fait qu'il ait limité la casse électorale grâce à ces prises de position témoigne davantage du bon sens populaire que d'un accès de populisme.

Comme le disait naguère malicieusement Jean Yanne : "Il est plus facile de manipuler les élites que le peuple", si tant est que la notion d'élite ait un sens. Le peuple souffre très directement de la dureté des temps et cela le rend plus sensible et sensé que les salonnards thinktankés qui prétendent réfléchir à sa place.

Quant à Beppe Grillo, il est vrai qu'il raconte n'importe quoi, en particulier dès qu'il parle de politique économique. Mais ses provocations virales, outre qu'elles inaugurent une nouvelle manière de faire de la politique grâce à Internet, ont le mérite de souligner le ridicule qui touche les technocrates qui, autour de Monti, espéraient corriger les "affreux, sales et méchants" formant à leurs yeux le peuple italien. Les 25 % de Grillo sont la monnaie de la pièce qui fut payée lorsque la technostructure européenne déposa de facto le gouvernement précédent pour imposer Monti. On ne peut bafouer la démocratie puis se plaindre que les électeurs ne la prennent plus au sérieux.

Et la France dans tout ça ? Ses institutions sont malades et l'alternance des partis de gouvernement ne les fait plus bouger d'un iota. Peut-être, comme en Italie, seront elles bousculées un jour par un clown qui saura tirer parti de l’écœurement généralisé contre les hommes de pouvoir ? La figure de Coluche symbolisera-t-elle l'avenir de l'homme politique français ? Cela replace en tout cas certaines petites blagues élyséennes dans leur contexte. En s'appliquant, Hollande pourrait devenir le Beppe Grillo français.

2 – Les conseilleurs sont les payés

Au pouvoir depuis dix mois, Mou-Président a déjà un an de retard sur ses objectifs ! C'est donc désormais pour 2014 que sa boule de cristal lui indique la "reprise" et le redressement budgétaire. Evidemment, il n'y croit plus lui-même. Où trouverait-il les 70 milliards d'euros d'économies dont il a désormais besoin d'ici 2017 pour respecter ses promesses ? Tout au plus peut-il se réjouir d'avoir obtenu un bref sursis avant que, sur le fondement des traités qu'il a approuvés, on ne lui tire l'oreille à Francfort et que les bureaucrates bruxellois ne tentent d'infliger à la France des amendes d'autant plus absurdes que nous n'aurons pas un euro vaillant pour les payer. De toute façon, nul ne respectera jamais ces engagements incohérents. La seule question qui compte désormais est la suivante : qui prendra la responsabilité de faire chavirer le bateau de l'Union ?

Dans cette fuite en avant, Super-Normal a trouvé des alliés inattendus : les agences de notation et certains analystes de marchés qui l'encouragent à persévérer dans sa politique de rigueur postiche. Serait-ce parce qu'ils ont intérêt à ce que la machine folle continue de tourner et génère les juteuses commissions et contrats qui les font vivre ? Dansons sur le volcan .

3 – L'homme qui décide de votre temps libre

Après avoir réduit la semaine de travail à 35 heures en 1998, les socialistes ont entrepris d'allonger celle de présence des enfants à l'école et annoncent désormais un raccourcissement des vacances d'été. Pour eux, le temps, comme les promesses électorales, est relatif et sujet aux coups d'accordéon. A la manœuvre, Peillon, qui s'improvise maître des horloges et des instituteurs tout à la fois. Qu'un système politique puisse produire un ministre en roue libre, multipliant inconsidérément les annonces et plongeant des millions de familles dans la perplexité, en dit long sur l'égarement des bureaucrates qui tentent de nous gouverner. N'ayant plus d'argent à distribuer, les socialistes avaient perdu leur raison d'être et y avaient substitué du temps libre. Mais aujourd'hui, même le temps leur manque.

4 – Pourquoi tant de Ségolène ?

La vice-présidence de la Banque publique d'investissement, fer de lance supposé du redressement des PME françaises, échoit donc à Ségolène. Le risque de clientélisme dans l'attribution des financements sera-il endigué par un Jouyet jouant les garde-chiourmes ? Il aura fort à faire. Objectif de "mise en œuvre de la transition écologique", instances paritaires à tous les niveaux, poids renforcé des régions dans la gouvernance de l'établissement, etc : la fée Clochette de la gauche française va se pencher avec plusieurs baguettes magiques sur ce berceau offert en lot de consolation après que tant d'autres présidences lui aient échappé. Trente milliards d'euros sont en péril.

 5 – Carence

Les fonctionnaires feraient bien de se méfier de la suppression du jour de carence en cas de maladie. Dans le bonneteau "hollandais", ce genre de satisfactions symboliques s'accompagne toujours de restrictions plus importantes par la suite. Il suffit de se souvenir du prétendu rétablissement de la retraite à 60 ans pour les carrières longues, qui a surtout bénéficié aux enseignants ayant fréquenté les instituts de formation avant de prendre leurs fonctions. Huit mois plus tard, tous les autres salariés, au prétexte de l'ouverture d'une grande concertation, peuvent s'attendre à travailler plus longtemps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CyrilDLR
- 28/02/2013 - 17:11
Et pourquoi forcément un clown ??
C'est parfaitement clair, ceux qui bafouent réellement la démocratie sont ceux qui se jouent d'elles, Monti et ses marionnettistes technocrates ont pris un bon retour de pays réel en plein visage, on ne peut que s'en féliciter. On peut d'ailleurs ajouter au nombre de ceux qui se jouent des peuples Fantomas-Berlusconi et le PDG de Taylor friand d'ouvriers esclaves chinois, mais on pourrait y passer des ailes. Et alors la France dans tout ça ? Doit-on comme l'auteur imaginer qu'il lui faudra à elle aussi un "clown" pour sonner le tocsin ? Certes, aucun salut à attendre du côté de l'UMP et du PS, mais les patriotes, les démondialistes, les intellectuels indépendants du politiquement correct et de la pensée unique économique, il y en a chez nous et ils sont sérieux ! Ecoutons-les donc les Dupont-Aignan, les Debout la République, les M'PEP, Sapir et consorts (il faudrait la longueur d'un commentaire Atlantico en entier pour en dresser la liste), ils ont l'imagination, le bagage, l'audace, aux citoyens de leur donner ce qui leur manque : le pouvoir d'agir enfin !
Firenze
- 28/02/2013 - 14:56
Hollande est un comique aussi
Avec un peu d'entraînement, il pourrait s'essayer comme clown dans les cirques. il lui reste au plus 4 ans pour se perfectionner.
MONGE
- 28/02/2013 - 14:26
Comparer Hollande à GRILLO c'est comme comparer HDésir à Jaurès
Je trouve l'auteur bien optimiste avec not'président lorsqu'il écrit :
"En s'appliquant, Hollande pourrait devenir le Beppe Grillo français" .
Beppe Grillo a vraiment du talent et il l'a montré tout au long de sa carrière et donc je ne vois pas comment Flamby (TM) pourrait parvenir à ce niveau d'excellence, malgré son entrainement quotidien avec ses "petites (forcément) blagues" !
Surtout que la gauche, en France, son modèle ce serait plutôt Il Cavalliere, son côté satrape, compromission et arrangements en tous genres, combinazione, mafia et copains comme ...cochons, bien sur!
Excellent article en tous cas, comme le blog delanopolis!
Merci