En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 8 min 15 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 24 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 24 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 25 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 25 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 2 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 50 min 2 sec
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 4 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 24 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 25 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 25 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 25 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 14 heures 11 min
Atlantico chic

En matière d'élégance, il est important d'apprendre les règles pour mieux s'en défaire

Publié le 04 avril 2013
Hugo Jacomet, blogueur star de l'élégance parisienne, nous raconte aujourd'hui comment il faut parfois, pour se sortir de situations embarrassantes, se souvenir de certaines règles fondamentales d'étiquette et parvenir, en pleine conscience, à les contourner.
Hugo Jacomet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugo Jacomet, blogueur star de l'élégance parisienne, nous raconte aujourd'hui comment il faut parfois, pour se sortir de situations embarrassantes, se souvenir de certaines règles fondamentales d'étiquette et parvenir, en pleine conscience, à les contourner.

Gentlemen,

si vous suivez Parisian Gentleman  depuis quelques temps, vous avez du remarquer que notre ligne éditoriale s'est, au fil des mois et des années, lentement mais surement, affinée et précisée pour finalement se démarquer, nous l'espérons radicalement, de l'avalanche de blogs, pages Tumblr, Pinterest et autres sites de "re-post" qui déferle actuellement sur la toile.

En effet, si cet engouement planétaire nouveau pour les épaules napolitaines, les cravates sept plis à l'ancienne, les souliers à lisses-rondes externes et les mouchoirs roulottés main n'est bien sûr pas pour nous déplaire (il est toujours plus agréable de prêcher sur la place du marché - même encombrée de philistins prétentieux - que dans le désert), nous ne pouvons cependant réprimer, au visionnage (à défaut de lecture) de certains de ces fourre tout soit disant sartoriaux, de nombreux éclats de rires ainsi que, avouons le, quelques soupirs de dépit.

Car entre les "blogs" qui se contentent de re-poster en rafale - bientôt à la vitesse des ordres de bourse automatisés ? - des milliers de photos sans même faire l'effort d'une légende ou d'un lien et ceux dont les propriétaires névrosés exhibent les coutures de leurs chaussettes ou les gouttes de leurs cravates dans des coming-out sartoriaux quotidiens et drolatiques, nous avons eu l'impression, récemment, de reprendre le maquis et d'entrer de nouveau, paradoxalement, en résistance...

Il y a 4 ans, lorsque j'ai écrit les premiers mots de ce qui allait devenir Parisian Gentleman (et sa rubrique cousine Atlantico Chic), je me souviens avoir inclus, en parfait "écrivain infirme à la recherche de béquilles" (Paul Morand), une citation de Jean Cocteau qui disait : "souvenez vous que c'est l'homme qui est remarquable et remarqué, jamais ses vêtements." Vous noterez ici mon goût pour les béquilles de qualité...

1007 articles en 7 langues plus tard, nous ne pouvons que définitivement souscrire à cette maxime que nous avons, depuis 4 ans, soumise à l'épreuve de la vraie vie et qui n'a fait que confirmer en permanence sa pertinence superbe : le sujet de l'élégance masculine tel que nous l'envisageons ici ne peut en effet être traité de manière satisfaisante  que s'il dépasse très largement le sujet des tissus super 180S, des boutons en nacre et des crans tailleur, même si une connaissance "technique" de ces derniers peut s'avérer, évidemment, utile pour les plus passionnés d'entre nous.

Ou pour le dire différemment, le vestiaire masculin traité au premier degré, sans aucun effort de mise en perspective de son utilité sociale évidente et de son rôle de puissant medium pouvant influencer fortement les perceptions (et donc les interactions entre les Hommes), est inintéressant, ennuyeux, banal pour ne pas dire, à certains égards, grotesque.

J'ai d'ailleurs eu, par chance, une passionnante conversation impromptue à ce sujet la semaine dernière avec Joe Morgan, maître tailleur émérite de la Maison Chittleborough & Morgan (12, Savile Row), un homme passionné, exalté et habité par l'héritage stylistique de Tommy Nutter, dont il fut l'un des employés avec son complice de toujours Ray Chittleborough. Il m'avouait sur le ton de la confidence (vous savez, ce genre de conciliabule entendu entre deux "affranchis" ) que le style n'avait, je le cite,  "que peu de choses à voir avec les vêtements, mais tout à voir avec la liberté d'expression et l'intelligence de situation".

Ce à quoi nous ne pouvons que souscrire et nous empresser d'ajouter qu'en matière de style personnel comme dans la vie, le tout est plus que la somme des parties et que les choses cruciales se situent au plus juste, dans le détail, aux "interstices" des choses. Autrement dit, c'est dans les détails, aussi bien visuels que comportementaux, que l'élégance, elle aussi, surgit, comme par surprise.

Comme nous l'évoquions déjà il y a deux ans, à la faveur d'un article tiré des travaux de Bruce G. Boyer, c’est précisément le sens de la facilité dans le détail qui fait tout. Un homme qui s'efforce de suivre avec orthodoxie les règles supposées (qui ne sont au mieux que des conventions), qui a besoin du regard d'autrui pour valider la justesse de ses goûts et qui, par exemple, coordonne toutes les couleurs qu’il porte est, selon nous, quelqu’un qui en fait de toute évidence trop, car ce sont ses efforts plutôt que son talent qu’il expose.

Au final, le secret réside dans l'interaction subtile des petits détails entre eux.

Dans la vie, connaître et savoir jouer avec les règles en les dépassant quand il s'avère nécessaire de le faire, est crucial et peut produire, comme le disent les anglo-saxons, de juteux dividendes.

C'est la même chose en matière d'élégance personnelle et donc, de respect de soi-même et des autres.

Dernier exemple en date pour illustrer notre propos : une situation plutôt embarrassante dans laquelle je me suis personnellement trouvé, la semaine dernière, à Londres et de laquelle je pense m'être plutôt bien sorti uniquement en me remémorant certaines règles fondamentales d'étiquette et parvenant, en pleine conscience, à les contourner.

La situation : nous arrivons, ma compagne et moi-même, à Londres pour participer au dîner de charité de la BTBA (British Tailors Benevolent Association) et allons rendre visite dans l'après-midi à nos hôtes, Michael et William Skinner de la maison Dege & Skinner, 10 Savile Row. Là, nous apprenons que, contrairement à ce que nous pensions, le code vestimentaire de la soirée est strictement "Black Tie" (donc une soirée formelle : dinner jacket pour les hommes et robe de cocktail pour les dames). Problème : je n'ai apporté avec moi "que" deux costumes bespoke (un croisé et un trois pièces) et une veste sport bespoke gansée à poches plaquées (les trois de la maison Cifonelli). Pas la moindre de trace de dinner ou de smoking  jacket, de ceinture de soie (cummerbund) et encore moins de noeud papillon noir.

Heureusement pour nous, nous avons trois atouts majeurs dans notre "manche" alors qu'il nous reste exactement 2 heures pour trouver une solution :

- Premièrement ma compagne a apporté les bonnes robes (tellement plus aisées à transporter que les costumes !) et le problème ne concerne donc que ma personne. Ouf !

- Deuxièmement, nous ne pouvons pas être au meilleur endroit sur la planète pour résoudre le problème : notre hôtel - le Dukes - est situé à la jonction entre Jermyn Street et St James Street, soit en pleine City of Mayfair et à cinq minutes de Savile Row.

- Et troisièmement, je pense posséder une connaissance suffisamment pointue des règles sartoriales pour trouver une issue honorable à cette situation plutôt embarrassante... surtout lorsque les 250 participants à la soirée sont TOUS des professionnels du Bespoke Tailoring du plus haut niveau, que vous êtes l'un des rares "outsiders" invité pour l'occasion et que vous êtes installé, pour couronner le tout, à la table de Michael Skinner qui est, à tous égards, une véritable figure dans cette communauté. Tout pour passer inaperçu donc...

Je récapitule les quelques règles que nous devons à la fois respecter et dépasser.

Première règle, le code "Black Tie" et l'utilisation normée de la couleur noire pour les hommes est fondée sur une "obligation" de sobriété et de discrétion, dans le but de mettre à l'honneur épouses et concubines. Cette règle est donc en ma faveur car, de facto, je vais m'efforcer d'être le plus discret possible et de m'effacer au profit de ma compagne (ce qui, je l'avoue, n'est pas difficile...) Le chalenge est donc à la fois simple et terriblement complexe, surtout lorsque la seule veste pouvant é-ven-tu-elle-ment faire office de dinner jacket est... une veste sport grise à poches plaquées ! Heureusement, je porte ce jour une paire de Corthay Vendôme noires à passepoils dorés, correctement cirée, ce qui m'enlève au moins le souci des souliers...

Nous fonçons chez Turnbull & Asser pour y faire l'acquisition d'une chemise de soirée (que je choisis blanche avec un plastron assez souple, sans plis, et col classique) et d'un noeud papillon noir classique (à nouer soi-même évidemment.)

Au moins l'essentiel est désormais assuré car j'ai également eu le "flair" de glisser dans ma valise LE pantalon qui m'accompagne partout, quelles que soient les occasions, les destinations et mêmes les climats : un simple pantalon noir Cifonelli Bespoke, sans revers et sans passants de ceinture. Votre meilleur ami en cas de coup dur.

Il me reste moins d'une heure (la soirée commençant à 18H30) et quelques décisions à prendre : Mouchoir ? Montre ? Fleur ?

Je réfléchis : Il est clair que ma veste sport gansée est ma seule option. Mais comme elle est montée avec une poche poitrine plaquée (donc dans un esprit plus décontracté qu'une poche poitrine classique), je décide de faire l'impasse sur le mouchoir afin de ne pas attirer l'attention sur cette poche au demeurant très jolie, mais particulièrement inadaptée à la soirée...

Même chose pour la fleur. Comme je vais participer à une soirée formelle sans revers gansé de soie ni col châle, je joue, là encore, la carte de la discrétion. Donc pas de fleur.

Je continue à réfléchir et je décide de ne pas mettre de montre pour, cette fois-ci, suivre la règle à la lettre : je me souviens qu'il est en effet très mal vu de porter une montre "visible" lors de telles soirées, car vous devez, à l'inverse,  montrer à vos hôtes que leur soirée est belle et qu'en conséquence, l'heure n'a pas d'importance... Les codes, nous le constatons ici, ne sont donc pas uniquement de stupides carcans conventionnels, mais peuvent aussi influer positivement sur notre relation à autrui. C'est la même chose pour la délicieuse tradition, de nos jours oubliée et que j'aime à faire perdurer à titre personnel, du mouchoir (roulotté main évidemment) glissé dans la poche et sorti, à bon escient, pour aider une dame en proie à une quinte de toux ou à une émotion mal maîtrisée.

A 18 heures précises, nous sortons de l'hôtel et montons dans notre taxi. Je me sens bien. Ma compagne est superbe et j'ai l'impression, pour ma part, d'avoir fait mon maximum pour lui rendre grâce, comme c'est l'usage dans une soirée Black Tie.

Le reste est une affaire de posture, de confiance en soi et de gestes appropriés en fonction des situations et de la compagnie. Rien de bien compliqué, à dire vrai, surtout dans cette communauté du Bespoke tailoring Britannique, certes respectueuse des traditions et de l'étiquette, mais par ailleurs terriblement sympathique et accueillante.

Voyez le "résultat" ci dessous (merci de faire abstraction du tiraillement de ma veste sur la seconde prise de vue, du au fait que je tiens mes deux amis par les épaules), en compagnie de William Skinner puis de Michael et William Skinner.

Alors bien entendu, il est toujours difficile de se citer en exemple et mon jugement est donc, en l’occurrence, peut-être plus subjectif que jamais…Mais il me semble à tout le moins avoir réussi à respecter quelques fondamentaux qui m’ont permis de passer une excellente soirée en étant parfaitement à mon aise en compagnie de gens délicieux et particulièrement joviaux.

Au delà de l’intérêt, très limité je vous le concède, de ma petite histoire personnelle, je pense que cet exemple illustre bien ce que mes amis Anglais ont qualifié, avec une indulgence toute Britannique,de « French Flair ». En réalité, ce « flair », s’il existe, est d’abord composé d’une bonne dose d’éducation sartoriale qui, lorsqu’elle est utilisée à bon escient, vous permettra toujours d’être au meilleur de vous-mêmes, ce qui est déjà énorme…

Bien sûr, vous pourriez prendre tout cela pour du simple bavardage superficiel. Pourtant, il nous semble que l’ambition d’être en permanence au meilleur de soi-même (ce qui ne veut en aucun cas dire être guindé ou même sophistiqué) est une saine ambition, à laquelle l’excellence vestimentaire participe, à notre avis, dans une … grande mesure.

Chez Parisian Gentleman, nous n’avons pas pour ambition de faire de vous des experts des boutons en nacre ou des crans tailleurs, même s’il nous arrive, vous le savez, de publier des articles très techniques destinés aux plus gentlemen les plus « hardcore » d’entre vous.

En revanche, si nous pouvons humblement vous aider à développer votre éducation vestimentaire, et donc votre confiance en vos propres goûts, tout en vous permettant à votre « flair » de s’exprimer de plus en plus, alors nous serons amplement récompensés de l’énorme travail que nous consacrons, depuis 4 ans, à développer PG.

Cheers, HUGO

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
mode, Hugo Jacomet, vêtement
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ACL
- 24/02/2013 - 10:40
Bravo
Oui bravo
Salvatore Migondis
- 22/02/2013 - 16:42
En fait..
Ce qui saute aux yeux ce n'est pas la veste. C'est que comme tout français qui se respecte, M. Jacomet est incapable de produire un vrai sourire..
kzg
- 22/02/2013 - 12:57
... et à la fin ...
Il a mis sa veste. Voilà.
Le monsieur nous pond un article de 4 pages pour nous dire comment il va s'habiller pour une soirée.
On dirait du Julio Iglesias. Mais je parie qu'il chante moins bien.