En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 7 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 7 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 12 heures 41 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 13 heures 38 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 4 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 28 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 9 heures 37 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 12 heures 47 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 4 min
Trans-Amérique Express

Discours sur l'état de l'Union : l'Amérique d'Obama va-t-elle vraiment mieux ?

Publié le 03 avril 2013
Dans son traditionnel discours sur l'état de l'Union, Barack Obama a affirmé que l'Amérique "va mieux" et se "renforce". Pourtant les Américains ne voient toujours pas la fin de la crise.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son traditionnel discours sur l'état de l'Union, Barack Obama a affirmé que l'Amérique "va mieux" et se "renforce". Pourtant les Américains ne voient toujours pas la fin de la crise.

Pour la cinquième fois, le président Obama, a rendu compte devant le Congrès et la nation américaine de "l’état de l’Union". Pour la cinquième fois son discours a été dominé par trois questions : l’économie,  l’emploi et le déficit. Parce que l’Amérique n’arrive toujours pas à émerger de sa "grande récession".

C’est une obligation et une tradition. Chaque année le président américain se doit de présenter au Congrès "l’état de l’Union". De dresser le bilan de santé du pays, accompagné si possible, d’une ordonnance de soins pour qu’il aille encore mieux…

En vérité, la Constitution n’impose au président de ne faire ce rapport que "de temps en temps". Mais depuis le premier discours de George Washington en 1790, ce rendez-vous a toujours été annuel. Thomas Jefferson (président de 1800 à 1808) trouvait la démarche trop "monarchique" et se contenta d’envoyer un courrier. Depuis 1913 et Woodrow Wilson, le président se déplace à nouveau au Capitol pour y délivrer son discours en personne. Washington avait fait court, avec 1 000 mots. Jimmy Carter fit très long en 1980, avec 30 000 mots (est-ce pour cette raison qu’il fut battu pour sa réélection huit mois plus tard ?).

Il est de tradition que le président glisse dans son discours la phrase symbolique "l’état de notre Union est fort". Gérald Ford avait fait exception en 1975 en disant d’emblée "l’état de notre Union n’est pas bon", avant d’énumérer les difficultés d’alors, inflation, chômage, criminalité, corruption, déficit…. En 2002 George W. Bush avait marqué les esprits. C’était quelques mois après le 11 septembre. "Ce soir, notre pays est en guerre, notre économie est en récession, le monde civilisé affronte une menace sans précédent, mais l’état de notre Union n’a jamais été aussi fort !" Allusion à l’unité spirituelle du pays soudée par la tragédie et la guerre.

Depuis son élection en 2008 Barack Obama a eu bien du mal à justifier une telle phrase. Car le pays reste sous le coup d’une "grande récession" qui n’en finit pas de ne pas finir. Cette fois il a donc trouvé une parade. Plutôt que de dire que l’état de l’Union est "fort" ("strong" en anglais), le président a dit qu’il "se renforce" ("stronger" en anglais). Certes face à la perspective de faillites bancaires et à l’effondrement des marchés automobile et immobilier, qui était le lot de 2009, l’Amérique va mieux. Un peu comme un patient dont l’état s’est amélioré en passant de "désespéré" à "grave"…

Selon un sondage du Wall Street Journal et de la chaine NBC le souci numéro un des Américains reste "l’emploi". Ils souhaitent  que leur président "répare l’économie". Mais s’attendent-ils à ce que 2013 soit l’année du redémarrage ? 60% répondent "non". C’est ce dépit, cette résignation presque,  qui inquiète les observateurs.

Car comme le gouvernement les ménages américains sont endettés. Une dette accumulée depuis des décennies à laquelle il ne prêtait guère attention jusqu’à récemment, car elle était toujours couverte par de nouveaux revenus. Depuis quatre ans les mauvaises perspectives économiques font que les Américains ont cessé de dépenser et au contraire réduisent leur dette. Un comportement qui freine la reprise car la consommation était le moteur de la croissance.

Résultat l’économie américaine fait du sur place, malgré quelques signes encourageants à long terme.

Le taux de croissance en 2012 s’est finalement établi à 1,5%. Au lieu de 2,7 envisagé en début d’année. Le net ralentissement observé au dernier trimestre 2012 a refroidi l’enthousiasme. Pour 2013 le CBO (Congressional Budget Office, équivalent de notre Bercy) prévoit une croissance de 1,4%. C’est-à-dire presque rien. Le chômage se rapproche à nouveau de la barre des 8% (7,9% en janvier). C’est exactement son niveau de janvier 2009. Et au rythme de croissance actuel il ne baissera pas, ou très peu.

L’économie américaine génère entre 150 000 et 200 000 emplois par mois. A ce rythme le chômage retombera sous la barre des 7% en… 2015. Dans 24 mois.  

Le marché immobilier s’est stabilisé après un recul de 30% (une moyenne nationale qui masque des écarts plus importants encore dans certaines régions), entre 2007 et 2011. Mais il n’est pas encore reparti à la hausse. La nette progression du nombre des constructions de maison individuelles observée à l’automne, s’est interrompue avec l’hiver.  

Les ventes de voitures sont le seul vrai point positif du moment. Elles ont fait un bond de 15% entre janvier 2012 et janvier 2013. Et les trois grands de Detroit (GM, Ford et Chrysler) en ont été les principaux bénéficiaires. Mais le marché avait considérablement reculé. Ainsi en 2012 il s’est vendu quinze millions de véhicules aux Etats-Unis, moins qu’en 2008.

"Il est de notre devoir de faire redémarrer  le moteur de la croissance économique américaine", a répété le président Obama dans son discours. Plus facile à dire qu’à faire. Et force est de constater que pour le moment son administration n’y pas parvenu.

Le renouveau pourrait venir des aléas de la mondialisation. Après avoir délocalisé massivement dans les années 1990-2000, les industriels américains commencent à revenir au bercail. Parce que l’écart des salaires s’est réduit, parce que la réévaluation progressive du yuan chinois réduit l’écart des monnaies, parce que le coût des transports a augmenté, parce que les industriels souhaitent rapprocher les activités de R&D (Recherche et Développement) de celles de production… Mais surtout parce que les consommateurs commencent à faire preuve sinon de patriotisme économique, du moins d’un désir de proximité. Très critiqué pour avoir délocalisé ses opérations en Chine, notamment pour son iPhone,  Apple vient d’ajouter sur ses emballages le label "assemblé aux U.S.A". La marque à la pomme projette d’ouvrir une nouvelle usine d’assemblage aux Etats-Unis.

D’autres grandes marques ont fait de même. Obama a cité Carterpillar, Ford et Intel. La nouveauté est que pendant une décennie les économistes et industriels avaient avancé l’idée que les "emplois partis à l’étranger ne reviendraient pas".

Or certains sont bien en train de revenir. Le produire local l’emporte pour l’énergie, avec le boom du gaz de schiste, comme que pour l’agriculture, avec le boom du bio. Le meilleur atout  économique des Etats-Unis, reste le peuple américain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 13/02/2013 - 14:37
Et cela ne risque pas de s'améliorer
à court terme.
Si le meilleur allié des ricains, c'est le peuple ricain, leur pire ennemi a l'air d'être leurs dirigeants.