En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© DR
Grand large

Direction le soleil et les Maldives

Publié le 03 avril 2013
Entre les plages paradisiaques et les eaux turquoises des Maldives, Malé, capitale culturelle en pleine croissance. Mais aussi l’expérience unique d’un repas dans un restaurant sous-marin.
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre les plages paradisiaques et les eaux turquoises des Maldives, Malé, capitale culturelle en pleine croissance. Mais aussi l’expérience unique d’un repas dans un restaurant sous-marin.

Malé, la cité de l’île

Pour en savoir plus sur les Maldives, rendez-vous sur le site de Peplum.com.
 

Malé. Maléfice ? Destination très en vogue, notamment en matière de voyage de luxe, la République des Maldives connaît un déséquilibre démographique dont bénéficie sa capitale autant qu’elle en pâtit. Alors que les touristes se répartissent sur les 1 199 îles de l’archipel, c’est à Malé que se concentre la majorité de la population maldivienne. Un effectif qui représente près de 100 000 personnes. Si nombreux sont les autochtones, cela ne signifie pas que l'accès à la ville est interdit aux voyageurs. Au contraire ! Rien de tel qu'un crochet par le centre économique d'un pays avant d'en découvrir les environs.

 

On parle de labyrinthes grecs. De ce point de vue, les Maldives ne sont pas en reste. La ville de Malé, par exemple, s'étale sur plusieurs îles, dont une divisée en quatre secteurs, Henveiru, Galolhu, Machchangolhi et Maafannu. Un vrai dédale ! En raison d'un débordement démographique conséquent, le gouvernement a décidé de créer un îlot artificiel à partir du sable puisé dans les profondeurs de la mer. Sur cette terre d'accueil prévue pour recevoir 100 000 habitants, les bâtiments en cours de construction s'élèvent à plus de 2 mètres de haut en prévision d'éventuelles montées d'eaux.

 

Sous la dernière présidence, Malé a été sacré poumon économique et financier de son archipel. Une position qui lui était prédestinée à la lueur de son étymologie. Du sanscrit "mahaalay" (un terme que l'on retrouve dans Taj Mahal), qui signifie "palais" et, par extension, capitale, son nom le désigne comme le lieu de résidence privilégié des puissants.

Sa richesse tient notamment au commerce de noix de coco, de coprah et de coquillages cowry. Une activité si dense qu'elle se reflète même dans l'organisation de la ville. La rue principale, Majeedhee Magu, est marchande. C'est là que se réunissent fashionistas et touristes en tout genre.

Cependant pareille urbanisation au sein d'un espace si réduit ne peut s'opérer sans épargner l'environnement : adieu les idylliques paysages de carte postale !

 

Mais on ne vient pas à Malé que pour le shopping. On y va pour son centre islamique, par exemple. Fondé en 1984, cet imposant monument dispose d'une salle de prière pouvant accueillir presque 6 000 fidèles. Une chance pour la majorité de musulmans qui résident aux Maldives. Diffusée au XIIe siècle, cette religion a été imposée aux citoyens par la constitution de 2008. On peut aussi se faire un devoir d'aller visiter Mulliaage, la résidence officielle du président depuis 1953, date marquant le passage du sultanat à la république. Parlant sultanat, le parc Sultan vaut également le détour. C'est dans ce jardin public que se trouve le musée national.

En somme, comme aurait pu l'écrire Cicéron en bon latin, c'est-à-dire en refoulant le verbe à la fin et en  jouant sur les sonorités : "À Malé vous devriez aller. Vale".

 

20 000 fourchettes sous les mers

Pour en savoir plus sur les Maldives, rendez-vous sur le site de Peplum.com.
 

Alors que les Maldives sont menacées par une éventuelle montée des eaux, certains établissements hôteliers ont déjà pris les devants. Surélever les chambres n’est pas l’idée la plus originale : au Rangali Island, on a préféré submerger un restaurant.

 

 

Quand on parle des Maldives, on ne peut évidemment pas s'empêcher de penser au soleil, à la mer, et au sable chaud. Au climat favorable s'ajoute la plongée et la nourriture locale. De même que Jules Vernes qui le premier imagina un univers aquatique à part entière, pourquoi ne pas conjuguer gastronomie et vie sous-marine ?

Si la société actuelle a maintes fois donné raison à ce visionnaire, l'île de Rangali a, elle, donné corps à l'une de ses visions. C'est là qu'est né le tout premier restaurant sous-marin au monde, l'Ithaa. Du divehi la "maison de perle", cet établissement incroyable repose non pas à 20 000, mais à 0,001 lieue, soit 5 mètres, sous les mers.

 

Conçue le 15 avril 2005 par le designer néo-zélandais M. J. Murphy Ltd, sa structure en acrylique peut accueillir 14 personnes. Quatorze convives qui ne manqueront pas d'être impressionnés par le toit transparent qui les surplombe et s'inscrit dans un panorama de 270°. La nourriture servie a évolué au fil des ans vers une cuisine internationale aux accents asiatiques. Combinaison parfaite au vu de la destination.

Comme une vingtaine d’autres avec elle, Rangali est une île-hôtel des Maldives. Pas d’habitants, juste un énorme complexe hôtelier. Et des cinq restaurants de l’établissement, l'Ithaa reste l’expérience la plus sensationnelle. Rien de plus impressionnant que de s'immerger dans l'eau en vue d'un repas spectaculaire ; car dans ce cas précis l'expression "avoir les yeux plus gros que le ventre" s'applique davantage au décor qu'au contenu de l'assiette. En d'autres termes, difficile de se concentrer sur ce que l'on mange, quand la dégustation se voit sans cesse interrompue par la venue impromptue de poissons... vivants !

Et au cas où certains craindraient de devoir se comprimer dans une tenue de plongée, il faut préciser que l'Ithaa n'impose aucun dress code.

Au bout d'une jetée, on trouve un escalier. Au bout de cet escalier, aussi mystérieuse que prestigieuse, une salle de restaurant. Au fond de ce restaurant, une table attend, séparée par une vitre translucide d’un défilé de poissons. Dilemme cornélien : manger ou contempler ? Jules Vernes avait raison : "la mer est le vaste réservoir de la nature", la réserve d'une aventure gustative sans pareil. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

07.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Djamar
- 14/01/2013 - 08:57
Bel article
qu'en est-ce qu'Atlantico va nous vanter les vertus touristiques du Qatar, avec sa tour, ses musées, Abu dhabi pour son circuit automobile, l'Arabie Saoudite, avec ses richesses culturelles ?
caius
- 14/01/2013 - 08:04
Un des pires pays islamiques du monde !
Peu de touristes le savent à commencer semble-t-il par Quentin Desurmont mais les Maldives forment une république islamique pure et dure qui n'a rien à envier à l'Arabie saoudite : vous ne pouvez apporter dans vos valises, ni alcool, ni revues à tendance pornographique (notion que les douaniers interprètent à la tête du client), ni préservatifs (si, si !) ni statues ou souvenirs religieux (les statuettes de divinités que les touristes venant des Indes ont dans leurs bagages pourraient contaminer la pureté islamique de l'archipel), ces objets sont confisqués à la douane et vous sont rendus à votre départ des Maldives.
Par contre, tourisme oblige, l'alcool coule à flots dans les hôtels pour occidentaux.
walküre
- 13/01/2013 - 12:36
Mais au final
Quel intérêt les plages et le soleil, qu'on a chez nous ?