En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 16 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 36 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 51 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 28 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 47 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 2 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 11 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 25 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 48 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Mes chers compatriotes...

Petite histoire des vœux présidentiels, ces révélateurs des forces et faiblesses de ceux qui les prononcent

Publié le 02 avril 2013
François Hollande a adressé lundi soir, à 20 heures précises, ses premiers vœux présidentiels aux Français. Un exercice solennel auquel se sont pliés tous les présidents de la Vème République. Passage en revue et analyse.
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a adressé lundi soir, à 20 heures précises, ses premiers vœux présidentiels aux Français. Un exercice solennel auquel se sont pliés tous les présidents de la Vème République. Passage en revue et analyse.

1960 : Les premiers voeux présidentiels du général de Gaulle se déroulent dans son bureau de l'Elysée. Une grande partie de son discours est consacré à l'actualité internationale : la France est en effet en pleine guerre d'Algérie, et ce discours précède de quelques jours le référendum sur l'autodétermination de ce pays, finalement accepté par les Français le 8 janvier 1961. Son discours soutient également les mouvements de décolonisation en Afrique et en Asie, sans oublier une critique de l'Union Soviétique (nous sommes en pleine Guerre froide) "qui asservit musulmans et peuples qui lui sont étrangers".

1969 : Georges Pompidou privilégie la simplicité (le discours ne dure que trois minutes) et revient longuement sur l'après-mai 68 : "Je souhaite que 1970 soit l'année du renouveau, après les épreuves subies, les périls surmontés. Que notre pays puisse reprendre dans le calme son effort vers le progrès, le bien-être, la justice".

1974 : Valéry Giscard d'Estaing s'attelle, pour la première fois, à dépoussiérer cet exercice des voeux. Il ne les effectue pas dans un bureau de l'Elysée mais près d'un feu crépitant (il sera le seul à le faire), et veut en changer la portée : "Je ne souhaite pas vous ennuyer en vous présentant les actions à conduire dans la politique française, ni vous attrister en vous rappelant les difficultés et les risques réels du monde dans lequel nous vivons". Sa conclusion - "Adieu donc 1974, et salut à toi, 1975" - est restée une formule célèbre.

1994 : A la veille de la dernière année de son second mandat présidentiel, François Mitterrand adresse à "ses chers compatriotes" ses voeux, où il souhaite une meilleure répartition des richesses, une meilleure politique sociale et salariale. Pour finir, il assène quelques recommandations d'ordre moral : "Je crois aux forces de l'esprit, je ne vous quitterai pas".

1995 : Les voeux de Jacques Chirac se déroulent dans un contexte particulier, après trois semaines de manifestations contre le plan Juppé sur les retraites : "Il n'est pas facile de réformer, je le sais. Je connais vos inquiétudes et vos angoisses face au chômage et à un avenir incertain". Le président de la République s'attèle néanmoins à ne pas changer de cap : "Il n'est plus possible de gouverner aujourd'hui comme on l'a fait ces vingt dernières années: esquiver les vrais problèmes, poser des pansements sur des blessures qu'on ne soigne jamais, remettre à demain ce qu'il faut faire sans délai".

2007 : Le discours pré-crise de Nicolas Sarkozy montre des résurgences de celui de Jacques Chirac douze ans plus tôt : "Notre pays a trop attendu, le temps presse si nous voulons rester maîtres de nos destins". Il rappelle "l'urgence des réformes qui attendent depuis vingt ou trente ans". Il parle également d'une "politique de civilisation pour bâtir les codes et la ville du XXIe siècle : intégration, diversité, justice, droits de l'homme, environnement, goût du risque et de l'aventure, sens de la responsabilité, respect, solidarité".

Atlantico : Le président de la République a adressé lundi soir ses premiers voeux présidentiels aux Français. Un exercice auquel tous les chefs d'Etat de la Vème République se sont pliés. Peut-on faire des comparaisons entre la prestation de François Hollande et celle de ses prédécesseurs ? Etait-il à l'aise dans cet exercice ?

Jacques Charles-Gaffiot : Malgré un décor très sobre (ouvert sur le jardin de l'Elysée) et qui reprend celui choisi par Jaques Chirac à plusieurs reprises, François Hollande n'est pas apparu aussi à l'aise qu'il voulait le faire croire. Son discours était extrêmement haché, à la différence de ses prédécesseurs, qui s'exprimaient plus lentement et donc avec plus de solennité.

A noter que le chef de l'Etat s'est exprimé environ 8 minutes, soit une durée comparable à celle de ses prédécesseurs (sauf pour le général de Gaulle qui s'était exprimé 15 minutes en 1968). 

Par ailleurs, on a vu un président s'adressant plus à lui-même qu'aux Français. En témoigne l'utilisation massive du pronom « je », là où François Mitterrand par exemple utilisait beaucoup le « nous ».

Justement, les politologues ont déjà tenté à plusieurs reprises de comparer les présidences de François Mitterrand et de François Hollande. On sait que le premier président socialiste de la Vème République a servi de modèle et a fortement inspiré l'actuel chef de l'Etat. Peut-on trouver des points de comparaison entre les deux hommes dans la manière de présenter leurs vœux aux Français ?

En 1981, les vœux de François Mitterrand s'ouvrent sur la « Symphonie pour les soupers du Roi » de De Lalande et non sur « La Marseillaise ». François Mitterrand est assis derrière un bureau tandis que Hollande est debout. Au-delà de ces petites différences de style, il en existe une autre de taille : lorsque François Mitterrand présente ses vœux, on a véritablement l'impression qu'il s'adresse à la nation. Il dit « nous l'avons fait » en parlant des réformes entreprises. Et pour justifier la lenteur des réformes qui ne sont pas encore achevées, François Mitterrand évoque très habilement les lenteurs de l'Histoire. Ce qui lui permet par là même de replacer son action dans l'Histoire de France.

Or, si on reprend le discours de François Hollande, la France n'est la France que si elle marche en avant. L'Histoire ne compte plus, c'est l'avenir qui fait la France. Peu importe où l'on va, l'important c'est d'avancer. L'activisme prend le pas sur la direction à suivre, même si elle mène vers un précipice. 

Il est aussi important de souligner l'utilisation de mots comme « nous » ou « ensemble » que n'a pas utilisés François Hollande. Les anciens chefs d'Etat, qu'il s'agisse de Mitterrand ou de Pompidou, soulignaient ainsi que le bien-être de la nation se construisait avec les chefs du gouvernement et de l'Etat. Avec Hollande c'est le « je » qui l'emporte le plus souvent.

Plus proche de nous, quelles différences et quels points de comparaison peut-on faire entre les vœux de Nicolas Sarkozy et ceux de François Hollande ?

Lors de ses premiers vœux, Nicolas Sarkozy est debout dans la cour de l'Elysée. Son propos est extrêmement posé. Comme François Hollande, il utilise beaucoup le « je », mais il parle à deux reprise de « l'intérêt général ».

Surtout – on voit que les services de communication sont passés par là – il tient ses mains avec les doigts croisés. Sans doute pour éviter un débordement avec des gestes trop précipités comme on le lui reprochait. Dans ses discours, Hollande est très expansif : il agite les deux bras de manière un peu saccadée. Lorsqu'il a présenté ses vœux le cadrage de la caméra ne permettait pas de voir cette gestuelle habituelle. Tout cela, sans doute dans le but d'ajouter de la solennité à ce moment.

Quelle importance spécifique ont ces premiers voeux, pour un président de la République ?

François Hollande l'a dit lui-même : présenter ses vœux aux Français lorsqu'on est président de la République est un bon exercice. C'est un bon exercice parce qu'il sort du cadre de la politique. Le temps de Noël reste, en France et en Occident, le temps de l'intimité familiale : on quitte son emploi du temps quotidien pour retrouver de vraies valeurs. Je pense que les vœux présidentiels restent un moment attendu des Français qui espèrent une attention particulière de la part du chef de l'Etat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gabbrielle
- 03/01/2013 - 06:43
L'article du Point sur le tournage des voeux
J'ai lu l'article et les commentaire. Entre désolation et moqueries, certains commentateurs se gaussent avec un grand sens de la formule.
J'ai bien aimé l'idée lancée à Sérillon: faire faire à Lou François, après l'ENA, école nationale d'administration, l'ENA, école nationale d'articulation!
http://www.lepoint.fr/politique/voeux-presidentiels-hollande-a-du-s-y-reprendre-quatre-fois-02-01-2013-1607776_20.php
L'article de Libé "Hollande fait son baptême du voeu" n'est pas tendre non plus
http://www.liberation.fr/politiques/2013/01/01/hollande-fait-son-bapteme-du-voeu_871129
Par contre, on ne sait toujours pas qui a cafté sur les conditions de tournage de cette super production.
bigoud26
- 03/01/2013 - 04:28
le texte
Pour ceux qui veulent le lire, l'allocution du Président lundi soir ...

http://www.voltairenet.org/article177033.html
vangog
- 02/01/2013 - 23:59
Il est déprimé Flamby!
...et c'est pour cette raison qu'il récitait très vite son prompteur...
De plus en plus de soucis, de moins en moins d'amis et toujours cette incapacité a trouver des solutions, après le meurtre de "Sarko le père", juste après avoir couché avec la mère libérale, il est dans la phase de déprime existentielle, juste avant de se crever les yeux...