En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 2 heures 45 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 4 heures 6 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 4 heures 45 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 5 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 10 heures 25 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 11 heures 6 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 3 heures 18 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 4 heures 25 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 5 heures 4 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 9 heures 13 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 9 heures 31 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 10 heures 43 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 11 heures 26 min
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Atlantico Green

Green Deal d’Ursula von der Leyen : peut (beaucoup) mieux faire

Publié le 22 décembre 2019
La présidente de la commission Européenne, Ursula von der Layen a présenté récemment son programme de "Green new deal". S'agissant de "réconcilier l'économie avec la planète" ce programme de 24 pages sous forme de vœux interroge sur sa viabilité.
Samuel Furfari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samuel Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il a été durant trente-six ans haut fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il enseigne depuis 2003 la géopolitique de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente de la commission Européenne, Ursula von der Layen a présenté récemment son programme de "Green new deal". S'agissant de "réconcilier l'économie avec la planète" ce programme de 24 pages sous forme de vœux interroge sur sa viabilité.

Atlantico : Le programme, proche des choix énergétiques allemands, préconise des objectifs de 100% d'énergies renouvelables pourtant peu pilotables et in fine polluantes. Pourquoi un tel dogmatisme autour de ces sources d'énergies ?

Samuel Furfari : Soyons précis. La Commission européenne, mais aussi le Conseil européen dans ses conclusions du 13 décembre, ne laissent pas entendre qu’il y aura 100% d’énergie renouvelable, mais qu’il y a aura neutralité carbone. Ce n’est pas la même chose. Cela signifie que personne ne rêve à arriver à 100% d’énergies renouvelables, mais que les émissions générées par l’usage des énergies fossiles – car il en restera – devront être compensées par la capture et stockage (CCS) du CO2 voire – pour ceux qui y croient parce qu’ils n’ont pas de notions de thermodynamique – l’utilisation du CO2.

Toutefois vous avez raison. La majorité de cette neutralité devra être atteinte par le développement des énergies renouvelables, personne ne se faisant trop d’illusion sur l’économie du CCS.  Il s’agit d’un dogmatisme en faveur des énergies renouvelables . On fait semblant d’oublier que la politique en faveur de ces énergies a débuté il y plus de 45 ans en réaction à la crise pétrolière. Ensuite la frénésie du changement climatique a poussé cette volonté en dehors du raisonnable. Depuis 2000 on estime que l’UE et ses États membres ont dépensés un trillion d’euros – un million de million – pour atteindre 1,9% d’énergie éolienne et 0,5% d’énergie photovoltaïque dans le bilan d’énergie primaire . En plus, comme résultat de la nature intermittente de ces énergies idolâtrées, il y a une augmentation de la facture que tout consommateur observe sans toutefois qu’on lui explique de manière claire que cela est dû à cette politique en faveur des énergies renouvelables.

N’aurait-il pas été plus sage d’observer les résultats du premier objectif de 20% d’énergies renouvelables qui avait été fixé pour 2020 ? En 2021 nous aurons les résultats et on verra ce qui aura été fait.  Il est vrai qu’attendre ces résultats aurait été bien démoralisant vu le nombres d’États membres qui n’atteindront pas leur objectif, y compris l’Allemagne. N’oublions pas que dans la directive en faveur des énergies renouvelables en vigueur depuis décembre 2018, il n’y a aucune obligation pour les États membres mais uniquement pour l’UE, les gouvernements ayant refusé lors du Conseil européen d’octobre 2014 que des objectifs contraignants leur soient imposés. L’objectif n’est que collectif : armons-nous et partez !

Cette directive est le résultat d’un compromis laborieux entre les trois institutions de l’UE. La Commission européenne avait proposé un objectif de 27% pour 2030 , sous la pression du Parlement européen ils ont abouti au compromis de 32%. Comment prétendre à présent que l’on pourrait soudainement atteindre 50-55% ?

Nous assistons à une fuite en avant qui n’apportera que déception auprès des citoyens lorsqu’il devront observer que les promesses ne seront pas tenues

Sur la question des usages, la solution des batteries électrique montre des signes de faiblesses : faiblesse du recyclage, goulets d'étranglement productif autour des terres rares mais aussi du cuivre... Est-ce le symptôme d'une écologie plus idéologique que pragmatique?

Certainement. Mais selon moi il y a un problème bien plus important ! Pour remplacer seulement 10% du parc automobile français avec des véhicules électriques il faudra en cas de charge lente (5 kW dans le garage domestique) une puissance électrique supplémentaire de 16.2 GW soit l’équivalent de 16 réacteurs nucléaires. Pour l’instant la capacité installée en France est de 133 GW. Ne parlons même pas de la charge rapide qui exigera avant la mise en place d’un réseau intelligent qui n’existe que sur papier. On se demande si derrière cette frénésie du véhicule électrique il n’y a pas le lobby nucléaire, une énergie qui a tellement de mérite que je ne comprends pas pourquoi il faut utiliser la peur du changement climatique ou du besoin de véhicules électriques pour la justifier.

Ensuite une fois que l’on aura installé toutes ces nouvelles centrales il faudra renforcer les câbles de distribution vers les maisons. C’est une technologie banale, mais le cuivre est cher et éventrer les trottoirs de nos villes pour y installer ce nouveau réseau coutera cher. Qui payera ? Le consommateur électrique. Le véhicule électrique existe et possède d’innombrables qualités, dont celle de ne pas polluer en ville. Mais tant que l’on ne résoudra pas la question de l’approvisionnement électrique, il restera une niche pour les nantis, comme le montre les ventes en croissance d’une marque bien connue.

Pourquoi un tel aveuglement dans la rédaction de ce plan ? Quelle sont ces chances, mêmes partielles, d'aboutir ?

L’UE a réussi la réunification de l’Europe. Nous avons créé un fantastique espace de paix et de prospérité. Un « rapport exploratoire » qui avait été soumis à Jacques Delors en novembre 1991 évoquait la nécessité de trouve « une nouvelle métaphore » pour donner sens à la nouvelle UE. Ce nouveau métarécit est la peur du changement climatique. Je sais qu’il y a des députés européens qui n’y croient pas mais ils n’osent pas le dire en public. On est en pleine omerta !  

Pourtant l’accord de Paris et les COP montrent bien, qu’à part l’UE et certains de ses États membres,  il n’y a pas d’engagement sérieux sur la question.

Il y a cela deux raisons. Premièrement et contrairement à ce qu’on laisse constamment entendre en France, il n’y a pas d’urgence climatique et il n’y a pas de corrélation irréfragable entre les émissions de CO2 et l’augmentation de température qui a eu lieu il y a une vingtaine d’année. C’est une évidence mais cachée par les médias et les activistes.

D’autre part, la consommation d’énergie est indissociable de l’activité économique. C’est une notion de physique élémentaire, l’énergie étant la même notion que le travail : le travail requiert de l’énergie. La croissance économique que nous vivons depuis des décennies a fait que depuis la COP-1 ont a assisté à une augmentation spectaculaire des émissions de CO2  mondiale de + 58% ! Si on veut réduire les émissions de CO2 il y a deux et seulement deux méthodes qui ont fait leurs preuves : la récession économique  prônée par les écologistes profonds– comme l’a très bien montré la crise économiques de 2008-2010 – et le nucléaire. Oui, le nucléaire est la seule solution praticable pour ne pas que les émissions de CO2  continuent d’augmenter à cause de la demande croissante en énergies fossiles pour, entre autre, répondre à la demande de bien-être de la population Africaine comme je viens de le montrer dans mon livre publié ce mois (L’urgence d’électrifier l’Afrique – L’Harmattan). Or la haine du nucléaire remonte à la fin des années 1960, soit un quart de siècle avant la peur du changement climatique. Je suis persuadé que le jour où il faudra admettre qu’il faut passer massivement au nucléaire pour réduire les émissions de CO2, les activistes admettront enfin que le changement climatique est naturel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eolian
- 22/12/2019 - 12:23
Idéologie
@Tatouzou Tant que cette idéologie "escrologiste" durera, je crains que personne ne pourra ou voudra entendre le bon sens. Tant que "Ste" Greta entourée de sa clique fera sa propagande aux frais de la princesse, je ne vois pas beaucoup d'espoir hélas!
hoche38
- 22/12/2019 - 11:10
Agitation futile?
Nous sommes dans la gesticulation médiatique. Les échecs qu'elle a encaissés depuis vingt ans ont fait perdre à l'administration de Bruxelles l'initiative politique et ses apparatchiks tendent désespérément d'avoir l'air d'exister. Il faut bien que ces braves gens justifient leur budget.
tatouzou
- 22/12/2019 - 10:04
Excellent article
Enfin un peu de bon sens.
Mais qui l'entendra ?