En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 1 heure 8 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 3 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 3 heures 55 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 4 heures 11 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 5 heures 48 sec
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 4 heures 50 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 4 heures 55 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 6 heures 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 6 heures 57 min
info atlantico
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Politico Scanner

66% des Français ne comprennent pas la politique menée par Emmanuel Macron et 75% s’en sentent exclus

Publié le 21 novembre 2018
Dans un sondage exclusif Ifop pour Synopia, Dentsu Consulting et Atlantico, on apprend que seulement un quart des Français approuvent les efforts demandés par le gouvernement.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Alexandre Malafaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Malafaye a d’abord été chef d’entreprise avant de devenir cadre dirigeant au sein de grands groupes. En 2008, il décide de se lancer dans l’écriture, mettant ainsi à profit ses connaissances historiques et géopolitiques.
Il a publié plusieurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un sondage exclusif Ifop pour Synopia, Dentsu Consulting et Atlantico, on apprend que seulement un quart des Français approuvent les efforts demandés par le gouvernement.

Atlantico : 32% des Français interrogés (dont 18% au sein de LREM) considèrent que comprendre la politique menée et les objectifs poursuivis est essentiel pour avoir confiance en l'action du président. Mais 66% de la population reconnait ne pas comprendre la politique menée par Emmanuel Macron. S'agit-il selon-vous d'un échec important de l'ambition d'une pensée complexe porté par Emmanuel Macron ? N'est ce pas le signe que les Français s'inquiètent d'une dérive technocratique de la démocratie ?

Jérôme Fourquet : Sans doute en parti. Pour replanter le décor, j'aimerais rappeler la date à laquelle cette enquête a été effectuée. La fin du mois de septembre dernier. A ce moment là, nous n'avions pas encore la contestation sur la hausse de prix du carburant. Pour autant, on constate que nous avions les fondements de ce qu'il se passe actuellement. Il faut donc mettre en résonance ce sondage avec l'actualité. Les « Gilets jaunes » sont un révélateur de ce que l'enquête montre. Une prise de conscience d’un lien qui, aujourd'hui, s'est distendu.

On peut mettre cela en lien avec les propos que le président de la République avait tenu quelques jours plus tôt (jeudi 15 novembre dernier) sur le porte avion Charles de Gaulle.  Il a reconnu qu'il n'était pas parvenu à réconcilier les Français avec leurs élites. On constate bien ici le divorce consommé entre une grande partie de la population et les lignes dirigeantes.

Deux tiers des Français ne comprennent pas l'action gouvernementale. Encore une fois ces chiffres sont préalables au mouvement des « Gilets jaunes ». Si nous réalisions l'enquête aujourd'hui, il y a fort à parier que les chiffres seraient surement aggravés avec l'incompréhension qui s'est développée sur la politique environnementale expliquant que taxer le diesel permet de réduire la pollution. Il y a un problème de clarté.

Mais ce que l’on constate c'est que la confiance se bâtit d'abord sur deux piliers principaux :

D'une part les résultats qui tombent au fur et à mesure du mandat sont-ils de nature à être encourageants ? Emmanuel Macron a du mal à obtenir des résultats qui viennent crédibiliser son propos. C'est d'autant plus problématique que cette mobilisation sociale sans précédant intervient au moment ou l’on a des effets concrets qui sont en train d'intervenir. A savoir la baisse de la deuxième tranche de la taxe d'habitation et la deuxième salve de baisse des cotisations salariales. Ces ont des éléments positifs qui viennent faire preuve de démonstration. Or les français ne l'entendent pas.

D’autre part, le fait que l'on soit ou non dans le respect de la parole donnée. Est-ce que ce qui est fait est conforme à ce que qui a été annoncé ? Le mantra d'Emmanuel Macron dans les premiers mois de l'exercice de son mandat en somme. Aujourd'hui, on a l'impression  que le fil c'est perdu. Emmanuel Macron n’est bien entendu pas le premier à connaitre une crise de méfiance, mais elle s'installe de manière rapide dans chacun des quinquennats. Les Français attendent des résultats concrets et rapides. Le temps de l'opinion n'est pas celui de l'action politique.

Ce qui est intéressant aussi, la vitesse avec laquelle le fil peut se rompre. En octobre dernier, il y a un an, pour la même question, 44% des Français comprenaient l’action gouvernementale. On a donc perdu 10 points en un an. On a le sentiment que quelque soit les annonces faites, les choix de communications effectuées, tout ça ne passe plus. Il y a une couche de défiance qui s'est installée et qui rend le message présidentiel inaudible. Parce que les Français ont basculé dans autre chose.

Cette autre chose, est-ce qu'elle ne pourrait pas être inquiétante ? Vous notez que seulement 28% de Français approuvent les efforts qui leur sont demandés par l'exécutif ? Mais en même temps ils ne sont que 56% à ne pas se sentir impliqués par la politique de manière générale et 75% à se sentir exclu de celle menée par Emmanuel Macron en particulier. N’y-a-t-il pas une remise en cause du modèle ou d’un refus démocratique quand une partie aussi importante de la population se sente exclue ?

Jérôme Fourquet :  Je répondrai en rajoutant un autre chiffre, 23% des Français ont une vision positive de ce que peut devenir la France dans 5 ou 10 ans au regard des pistes tracées par Emmanuel Macron. Comprenez qu’un quart de la population estime que le chemin qu'il a tracé est positif et rassurant. Nous sommes proches de sa côte de popularité et de son socle électoral. En dehors de celui-ci, il est seul.

Historiquement nous étions structurés sur une opposition gauche-droite. Nous avions un socle et un seuil d'indulgence du reste de la grande famille politique. Ici, nous avons un président avec un petit quart de la population qui l’approuve et trois quarts dans la défiance ou l'incompréhension.

Pour ces trois quarts, on n'approuve pas non plus les efforts demandés parce que par ailleurs on ne se sent pas impliqué et engagé dans le projet de transformation. Donc le cap fixé n'est soit pas perceptible soit négatif.

Effectivement, cela pose un problème démocratique. Certes, Emmanuel Macron n’est pas responsable seul. Mais la ou ça se complique pourtant pour lui c'est qu’il avait élaboré un discours de pratique politique et ce depuis le quinquennat précédant. Création d’En Marche, montée en puissance d'une nouvelle élite ou un nouveau cadre pas issu de l'ancien monde, développement de méthodes qui permettaient le contact à grande échelle avec les Français, le renouvellement de l'organisation partisane… Tout cela pour qu'au final nous nous retrouvions dans cette situation.

Ce que la majorité présidentielle cherche à bâtir ne parvient pas à résoudre la crise de méfiance et démocratique dans le pays.

N’y-a-t-il pas un retour de bâton ironique quand on repense à l’avertissement lancé par François Hollande qui disait à Emmanuel Macron que les Français ne veulent pas qu'on leur face la leçon ?

Jérôme Fourquet : Effectivement on peut le percevoir comme cela. L’ironie politique a toujours été habilement maniée par François Hollande. Lui qui a été accablé par son successeur le retrouve a peu de chose prés dans la même situation. Il y a remise une en question de tout le logiciel macronien qui n'apparait pas en capacité de changer l'équation du problème.

Ce qui n'apparait pas dans ce sondage, c'est que la côte d’Emmanuel Macron est actuellement à 25%. Au même moment, François Hollande était à 20%. Nous sommes donc exactement dans la même configuration. A l’exception qu’il y a ressentiment qui n'est pas de la même nature vis-à-vis du président normal et du président jupitérien.

Même s’il est un peu tôt pour faire le bilan, ce désaveu observé au bout d’un an et demi de mandat nous montre que le nouveau monde ressemble beaucoup à l’ancien.

Si l’on veut résumer, nous pourrions dire : "tout ça pour ça". Jupiter est aujourd’hui confronté à une société française massivement en défiance.  

A la lecture de ce sondage fait à la fin du mois de septembre, on perçoit tous les ingrédients qui ont fait le terreau du mouvement des gilets jaunes : une forte incompréhension de l'action gouvernementale, une déception et une vraie crainte quant aux conséquences de l'action du gouvernement d'Emmanuel Macron. 72% des Français n'approuvent pas les efforts demandés par le Président : ce rejet, plus que d'une mesure en particulier, n'est-il pas une défiance nette envers la démocratie française ?

Alexandre Malafaye : Depuis trop longtemps, le système et nos dirigeants ne tiennent pas leurs promesses. Les déceptions sont immenses et touchent toutes les classes sociales. 

Emmanuel Macron et son équipe gouvernementale ont bénéficié d’un capital de bienveillance inédit de l’opinion, sans soute lié à la jeunesse du Président et à son style en campagne, mais de très nombreuses maladresses ont été commises. A cela s’ajoute que la promesse de « faire de la politique autrement » n’a pas été tenue. D’une certaine façon, l’exécutif a joué avec des allumettes dans les rideaux pendant 18 mois. Il ne faut pas s’étonner que le feu finisse par prendre. D’autant que la matière est très inflammable : les Français sont au bord de l’exaspération. 

Enfin, Emmanuel Macron a commis le même péché originel que ses prédécesseurs : se croire légitime, alors qu’il n’a recueilli que 17 % des suffrages exprimés au 1er tour. L’élection lui a conféré la légalité, mais il lui fallait contraire sa légitimité dans le temps, avec humilité, et créer un lien de confiance avec les Français.

Emmanuel Macron n'est-il pas enfermé par la logique partisane tant ses sympathisants le suivent largement contre l'opinion de rejet et de défiance majoritaire ?

Alexandre Malafaye : Il a hélas reproduit tous les travers de l’ancien monde. Parfois en pire. Nous sommes passés du « en même temps » rassembleur à la caricature  qui consiste à ridiculiser tous ceux qui n’appartiennent pas au nouveau monde. Ce faisant, il nous a lui aussi fait le « coup du bilan » non pas vis-à-vis de son prédécesseur, mais de tous ses prédécesseurs. Très risqué, car le retour de manivelle ne pouvait pas ne pas arriver. Surtout si l’on n’est pas exemplaire soi-même.

En parallèle, son gouvernement a troqué petit à petit le discours de vérité par celui de la propagande, parfois de façon grotesque, et ça ne passe plus. Le cap, le sens et la capacité à entrainer ont été par trop négligés. 

Ce genre de sondage ne décrit-il pas en la population française un terreau pour une forme de populisme tel qu'il a déjà triomphé aux Etats-Unis ou en Italie ?

Alexandre Malafaye : Il faut se méfier des mots. Populisme a une charge négative. Or ce mouvement n’a rien de populiste. Il est populaire, fondé sur l’expérience de la vraie vie des vrais gens. C’est ce refus de prendre en compte les réalités, ce mépris des élites, cette façon de faire de la politique fondée sur l’idée que « JE décide et vous obéissez » qui provoquent ces vagues de rejet. Le fait qu’elles soient exploitées de façon démagogiques par les marchands du temple de l’échiquier politique constitue un autre problème. Il ne faut pas tout mélanger. Surtout, il faut écouter et respecter les Français. Avant qu’il ne soit trop tard.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 23/11/2018 - 11:29
Macron : une marionnette au service de la finance internationale
Macron, une vulgaire marionnette dont les ficelles se rompent un peu plus chaque jour !...
Alors, tout ce qu'on n'ose plus vous dire sur les gilets jaunes est ici ==> http://bit.ly/2S3JUVA
Alain Proviste
- 22/11/2018 - 18:22
Les électeurs sont marrants
Ils se font embourber à chaque élection et après ils se plaignent. La manip' en 2017 était pourtant un peu grosse : on élimine l'opposant éligible par des moyens pour le moins condamnables et on fait passer au second tour l'épouvantail de service. Le tout en tenant un pseudo-discours de changement. On élit un gars qui vient de passer 5 ans avec Hollande et on se plaint qu'il augmente les impôts ? Les Français ne veulent pas vraiment au fond d'eux le changement. Tout notre système social est à changer et il faut regagner la maîtrise de nos frontières. Pour cela il faut brûler ce qu'on a adoré (Sécu, retraites par répartition, status spéciaux, fonction publique pléthorique), remettre en cause le droit européen qui s'impose à nous et arrêter avec ce culte des Droits de l'Homme. Les Français y sont-ils prêts ?
lexxis
- 21/11/2018 - 21:38
UNE BANDE DE MENTEURS!
Macron a à plusieurs reprises, pendant sa campagne et après, juré ses grands dieux qu'il garantirait le pouvoir d'achat des retraités.
Il vient de faire exactement le contraire en désindexant les pensions et cela, quoi qu'en disent ses porte-mensonges, il s'était bien gardé de l'annoncer durant sa campagne. Donc contrairement au slogan LREM, non seulement Macron ne fait pas tout ce qu'il dit (voir le pouvoir d'achat et les gilets jaunes) mais en plus il fait en traître des choses qu'il n'avait pas annoncées parce que s'il les avait dites, il n'aurait pas été élu. C'est donc de la vieille politique, du politicard retors et on n'attend qu'une chose que la page se tourne...