En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce premier printemps arabe que tout le monde a oublié

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 8 heures 18 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 14 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 1 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 16 heures 18 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 8 heures 38 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 12 heures 20 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 16 heures 32 min
© FILIPPO MONTEFORTE / AFP
© FILIPPO MONTEFORTE / AFP
Atlantico Bourse

Italie : doutes et tensions

Publié le 22 mai 2018
La constitution d’un gouvernement de coalition en Italie génère des doutes et des tensions croissantes.
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La constitution d’un gouvernement de coalition en Italie génère des doutes et des tensions croissantes.

La constitution d’un gouvernement de coalition en Italie génère des doutes et des tensions croissantes. Comme souvent dans les périodes de stress concernant un pays membre, le problème provient des conséquences financières en cascade suite à une décision politique concernant la dette. C’est exactement ce qui se passe en Italie. 

Depuis plusieurs semaines les investisseurs s’interrogent sur la politique italienne suite aux élections de mars. Les choses se sont accélérées depuis quelques jours suite à l’accord pour constituer un gouvernement de coalition entre les deux partis ayant réalisé les meilleurs scores aux élections. 

Le problème pour les investisseurs est que le programme n’est pas encore bien défini : une sortie de l’Euro semble exclue à ce stade mais l’idée que le nouveau gouvernement indique vouloir obtenir un allègement de sa dette a mis le feu aux poudres.  La coalition aurait inscrit dans son programme une demande indiquant que la BCE devrait annuler 250 Milliards d’Euros de dette italienne qu’elle détient dans son bilan. Couplée à un volet dépense publique supplémentaire estimée entre 20 à 50 Milliards d’Euros, l’ensemble des coûts liés au programme du nouveau gouvernement a inquiété les marchés : les taux ont progressé…les valeurs bancaires ont plongé et globalement les indices actions ont nettement reculé. 

Pour le moment, les autres marchés Européens ont connu des réactions mesurées. En effet, la seule réelle conséquence pour les membres de la Zone Euro est la baisse de la devise européenne ce qui a été favorable à toutes les valeurs exportatrices du vieux continent. Passé le premier moment de stupeur à l’annonce des mesures envisagées par la nouvelle coalition beaucoup ont indiqué finalement ne pas être (trop) inquiets…

Pour le moment, la situation n’est pas encore explosive mais chacun a bien en tête que le problème de la dette italienne est déterminant…et ce d’ailleurs quel soit le gouvernement en place. Les achats d’obligations d’Etat par la BCE depuis 2012 ont permis de colmater les brèches dans les circuits de financement et de baisser les taux pour dynamiser la croissance mais cela n’exonère pas les gouvernements de prendre des mesures concernant la gestion de leur comptes publics. Objectivement l’Italie a fait d’énormes efforts ces 5-6 dernières années. Elle est même parvenue à générer progressivement un excédent primaire de ses comptes publics équivalents à 2.5% de son Produit Intérieur Brut (PIB). 

Hélas l’Italie traîne aussi depuis des années le poids d’une dette trop importante : le pays parvient à peine, malgré tous ses efforts à stabiliser sa dette globale à 130% du PIB depuis 2015. L’investissement public est particulièrement faible avec moins de 600€ par habitant soit 50% de moins qu’en France. La spirale de problème posée par cette dette est aggravée par le vieillissement de la population : le surendettement Italien pèse sur un nombre d’actifs de plus en plus faible. 

On comprend donc parfaitement le souhait de la coalition de vouloir s’attaquer prioritairement au stock de la dette. Il est aussi évident que les autres pays Européens ne peuvent être d’accords pour que la BCE annule purement et simplement 250 Milliards d’Euros. Les investisseurs redoutent que la situation se tendent entre l’Europe et le nouveau gouvernement Italien : la conséquence est instantanément une tension sur les taux 10 ans Italiens. Ils sont passés largement au-dessus de 2% et sont désormais supérieurs à la plupart des taux du Sud de l’Europe…et l’écart de rendement avec les taux Allemands s’accroit lui aussi depuis une dizaine de jours, ce qui est une preuve de la méfiance des investisseurs. Avec un stock de dettes de 2300 Milliards d’Euros, une tension prolongée des taux longs serait un problème majeur pour l’Etat Italien et annulerait toute marge de manœuvre du nouveau gouvernement à l’image de ce qui s’était passé en Grèce au pic de la crise il y a 5-6 ans ! 

Deuxième conséquence que les marchés ont bien à l’esprit : près de 67% du stock de dettes est porté par des investisseurs Italiens (Banques et Particuliers). Un doute sur la dette ou une restructuration partielle aurait un effet dévastateur sur les comptes des banques et la capacité de consommation des ménages. Les cours des banques ont donc été lourdement sanctionnées depuis 15 jours et globalement la bourse Italienne a reculé. 

Lors de la crise grecque la contagion avait touché les banques européennes et l’ensemble des bourses de la Zone Euro. Cette fois-ci pour le moment les effets sont relativement faibles sur les banques et quasiment nul sur les bourses du continent. En effet, l’Euro ayant faibli par rapport au Dollar, l’effet change positif pour les actions européennes a pleinement joué et la bourse Française a ainsi pu atteindre un niveau record datant de plus de 10 ans. 

Pour le moment, l’Italie est selon nous plus un point d’attention que d’inquiétude réelle mais reste bien sûr à surveiller de près : les phénomènes de contamination sont potentiellement problématiques. A court-terme, la faiblesse de l’Euro porte plus d’avantages pour les entreprises européennes exportatrices.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce premier printemps arabe que tout le monde a oublié

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/05/2018 - 23:54
Cette histoire-là commence!
en convoquant un technocrate, Matarella-le gauchiste (qui porte une grande part de la responsabilité de la dette) provoquera des élections anticipées- et une plus grande adhésion à la coalition Lega-Cinqe Stelle...Matarella incarne une très vieille politique, qui a échoué et qu’il est finie...il est seul contre tous les Italiens!
thierry_st_malo
- 23/05/2018 - 11:05
A Atlantico
Mes commentaires ne sont pas politiquement corrects, je vois :-)
Ça ne m'étonne pas.
thierry_st_malo
- 23/05/2018 - 08:48
Cette histoire-là est finie
A lire la Stampa et la Repubblica de ce matin, le président ne veut absolument pas de ce gouvernement et veut sacrifier sur l'Italie sur le splendide autel de la merveilleuse Europe couverte de lauriers ( on se croirait en France ) mais il n'ose pas mettre son veto. On commence donc à se diriger vers de nouvelles élections.