En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 9 heures 51 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 13 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 16 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 16 heures 33 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 17 heures 22 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 17 heures 41 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 18 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 18 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 11 heures 30 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 12 heures 51 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 15 heures 24 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 19 heures 31 min
Revue de presse

Laurent Wauquiez se prend pour un héros romain face à Macron/Attila ; Richard Ferrand taquine Macron ; Nicolas Hulot use ses collaborateurs ; France 5 a peur de froisser Delphine Ernotte ; La France patrie des start-up : un mirage ?

Publié le 08 février 2018
Et aussi : le Parti Socialiste se déchire ; le Bitcoin a plein de rivaux, aussi virtuels que lui.
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et aussi : le Parti Socialiste se déchire ; le Bitcoin a plein de rivaux, aussi virtuels que lui.
 

"La France du réel s'est exprimée ce soir" aurait lancé Wauquiez après les deux victoires électorales des Républicains dans des législatives partielles. Pour l'Obs "En choisissant de paraphraser Charles Maurras, qui opposait la légitimité du 'pays réel' (le travail, la famille, la patrie) au 'pays légal' (les institutions républicaines) Wauquiez a confirmé sa volonté de rupture avec la droite modérée."

Le Point lui consacre sa Une et  porte un regard plus positif sur Wauquiez "Au sein du parti politique le plus abîmé par la dernière campagne présidentielle, on ne peut se passer du luxe des incantations et des prophéties qu'on espère autoréalisatrices" La renaissance de la droite est attendue, elle va venir c'est sûr. Et elle passera par quelques mises en retrait, divorces, ou départs.

Cela ne fait pas peur à Wauquiez estime Le Point : "Poussé par Nicolas Sarkozy, dont l'entourage assure que « Laurent » ne doit pas se laisser « enfermer par une base militante en manque affectif », le président des Républicains hésite entre la clarification humaine et la tentative de fête de famille. Dominique Bussereau et Jean-Pierre Raffarin ont pris leurs distances, Xavier Bertrand a quitté « définitivement » le parti à l'occasion d'un tonitruant JT le jour de la victoire de Wauquiez, et Alain Juppé est maintenant annoncé tête de liste de La République en marche pour les prochaines élections européennes. En privé, les nouveaux dirigeants des Républicains se préparent à cet inéluctable départ." 

"Emmanuel Macron. Voilà un adversaire qui sied au nouveau locataire de la Rue de Vaugirard : « Face à lui, je me vois comme le patrice romain Aetius [héros de la bataille des champs Catalauniques, NDLR] face à Attila. »" Bref : "Wauquiez parle de « droite du courage » pour ne pas dire droite du clivage. Il espère faire resurgir l'antique dichotomie de la politique française."

Avis de tempête pour Macron ?

Valeurs Actuelles s'inquiète pour Macron (7 pages) : "Une société divisée, des grognes qui s’accumulent et un contexte économique qui ne laisse aucune marge: tel est l’état présent d’une France qu’Emmanuel Macron semble incapable de sortir de l’ornière. Et le pire est encore à venir."

Et l'hebdo s'appuie sur des propos prêtés à Bruno Le Maire : "« Nous sommes sur une ligne de crête », reconnaissait Bruno Le Maire à l’occasion du dîner annuel de la Revue des deux mondes, il y a dix jours. De retour du forum de Davos, le ministre de l’Économie n’a pas cherché à déguiser la fragilité de la situation actuelle. « La France va mieux, confessait-il en substance, mais la France est déchirée. Déchirée entre les gagnants et les perdants de la mondialisation ou des nouvelles technologies. Déchirée entre ceux qui vivent à Paris et ceux qui, dans l’Eure, attendent huit mois un rendez-vous d’ophtalmologie. »Et d’alerter, au sujet des braises de colère qui parsèment le pays: « Le mouvement des prisons aurait pu nous faire tomber, celui des Ehpad également…Il suffirait d’un coup de vent. »

Ferrand embête Macron

L'Élysée l'avait décidé selon Le Point, mais Richard Ferrand aurait décidé de mettre des bâtons dans les roues présidentielles "la députée LREM Sophie Errante serait la présidente de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts. Mais le patron du groupe LREM, Richard Ferrand, ne l'a pas entendu de cette oreille et a proposé le poste à d'autres femmes. Quatre députées ont donc déposé leur candidature, avant de les retirer sous la pression de l'Élysée ! « Ferrand fout le b... dans le groupe parce qu'il est frustré de ne pas être ministre, râle un député de la majorité. Tant qu'il sera là, le groupe tanguera. »" 
 
Hulot use ses collaborateurs ?
 
Hulot est-il fatigué ou fatiguant ? Il y aurait des tensions au sein du ministère de la Transition écologique. « On est rincés, usés jusqu'à la moelle », lâche un conseiller. La conseillère en communication vient de quitter le ministère, épuisée. « C'est la raison officielle, mais il y avait beaucoup de dissensions avec Nicolas Hulot », raconte un proche de l'écolo. À commencer par les échappées hebdomadaires du ministre. Alors que les dossiers s'empilent, Hulot part dans sa maison à Saint-Lunaire, en Bretagne.
 
Blanquer réformateur hardi ?
 
"En s’attaquant à ce qui ressemble – hélas – à une mission de la dernière chance, Emmanuel Macron a introduit une première rupture. Là où le ministère de l’Education nationale était souvent con é à des politiques peu au fait du dossier, Emmanuel Macron a nommé un spécialiste rue de Grenelle. Jean-Michel Blanquer connaît par cœur ce ministère où il a occupé plusieurs postes clés. Cela ne l’empêche pas de faire de la politique : L'homme joue auprès de l'opinion publique le doux air du retour aux fondamentaux, tout en se posant en réformateur hardi." Quatre pages sur le ministre de l'Education dans Marianne où des professionnels du secteur jugent les premières annonces : "Le latin et le grec de retour... mais pas partout" note un professeur de Lettres classiques.  Tandis qu'un autre estime "Une dictée tous les jours, c’est une annonce qui marque les esprits, mais qui n’aide pas précisément à améliorer la compréhension de lecture. C’est une mesure symbolique, marquante, mais pas adaptée."
 

Le PS se déchire

"Le 25 janvier, Emile Josselin, conseiller municipal de Créteil (Val-de-Marne), implore ses camarades socialistes d’arrêter de se déchirer en public sur Twitter. Peine perdue, les amabilités continuent de plus belle. Deux jours plus tard, le compte de soutien à Stéphane Le Foll propose aux militants de choisir entre l’« immoral » Olivier Faure et le « loyal » ancien ministre de l’Agriculture. Le ton de la campagne est donné : batailles d’ego plutôt que débats d’idées. Depuis leurs déroutes électorales de 2017, les socialistes ont beau avoir ferraillé contre la réforme du Code du travail, présenté un contre-budget, défendu une proposition de loi sur les déserts médicaux, leurs offensives sont passées inaperçues. Seules leurs guerres intestines retiennent l’attention." estime l'Express qui en parle sur 6 pages.

Bref "La paranoïa bat son plein. Et certains continuent à se comporter comme si le PS était encore le grand parti hégémonique de la gauche. « Ceux qui ont encore des mandats n’ont pas atterri. Ils ne sont pas fragiles comme nous qui avons tout perdu, se lamente l’ancien député Sébastien Denaja, laminé aux législatives de juin 2017. Du coup, ils perdent du temps avec des enfantillages. »"

France 5 a peur d'Ernotte ?

Selon l'Obs, Nathalie Darrigand, la présidente de France 5 a refusé une proposition de documentaire sur les suicides à France Telecom, qui aurait été diffusé en fin d'année, lors du procès pour harcèlement moral de sept ex-dirigeants et cadres de France Telecom. La vraie raison de ce refus aurait été dévoilée lors d'une réunion : Darrigand aurait eu peur de déplaire à la patronne de France Télévisions, Delphine Ernotte "qui a fait une grande partie de sa carrière chez France Telecom". 

Policiers en colère

Marianne s'intéresse à deux livres montrant "la réalité du travail des flics". Exemple tiré de "Paroles de fric" le livre du journaliste Jean-Marie Godard qui a passé un an sur le terrain : "De fait, certains commissariats ressemblent à des squats. Les meubles sont de récupération, les réfrigérateurs sont apportés par les agents eux-mêmes. Les locaux servent de salle à manger et abritent aussi les échantillons médicaux des contrôles routiers, trop nombreux pour les réserves o cielles ! Pas de pare-chocs sur les voitures, phares cassés, gyrophares défaillants... Sans parler des coffres, trop petits pour le matériel obligatoire, surtout depuis les attentats terroristes. Les gilets pare-balles, trop usés, n’arrêtent plus toujours les balles. « Nous devons tout le temps recourir à la débrouille, raconte Guillaume Lebeau. J’ai dû utiliser un bélier qui était en fait un poteau de stationnement auquel mes col- lègues et moi avions rajouté des poignées. On nous demande d’ être partout, mais on ne nous donne que les moyens d’être nulle part»."

La France nation des Start-Up ?

Elles ont levé en 2017, plus de 2,56 milliards d'euros selon le cabinet Y" mais "Si la France compte 9 000 start-up celles qui se créent connaissent un taux d’échec massif, jusqu’à 90 %" selon le site 1001startups.fr note Marianne qui dénonce "la grande illusion" sur quatre pages.

 

L'antisémitisme en Europe

Pour l'Obs "Suède, Allemagne, Belgique, France .. L'Europe est confrontée à une vague de judéophobie. Un peu partout, le lien social se fissure et, sur fond de communautarisme, les identités se consolident les unes contre les autres". C'est à la Une de cet hebdo avec un dossier de quinze pages.

Bitcoin : la ruée vers l'or

"C’est une ruée vers l’or, avec ses pionniers, C ses mineurs, ses vendeurs d’outils. Sauf qu’elle ne se déroule pas en Californie, en 1848. Non, elle fait rage en ce moment même sur Internet. Et, dans ce cyberespace aussi enfiévré que l’étaient, à l’époque, les étendues poussiéreuses du Far West, ce qui fait tourner les têtes, c’est non plus des pépites, mais une monnaie virtuelle, créée de toutes pièces par un obscur développeur, sans l’aide d’aucun Etat. Son nom? Le bitcoin." La monnaie virtuelle a droit à la Une de l'Express, mais la ruée vers l'or peut aussi cacher des déconvenues, on le voit ces jours-ci avec la baisse brutale de la valeur du Bitcoin en dollars

Dans un dossier d'une vingtaine de pages, l'hebdo ne parle pas que du Bitcoin, le plus connu qui était, le 5 février 2018, valorisé à 131 milliards de dollars, à côté du Ripple (30 milliards de dollars) et surtout l'Ether (76 milliards de dollars), plus le Cardano, le Stellar, le Litecoin, et autres Nem, Iota ou Monero.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 11/02/2018 - 17:27
"France 5 à peur d'ERNOTTE"!! un scoop
la 5 voulue par Mitteux était devenue celle d'Hollande qui intervenait même, en direct, dans "C à vous" pour supprimer une chronique (du grand "dadet" prétentieux SWITTEX), pouvant lui être défavorable!!. Se souvenir des propos de Lapix "nous avons des soucis avec l'Elysée"!! Il y a aussi LESCURE= Conseiller/culture d'Hollande !!!!t Et, maintenant la même clique de socialos de + en + nombreuse "nourrie/blanchie" dixit MOIX fait ce qu'elle veut, SANS CONTRADICTION puisqu'ils sont "entre socialos", ne donnant pas l'impression de craindre ERNOTTE puisqu'ils font ce qu'ils veulent !! comme "C dans 'air" avec une bénie oui oui à la solde de Macron avec ses préférés dès qu'il faut défendre le soldat Macron ou "taper" sur Wauquier.....Sarko....Fillon auquel ROUX avait consacré 10 émissions au moment de la Présidentielle en accord avec St CRICQ !!!! belle famille "tuyau de poële"
Deudeuche
- 08/02/2018 - 14:20
La gauche parisienne haï le pays réel
Et invente des lois pour les Licornes!
Vive le virtuel, républicain bien sûr!