En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 2 heures 1 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 3 heures 38 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 5 heures 9 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 7 heures 18 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 11 heures 6 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 21 heures 28 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 2 heures 46 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 4 heures 25 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 5 heures 33 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 11 heures 17 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 20 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 21 heures 57 min
Revue de presse people

Cécilia contrainte au silence, Carla bavarde, Valérie bouche cousue, bouche ouverte

Publié le 07 avril 2012
Parler, ne pas parler, être là, ne pas y être... pas simple pour les ex, actuelle et future Premières dames... Si Carla et Valérie semblent maîtres de leurs choix (de leur com, c'est moins sûr...), Cécilia, elle, semble un peu plus liée par le secret. Pourquoi ? C'est en-dessous. Ah, ah !
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parler, ne pas parler, être là, ne pas y être... pas simple pour les ex, actuelle et future Premières dames... Si Carla et Valérie semblent maîtres de leurs choix (de leur com, c'est moins sûr...), Cécilia, elle, semble un peu plus liée par le secret. Pourquoi ? C'est en-dessous. Ah, ah !

Est-ce le signe que la campagne tourne à vide ? Pour déterrer le scoop people de la semaine, éliminez “ Voici ”, “ Public ”, “ Gala ” et consorts, ouvrez “ Le Nouvel Obs ” ! Hé oui, c’est là ce que ça se passe, ce samedi, ma bonne dame : dans la presse dite “ sérieuse ”. Ma, où va-ton ? Z’avaient pas plus consistant à nous mettre sous la dent ? Faut croire que non… à qui la faute, en même temps, on vous le demande un peu ? !

 

Cécilia coupable

En cette veille de Pâques, donc, à… faut-il le rappeler ?, J – 15 du premier tour, “ Le Nouvel Observateur ” se fend d’un dossier pour le coup assez bien ficelé sur les candidates premières dames, on a nommé Carla et Valérie. Son titre ? “ Duels de dames ”. Malin, le mag n’a pas oublié pour autant “ l’ex ”, on veut parler, bien sûr, de Cécilia qui, on le sait, est “ fâchée ”. La petite phrase-“ mea culpa ” — houlà ! — de Nicolas Sarkozy sur le Fouquet’s “ Maintenant, je sais où j’irais fêter la victoire, j’ai une famille solide ” n’est pas bien passée. Pas bien passé, non plus, le livre de Catherine Nay, “ biographe officielle du quinquennat ”, écrit “ L’Obs ”, pour qui “ l’ex-First Lady, par ses caprices, ses fatwas, ses absences, la douleur qu’elle a infligée à Nicolas, aurait saccagé l’entrée en scène du grand homme. Et sali à jamais sa présidence ”. Ca fait peut-être un peu beaucoup pour une seule femme, hmm ? !

 

Cécilia et Louis la menace : “ Si papa perd, ce sera ta faute ”

“ Coupable idéale ”, Cécilia ? Le mag s’interroge. A l’heure où “ VSD ”, “ Voici ” et “ Grazia ” annoncent qu’elle refuse désormais “ de prendre Nicolas au téléphone ”, “ Le Nouvel Obs ” nous informe que bien que “ meurtrie ”, “ elle se résout au silence ”. “ Richard (a pris) sa défense sur France Inter, précise-t-il, (mais) elle ne veut ni brouiller la campagne, ni porter préjudice à cet ex-mari qui la fascine encore ”. Ah, ah…, pensez-vous, les feux seraient-ils mal éteints ? C’est plus compliqué. L’hebdo l’explique en effet : Cécilia ne veut “ surtout pas décevoir Louis, leur fils, qui attend d’elle un soutien sans faille au paternel. L’adolescent qui, après une scolarité agitée, semble avoir trouvé sa voie dans une école militaire américaine, lui a récemment dit : “ Si papa perd, ce sera ta faute ”. Un comble pour celle qui, durant vingt ans, s’est appliquée à mener son mari à la victoire suprême ”, conclut le journal. On n’aurait pas mieux dit. Ah, les enfants…

 

Carla : “ L’anti-sarkozysme est un phénomène d’élite parisienne ”

Si Cécilia s’est — pour l’instant… — résolue au silence (“ Un jour, peut-être, dira-t-elle aussi ses regrets ”, note “ L’Obs ”), Carla, elle, l’ouvre, et en grand (en attendant de l'ouvrir carrément dans un livre, à paraître chez "un petit éditeur", dixit, toujours, "L'Obs"). Contrairement à Valérie Trierweiler qui “ a décliné la proposition (de “ L’Obs ”) en expliquant : “ Je ne veux pas entrer en compétition avec Carla Bruni. L’élection ne doit pas se déplacer sur ce terrain-là ”, la première dame en titre a accordé une interview de deux pages au magazine. “ Avez-vous conscience, lui demande-t-il, des réactions quasi-épidermiques que votre époux suscite ? ” —“ Sur le terrain, je ne ressens pas d’agressivité, les gens semblent aimer Nicolas. L’anti-sarkozysme est un phénomène d’élite parisienne ”.

 

Carla et son ami Pierre Bergé

“ Pour vous, la gauche, c’est fini ? ”, la relance “ L’Obs ”. —“ J’aimais la gauche de M. Rocard, pas la gauche caviar. Je lisais dans “ L’Obs ” un article sur la maison d’enchères achetée par Laurent Fabius avec une liste d’amis à couper le souffle, de grands financiers, le patron de HSBC, de Morgan Stanley ou de la banque Rothschild… Quelle dichotomie entre les leçons données et la réalité ! Je n’ai rien contre le fait que mon ami Pierre Bergé finance “ Le Monde ” ou M. Hollande. Mais il y a visiblement deux poids, deux mesures ”. Holà, holà, Carlita, t’es pas qu’à moitié en campagne, on dirait !

 

Le “ programme Première dame ” de Carla

Interrogée sur ce qu’elle “ ferait de plus si (son) mari (était) réélu ”, l’épouse de Nicolas Sarkozy, étonnamment, déploie un véritable programme de “ première dame ” : “ Ma conscience sur la condition des femmes s’est éveillée à travers les courriers que j’ai reçus à l’Elysée, dit-elle. Je ferai davantage pour elles. Je suis touchée par la précarité dans laquelle se trouvent celles qui élèvent seules leurs enfants. Et je ne supporte pas la violence faite aux femmes, je n’ai pas digéré ce qui a été dit, sur elles, sur Tristane Banon ou Nafissatou Diallo lors de l’affaire DSK par exemple ”. —“ Vous n’avez aucun doute sur la véracité des témoignages ? ”, remarque le journal. “ Je ne parle pas de cela mais de la vilénie de certains propos. Prouver la violence d’une agression est déjà si difficile. Les commentaires machistes me révoltent. Alors, voilà, si Nicolas est réélu, j’essaierai de soutenir les femmes. Et je poursuivrai mon combat contre l’illettrisme ”. Des promesses de compagne, une petite tape sur “ l’ogre ” DSK, Carla a mangé du lion. Roaaaaar !

 

Valérie bouche cousue redécouvre l'usage de la parole

Valérie Trierweiler a-t-elle bien fait de s'abstenir de parler ? Après avoir dit non à "L'Obs", la compagne de François Hollande a visiblement été saisie d'un remords... Dans "Libération" de ce samedi matin, surprise !, la journaliste s'épanche sur deux pages. "Pourquoi vous exprimer aujourd'hui ?", lui demande le quotidien. -"Parce que le silence donne lieu à des interprétations pas toujours justes sur mon rôle, ma pseudo-influence et des polémiques qui n'ont pas lieu d'être. Pendant la période de diffusion de mon émission sur Direct 8, je ne voulais pas qu'on me reproche de tirer parti de ma situation personnelle pour en faire bénéficier mon émission. Voilà. Je suis libre maintenant". Yipee !
 
 
François, Valérie et le mariage

-"François Hollande, la relance "Libé", a rappelé qu'"on n'élit pas une famille" et refuse d'envisager le mariage comme une contrainte sociale ou présidentielle. Est-ce aussi votre avis ?" -"Je suis totalement d'accord avec lui, répond-elle. C'est lui et lui seul qui porte cette responsabilité. Ensuite, sur la question du mariage, nous ne voulons pas nous marier par obligation. C'est un sujet qui concerne notre vie privée. Si nous le décidions, vous ne le sauriez qu'après !" Ah, les coquins...
 
 
Valérie et Sarkozy : "Je ne vois pas ce qu'il a à se déchaîner ainsi contre moi. Ce n'est pas digne d'un Président de la République"

Bon, et sinon, si on en venait au rôle de Val dans la campagne... "Je suis une spectatrice engagée, explique-t-elle. J'aime rester à l'arrière, et regarder ce qui se passe. Les gens viennent me parler, me donnent des courriers pour que je transmette à François. Je lui rapporte ce que j'entends et vois. Sinon, je veille à ce que le manteau ou l'écharpe ne soient pas loin, je gère aussi le thé et les pastilles au miel pour la gorge : de toutes petites choses pour mettre un peu de douceur dans cette campagne difficile". -"En on et off, rebondit "Libé", Nicolas Sarkozy multiplie les attaques contre vous. Cela vous choque-t-il ?" -"J'ai beaucoup de mal à comprendre son attitude, car personne n'attaque sa femme. Je ne vois pas ce qu'il a à se déchaîner ainsi contre moi. Ce n'est pas digne d'un Président de la République". Et comme dirait François Hollande qui fait cette semaine la couv de "Paris-Match" (où Valérie est toujours grand reporter) : "D'une manière générale, je ne me permets pas de parler de la conjointe du président sortant. Ce n'est pas elle qui se présente devant les Français. Elle n'a pas à être blessée ou touchée par une remarque qui viendrait de ma part". Synchro, Val et François...
 
 
Valérie première dame : "Je continuerai à travailler"

Synchro, les deux amoureux le sont un peu moins sur la question "Première dame"... Interrogé dans "Match" sur la Première dame que pourrait être Valérie Trierweiler, François fait cette réponse : "La question est prématurée. Vous le lui demanderez si cette situation se produit". Petit couac ? Interrogée à son tour sur le sujet par "Libération", la candidate Première dame, s'estimant peut-être "en situation", loin de se dérober, fait front : "Puisque rien n'est écrit, dit-elle, tout reste à inventer. Mais je continuerai à travailler d'une façon ou d'une autre si François est élu. Tout simplement parce que j'ai besoin de gagner ma vie. J'élève mes trois enfants et je ne suis pas rentière. Je ne veux pas vivre aux frais de l'Etat. Lorsque ma présence sera requise, ce sera différent, mais je continuerai à assumer ma vie personnelle. Pourquoi serait-ce choquant de travailler si c'est dans le respect de la déontologie journalistique. La gauche a toujours défendu la cause et l'indépendance des femmes et c'est une des raisons pour laquelle je me reconnais dans ses valeurs. Travailler ne m'empêchera pas d'être tournée vers les autres. Il y a tant de choses à faire en France et ailleurs. A Mayotte, une dizaine d'instituteurs, des profs, des sages-femmes sont venus me parler de la situation apocalyptique des quelque 6000 enfants livrés à eux-mêmes. Je me suis dit, je reviendrai, soit comme journaliste pour faire un reportage, soit comme première dame pour les aider. Même chose pour la Somalie où j'irai un jour. J'ai également rencontré des femmes d'origine algérienne qui voulaient me parler des difficultés dans les banlieues". Ma, on dirait qu'elle a déjà pas mal réfléchi à tout ça, Valérie... Quant à son projet de continuer à travailler, perso, on aimerait beaucoup, mais vu les précédents Ockrent, Sinclair et le ramdam actuel autour d'Audrey Pulvar, on voudrait pas lui porter la poisse, mais c'est pas comme qui dirait gagné...

 

Nicolas et la “ toute-puissance infantile ”, François dans le registre du “ bon père ”

Bon, on a beaucoup parlé de ces dames… qu’en est-il de ces messieurs ? “ Elle ”, figurez-vous, histoire de passer le temps…hmmm !, a eu l’idée, pas forcément nouvelle, mais toujours assez “ opérante ” de les coucher sur le divan. “ On a l’habitude de dire que l’on cherche un père dans une élection. Quelle sorte de pères sont les deux candidats favoris ? ”, demande le journal au psychanalyste Jean-Claude Liaudet, auteur de “ La névrose française ” (Odile Jacob). —“ Depuis le drame de Toulouse, répond-il, Nicolas Sarkozy a endossé le rôle du père protecteur. Mais il me semble que, aux yeux des gens, il apparaît plutôt comme un “ grand frère ”. Un grand frère suractif, qui en veut, qui fascine — ou rebute — parce qu’il s’autorise tout. Il a séduit une belle femme riche, il se place en permanence dans le coup d’éclat, dans la “ transgression ”, comme l’ont montré ses sorties sur la “ nullité ” de François Hollande. Tout cela ne renvoie pas à une attitude tellement paternelle mais plutôt à la toute-puissance infantile. François Hollande, lui, essaie de se placer dans le registre du “ bon père ”, qui défend de grands idéaux moraux, qui cherche à ne pas envenimer les conflits afin de rassembler. Ces derniers mois, il a essayé d’aller à son rythme, de ne pas tomber dans la frénésie, l’agressivité , de se montrer “ normal ”, d’où l’accusation, parfois, d’indécision ou de mollesse ”.

 

François : la loi du Père, Nicolas : le désir avant tout

—“ Au-delà des querelles de personnes, quel est le sens profond de l’affrontement entre les deux principaux candidats ? ”, interroge encore “ Elle ”. —“ Hollande, répond Jean-Claude Liaudet, incarne la psychologie collective républicaine. Elle est attachée à de grands idéaux comme la Justice, l’Egalité. Elle correspond, en psychologie, à la logique du névrosé, où le sujet est pris dans la loi du Père, qui l’autorise à désirer dans des limites données. Sarkozy incarne la psychologie collective libérale, où c’est le désir du sujet qui fait loi. Chacun peut faire ce qu’il veut comme il veut. Les libéraux peuvent paraître, en termes de maintien de l’ordre, du côté de la répression. Mais, au fond, ils se caractérisent par le refus de la loi. Ils sont contre un état fort, pour le dérèglementation. Ici, c’est le désir qui compte avant tout. Donc, celui, d’être Président ”. Sur ce, c’est Pâques : les petits lapins, on vous laisse remâcher tout ça. Pfiou ! Limite sujet de philo/éco du Bac, la revue de presse people de la semaine… Allez, plus que quatre semaines, hmm ?

 

Vous en voulez encore ?

Lisez le reste de l’interview que Jean-Claude Liaudet donne à “ Elle ” à propos de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, qui, dit-il, “ fonctionnent un peu en miroir, même si leurs idées sont très différentes ”. Assez titillante. Et complétez le tout par l’analyse que “ Grazia ” propose sur le désir sous-jacent de Jean-Marie Le Pen de voir sa fille échouer…

Vous voulez du people, du vrai ? Plutôt que l’interview de Jade Foret dans “ Be ”, où la fiancée d’Arnaud Lagardère annonce qu’elle est enceinte, lisez celle de Pete Doherty dans “ Elle ”, franchement touchante et assez inquiétante, en même temps, sur les ravages de la célébrité sur la personnalité. Ca ressemble très fort à un appel au secours.

Côté sondages, “ Grazia ” a interrogé les femmes sur les candidats qui “ ont su leur parler le plus ”. Les résultats ne sont pas flambants, flambants…

Rayon amour(s) : Eva Longoria aurait pardonné à Eduardo Cruz ses écarts avec… Kim Kardashian, du coup, ils ressortent ensemble (“ Gala ”, “ Voici ”, “ Oops ! ”, “ Public ”) ; Heidi Klum flirterait avec le publicitaire Thomas Hazo (“ Voici ”, “ Oops ! ”) ; Michelle Williams roucoule avec l’acteur Jason Segel (“ Oops ! ”, “ Be ”) ; Bradley Cooper et Zoe Saldana, c’est fini (“ Public ”) ; Barbra Streisand, 70 ans, ne veut plus entendre parler de son fils, Jason, 45 ans, qui collectionne les conquêtes masculines (“ Gala ”) ; la quatrième fille de Bruce Willis est née : elle s’appelle Mabel May (“ Voici ”) ; Robbie Williams va être papa pour la première fois grâce au top Ayda Field (“ Public ”) ; Megan Fox est enceinte de son premier enfant, fruit de ses amours avec Brian Austin Green, le “ monsieur à tout faire ” de “ Desperate Housewives ” (“ Public ”) ; Andrea Boccelli est papa pour la troisième fois d’une petite fille prénommée Virginia (“ Gala ”) ; Joey Starr est accro à Priscilla de Laforcade, l’ex de son copain Frédéric Beigbeder (“ Voici ”) ; Elodie Frégé et Stanislas Merhar ne se quittent plus (“ Public ”) ; Stéphane Plaza ne quitte plus non plus Veronika, mannequin à “ M6 Boutique ” (“ Voici ”)

En vrac, sinon : la fortune d’Amy Winehouse (3, 6 millions d’euros) ira en définitive à sa famille, et pas à ses ex (“ Public ”, “ Oops ! ”, “ Grazia ”) ; Lindsay Lohan est une femme libre (“ Voici ”) ; le prince Harry s’est installé dans un studio à Kensington, pas très loin de William et Kate. Vive l’autonomie ! ? (“ Gala ”, “ Oops ! ”) ; Laura Smet a été “ victime de la drogue du violeur ”, une info du “ Parisien ” reprise dans “ Gala ”, “ Be ” et “ Oops ! ” ; “ après “ Sexuality ”, Sébastien Tellier s’attaque à Dieu ” avec son nouvel album “ My God is Blue ” (“ Elle ”) ; Davina, l’ex-égérie avec “ Véronique ” de “ Gym Tonic ” est “ devenue la vénérable Gelek Drolkar, nonne bouddhiste dans le Poitou ” (“ Paris-Match ”) ; c’est Daphné Bürki qui devrait remplacer Alessandra Sublet sur France 5 pendant son congé maternité : Julie Andrieu a du mal à digérer (“ Voici ”) ; Sur France 2, Elizabeth Tchoungui (“ Avant-premières, 200 000 téléspectateurs) pourrait être remplacée par Stéphane Bern (“ Public ”).

Côté dossiers : “ Public ” fait un “ Big dossier : Si fusionnels et si mal assortis ” qui mange pas de pain, mais fait rigoler, “ Oops ! ” consacre son “ Gros dossier ” aux “ Stars traquées : leur vie est un enfer ” qui fait qu’on est content d’être comme on est. De leur côté, “ Be ” propose un spécial “ 20 week-ends à moins de 300 euros ” et “ Elle ” un spécial “ Voyages 2012 ”. Le voyage, nous, on dit : y’a que ça de vrai. Et y’a pas forcément besoin d’aller loin pour se dépayser. Sur ce, Joyeuses Pâques et bonne chasse aux œufs… Nous, on file à Nice, et on se demande si la Mum a donné cette année dans la cocotte ou le lapin. Le lapin, le lapin !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
New
- 11/04/2012 - 23:27
Ce soir sur France 2 Hollande était encore
cornaqué par sa nouvelle femme Valérie Trierweiler, une journaliste intrigante qui s'y croit déjà et qui a déjà lancé ses fatwas dans le milieu médiatique parisien, semant la terreur sur son passage. Elle semble avoir une très forte emprise sur son nouveau compagnon (elle a déjà divorcé 3 fois mais cette fois ci semble avoir trouvé le bon numéro, enfin surtout si il gagne le 6 mai. Que cache donc cette femme qui interdit toute enquête ou article sur elle ?
aladine
- 11/04/2012 - 18:42
entendre les femmes bien,et les patrons c'est mieux
Publié le 04/04/2012 P. Méhaignerie : « Je suis plus qu'affligé des mesures anti-compétitivité de F. Hollande »
Retrouvez l'intervention de Pierre Méhaignerie, lors de la conférence de presse du 4 avril 2012. Plus d'informations sur : http://www.u-m-p.org Parlez en messieurs les journalistes c'est si important pour la France
aladine
- 11/04/2012 - 12:34
hollande n'écoute que sa chère VALERIE pour nos frontières
Deuxième estimation : 36 milliards d’euros par année…

Les professeurs d’économie Jacques Bichot, Gérard Lafay et Yves-Marie Laulan, président de l’Institut de géopolitique des populations, estiment le coût de l’immigration et de son intégration (éducation, formation professionnelle, logement, santé, lutte contre la délinquance, maintien de la sécurité, etc.) à 36 milliards d’euros par an. Soit 80 % du déficit public, 13.5 % des dépenses publiques, 3.5 fois le « trou » de la sécurité sociale, 2 fois de budget de la recherche et de l’enseignement supérieur, 87 % du budget de la défense. Chaque immigré qui franchit la frontière coûte 100 000 euros par an à la collectivité nationale. Nous rejoignons ainsi les calculs de Maurice Allais, prix Nobel d’économie, qui estimait à quatre fois son salaire annuel le coût d’installation d’un immigré.