En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 35 min 14 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 51 min 40 sec
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 1 heure 55 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 3 heures 8 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 18 heures 31 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 19 heures 55 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 36 min 18 sec
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 1 heure 17 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 2 heures 16 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 2 heures 52 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 16 heures 51 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 18 heures 53 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 20 heures 24 min
© AFP
© AFP
Atlantico Bourse

Que vaut le portefeuille d’actions de l’Etat Français ?

Publié le 18 septembre 2017
Début juillet M. Le Maire, ministre de l’économie, a annoncé que l’Etat Français allait bientôt céder une partie des participations non stratégiques détenues. Le montant des cessions devraient avoisiner les 10 Milliards d’Euros. L’objectif poursuivi est d’alimenter un fonds destiné financer l’innovation. Ces participations sont actuellement détenues par l’Agence des participations de l’Etat (APE) qui gère le patrimoine de l’Etat Français.
Alain Pitous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Début juillet M. Le Maire, ministre de l’économie, a annoncé que l’Etat Français allait bientôt céder une partie des participations non stratégiques détenues. Le montant des cessions devraient avoisiner les 10 Milliards d’Euros. L’objectif poursuivi est d’alimenter un fonds destiné financer l’innovation. Ces participations sont actuellement détenues par l’Agence des participations de l’Etat (APE) qui gère le patrimoine de l’Etat Français.

Que vaut le portefeuille de l’APE et que peut-il vendre ?

Aujourd’hui ce patrimoine représente environ 100 Milliards d’euros et l’Etat Français à travers ce fond est présent au capital de 81 sociétés, dont 70 cotées. La mission de l’APE est d’agir comme un investisseur « stratégique » à long terme pour accompagner le développement ou aider les entreprises dans les périodes de transition. En tant qu’investisseur, l’APE doit bien évidemment veiller à l’intérêt de ses « actionnaires », les citoyens Français, représenté par l’Etat et donc cherche à valoriser ce patrimoine. Souvent critiqué pour la gouvernance de ses investissements, l’Etat Français a pu en tirer profit au moins grâce aux dividendes : près de 40 Milliards d’Euros de cash ont été perçus entre 2006 et 2015 en provenance du portefeuille de l’APE.

Le portefeuille est fortement pondéré en valeurs de services aux collectivités comme EDF ou Engie qui représentent près de 50% du portefeuille et comporte assez peu de « financières » avec seulement une ligne de 150M€ en CNP Assurances. 

L’Etat Français a commencé à procéder à des mouvements récemment : une première vente a eu lieu en juillet : l’APE a vendu 4.5% du capital qu’il détenait dans Engie pour 1.5 Milliards d’Euros.  En termes de « market timing », l’Etat s’avère à l’analyse, un bon vendeur. En effet, les titres que l’Etat vend ont tendance à monter plus que les entreprises comparables juste avant la vente …et ces mêmes titres sous performent après la vente par l’Etat ! C’est ce que l’on peut qualifier de « bon sens de marché ».

Que pourrait vendre l’Etat dans les prochains mois ? Sachant que M. Le Maire a annoncé vouloir vendre pour 10 Milliards d’Euros, il faudra procéder par élimination et aller chercher une combinaison entre :

-         Poids élevés dans le portefeuille

-         Actifs « non stratégiques »

-         Possibilité « légale » de vendre.

-         Soutien de l’Etat moins nécessaire à moyen-terme.

Ces différentes considérations excluent normalement à la vente pour des raisons stratégiques des titres comme Airbus, Thalès ou Safran. Ces sociétés travaillant pour la défense, il est difficilement envisageable de voir l’Etat vendre ne serait-ce qu’une partie du capital. Eramet ou Air France, ne sont pas des actifs stratégiques pour des raisons liées à la défense mais ont une connotation trop politique pour être cédés.

Engie ou EDF pourraient  faire l’objet de cessions partielles, supplémentaires dans le cas d’Engie. Ces deux participations pèsent 30 Milliards d’Euros. Le fait qu’EDF réalise en ce moment un beau parcours boursier incite à rester attentif sur ce titre ! L’Etat pourrait, en trader avisé, avoir envie de céder quelques titres. Sur Engie, les ventes pourraient venir mais probablement pas dans l’immédiat.

Orange, Renault ou CNP sont également de bons candidats. L’Etat pourrait empocher une belle plus-value en cédant ses titres Renault mais le rebond du titre est trop récent pour que cette cession intervienne rapidement.  Les résultats annoncés par Renault et ses perspectives de développement font que l’Etat Français n’a plus réellement besoin de soutenir le constructeur automobile.

Orange n’a pas un très bon parcours boursier ces dernières semaines ce qui devrait là aussi retarder une cession…Ssauf si l’Etat veut accélérer le mouvement en cédant une partie des 9 Milliards détenus en cumulé sur ces deux sociétés. 

Aéroports de Paris a le bon profil pour une cession au moins partielle : le titre évolue proche de ses plus hauts historiques et des ventes sur ce segment ont déjà eu lieu ces dernières années. L’Etat détient 50.6% du capital pour 7.4 Milliards d’Euros. Deux écueils cependant : pour le moment la loi interdit à l’Etat de passer sous 50%... il faudrait donc changer la loi pour passer sous les 50% pour pouvoir procéder à des ventes, ce qui constituerait probablement un deuxième écueil, politique celui-là.

Pour ceux qui, comme l’Etat Français,  détiennent des titres de ces entreprises, il faut suivre attentivement ce que fait l’Etat et procéder comme lui à des allègements de temps en temps. Dans l’ordre EDF, Renault et Orange nous semblent de bons candidats. Engie ou ADP viendront plus tard. Sur un horizon plus long les titres détenus dans le cadre de l’APE présentent un profil intéressant : la détention de l’Etat pérennise ces entreprises avec des perspectives de développement correctes à moyen long-terme. De plus, un bon rendement récompense la fidélité des actionnaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 18/09/2017 - 17:00
Il est emps que l'Etat sorte du capital des entreprises
où il n'a rien à faire et dont il est un mauvais actionnaire. Que l’État se concentre sur les fonctions régaliennes où il y a beaucoup à faire et laisse les entrepreneur dont c'est le travail s'occuper des entreprises.