En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 41 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 7 heures 57 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 30 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 12 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 13 heures 34 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 19 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 14 heures 59 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 20 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 8 heures 56 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 10 heures 42 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 4 sec
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 14 heures 44 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 17 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 15 heures 41 min
« Politico Scanner »

Réseaux sociaux : les utilisateurs de Google + et Twitter sont plus politisés que ceux de Facebook

Publié le 21 mars 2012
La campagne présidentielle bat son plein sur Internet, les candidats s'affichent sur les réseaux sociaux pour gagner en visibilité. Mais pour qui vont voter les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google + ?
Frédéric Micheau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Micheau est directeur du département Opinion d'OpinionWay depuis juillet 2014 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La campagne présidentielle bat son plein sur Internet, les candidats s'affichent sur les réseaux sociaux pour gagner en visibilité. Mais pour qui vont voter les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google + ?

Les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google + ont d’abord été interrogés sur la formation politique de laquelle ils se sentaient les plus proches ou les moins éloignés.

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

  • Des profils partisans inclinés à gauche : si les préférences politiques des utilisateurs de Facebook ne se distinguent pas particulièrement de celles des Français, les utilisateurs de Twitter (45%) et de Google+ (44%) s’illustrent comme étant davantage proches la gauche que la moyenne (37%). Cette surreprésentation s’affirme parmi les proches du Parti socialiste (25% sur Twitter et Google+ contre 22% pour l’ensemble des Français) et d’Europe Ecologie-Les Verts (9% dans les deux cas contre 6% au global).
  • Des internautes qui se positionnent plus facilement sur l’échiquier politique : si l’on excepte de nouveau Facebook, les utilisateurs de Google+ et Twitter se démarquent de l’ensemble des Français par leur propension à déclarer une proximité politique, seuls 21% des interviewés membres de Google+ ne s’estimant proche d’aucune formation ou courant (contre 25% en moyenne), à l’instar de 20% des membres de Twitter.
  • Pas d’effet « web » pour le centre et la droite : la proximité avec le MoDem, l’UMP ou le Front National sur chacun de ces trois réseaux sociaux ne se distingue pas de la proximité partisane de l’ensemble des Français interrogés, les trois courants apparaissant même plutôt sous représentés.

 

Le souhait de victoire

Le souhait de victoire, pour l’ensemble des Français interrogés, tourne pour l’heure à l’avantage de François Hollande (39%), le candidat socialiste devançant de 11 points Nicolas Sarkozy (28%). Il subsiste cependant, à 60 jours du scrutin, une troisième voie : 24% des Français ne souhaitent ni la victoire de l’un, ni la victoire de l’autre.

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

Bien qu’encore indécis, les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google+ expriment ces souhaits, dans le même ordre, en révélant toutefois un souhait de voir François Hollande l’emporter plus marqué :

  • Google+ : c’est sur ce réseau social, dernier né des trois sites étudiés, que l’écart entre François Hollande et Nicolas Sarkozy est le plus net : le Député corrézien y devançe le Président sortant de 15 points (42% contre 27%). Auprès de ce public, l’espoir de voir François Hollande l’emporter émarge ainsi 3 points au dessus de sa moyenne nationale (39%), quand le souhait de victoire en faveur de Nicolas Sarkozy s’y tasse sensiblement (27%).
  • Twitter : les utilisateurs du site de micro-blogging révèlent également leur préférence pour l’élection de François Hollande (bien implanté sur Twitter avec près de 170 000 followers), à 41%, soit deux points de plus qu’au niveau national. Le souhait de victoire en faveur de Nicolas Sarkozy est pour sa part identique à celui relevé au global (28%), 13 points en deçà de celui de François Hollande.
  • Facebook : le souhait de voir François Hollande l’emporter en mai prochain sur Nicolas Sarkozy est aussi net sur Facebook que sur Twitter (13 points, 40% contre 27%). Les utilisateurs de Facebook expriment un souhait de victoire proche de celui de l’ensemble des Français, les différentes variations n’excédant pas un point sur chacun des items. Sur chacun de ces trois sites subsiste en outre l’espace pour une troisième voie, le souhait que ni François Hollande ni Nicolas Sarkozy ne l’emporte en mai prochain s’établissant entre 24% (pour les utilisateurs de Google+ et Twitter) et 25% (pour ceux de Facebook), contre 24% au niveau national.

Le pronostic de victoire

Le pronostic de victoire au second tour de l’élection présidentielle s’inscrit comme l’indicateur le plus clivant. L’opinion exprimée par l’ensemble des Français et les réponses des utilisateurs des trois sites étudiés divergent fortement, les internautes interrogés anticipant plus largement que la moyenne une victoire du candidat socialiste en mai, tout en donnant également davantage de crédit à une victoire du président sortant.

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

En premier lieu, l’ensemble des Français interrogés pronostique une victoire de François Hollande (38%). La réélection de Nicolas Sarkozy n’est pour sa part envisagée que par un Français sur cinq (20%), tandis que 9% de l’échantillon anticipe la victoire d’une troisième personne.
A l’image du souhait de victoire, les utilisateurs de Facebook, Twitter et Google+ font part d’un pronostic relativement semblable à celui de l’ensemble des Français, mais doutent moins de l’issue du scrutin :

  • Twitter : 44% des micro-bloggueurs de Twitter pronostiquent la victoire de François Hollande le soir du 6 mai prochain, n’accordant au président sortant que 24% de chances d’effectuer un nouveau quinquennat. Dans les deux cas, les scores relevés sont supérieurs à la moyenne nationale (respectivement +6 et +4 points). Se prononçant plus nettement en faveur de l’un ou l’autre, les utilisateurs de Twitter sont les plus prompts à donner leur avis sur l’issue de l’élection, seuls 23% d’entre eux ne s’exprimant pas sur cette question.
  • Google+ : le pronostic de victoire des utilisateurs de Google+ penche lui aussi très nettement en faveur de François Hollande (42%), 19 points séparant le score de François Hollande de celui du président-candidat (23%). Si à l’instar de l’opinion exprimée sur Twitter les utilisateurs de Google+ n’hésitent pas à se prononcer en faveur de l’un ou l’autre, un quart d’entre eux reste prudent et choisit de ne pas se prononcer.
  • Facebook : l’anticipation du résultat de mai prochain par les utilisateurs de Facebook, réseau social le plus « grand public » des trois, s’apparente logiquement au pronostic de l’ensemble des Français. François Hollande l’emporterait pour 39% des personnes présentes sur Facebook (+1 par rapport au score d’ensemble), contre 20% pour Nicolas Sarkozy. Enfin, plus d’un interviewé de Facebook sur trois ne sait pas, à l’heure actuelle, qui l’emportera (31%).

 

En conclusion…

Les utilisateurs de Twitter et Google+ apparaissent sensiblement plus politisés que la moyenne de l’ensemble des Français. Les membres de Facebook, dont la structure et le nombre en font un réseau social plus grand public, ne laissent toutefois apparaître que des opinions sensiblement divergentes de celles des Français dans leur ensemble.

De par leur structure partisane, les réseaux sociaux étudiés semblent pencher globalement à gauche, la proximité partisane avec le Parti socialiste notamment se révélant supérieure.

Ces internautes font preuve d’une réelle propension à s’exprimer sur les questions politiques en lien avec la présidentielle. Pour chacun des réseaux sociaux étudiés, et pour les questions de souhait comme de pronostic, les taux de non réponse s’avèrent systématiquement plus faible qu’au niveau national.

Le souhait de victoire pour le second tour du scrutin, s’il est systématiquement favorable à François Hollande, révèle également l’opportunité pour d’autres candidats de jouer un rôle dans le scrutin. Le poids des réponses « ni l’un, ni l’autre » varie ainsi autour de 25%, quelques points derrière le souhait de voir Nicolas Sarkozy l’emporter.

S’agissant du pronostic de victoire, les membres de Google+ et Twitter hésitent moins que la moyenne des Français à anticiper l’issue du scrutin. Même si une fois encore, l’indicateur est favorable à François Hollande, une victoire de Nicolas Sarkozy est plus souvent annoncée par les internautes interrogés qu’auprès de l’ensemble des Français.

__________________________________________________________________________________________

Méthodologie

Qu’est ce qu’un rolling?


Du 12 janvier jusqu’à la veille du second tour de l’élection présidentielle, les résultats de l’enquête Ifop / Fiducial d’intentions de vote en continu pour le premier et le second tour du scrutin présidentiel sont diffusés chaque jour sur www.parismatch.com, le site de l’hebdomadaire Paris-Match. Afin de diffuser quotidiennement un rapport de force électoral issu d’un échantillon national représentatif, tous les jours sont interrogées en ligne 300 à 350 personnes inscrites sur les listes électorales. La vague d’enquête du jour est cumulée avec celle des deux jours précédents pour diffuser chaque soir un rapport de force électoral sur 1.000 électeurs : au total, plus de 30.000 personnes seront interrogées au cours des 19 semaines de campagne présidentielle couvertes par le dispositif. Déjà réalisé depuis plusieurs années aux Etats-Unis (rolling polls ou tracking surveys), ce type de dispositif présente plusieurs avantages :
•D’abord, il permet de lisser les effets de conjoncture, qui peuvent être très impactants lors d’une campagne électorale. Alors qu’un baromètre d’intentions de vote peut être comparé à une succession de photographies, le rolling permet de restituer en temps réel le film de la campagne électorale.
•La prise de distance par rapport à l’actualité permet de mieux cerner les tendances de fond, et par conséquent de mieux anticiper les scores des candidats respectifs.
•Le rolling offre également la possibilité de disposer d’échantillons très volumineux, et donc de réaliser des analyses par électorat très fines. Afin d’isoler les électeurs utilisateurs de Twitter, Facebook et Google+, a été posée aux personnes interrogées dans le cadre du rolling, du 25 janvier au 13 février, la question suivante : « Vous personnellement, possédez-vous votre propre compte avec votre profil sur les sites suivants ? » Facebook / Twitter / Google+ : Oui / Non Ce ciblage permet ainsi d’établir le profil des utilisateurs de chacun de ces trois sites, et d’analyser leurs réponses aux questions posées dans le rolling, en comparaison avec les résultats d’ensemble.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires