En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 heure 4 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 44 min
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 5 heures 55 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 9 heures 33 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 22 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 39 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 1 heure
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Démantèlement Calais migrants valises Atlantico.fr
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Démantèlement Calais migrants valises Atlantico.fr
Géopolitico-scanner

Les surprenantes leçons de l’analyse de l’impact électoral de la pression migratoire

Publié le 20 juillet 2017
Si l’accord entre Merkel et Erdogan intervenu l’année dernière a permis de tarir quasiment la totalité des passages de migrants entre les côtes turques et les îles grecques, les flux transitant par la route maritime de Méditerranée centrale sont en forte augmentation.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Manternach est géographe-cartographe, formé à l’Institut français de géopolitique, et auteur d'une note sur les résultats du second tour des élections départementales co-écrite avec Jérome Fourquet, Directeur du département Opinion et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Sylvain Manternach
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Manternach est géographe-cartographe, formé à l’Institut français de géopolitique, et auteur d'une note sur les résultats du second tour des élections départementales co-écrite avec Jérome Fourquet, Directeur du département Opinion et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l’accord entre Merkel et Erdogan intervenu l’année dernière a permis de tarir quasiment la totalité des passages de migrants entre les côtes turques et les îles grecques, les flux transitant par la route maritime de Méditerranée centrale sont en forte augmentation.

Depuis le début de l’année, ce sont pas moins de 85 000 personnes qui ont débarqué dans le sud de l’Italie, le chiffre des arrivées ayant cru de 18% par rapport à la même période en 2016. Notre voisin, qui a accueilli 181 000 migrants l’année dernière, demande instamment de l’aide à ses partenaires européens car ses structures d’accueil sont totalement submergées.

Comme tous les étés depuis 2014 maintenant, le retour des beaux jours facilitant les conditions de navigation en Méditerranée, la question lancinante des migrants revient dans le cœur de l’actualité européenne et nationale avec ses chiffres de noyés (au moins 2200 personnes ont péri en mer depuis le début de l’année selon les ONG et la Commission européenne), ses tensions aux frontières (avec des contrôles drastiques à la frontière franco-italienne à Vintimille et italo-autrichienne au col du Brenner) et ses réunions de crise entre ministres européens.  En France, le sujet s’est également invité une nouvelle fois au cœur de l’actualité avec l’évacuation le 7 juillet au matin par les forces de l’ordre de plus de 2500 migrants qui stationnaient aux abords du centre humanitaire ouvert en novembre dernier, Porte de la Chapelle à Paris par la Municipalité, cette évacuation étant la 34ème menée à Paris depuis juin 2015.   

 

1- Un raidissement sur l’accueil dans différents pays européens

Dans ce contexte, le récent sondage de l’Ifop réalisé en France, en Allemagne et en Italie , témoigne d’un nouveau raidissement de l’opinion publique en Allemagne et en Italie. 61% des Allemands se disent ainsi favorables à ce que les migrants soient répartis dans les différents pays d’Europe et à ce que l’Allemagne en accueille une partie. Ce chiffre s’inscrit en nette baisse depuis deux ans avec un recul de 18 points sur cette période après une progression significative entre juillet et septembre 2015 (+10 points) consécutivement à l‘émoi suscité par la publication des photos du petit Aylan, cet enfant kurde mort noyé sur une plage et dont la photo avait ému une large partie des européens.

 

L’adhésion à l’accueil et la répartition des migrants en Allemagne et en Italie

 

 

L’effet Aylan ne s’était pas manifesté dans l’opinion publique italienne, hélas exposée depuis plusieurs années à de telles images et au récit de naufrages dramatiques sur ses côtes. Les résultats étaient demeurés stables depuis 2015 mais l’on enregistre pour la première fois cette année également un net décrochage comme le montre le graphique ci-dessus. Ce raidissement de l’opinion publique italienne s’est traduit dans les urnes. Lors des élections municipales partielles qui ont eu lieu début juin, la très grande majorité des maires qui avaient adhéré au programme gouvernemental de répartition des réfugiés sur le territoire ont été sèchement désavoués par leurs électeurs.  

 

En France, le niveau d’adhésion, bien qu’en hausse, demeure minoritaire à 44%. Il convient à ce stade de préciser que les Allemands et les Italiens, nations ayant accueilli et de loin le plus grand nombre de migrants, entendent manifestement d’abord dans la question posée la dimension répartition des migrants dans les différents pays alors que nos compatriotes, vivant dans un pays ayant nettement moins ouvert ses portes répondent à cette question en ayant d’abord à l’esprit l’aspect accueil en France de migrants supplémentaires. Cette divergence de situation explique sans doute en bonne partie l’écart important entre les résultats.

 

L’adhésion à l’accueil des migrants dans les différents pays d’Europe et en France

 

Plusieurs mois après la fermeture de la jungle de Calais, l’attention du grand public semble un peu moins forte sur le sujet. Mais la multiplication des incidents ayant eu lieu ces dernières semaines sur place marquant le retour à Calais de plusieurs centaines de migrants pourrait contribuer à tendre le climat. Le 20 juin un conducteur Polonais décédait dans un accident occasionné par un barrage érigé sur l’autoroute à proximité de Calais par des migrants  voulant bloquer le trafic pour s’introduire dans les poids lourds en route vers la Grande-Bretagne. Dix jours plus tard, le 1er juillet, une rixe éclatait, opposant une centaine d’Erythréens et d’Ethiopiens . Dans ce contexte de pression croissante, le nouveau ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, s’est rendu à Calais pour annoncer des renforts de police et tenir un discours de fermeté en s’opposant à la réouverture d’une structure d’accueil pour éviter le phénomène d’appel d’air. 

 

2- En France, l’électorat frontiste demeure extrêmement polarisé sur l’enjeu migratoire

Alors que la thématique de la crise migratoire est de nouveau en train de regagner en intensité dans l’actualité internationale, Gérard Collomb entend ainsi donner des gages à l’opinion en démontrant que le nouveau gouvernement n’est pas impuissant et qu’il agit sur ce dossier.

La question des migrants n’a certes pas été au cœur de la campagne présidentielle et législatives (alors qu’elle le fut lors des régionales en décembre 2015), mais ce sujet a quand même pesé significativement dans le vote des Français au printemps. 50% d’entre eux ont ainsi indiqué que la lutte contre l’immigration clandestine avait joué un rôle déterminant dans leur vote. 

 

 

Il ne s’agit que d’une moyenne car comme le montre le graphique ci-dessus, la sensibilité à cette thématique varie très sensiblement selon les électorats. On constate que les scores observés sont très faibles dans les électorats de gauche et macronien, dans lesquels cette thématique se classe en dernière position sur une liste de 14 items testés. Le paysage est radicalement différent à droite. 92% des électeurs de Marine Le Pen au premier tour ont indiqué que la lutte contre l’immigration clandestine avait joué un rôle déterminant dans leur choix électoral, ce sujet arrivant en seconde position (à seulement un point d’écart de la lutte contre le terrorisme, thématique intimement liée à la précédente dans l’esprit de ces électeurs) dans la hiérarchie de leurs préoccupations. On le voit, en dépit du débat sur le virage social-étatiste du programme frontiste, l’immigration constitue encore et toujours, le ressort premier du vote FN. L’électorat filloniste était également très sensibilisé sur cette question (placée en 4ème position dans la liste de ses priorités) mais avec une intensité moindre, 67% de citations, que dans les rangs frontistes. 

 

3- Une poussée significative du vote FN dans les territoires confrontés à une forte pression migratoire…

A l’occasion de la montée en puissance de la crise des migrants depuis 2015, différentes portions du territoire national ont été soumises à une très forte pression migratoire ces derniers mois ou années. On peut dès lors s’interroger sur l’impact électoral et plus précisément sur l’évolution du niveau du vote FN (dont on a vu que l’électorat était extrêmement sensible à cette thématique) que cette situation particulière a engendré localement. 

L’est du département des Alpes-Maritimes, à la frontière italienne est de ce point de vue un cas emblématique. De nombreux migrants arrivés sur les côtes du sud de l’Italie remontent toute la péninsule et se concentrent à Vintimille avant d’essayer de passer en France pour gagner ensuite la Grande-Bretagne ou les pays d’Europe du Nord. Les contrôles à la frontière ont été considérablement renforcés mais des migrants tentent quotidiennement de passer soit en prenant le train soit même en empruntant des sentiers de montagne. La situation n’est certes pas comparable à celle qui a prévalu à Calais mais le climat a incontestablement changé et la question de la maîtrise des flux migratoires est désormais beaucoup plus présente dans les esprits localement ce qui s’est traduit dans les urnes. Alors qu’à l’échelle de l’ensemble du département des Alpes-Maritimes, Marine Le Pen voyait son score s’éroder de 2,1 points entre 2012 et 2017, dans la plupart des communes concernées, la hausse était sensible (de 7 à 12 points).

 

2012- 2017 : Evolution du vote Le Pen à proximité de la frontière italienne dans les Alpes-Maritimes

 

 

Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessus, cette poussée s’est opérée à la fois dans les communes frontalières (Menton et Castellar) mais également dans des communes situées en retrait. Face au renforcement du dispositif policier à Menton et sur la côte, les migrants et les passeurs utilisent également des itinéraires de montagne plus détournés passant par la vallée de la Roya. Dans plusieurs des communes de cette vallée, la hausse du vote frontiste a également été significative comme à Fontan (37%, +10,3 points), Tende (30,3%, + 7,6 points) ou Sospel située à la frontière (34,2%, + 7,4 points). Tous les villages n’ont pas pour autant été concernés par cette hausse car il existe également une tradition de gauche ancrée localement et des réseaux de soutiens aux migrants se sont organisés, autour notamment de la figure du paysan militant pro-migrants, Cédric Herrou. La hausse a ainsi été inférieure à 3 points à Breil-sur-Roya, à Saorge et à La Brique.  

 

A l’autre extrémité du territoire national, Calais est le point d’aboutissement de nombreuses routes migratoires et le point de passage obligé pour la Grande-Bretagne. De par ce statut particulier, Calais et toute la région ont subi ces dernières années une pression migratoire très importante avec le développement hors de contrôle puis le démantèlement de la fameuse « jungle » à la périphérie de la ville, mais aussi son lot d’affrontements avec les forces de l’ordre et le développement d’une petite délinquance de survie .  Après la destruction par les autorités de cet immense campement, un autre camp à Grande-Synthe, ouvert par la municipalité de cette ville et Médecins du Monde, verra sa population croître très rapidement avant qu’à l’issue d’une rixe entre communautés, un incendie ne se déclenche et ne détruise l’intégralité des baraquements à quelques jours du premier tour de la présidentielle.   

 

Or, dans le Calaisis comme à la frontière italienne, la progression de Marine Le Pen entre 2012 et 2017 sera portée par ce contexte particulier : +8,4 points à Grande-Synthe, +11,2 à Marck, +11,5 à Calais et +14,8 à Fréthun, commune où se situe l’entrée du tunnel sous la Manche. Avec 57,4% au second tour, Calais sera la grande ville de France à accorder son meilleur score à la candidate frontiste. 

 

De l’autre côté de la Manche, la circonscription de Douvres, porte d’entrée en Grande-Bretagne et objectif des migrants, fut l’une de celles où le « Leave » atteignit le plus haut niveau avec 62,2% contre 53,4% en moyenne pour l’Angleterre lors du référendum sur le Brexit. La circonscription voisine de Shepway vota également à 62,2% en faveur du Brexit. Ici aussi, la question migratoire pesa de tout son poids dans les urnes. 

 

Mais la métropole n’a pas le monopole de l’immigration clandestine. Certains territoires périphériques sont également concernés au premier chef. Ainsi, Mayotte, déjà historiquement concernée par l’arrivée massive d’immigrants clandestins venant des îles voisines de l’archipel des Comores dont l’île d’Anjouan, subit-elle une pression migratoire redoublée depuis qu’elle est devenue le 101ème département français en 2011 (ce changement de statut ouvrant droit au RSA pour les résidents de l’île). Mayotte est aujourd’hui le département qui compte la plus grande proportion d’étrangers, devant la Guyane, ce qui rend la situation sociale explosive. Lors du 1er semestre 2016, Mayotte a ainsi été le théâtre d’une grève générale qui a paralysée l’île pendant plusieurs semaines mais surtout de nombreuses violences . Confrontés à une pression migratoire grandissante et à une délinquance en forte croissance, des collectifs villageois ont procédé à des expulsions manu militari de Comoriens, parfois en situation régulière, vivant sur leurs communes dans un habitat précaire (surnommé « case »), détruit à cette occasion. Ces opérations de « décasages » se sont déroulées sur la côté ouest de Mayotte, versant de l’île où Marine Le Pen enregistre ses plus spectaculaires progressions entre la présidentielle de 2012 et celle de 2017. La candidate frontiste, dont le score sur l’île a littéralement explosé, passant de 2,8 % des suffrages en 2012 à 27,2 % de 2017, progressant ainsi de près de 25 points, a terminé seconde derrière François Fillon. Cette poussée inégalée ailleurs en France a fait l’effet d’un tremblement de terre et c’est sur la côte ouest que la hausse a été la plus massive. Cette côte au vent, où débarquent les kwassa-kwassas, empruntés par les Comoriens au péril de leur vie, est nettement moins urbanisée que la côte est qui abrite les principales villes et administrations du département. Il semble bien que la pression foncière sur ces terres agricoles ait alimenté tant la série d’expulsions du 1er trimestre 2016 que le vote en faveur de Marine Le Pen au 1er tour de l’élection présidentielle 2017 avec des hausses dépassant souvent les 28 points alors qu’elle n’a pas atteint les 20 points sur la côte est. Les positions de cette dernière quant aux questions migratoires et sa dénonciation du laxisme supposé des autorités, en métropole comme dans les outre-mers, ont manifestement trouvé un écho favorable auprès de la population mahoraise. 

 

Dans un contexte géographique et ethnique très différent du Calaisis ou encore de la région de Menton et alors que l’essentiel des Mahorais sont musulmans, la question migratoire s’avère une nouvelle fois un facteur déterminant du vote Front national. Ce lien se vérifie également dans un territoire géographiquement et culturellement encore différent : Saint-Martin et Saint-Barthélemy aux Antilles. Dans ces petites îles, devant elles-aussi faire face à un afflux d’immigrants illégaux sur un territoire restreint, la candidate frontiste a également progressé significativement en doublant quasiment son score entre 2012 et 2017 en passant de 12,1% à 23,3%.

 

4-…Mais pas d’impact avéré dans les communes ou des CAO ont été ouverts.

Consécutivement à la décision de fermer la jungle de Calais à l’automne 2016, plusieurs dizaines de Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO) ont été ouverts un peu partout sur le territoire métropolitain pour accueillir et loger les migrants évacués de la jungle de Calais. Cette décision d’implanter ce type de structure, la plupart du temps dans des petites communes, a été prise sans concertation avec les municipalités et dans plusieurs endroits des manifestations de protestation plus ou violentes se produisirent.

Si, comme nous venons de le voir, les territoires soumis à une forte pression migratoire ont enregistré une poussée significative du vote frontiste entre 2012 et 2017, un tel effet n’est en revanche pas nettement perceptible dans les communes dans lesquelles des CAO ont été ouverts.   

 

L’évolution du score de Marine Le Pen entre 2012 et 2017 dans certaines communes ou des CAO ont été ouverts 

 

 

Comme le montre le tableau suivant, recensant une série de cas que nous avons identifiés et retenus dans différentes régions françaises (de façon à avoir un panel diversifié), dans environ la moitié des cas, Marine Le Pen a plus progressé entre 2012 et 2017 dans la commune en question que dans le département de rattachement. Mais dans bon nombre de communes également, la progression a été moins marquée. Il n’y a donc pas de lien net et avéré, sachant de surcroît, que dans les cas où la hausse a été plus forte qu’au plan départemental, l’écart n’est pas très spectaculaire.

Il faut rappeler que même si les communes retenues sont souvent des villages ou des petites villes, le nombre de migrants hébergés ne dépasse pas quelques dizaines et qu’ils étaient encadrés. Il n’y a donc pas eu un effet de masse ou de submersion comme cela a pu être le cas à Calais ou comme on le constate à Mayotte. De plus, une partie des pensionnaires des CAO sont rapidement repartis.

 

Dans certaines communes, l’annonce de l’ouverture d’un CAO à l’automne dernier suscita néanmoins des réactions de rejet dans une partie de la population locale. Ainsi à Forges-les-Bains, dans l’Essonne, un bâtiment appartenant à la mairie de Paris et devant accueillir des migrants séjournant dans les campements parisiens, a fait l’objet d’un incendie manifestement volontaire. A Saint-Brévin-les-Pins, en Loire-Atlantique, un centre de vacances du comité d’entreprise d’EDF réquisitionné pour être transformé en CAO a été la cible de coups de feu après qu’une manifestation rassemblant plusieurs dizaines d’opposants eut été organisée quelques jours plus tôt. Un autre centre de vacances EDF, lui aussi destiné à accueillir des migrants essuya plusieurs coups de feu dans la nuit du 5 au 6 octobre 2016 à Saint-Hilaire du Rosier en Isère. Des manifestations ont également eu lieu 1er octobre à Saint-Denis-de-Cabanne dans la Loire, manifestation à laquelle Nicolas Bay, un des principaux bras de droit de Marine Le Pen prit part, mais aussi à Allex dans la Drôme, à Trégunc dans le Finistère ou à Louveciennes dans les Yvelines, où un millier de personnes se rassemblèrent le 2 octobre pour elles-aussi protester contre l’annonce de l’ouverture d’un CAO dans leur commune.  

L’évolution du score de Marine Le Pen entre 2012 et 2017 dans certaines communes ou des CAO ont été ouverts 

Or, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, le vote FN ne fut pas spectaculairement « dopé » dans ces communes en proie pourtant à des manifestations ou des exactions violentes quelques mois plus tôt à l’encontre de l’ouverture d’un CAO . De la même façon, à Paris dans le 18ème arrondissement, l’ouverture d’un centre d’hébergement Porte de La Chapelle ne s’est pas traduite à date par une poussée du vote frontiste dans le quartier, dont, par ailleurs, une part significative de la population est issue de l’immigration. Les bureaux de vote contigus de ce centre se caractérisent certes par un vote FN plus élevé que la moyenne de l’arrondissement et parisienne, mais on retrouve le même phénomène dans de nombreux bureaux situés en bordure du périphérique , ce phénomène n’est donc pas lié à l’ouverture de ce centre par la Mairie de Paris.

 

 

 
 

 

 

 

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 19/07/2017 - 18:11
Personne n'a demandé à l'Italie d'aider les passeurs !
La flotte italienne doit ramener les migrants partant des côtes lybiennes vers la Lybie ! Tel est le devoir de loyauté des pouvoirs publics italiens vis à vis de la Nation Italie, et vis à vis des Nations d'Europe. Si les dirigeants italiens, grecs, allemands ou français facilitent l'invasion du Contienent européen par les migrants, ils sont des traîtres à leur pays, à leur civilisation. Ceux des dirigeants européens qui ont fait venir les criminels islamistes doivent être jugés ! Et condamnés pour intelligence avec l'ennemi islamiste ! Les droits du migrants doivent s'exercer d'abord dans son pays d'origine ! C'est un manque de courage des dirigeants européens de considérer les migrations internationales comme une solution durable. La solution c'est le droit des gens au pays de leur ancêtres ! Toutes les civilisations connaissent ce principe. Si certains potentats et tyrans ne veulent pas l'admettre, les moyens de retorsions de l'UE sont vaste : ne serait-ce que restreindre l'accès à son marché intérieur. D'autre part le droit d'asile doit être prioritairement exercé dsn un pays de culture proche. Il y a plus de pays musulmans de l'OCI ! Pourquoi les accueillir en Europe ?