En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 min 45 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 24 min 50 sec
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 48 min 18 sec
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 1 heure 28 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 1 heure 49 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 2 heures 35 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 3 heures 16 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 3 heures 39 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 min 20 sec
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 29 min 5 sec
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 52 min 12 sec
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 1 heure 13 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 1 heure 46 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 2 heures 38 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 4 heures 21 min
Atlantic-tac

Baselworld 2017 : sale temps pour les montres...

Publié le 22 mars 2017
Baselworld, le grand salon de l’horlogerie mondiale, ouvre ses portes aujourd’hui, dans une ambiance plombée par vingt consécutifs de décroissance des exportations de montres suisses. Sur fond de crises internationales et de mutations sociétales, la bulle horlogère des années 2010 se dégonfle…
Grégory Pons
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Baselworld, le grand salon de l’horlogerie mondiale, ouvre ses portes aujourd’hui, dans une ambiance plombée par vingt consécutifs de décroissance des exportations de montres suisses. Sur fond de crises internationales et de mutations sociétales, la bulle horlogère des années 2010 se dégonfle…

Atlantico : Sous l’effet d’une « crise horlogère » qui n’a jamais été avouée comme telle, les exportations de montres suisses sont revenues à leur niveau de 2012, mais on parle de signes très nets de reprise…

Grégory Pons : Ça, pour parler, on parle ! Depuis deux ans, les états-majors horlogers n’ont pas cessé de nier une « crise-horlogère-qui-n’existe-pas », mais qui a déjà fait perdre près d’un milliard de profits aux grands groupes de luxe (la moitié de leurs bénéfices en 2016), tout en ramenant les exportations à ce qu’elles étaient au début des années 2010. On a effacé tous les gains de la fabuleuse explosion de la demande chinoise et la décroissance érode sans discontinuer de 10 % à 12 % par an le volume d’affaires de la branche. Des milliers d’emplois ont été perdus et de nombreuses marques sont au bord de la faillite : près de quatre-vingt exposants horlogers manquent à l’appel du salon Baselworld 2017, qui s’ouvre aujourd’hui. Les exportations ont baissé de 6 % en janvier et de 10 % en février (13 % par rapport à février 2015), mais « tout va très bien, Madame la Marquise » ! Cependant, s’il est vrai qu’il y a des « signes de reprise », notamment en Asie, mais il s’agit essentiellement de transferts partiels vers la Chine intérieure d’achats de montres qui ne sont plus effectués ailleurs dans le monde par les touristes chinois qui tiraient la demande. Une hirondelle pékinoise ne fait pas le printemps… S’il y a ici ou là de menus signes de reprise, ils ne sont pas là où l’imaginent les horlogers suisses, qui refusent de se remettre en question…

Quels sont les principaux facteurs qui plombent l’ambiance à la veille de cette édition de Baselworld ?

Il faut bien distinguer les causes endogènes et les causes exogènes de cette « crise ». Ce n’est pas le génial marketing des marques de montres qui a emballé la demande asiatique (principal moteur du quasi-doublement des ventes suisses en dix ans), mais les miraculeuses facilités de crédit accordées par une banque centrale chinoise qui débordait de liquidités. Les horlogers suisses ont subi cette explosion de la demande sans pouvoir ajuster leur production (aujourd’hui en surcapacité tellement ils ont accéléré brutalement), ni leur communication, aussi vieillie que leurs clients traditionnels. La seule réaction des marques a été d’augmenter les prix jusqu’à les rendre insupportables à présent que la conjoncture s’est retournée. Les nouveaux riches chinois sont capricieux, mais pas idiots au point de supporter plus longtemps l’extorsion de fonds pratiquée par les marques suisses…

Les causes exogènes sont plus faciles à repérer. Nous y rangerons l’instabilité géopolitique internationale : guerres civiles dans l’arc de crise arabo-islamique, terrorisme sur fond de crise économique dans des pays développés trop endettés, désordres monétaires, incertitudes électorales, paupérisation de la classe moyenne, ambiance de dé-globalisation, etc. N’oublions pas les mutations sociétales qui ont reformaté les paradigmes du luxe. Génération de l’être plus que de l’avoir, les post-baby-boomers ne veulent plus porter les mêmes montres que leurs parents : ils ont perdu l’instinct de propriété et le goût de l’ostentation statutaire. Dans la Silicon Valley californienne, il est autrement plus chic de s’acheter un vélo à 50 000 dollars qu’une Rolex à 20 000 dollars. Adulées par cette génération Y, les montres connectées tendent à évincer les montres suisses du poignet : sur ce marché en croissance de 25 % l’année dernière, c’est désormais le Chinois Xiaomi qui est le « premier-horloger-du-monde » (15 millions de smartwatches vendues), devant Apple (11,5 millions) et loin devant Swatch (4 millions de montres classiques) ou Rolex (650 000).

Ce sont précisément les réflexes de consommateurs avertis de cette nouvelle génération post-moderne qui expliquent le « grand remplacement en cours » : les riches amateurs – ceux qui tirent traditionnellement la demande – ne veulent plus acheter les montres d’aujourd’hui des marques d’hier, parce qu’ils préfèrent acheter les montres d’hier des marques d’aujourd’hui. Comprenez qu’ils ne font plus confiance au marketing contemporain des marques institutionnelles et historiques, mais qu’ils préfèrent investir dans les icônes passées de la légende horlogère. Ce qui explique les records aux enchères atteints par les montres de collection et la mévente qui frappe la production actuelle des marques qui faisaient référence (Rolex, Patek Philippe, Breguet, etc.). L’offre suisse n’est plus en phase avec la demande des marchés…

Quelques marques semblent cependant mieux tirer leur épingle du jeu, à tous les niveaux de prix…

GP : C’est indéniable, et heureusement qu’une ou deux poignées de maisons animent encore le marché. C’est parce qu’elles ont compris les attentes des nouveaux amateurs de montres. Le Français Richard Mille affiche une insolente croissance de 20 % par an en apaisant, avec ses coûteux fétiches (comptez 200 000 euros), les pressantes angoisses statutaires des néo-milliardaires émergents. À l’autre extrémité du spectre, avec ses montres « reposantes » à 200 euros, Daniel Wellington est le best-seller chez les jeunes consommateurs, auxquels il vend deux millions de montres par an. Pour avoir opté pour la montre connectée (virage socio-technologique raté par toutes les marques suisses), TAG Heuer a vu son chiffre d’affaires croître de plus de 10 % par an (prix moyen : 2 000 euros) et la marque souffler des parts de marché à ses concurrents. Il faudrait également citer Longines, qui se contente de rééditer des montres vintage (plus de 2,5 millions de montres par an, au prix moyen de 1 800 euros) ou Omega, qui exploite l’inépuisable filon de sa Speedmaster portée sur la Lune. Il faudrait encore noter la réussite de maisons comme Bulgari, Hublot ou Audemars Piguet dans le haut de gamme, mais c’est à peu près tout…

Quelles seraient les urgences pour « remettre les pendules à l’heure » et redonner ses lettres de noblesse aux montres suisses ?

Le chantier de rénovation est d’autant plus immense que tout est repenser, du premier au dernier maillon de la chaîne, mais, heureusement, le prestige même de la place suisse n’a pas été entamé. Tout reste donc possible et je suis très optimisme sur la survie de cette industrie si elle sait se réformer à temps. Ce n’est pas une question de technologie (connectée ou mécanique), mais d’imagination et de créativité. La supply chain horlogère est à revoir, à la fois pour abaisser les coûts, accélérer le time to market et permettre la personnalisation de séries courtes de plus en plus exclusives [nous sortons de la société de consommation de masse]. Il faut reformater l’approche des consommateurs, qui ne passe plus par des réseaux multimarques obsolètes, mais par une infinité de canaux de distribution intégrant le e-commerce aussi bien que les boutiques éphémères ou les réunions « Tupperware ». Il faut réinitialiser la communication en parlant aux nouvelles classes motrices des sociétés occidentales plus qu’aux retraités cossus du baby-boom ou aux prédateurs néo-milliardaires de la globalisation asiatique. L’horlogerie suisse a pu survivre à toutes les crises systématiques affrontées depuis deux siècles : elle s’en sortira une fois de plus, mais ce ne seront plus les mêmes marques, ni les mêmes montres, ni les mêmes prix, ni les mêmes clients, ni les mêmes motivations d’achat…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires