En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 8 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 13 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 8 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 11 heures 40 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 21 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 25 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 6 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 20 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 14 heures 44 min
Géopolitico-scanner

Le mythe d’Al-Andalous et de la supériorité de la science arabo-musulmane: carburants du totalitarisme islamiste

Publié le 03 mars 2017
Après avoir évoqué les fondements théologiques du totalitarisme islamiste et le phénomène de la dhimmitude, Alexandre del Valle aborde le thème central du politiquement correct qu’est le mythe "d’Al-Andalous", c’est-à-dire l’Espagne musulmane passée et parée de toutes les vertus par contraste avec une Europe chrétienne adepte "croisée" qui aurait été en revanche la plus obscurantiste des civilisations.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir évoqué les fondements théologiques du totalitarisme islamiste et le phénomène de la dhimmitude, Alexandre del Valle aborde le thème central du politiquement correct qu’est le mythe "d’Al-Andalous", c’est-à-dire l’Espagne musulmane passée et parée de toutes les vertus par contraste avec une Europe chrétienne adepte "croisée" qui aurait été en revanche la plus obscurantiste des civilisations.

 

L’âge d’or d’Al-Andalous : fondement mythique du projet irrédentiste islamiste

Les concepts de Oumma, de califat, de djihad, étudiés dans les feuilletons précédents, sont essentiels pour tout analyste géopolitique, car la Oumma, en tant que « communauté-matrie », puis le califat, en tant que pouvoir impérial théocratique dont le territoire doit s’étendre à terme à l’ensemble de la planète, impliquent la négation des frontières de toutes les nations non soumises à l’empire totalitaire de la Charià. Le territoire comme enjeu de rivalités géopolitiques peut donc être irréel, mythifié, voire rêvé ou pleuré, comme cela est le cas d’Al-Andalous (l’Espagne musulmane de 711 à 1492) ou de la Sicile islamique du passé, territoires clés du supposé Age d’or islamique de jadis, puis, bien sûr, de la Palestine occupée, pleurée du Maroc au Pakistan par la supposée Oumma. Dans ce cas, la perte du territoire associé à un Age d’or, tel qu’Al-Andalous ou la Palestine constitue une représentation géopolitique suffisamment puissante pour mobiliser, nombre de militants de l’islamisme radical et pour justifier une forme d’irrédentisme politico-religieux. Celle-ci est incarnée notamment par les mouvements salafistes sunnites radicaux revendiquant la reconquête des « territoires perdus », ce qui est le cas de la nébuleuse terroriste d’Al-Qaïda et d’autres mouvements islamistes salafistes nostalgiques du califat déchu, désireux de le rétablir glorieusement sur toute la surface de la terre par le djihad, la lutte politique et le prosélytisme. L’âge d’or islamique andalou justifierait ainsi pour les islamistes radicaux l’islamisation de l’Europe, et la récupération des territoires perdus de l’Espagne islamique passée, des Balkans ou de la Sicile aussi impérative que celle de la Palestine mythifiée également qualifiée de « perdue ». Aussi les islamistes salafistes qui ont pour référence suprême l’époque mythifiée et exemplaire des premiers musulmans et du Prophète, les « Salaf », les « Pieux ancêtres », voient dans le mythe de l’Age d’Or glorieux de l’Islam, qu’ils s’agissent des Salaf de l’époque de Mahomet ou des Califats ultérieurs de Damas, Bagdad ou Cordoue, expliquent les échecs présents du monde islamique, selon eux déchéant, par l’éloignement de la pureté de la foi mythifiée des premiers conquérants et des grands califats et la contamination des musulmans modernes par les idées impies des occidentaux. 

Cette idée irrédentiste de nature théocratique est au centre des discours des leaders d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri. Ce thème d’Al-Andalous est si important dans l’idéologie islamiste radicale salafiste que l’idéologue Abdullah Azzam, l’un des précurseurs d’Al-Qaïda et mentor d’Oussama Ben Laden, lui a consacré un livre, « La défense des territoires islamiques ». Dans cet ouvrage, une fonction toute particulière est accordée à Al-Andalous (711-1492) époque supposée de splendeur perdue de l’Islam, et Abdullah Azzam appelle à sa récupération.

Cinq siècles après l’expulsion des Maures d’Espagne, les islamistes radicaux et nombre d’idéologues musulmans nostalgiques de cet âge d’or, prétendent ouvertement reconquérir à rebours l’Andalousie et l’Espagne islamiques (et même la Sicile et les Balkans ou la Grèce) elles-mêmes qui avaient elles-mêmes été reconquises par les puissances chrétiennes, notamment les rois catholiques espagnols en 1492. Comme l’observe la philosophe espagnole Maria Rosa Rodriguez Magda, la nostalgie de l’Espagne musulmane passée et du Califat omeyade d’Al-Andalous est au cœur des revendications et processus de légitimation des islamistes radicaux et même des terroristes qui revendiquent la « récupération du territoire andalous, lequel appartiendrait de droit à la civilisation islamique ». Du point de vue tant idéologique que géostratégique, la dangerosité – selon l’auteur - de l’irrédentisme islamique à propos d’Al-Andalous, a été également mise en lumière par l’islamologue espagnol Gustave de Aristegui, lequel rappelle que « le mythe andalou est une vraie obsession pour nombre d’intégristes islamiques du monde depuis la chute de Grenade en 1492 ».

Le terme même d’Al-Andalous est en lui-même souvent ambigu dans la mesure où il est identifié à une région, l’actuelle Andalousie, où sont installées nombre d’associations islamistes, alors qu’il désignait pendant la période de domination de l’Espagne par l’empire arabo-musulman (711-1492), l’intégralité de l’Espagne islamisée, de l’actuelle province andalouse jusqu’à la Catalogne, en passant par le Levant, puis une partie du Sud de la France (Septimanie), occupée par les Arabo-berbères. Quant à la représentation de l’Andalousie islamique foncièrement « tolérante », nous avons montré dans nos ouvrages qu’il s’agit d’une vision romancée de l’histoire instrumentalisée pour des raisons politiques (haine de la civilisation chrétienne pour les repentants occidentaux et stratégie de légimitation de leur conquête pour les islamistes). Loin de la vision monolithique d’une Al-Andalous caractérisée par « l’harmonie entre les trois religions » et la « coexistence parfaite » des peuples différents (juifs, chrétiens et musulmans, autochtones ou Arabes), la réalité de l’Espagne islamique était tout autre : chrétiens et juifs étaient discriminés ; leur statut était celui de dhimmi ; ils avaient certes le « droit » de pratiquer leur culte ; ils devaient reconnaître l'autorité des musulmans à tous les niveaux, payer des impôts particuliers (jiziya), et que leur capacité de gagner en justice contre un musulman était nulle. En réalité, il n’y avait pas d’égalité de droits entre gens du Livre et musulmans et que le fait d’appliquer au Moyen-Age espagnol des notions comme la tolérance religieuse ou le multiculturalisme particulièrement valorisées dans l’Europe des années 2000 n’a pas beaucoup de sens. La Grenade musulmane mythifiée tant par les islamistes que par les partisans du multiculturalisme et du dialogue des civilisations valide en fait les mobiles irrédentistes des islamistes contemporains.

En fait, ceux qui entretiennent la nostalgie du califat d’Al-Andalous et assimilent souvent la reconquista à une forme de colonialisme européen, relaient purement et simplement l’idée irrédentiste obsessionnelle de tous les islamistes du monde. L’âge d’or d’Al-Andalous est certes également souvent invoqué par certaines organisations et figures de l’extrême-gauche, adeptes des théories du philosophe français communiste converti à l’islam, Roger Garaudy, lui-même basé en Andalousie. Pour ces néo-convertis radicaux de gauche ou d’extrême-gauche, sur lesquels nous avons enquêté, l’âge d’or islamique d’Al-Andalous fonctionne comme le mythe justificateur de l’islamisation-expiation de l’Europe ex-coloniale, « inféodée à l’impérialisme américano-sioniste », et susceptible de retrouver une légitimité révolutionnaire en embrassant la religion par excellence des opprimés et de l’égalité que serait l’islam.

Parmi les mouvements islamistes composés de convertis basés en Andalousie qui invoquent de façon systématique le mythe de l’âge d’or d’Al-Andalous pour justifier une réislamisation de l’Espagne contemporaine, nous avons voulu notamment signaler le cas particulier et emblématique du mouvement islamiste européen Al-Mourabitoun, créé par l’Ecossais Peter Van Leyck (alias Ian Dallas ou cheikh Sidi Abdelkader Al-Murabit). Officiellement appelée Communauté islamique en Espagne, Al-Mourabitoun est implantée dans toute l’Espagne, principalement à Séville et à Grenade, siège de l’association. A la recherche de l’Age d’Or islamique d’Al-Andalous, le noyau dur, établi depuis deux générations en Andalousie, a essaimé dans toute l’Europe, de Londres à Barcelone, en passant par Stockholm, Milan et Gènes, où des conférences sont données au profit de jeunes Européens invités à venir faire des « pélerinages de conversion en Andalousie », afin de retrouver « l’âge d’Or de la civilisation islamique européenne ».

Adhérant à une forme d’irrédentisme fondée sur un néo-impérialisme califal qui considère que l’appartenance actuelle de l’Andalousie à l’Espagne chrétienne est une occupation illégitime, Al-Mourabitoun appelle à une rupture avec l’ordre démocratique et diffuse une idéologie à la fois révolutionnaire de gauche et islamiste, à peine dissimulée derrière l’Islam. Ce n’est pas étonnant si Ian Dallas a choisi comme nom de son organisation celui d’Al-Mourabitoun, dans la mesure où le fanatisme et la violence féroces de l'antique confrérie des Almoravides - qui terrorisa au quatorzième siècle toute l’Espagne – sont des motifs de fierté pour les adeptes de Dallas. Aussi, les liens tissés par Al-Mourabitoun avec la nébuleuse salafiste internationale (Frères musulmans koweïtiens et égyptiens, mouvements islamistes libyens, GIA algérien, Tabligh, Arabie saoudite, etc.) constatés depuis quelques années par les services anti-terroristes espagnols constituent un soutien extérieur précieux et témoignent de l’évolution du mouvement soufi vers le néo-wahhabisme, virage amorcé depuis plusieurs années déjà. Pour les membres d’Al-Mourabitoun, l’Islam serait la seule voie permettant de se « désaliéner » et de poursuivre la révolution. Un rapport des services de renseignements espagnols définit Al-Mourabitoun comme « courant islamique de caractère islamo-occidental, préconisant une ‘troisième voie islamique’, antisioniste teintée d’une vague inspiration néo-nazie ou ‘national-révolutionnaire’ (...) les liens entretenus avec des mouvements de type sunnite radical, d’une part, et des organisations d’extrême-droite, d’autre part ».

Un autre mouvement radical composé de néo-convertis, l’Association pour le Retour de l’Islam en Andalousie, a été créé dans le sud de l’Espagne sur les mêmes bases appelant au rétablissement du Califat arabe de Cordoue. Certains passages des tracts de propagande diffusés par l’Association sont révélateurs de l’idéologie antichrétienne du mouvement qui provient de l’extrême-gauche (voir chapitre infra) : « Le racisme de l’Eglise catholique en Espagne, avec sa politique de génocide durant l’Inquisition, fut utilisé comme instrument de torture par le fascisme. Celui-ci ravagea l’Europe pendant la première phase d’anarchie que le sionisme envoya par vagues tout en mettant au point ses méthodes bancaires de contrôle à long terme. Ce fut l’Europe chrétienne qui entreprit l’élimination de la civilisation islamique et ce fut l’Europe chrétienne (...) qui baissa la tête en acquiesçant au fascisme (...). L’Islam est le modèle de l’avenir...».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Al-Andalous, islmam, islam, science
Thématiques :
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
abracadarixelle
- 04/03/2017 - 19:50
La science arabo-musulmane ?
Sur quoi a-t-elle débouché ? Quelles sont ses inventions ?? Je crois avoir lu qu'elle a surtout relayé les découvertes de l'Inde et des Grecs anciens...Sinon, même avec la religion étouffoir qui est la leur, les Arabo-musulmans auraient dû connaître un développement comparable à celui de l' Europe......
Paul Emiste
- 04/03/2017 - 18:51
Quelle superiorité?
Éventuellement dans l´élevage des chèvres, et encore pas sûr.
langue de pivert
- 04/03/2017 - 17:24
Vous aimez les musulmans ? Votez Macron ! ☺
Voilà les idées de la racaille mahométane que défend Macron-le-soumis-à l'islam !