En direct
Best of
Best Of
En direct
info atlantico
© Reuters
Politico Scanner migrants
Info Atlantico
62% des Français sont opposés à l'accueil des réfugiés sur le territoire français, un plus haut depuis le pic de la crise des migrants de l’été 2015
Publié le 14 septembre 2016
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 62% des Français sont aujourd'hui opposés à l'accueil de migrants sur notre territoire. Ce taux de rejet, en nette hausse par rapport à avril dernier, se rapproche de son niveau le plus haut de l'été 2015.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 62% des Français sont aujourd'hui opposés à l'accueil de migrants sur notre territoire. Ce taux de rejet, en nette hausse par rapport à avril dernier, se rapproche de son niveau le plus haut de l'été 2015.

Atlantico : Quel est le selon vous le principal enseignement de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : Nous constatons dans les résultats de cette enquête un nouvel affaissement assez net de l'adhésion des Français à l'accueil de migrants (38% y sont favorables, soit une baisse de 8 points par rapport au printemps dernier). Nous sommes aujourd'hui quasiment aux niveaux les plus faibles observés, à la mi-novembre 2015. À cette époque, on savait qu'un certain nombre des membres du commando des attentats du 13 novembre avaient infiltré les flux de réfugiés et de migrants pour venir en Europe. Nous sommes donc sur une adhésion en nette baisse par rapport au mois d'avril dernier.

A lire également sur notre site : Plan sur les migrants : le gouvernement dans l'impasse intellectuelle de sa politique de "générosité"

 

Comment expliquer cette baisse ?

Il y a tout d'abord ce que l'on appelle en statistique un effet de base. La base de comparaison était en effet plutôt favorable (46% de Français favorables en avril 2016), notamment en raison du déplacement du Pape François à Lesbos. Les naufrages à répétition en Méditerranée avaient également eu à l'époque un effet assez net dans l'opinion publique, d'où cette remontée de la propension à accepter les migrants.

Depuis, nous avons constaté une recrudescence de l'actualité anxiogène des migrants.

Il y a tout d'abord ce qu'il se passe autour de la jungle de Calais, qui apparaît plus que jamais hors de contrôle pour nos concitoyens. Jamais il n'y a eu autant de migrants à Calais, avec de nombreux problèmes sécuritaires, sanitaires et humains.

Il y a ensuite tout ce qu'il se passe en région parisienne et dans certains quartiers de l'Est parisien, où des opérations d'évacuation et de démantèlement de campements de migrants se sont succédées quasiment toutes les semaines en juillet et en août, avec en point d'orgue l'annonce par la mairie de Paris de la création d'une structure d'accueil provisoire porte de la Chapelle pour faire face à un afflux perçu comme hors de contrôle.

Enfin, la frontière franco-italienne est également touchée par le phénomène, sur un modèle inversé par rapport à la situation calaisienne : des migrants voulant rentrer en France (pas forcément pour s'y installer) sont refoulés par des policiers français et italiens. Là aussi, on constate une multiplication de franchissements de frontières et de reportages montrant que la situation humanitaire se dégrade à vue d'œil, ainsi qu'un nombre sans cesse croissant de migrants qui s'accumulent sur cette portion de la frontière.

La situation aux frontières extérieures de l'Europe apparaît relativement sous contrôle entre la Turquie et la Grèce suite aux accords du mois de mars. Mais les traversées de la Méditerranée entre la Libye et l'Italie n'ont pas cessé, avec un nombre sans cesse croissant de victimes et de naufragés. Pour autant, l'opinion publique française devient de plus en plus réfractaire à cette politique d'accueil, alors même que les drames se multiplient en mer, en raison du caractère de plus en plus ingérable de la situation dans plusieurs points du territoire national.

Le fait que les migrants soient objectivement moins nombreux à venir en Europe ces derniers temps à en croire les chiffres de Frontex n'a donc pas eu d'impact sur l'opinion publique française ?

On juge toujours à l'aune de son environnement le plus proche. Le problème de Calais (et avant lui Sangatte) dure depuis 15 ans en dépit de moyens policiers colossaux. Il y a systématiquement des attaques de camions la nuit et une ville quasiment en état de siège. Nous avons aussi des images très poignantes et inquiétantes de ce qu'il se passe à Paris. Si le nombre global de migrants arrivant en Europe a diminué par rapport à l'année dernière, les Français regardent surtout ce qu'il se passe sur leur propre territoire.

Ensuite, si on constate une baisse des flux en provenance de la Turquie, les médias nous rappellent régulièrement qu'on est dans le même volume, voire un peu au-dessus, pour la route centrale en Méditerranée (axe Libye-Italie). On apprend régulièrement aux 20 heures que plusieurs milliers de migrants sont arrivés, avec une grille d'interprétation qui se met en place autour de la notion de vase communicant. C'est-à-dire que les Français intègrent le fait que ce qu'il se passe au large de la Sicile a des répercussions quelques semaines plus tard à la frontière franco-italienne, puis dans certains quartiers de Paris (on parle de 80 arrivées par jour), puis à Calais.

Si l'on reste dans une approche "physique" du phénomène, on nous dit par exemple que le camp prochainement inauguré à Paris sera uniquement un camp de transit provisoire, et qu'il n'a pas vocation à les héberger dans la durée. Avec 400, 500 ou 600 places disponibles, le camp serait saturé en quelques jours. Cette logique de saturation circule dans l'opinion.

Nous avions montré dans un sondage pour Atlantico au début de l'été que la question des migrants se classait en 5ème position des préoccupations des Français pour la présidentielle. On peut penser avec tous ces événements d'actualités que nous sommes au moins à ce niveau aujourd'hui, voire plus haut. Cette question ne sera pas évacuée d'un seul trait de plume.

Un dernier élément reste à mentionner ici, à savoir le lien (certes beaucoup moins direct) entre la question terroriste et la question des migrants. Parmi les personnes identifiées comme responsables présumés d'attaques terroristes ou de projets d'attaques terroristes récemment en France, aucune d'entre elles n'est visiblement arrivée en France dans le cadre de l'afflux actuel de migrants (via la route des Balkans ou la mer Méditerranée). Néanmoins, nous avions constaté en novembre 2015 un décrochage très net de la propension à accueillir des migrants après les attentats de Paris. On peut penser que ce phénomène a été réactivé cet été.

Cela s'explique par le fait que derrière tout cela se jouent différentes notions.

Il y a la notion du contrôle des frontières : maîtriser les flux et les frontières devient primordial en période de menace terroriste. Quand la France est attaquée, le réflexe est de demander un accroissement du contrôle aux frontières.

Il y a aussi la notion d'intégration, qui s'inscrit sur une échelle temporelle plus longue que l'urgence sécuritaire. À chaque attentat revient en boucle dans le débat public la question de la place de l'islam dans la société française et de la bonne ou mauvaise intégration des personnes issues de l'immigration. Ces attentats apparaissent pour beaucoup de Français comme une illustration des sérieux ratés de notre modèle d'intégration. Dans ce contexte-là, la priorité n'est peut-être pas d'ouvrir les portes à de nouvelles personnes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 15/09/2016 - 21:19
65% contre les réfugiés
Mais alors pourquoi votent-ils toujours pour des gens qui y sont favorables? Il aurait aussi fallu leur poser la question.
Par ailleurs les soit-disant réfugiés sont loin d'être tous des réfugiés...
edac44
- 15/09/2016 - 11:07
100% des français contre l'immigration musulmane, c'est demain !
La religion musulmane, c'est une gangrène mortelle pour nos valeurs démocratiques.
Encore quelques attentats bien ciblés, style carnage dans nos maternelles ou hécatombe dans les transports en commun et l'on verra s'amorcer une haine incontrôlable qui aboutira fatalement à la guerre civile que plus rien ne pourra contenir.
La valise ou le cercueil, comme en Algérie en 56, il faudra choisir !...
Deudeuche
- 14/09/2016 - 22:16
@jasmin84
La Cimade est devenue depuis 30 ans un avatar gauchiste représentatif du protestantisme LIBÉRAL, ce machin arc en ciel et islamophile (au nom de la fraternité, bien sûr. )