En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 44 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 3 heures 4 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 4 heures 50 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 7 heures 53 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 8 heures 52 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 9 heures 25 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 9 heures 48 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 2 heures 5 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 3 heures 38 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 5 heures 20 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 7 heures 42 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 8 heures 27 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 9 heures 7 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 9 heures 28 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 10 heures 14 min
© Reuters
Rhétorico JO Rio France Sarah Ourahmoune boxe Atlantico.fr
© Reuters
Rhétorico JO Rio France Sarah Ourahmoune boxe Atlantico.fr
Forme olympique

La médaille d’or française oubliée à Rio : celle de la rhétorique

Publié le 22 août 2016
Petit retour sur les commentaires entendus dans les médias pendant les jeux de Rio mais aussi sur les beaux mots de nos champions.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Petit retour sur les commentaires entendus dans les médias pendant les jeux de Rio mais aussi sur les beaux mots de nos champions.

On se souvient de "l’incident Ronaldo" lors de l’euro de football : l’attaquant portugais, à entendre les commentaires de la quasi-totalité des médias français, semblait être tombé tout seul sur la pelouse du stade de France. Les jeux de Rio qui viennent de s’achever ont confirmé que notre art rhétorique national était décidément dans une forme olympique. Quitte à se faire à nouveau agonir d’injures par certains internautes, l’on ne peut donc se dérober à l’obligation d’une petite analyse du discours dominant, servi pendant 15 jours sur toutes nos antennes.

Les choses ont commencé très tôt avec l’épreuve de cyclisme féminin où la pauvre Annemiek van Neulen, a été victime d’une chute effroyable, tête la première, sur les pentes glissantes des collines brésiliennes. Et, tout de suite, la même phrase que lors de l’affaire Ronaldo, véritable formule magique quand un sportif connaît un malheur : "elle (ou il) le sait bien : CA FAIT PARTIE DU SPORT". A la condition bien sûr que le sportif en question soit étranger. Toute infortune touchant un compatriote, comme la terrible défaillance de Yohann Diniz au 50 kms marche (qui finira septième), connaît un tout autre traitement : "injustice du sort", "héroïque jusqu’au bout", "immenses efforts non récompensés", etc. 

J’entends déjà les protestations qui diront que cela est bien normal ; qu’une compétition fondée sur la rivalité entre pays (cf. le tableau des médailles égrené chaque jour) ne peut qu’exciter un nationalisme qui vaut tout de même mieux que la guerre pure et simple. Après tout, l’olympisme antique signifiait bien, par la trêve sacrée qui l’entourait, qu’il était déjà une alternative pacifique au conflit perpétuel entre cités grecques.

J’entends aussi l’indignation de ceux qui à juste titre feront la comparaison avec le déchaînement du public brésilien dès qu’un maillot jaune et vert était sur le terrain. A coup sûr les habitants de Rio méritent la médaille d’or du "chauvinisme", sous réserve que l’on accepte de leur transmettre ainsi la flamme de ce vrai trésor national. 

Mais les commentateurs brésiliens ont su déployer une habileté rhétorique admirable pour apaiser les observateurs étrangers. De Kuerten à Raj, ils ont reconnu d’emblée le problème avec un sourire désarmant, fidèles à l’enseignement des anciens orateurs, résumé par le grand spécialiste de rhétorique Chaïm Perelman : "Quand une objection grave peut peser sur tout le déroulement du discours, il ne sert à rien d’avancer des arguments qui seraient tous interprétés en fonction de cette objection. Il faut d’abord réfuter celle-ci pour laisser le champ libre à des interprétations plus favorables". Et nos amis brésiliens de mettre les réactions trop vives de leurs compatriotes sur le compte d’un enthousiasme encore "naïf" (sic). Nulle agressivité encore moins de méchanceté chez un peuple habitué aux seuls codes de la "football mania". Et voilà la cause brésilienne plaidée avec un talent qui, lui, n’avait rien de "naïf"…

Il est vrai que parmi nos commentateurs français, le discours a été fort différent entre les sportifs ou anciens sportifs d’une part et certains journalistes de l’autre : les premiers ont osé rappeler les exigences (et parfois les règles élémentaires) de la discipline, l’énormité de la concurrence et la nécessité de ne pas vendre trop tôt la peau de l’ours. Quand nos commentateurs comprendront-ils que le wishful thinking et les hurlements précipités du "c’est déjà gagné" mettent une pression contre-productive sur nos athlètes ? Voir les résultats du saut à la perche et du handball masculin…

Mais le talent rhétorique (dans le bon sens du terme) a été surtout la marque de nos champions, dont les leçons d’humilité, de grandeur d’âme et -osons le terrible mot anglo-saxon – le fair play ont été impressionnants. Hormis le cas Lavillenie, les déclarations des athlètes français ont été à la hauteur de leur qualité sportive. Loi qui se vérifie presque toujours chez les grands champions quel que soit le sport, de Drut à Federer, d’Estanguet à Bolt. Qualité de la formulation, vérité du sentiment, altruisme des remerciements, voire distance de l’humour. Aussi bien chez le coureur Pierre-Ambroise Bosse, chez les kayakistes et canoïstes multi-médaillés, que chez nos superbes cavaliers et autres escrimeurs qui ont la langue aussi fine que la lame. On pense aussi à la modestie en or de la judokate Emilie Andéol, avec ses larmes de joie, étonnée devant un triomphe que rien n’annonçait dans un parcours chaotique.

Mais la palme du fair play revient sans doute à la boxeuse Sarah Ourahmoune qui, après un combat final incertain jusqu’au bout, a déclaré que "la décision du jury était juste", nous invitant tout simplement à partager le bonheur d’une magnifique médaille d’argent, joyau ultime d’une carrière exemplaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 23/08/2016 - 20:15
Réthorique journalistique française
archipénible à entendre,c'est un peu la honte à ce niveau.Parfois, je coupe le son !!
Heureusement qu'on a un plaisir immense à entendre nos grands sportifs. Bravo aux intervenants techniques qui nous ont permis de mieux connaitre certaines disciplines .
Merci pour cet éclairage qui conforte hélas, notre allergie à cette réthorique.
assougoudrel
- 23/08/2016 - 14:59
@ Phlt1
Vous avez tout dit et je vous en remercie.
C3H5.NO3.3
- 23/08/2016 - 12:36
errare humanum est
Perseverare diabolicum