En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 7 heures 30 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 12 heures 48 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 14 heures 12 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 15 heures 12 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 15 heures 12 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 10 heures 34 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 10 heures 43 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 11 heures 58 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 15 heures 12 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 23 heures 41 min
© Flickr
Minute Tech Slack tchat
© Flickr
Minute Tech Slack tchat
La minute tech

Tout savoir sur Slack, l'appli qui révolutionnera votre manière de travailler et vos rapports en entreprise (même la NASA s'y est mise)

Publié le 23 août 2016
Lancée en 2014, la plate-forme de communication Slack annonçait avoir atteint la barre des 2,3 millions d’utilisateurs en février dernier. Une véritable libération pour ceux qui passent leur temps à trier leurs mails.
Samuel Monier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Informaticien indépendant Réseaux et systèmes - Infrastructure - Serveurs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lancée en 2014, la plate-forme de communication Slack annonçait avoir atteint la barre des 2,3 millions d’utilisateurs en février dernier. Une véritable libération pour ceux qui passent leur temps à trier leurs mails.

Atlantico : Comment expliquer le succès de la plate-forme de communication Slack ?

Samuel Monier : Le domaine de la communication collaborative est un vaste sujet. De mon point de vue, c’est dans ce secteur que les évolutions seront les plus nombreuses à l’avenir. Les éditeurs de solutions peinent à proposer des solutions novatrices, pratiques à utiliser et à mettre en place, à des tarifs accessibles, et répondant vraiment aux besoins des entreprises. Slack propose ici un modèle très intéressant apportant beaucoup de souplesse, des tarifs accessibles (voir gratuit pour les très faibles besoins ou pour découvrir la solution sans engager de frais), permettant de payer par utilisateur, et une intégration à des outils tiers (Dropbox, Google, etc.). Tous ces points réunis ont certainement dû retenir l’attention de grandes sociétés, mais aussi de clients de plus petites tailles, ce qui est à mon avis une force commerciale.

Quelles sont les spécificités fonctionnelles de cette application de collaboration ? Qu’apporte-t-elle par rapport aux “chats” déjà utilisés par les entreprises ?

La solution est en mode SaaS. Facilité de déploiement de la solution, et souplesse, sont des atouts indéniables. La solution est déclinée sur PC et smartphones. La plateforme propose ensuite une interface claire, permettant tout d’abord de communiquer par trois moyens. On peut effectivement contacter un collaborateur par message privé, créer une conversation privée avec des membres sélectionnés, ou créer un "salon" de conversation thématique et ouvert. Tout cela est accessible facilement sur la même interface. Ensuite, on peut partager des données (documents, images, fichiers divers) facilement sur la plateforme. Slack incorpore aussi des features issues du monde des réseaux sociaux. On peut taguer une personne dans une conversation, ce qui permet de l’avertir par une notification. On peut aussi "liker" une intervention d’un membre, ou même utiliser des hashtags afin de permettre une recherche thématique des conversations. A la différence d’une messagerie classique d’entreprise, les conversations sont archivées, ainsi que tous les fichiers partagés (quota de taille selon l’abonnement), et on peut facilement effectuer une recherche sur ces archives. Enfin, Slack mise sur une facilité à ajouter des outils tierces à son compte, comme Dropbox, Google Drive, Twitter, Skype, etc. On voit ici, au final, une volonté de mixer les meilleurs atouts d’une messagerie d’entreprise, des mails classiques, et d’une plateforme de partage de contenu. Bref, le maillon qui manquait à une communication fluide au sein d’une entreprise.

Dans un podcast (Game Plan, 8 aout 2016), les animatrices américaines Rebecca Greenfield et Francesca Levy s’émerveillent de la popularité de Slack aux Etats-Unis. Même la NASA s’y est mise. Peut-on prévoir une même fascination pour la France ?

La France est parfois réticente à certaines nouveautés, et les habitudes au sein des entreprises sont plus difficiles à changer que dans d’autres pays comme les Etats-Unis. Je crois néanmoins que, notamment dans le milieu des entreprises de tailles moyennes, cet outil est vraiment ce qui leur manque. Il deviendra indispensable de s’équiper de ce genre de solutions, qui améliorent grandement la communication. Et c’est souvent cette communication, plus ou moins bien gérée, qui est la cause de beaucoup de problèmes dans les entreprises de tailles moyennes. Beaucoup sont encore en permanence en train de vérifier les informations reçues dans le flot de mails insoluble, les messages reçus sur les chat internes, etc. Je pense cependant qu’il reste quelques barrières à faire tomber. Par exemple, quid des données conservées et de la confidentialité ? C’est un sujet très sensible, et je ne sais pas quelles garanties sont proposées. Ensuite, pour rentrer dans les entreprises de moyenne taille, Slack devrait miser sur un réseau de distributeurs/partenaires. En France, les entreprises aiment fonctionner avec des "pros" en local, et recevoir de l’assistance, du conseil, et de la formation. C’est par ce biais que Slack sera mieux perçu, et surtout proposé aux entreprises. Ensuite, j’aimerais voir une intégration qui prenne en compte les appels et SMS échangés avec ses collaborateurs. Ce serait ainsi vraiment complet. Je pense aussi que l’outil devrait permettre (je ne sais pas si c’est le cas) de spécifier des horaires pour avoir un droit à la "déconnexion". Sinon, ce genre d’outil invasif empêche de "décrocher" du travail. Malgré tout, je pense effectivement qu’on va beaucoup entendre parler de cet outil. Et preuve est que le marché est important, Facebook travail sur un concurrent, "Facebook at work", qui lui permettrait de mettre un pied dans le monde des communications unifiées, et de se positionner chez les professionnels…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires