En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

02.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

05.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

06.

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

07.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 7 heures 45 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 9 heures 26 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 12 heures 56 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 13 heures 35 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 15 heures 7 sec
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 15 heures 27 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 16 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 17 heures 1 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 8 heures 13 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 9 heures 54 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 15 heures 7 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 17 heures 5 min
Rhétorico-laser Brexit Remain
Rhétorico-laser Brexit Remain
Rhétorico-laser

"Brexit" Britannia dixit ou le naufrage rhétorique du camp du "Maintien" dans l’Europe

Publié le 28 juin 2016
Depuis le 23 juin, les commentaires sur le Brexit inondent le monde entier, à la recherche d’un « explication ». Cet événement historique a aussi une cause rhétorique : le discours désastreux des partisans du Remain.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le 23 juin, les commentaires sur le Brexit inondent le monde entier, à la recherche d’un « explication ». Cet événement historique a aussi une cause rhétorique : le discours désastreux des partisans du Remain.

On ne sait pas toujours en France que les Britanniques sont des champions d’éloquence. Leurs élites, éduquées à Oxbridge mais aussi dans bien d’autres universités, ont droit, à la différence des nôtres, à des enseignements poussés en la matière, sans compter les innombrables clubs et concours que les meilleurs élèves fréquentent là-bas dès le secondaire. Il suffit de comparer un débat aux Communes et à l’Assemblée nationale pour mesurer la différence de qualité oratoire entre les deux rives du Channel. Chez nous, les grands tribuns se comptent sur les doigts d’une main (ce ne fut pas toujours le cas). On sera charitable en n’établissant pas de liste comparative, mais l’on se contentera de renvoyer le lecteur aux deux discours post-Brexit de nos responsables suprêmes : celui de David Cameron et celui de François Hollande. 

Mais voilà : pourquoi justement un aussi bon orateur que David Cameron a-t-il été si mauvais durant la campagne du référendum ? Un référendum qu’il a lui-même décidé dans le timing qu’il a lui-même déterminé ? Et pourquoi, plus généralement, le camp du Remain a-t-il été aussi inefficace ? Certes, le défi n’avait rien de facile, compte-tenu de l’euroscepticisme congénital du Royaume Uni (ou du moins de l’Angleterre) et de la véritable europhobie qui s’est emparée d’une partie du pays depuis quelques années. Mais il y avait en face de non moins solides partisans du maintien dans l’Europe, depuis les classes aisées londoniennes jusqu'à l’Ecosse europhile, en passant par une jeunesse acquise en grande majorité à la cause européenne (ce qui n’est pas le cas partout). Or, c’est justement quand les deux camps s’équilibrent que les maîtres de la parole l’emportent. 

De fait, la campagne du référendum a été une superbe démonstration de la validité des lois de la rhétorique, établies par Aristote il y a un peu plus de 2300 ans. Avis aux gourous de la « communication politique » !

Tout d’abord la « probité » de l’orateur est décisive. Il faut être convaincu pour convaincre. En l’occurrence le passé eurosceptique et le double langage de David Cameron sur l’Europe en faisaient un très mauvais chef de son camp, comme Jacques Chirac le fut du sien en 2005. Bien sûr, la probité n’est pas ce qui caractérise les leaders de l’autre camp et l’on commence à en mesurer les colossaux mensonges : mais leur conviction nationaliste, elle, ne fait aucun doute. Inversement, le référendum français de 1992 a dû le succès (ric-rac) du « oui » au talent oratoire de François Mitterrand, décuplé par une vraie foi européenne. Il faut rappeler ici, fait peu connu, qu’à la veille de son débat historique avec Philippe Seguin, des sondages confidentiels annonçaient le « non » victorieux.

Deuxièmement, les partisans du Remain ont oublié la leçon d‘Aristote sur les registres du discours : le caractère et les valeurs de l’orateur (ethos) ; la raison (logos) et les émotions du public (pathos). Tout bon discours doit mêler les trois. Or deux erreurs ont été commises par le camp du Remain : l’insistance sur la rationalité (voir tous ces « argumentaires » économiques fournis en masse par le FMI, la Banque d’Angleterre ou la Commission européenne), rationalité qui pèse toujours peu face à la puissance des émotions collectives. 

Mais il faut aller plus loin : le camp du Remain (comme le camp du « Oui » français en 2005) a bel et bien, quoiqu'on en dise, joué sur les émotions : en l’occurrence, la peur. Peur de la fuite des cerveaux, de la perte de pouvoir d’achat, de la fin de la City et des voyages en douce France et au soleil d’Espagne ! Mais voilà : cette peur ne pesait guère face à une peur bien plus grande, agitée sans réserve et sans scrupule par le camp du Brexit : celle de perdre sa souveraineté et son identité. Surtout chez un peuple aussi fier et insulaire que les Anglais. 

Face à cela, comme dans la France de 2005, le camp du Remain n’a pas su opposer le seul remède efficace contre la peur : ouvrir une perspective et susciter un espoir. F. Mitterrand avait ainsi « mis le paquet » en 1992 sur les chances que donnait l’Europe à la jeunesse, d'Erasmus aux voyages bon marché. Car l’homme - et c’est tant mieux- préfère toujours désirer que craindre.

Leçon à méditer par nos propres candidats, aux primaires comme à la présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pragman
- 12/07/2016 - 21:48
Cher Leucate
Vous avez omis la fou-thèse
Liberdom
- 29/06/2016 - 21:45
La momie
Les pontes de Science Pot on trouvé ou plutôt retrouvé Tonton. Sincère, Mitterrand ? L'oxymore de trop. Mais voilà devant la pourriture des élites, la nécrose politicarde de ce début de siècle , pourquoi ne pas déterrer l'homme de la Francisque, l'homme de l'Observatoire, l'ami du flic Bousquet bref le père de Mazarine ? Dans la pestilence ambiante ce cadavre sentirait presque bon.
Gastoch
- 29/06/2016 - 07:21
bravo Cameron
pour son concession speech -- discours de défaite -- très réussi; je pense aussi que s'il n'a pas convaincu c'est qu'il ne l'était pas assez lui-même: trop de peur et pas assez de rêve comme le pointe Voogd; aux yeux de beaucoup l'UE n'est plus depuis longtemps un lendemain qui chante crédible... Le couple Merkel Hollande ne fait envie à PER-SO-NNE et encore moins Donald Tusk, Junker et Moscovici; aucun orateur n'aurait pu faire rêver avec ça