En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Vraie gauche
Loi El Khomri : Hollande remet un coup de barre à gauche
Publié le 28 février 2016
Le projet de loi Travail est de gauche, puisqu'il s'attaque au chômage pour de vrai. Tout le reste n'est que baratin et posture.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi Travail est de gauche, puisqu'il s'attaque au chômage pour de vrai. Tout le reste n'est que baratin et posture.

Je n'imaginais pas, après ses débuts catastrophiques chez Bourdin, lorsqu'elle avait dû avouer qu'elle ne savait pas exactement ce qu'était un CDD ou un truc dans ce genre, que Myriam El Khomri porterait la troisième initiative la plus intéressante de l'aventure hollandienne après le mariage pour tous et la loi Macron.

 

L'initiative la plus à gauche en fait.

 

Martine Aubry et le gang d'authentiques réactionnaires qui signaient l'autre jour une tribune dans Le Monde dénonçant ce nouveau renoncement aux idéaux jauréssiens, ce nouveau clou dans le cercueil du Conseil National de la Résistance, cette ultime agression contre la vraie foi, en sont restés comme deux ronds de flan. Oh, ils ont bien réussi à amener quelques dizaines de milliers de zadistes anti-état d'urgence pro-chavistes génériques à manifester leur indignation sur le Web, mais on sent bien que c'est plus pour le show qu'autre chose.

 

Car enfin, au bout du compte, qu'est-ce que c'est que d'être vraiment de gauche, sinon promouvoir exactement ce que promeut ce texte, soit les moyens de donner du boulot à un maximum de gens, tranchant ainsi avec l'idée mitterrandienne selon laquelle on ne peut rien pour les chômeurs et son avatar aubryste pour qui on peut toujours en transformer quelques uns en fonctionnaires et abandonner les autres au RSA...

 

Et entendre un Mélenchon, la semaine dernière chez Ruquier, expliquer avec son culot de camelot d'hypermarché que clarifier les procédures de licenciement ou simplifier le régime des heures supplémentaires "nous ramènerait cent ans en arrière", impliquant que la France est en avance d'un siècle sur les pays sur lesquels elle s'alignerait enfin, fait désormais plus rigoler que soupirer.

 

Bon, on ne sait pas encore, à ce stade, si Hollande, foutu pour foutu, sera capable de tenir le cap et d'ignorer les vendeurs de savonnettes idéologiques comme il avait su laisser hurler les Ludivine de la Rochère ou les anti-autocars sous ses fenêtres sans fléchir. Le bonhomme ne brille pas exactement par son courage, mais il a le sens de la synthèse et peut-être qu'une ou deux concessions tactiques ici et là suffiraient à ramener le calme (le plafonnement des indemnités prud’homales, par exemple, qui est objectivement discutable au strict plan du droit, est-il indispensable ?).

 

A défaut, il lui resterait toujours le 49.3.

 

Mais quelle que soit l'issue de ce nouveau psychodrame à la française, j'ai moi même une petite idée de réforme en magasin qui permettrait à mes compatriotes qui voyagent peu d'aller vérifier si les contrées dans lesquelles le chômage est inexistant ou presque – l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Scandinavie...– sont bien les enfers qu'on leur décrit : subordonner le droit de vote à un séjour dans au moins deux pays étrangers.

 

Mon pari est qu'ils découvriraient qu'on y est généralement plus riche et plus heureux qu'en France. Et puis, un Erasmus pour tous, ça ne serait pas de gauche, ça ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 28/02/2016 - 21:25
Cette loi ne sera jamais voté ou complètement édulcorée !
Car les toutes les forces de nuisance de la gauche française sont en route : ils ont même pratiquement mobilisé les "étudiants" ! Caroline De Haas a utilisé, avec "notre argent" son positionnement politique très à gauche, et de sa société, pour mettre en place la fameuse pétition sur le web. De Haas était du temps du CPE à l'UNEF où elle a tout fait pour remuer tant "d'étudiants" que le "pétochard" Chirac est revenu en arrière : c'est ce que fera Hollande ! Je dis pour De Haas : avec notre argent car elle est "chef d'entreprise" avec comme seuls clients que les services publics (dont Belkacem). Le pouvoir de nuisance des Aubry, Hamon, frondeurs, Hidalgo, bref toute cette vieille gauche fera tout pour que rien ne se passe notamment dans le but que Hollande ne puisse se représenter en 2017 !
gerint
- 28/02/2016 - 18:21
Rien ne sent le propre de la part de ce gouvernement
Tout ce qu'il propose est toxique, pavé de basses intentions, dénaturé, et derrière les propos affichés il faut chercher systématiquement les intentions malsaines.
gerint
- 28/02/2016 - 18:19
D'acord avec Vangog
Le simple fait de proposer des droits communautaristes dans cette réforme prouvent l'enfumage, l'opportunisme, le félonie du projet.