En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 4 heures 34 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 12 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 13 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 4 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 6 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 9 heures 50 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 12 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 4 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 13 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 13 heures 59 min
Chroniques du pot aux roses

"Salafistes" : une France tétanisée finit par oublier ce qu’est la liberté d’expression

Publié le 27 janvier 2016
Des sbires du ministère de l’Intérieur souhaitent interdire la diffusion du film de François Margolin sur les Salafistes, tourné bien avant les récents crimes islamistes. Mais ce ne sont pas des fonctionnaires qui doivent juger des choix narratifs d’un cinéaste qui traite d’un sujet politique.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des sbires du ministère de l’Intérieur souhaitent interdire la diffusion du film de François Margolin sur les Salafistes, tourné bien avant les récents crimes islamistes. Mais ce ne sont pas des fonctionnaires qui doivent juger des choix narratifs d’un cinéaste qui traite d’un sujet politique.

1 - Salafoumal

France, tes libertés foutent le camp !

Sans doute contaminés par l’esprit de l’état d’urgence, des sbires du ministère de l’Intérieur souhaitaient interdire la diffusion du film de François Margolin sur les Salafistes, tourné bien avant les récents crimes islamistes. Le cinéaste montre cliniquement que nul dialogue n’est possible avec ces ennemis acharnés de l’Occident et des droits de l’Homme. On reproche à Margolin son approche froide et factuelle, laissant les adeptes de ce nouveau nazisme s’exprimer et reliant leurs discours à des images brutales de meurtres, tortures et exactions.

Mais ce ne sont pas des fonctionnaires qui doivent juger des choix narratifs d’un cinéaste qui traite d’un sujet politique. Derrière leur soi-disant prudence ou leur souci de ne pas donner la parole à des assassins, c’est la peur qui s’exprime. Ce qui est en cause ici est la pure et simple liberté de parole et de dénonciation. Le premier qui filmera la vérité doit être censuré, aurait pu fredonner Guy Béart qui nous a quittés suffisamment tôt pour ne pas voir dans quel bourbier nous nous enfonçons.

Confondre réalité crue et apologie de cette réalité est un cheminement mental particulièrement pervers. C’est toujours la même rengaine des censeurs et des ennemis de la liberté : les témoins du mal sont les complices du mal. C’est un syndrome de Stockholm présumé et par délégation. A l’heure où l’on vante les lanceurs d’alerte, Margolin en fait tout simplement parti.

Dans ce contexte, le prolongement de l’état d’urgence sert essentiellement à empêcher les manifestations qui gênent le pouvoir mou-présidentiel et la dénonciation de son incompétence crasse. Il est inutile face au terrorisme. Les seules mesures qui permettraient d’endiguer la montée du radicalisme musulman, à savoir la rémunération des renseignements permettant d’appréhender les djihadistes ainsi que la fin du laxisme vis-à-vis des signes extérieurs de ralliement au fondamentalisme ne sont, eux, toujours pas envisagés.

Patience, tout vient à point à qui sait attendre ...

2 - "Je suis Tadjikistan"

Décidément, l’islamisme, c’est la barbe ! Le Tadjikistan, république d’Asie centrale, est gangréné par les partisans de Daech. Comme tous ses voisins, il est gouverné par un pouvoir peu conciliant qui a décidé de réagir en incitant fermement les hommes à raser les barbes proéminentes et en interdisant la vente de voiles intégraux, signes de ralliement au fondamentalisme. Cela à l’air de fonctionner car les bigots "libérophobes" sympathisants de Daech tiennent mordicus à ces accoutrements.

Rappelons que le Tadjikistan est un pays musulman mais qu’à Paris un quelconque Observatoire de la laïcité pousserait les hauts cris contre ce type de mesures.

A quand un logo et un rassemblement "Je suis Tadjikistan" place de la République ? On y verra peut-être Najat Vallaud-Belkacem se racheter une conduite, elle qui fut quasi muette devant une caricature de Salafiste, sans doute parce que son conseiller en com' ne lui avait pas donné les bons éléments de langage en temps utile.

3 - Laïque et nunc

Le prétendu Observatoire de la laïcité à la française s’est mis en tête, avec son patron Jean-Louis Bianco, de cantonner la neutralité dans l’expression religieuse aux agents de l’Etat et d’en dispenser les «simples» individus au nom de leur liberté de conscience et d’expression.

Malgré ses apparences libérales un tel raisonnement est dévoyé. D'abord, on ne voit pas pourquoi on ne reviendrait pas, dans ces conditions, sur l’interdiction du voile intégral ou sur celle de tout signe religieux dans les établissements d’enseignement secondaire et primaire.

Mais, surtout, l’affichage d’un engagement religieux ou politique, dans les lieux fréquentés par des gens qui ne peuvent se soustraire au contact des uns avec les autres, ne concerne pas que la liberté de ceux qui le manifestent. Il empiète aussi sur les droits et la sensibilité de ceux qui ne peuvent y échapper et qui pourtant répugnent à ce signe d’inféodation. En d’autres termes, on ne voit pas pourquoi un enseignant du supérieur, un interne en médecine, un chauffeur de bus devraient obligatoirement traiter avec un étudiant, une patiente ou un usager qui leur imposent une tenue relevant d’une foi qu’ils peuvent à bon droit estimer agressive, obtuse ou rigoriste. Le raisonnement est encore plus valable pour un autre élève, passager ou malade. Il en irait de même d’ailleurs d’opinions politiques ostensiblement affichées.

Il est plus que temps de renvoyer Bianco à ses Ségoniaiseries et de limiter son pouvoir de nuisance au Poitou.

4 - Quantitativissimo

Les inconvénients du Quantitative easing sont de plus en plus manifestes. Relançant la guerre des monnaies et ne venant en aide qu’aux plus gros et aux moins réformables, il n’empêche pas la déflation, limite l’investissement car les taux d’intérêt ne rémunèrent plus les prêteurs potentiels et entrave ainsi in fine l’innovation, coeur du dynamisme capitaliste. Mais le piège s’est refermé et il a fallu que Draghi promette à nouveau d’augmenter les doses pour que les marchés financiers se reprennent. Cela ne durera que le temps d’une fixette chez les junkies.

En attendant, les marchés raisonnent de moins en moins sur la rentabilité des produits financiers mais sur leur chance de faire partie des programmes d’achat des banques centrales. La grande spoliation se met progressivement en place.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 29/01/2016 - 13:24
Port de la tenue nazie
Ce qui serait amusant, ce serait de remplacer le terme "tenue islamique" par celui de "tenue nazie" pour laquelle la "liberté de s'habiller comme on l'entend" ne s'applique pas. Le port de la tenue des SA ou des SS n'est tolérée que pour les figurants de films historiques.
A l'époque, certains considéraient également qu'il y avait des "nazis modérés" avec qui on pouvait discuter alors que d'autres étaient un peu obtus et imperméables au dialogue constructif.
Faites l'expérience en remplaçant "islamique" par "nazi" dans les textes que nous lisons..
vangog
- 28/01/2016 - 22:12
Très vrai!
La prise de conscience est européenne, et le laxisme gauchiste risque d'en prendre un sacré coup dans la gueule, J.L. Bianco et tous les caritativo-gauchistes, complices des mafias de passeurs, avec lui. Georges Soros a cessé de vous subventionner, les petiots, il va falloir vous recycler!
zouk
- 28/01/2016 - 10:15
Comment s'en débarrasser?
Ionesco traitait d'un cadavre encombrant, nous ne savons non plus comment nous débarrasser du salafisme, et surtout limiter les "élans généreux" des belles âmes qui hurlent au fascisme dès qu'une quelconque mesure de précaution est envisagée.