En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 54 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 50 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 22 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 3 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 51 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 6 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 47 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 2 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 26 min
Chronique du pot aux roses

Crise des migrants : l’Europe est-elle gouvernée par des schizophrènes ?

Publié le 23 septembre 2015
Tour à tour, Allemagne, Autriche, Croatie, Slovénie et Serbie ont proclamé qu’ils laissaient passer et accueillaient les migrants puis qu’il fallait rétablir des frontières et filtrer les entrées. Et cela nous promet des "super-Calais" un peu partout.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tour à tour, Allemagne, Autriche, Croatie, Slovénie et Serbie ont proclamé qu’ils laissaient passer et accueillaient les migrants puis qu’il fallait rétablir des frontières et filtrer les entrées. Et cela nous promet des "super-Calais" un peu partout.

1 – Quand Mosco mange le morceau

L’aveu, qui ressortit du cynisme le plus pur qu’un apparatchik socialiste peut produire, est passé subrepticement : Moscovici, commissaire européen, suggère que la crise dite des "migrants" pourrait justifier qu’on renonce aux efforts de restauration des équilibres budgétaires. Il a en effet indiqué mardi dernier que la Commission étudiait la possibilité de considérer comme une "circonstance exceptionnelle" ladite crise, ce qui permettrait d'assouplir les règles européennes.

L'Autriche et l'Italie "notamment" demanderaient à Bruxelles d'appliquer une clause du Pacte de stabilité qui permet au déficit public en cas "d'événements exceptionnels" de dépasser le plafond de 3 % du PIB sans risquer de procédure de sanctions. "Il est exact" que les textes du Pacte de stabilité et de croissance "prévoient l'existence de circonstances exceptionnelles", a déclaré Pierre Moscovici sur France 2.

On voit immédiatement où tous ces gens veulent en venir : les migrants seront le parfait prétexte pour différer une fois de plus le respect des vertueuses promesses de rétablissement. Restera à la Banque centrale européenne à accepter comme contrepartie de ses prêts de monnaie de singe les dettes émises pour financer l’accueil desdits migrants. On voit comment la nouvelle trahison des clercs se met en place : nos prétendues élites se servent d’une invasion qui ne dit pas son nom pour conserver leur pouvoir virtuel et surtout leurs prébendes. Ils ont d’abord renoncé à l’exercice de la souveraineté contre l’émission d’une dette perpétuelle, ils complètent cette abdication par l’acceptation d’une ouverture des frontières à une main d’œuvre dont on ne connaît en réalité ni l’origine ni les qualifications.

Car, de plus en plus, il apparaît que la crise syrienne a bon dos et qu’entre fraudes à l’identité et provenance réelle derrière le vocable "autres nationalités" les réfugiés politiques et même ceux qui fuient un conflit militaire forment une minorité des entrants. Du reste, ces derniers peuvent être considérés comme réfugiés quand ils quittent la Syrie et s’établissent en Turquie, Liban ou Jordanie. Lorsqu’ils viennent ensuite en Europe occidentale, ce sont des clandestins mus par l’espoir de meilleures conditions de vie pour des raisons financières.

2 - Schizeuropa

C’est en tout cas une belle séquence de schizophrénie que les soi-disant dirigeants européens offrent en spectacle depuis un mois. Tour à tour, Allemagne, Autriche, Croatie, Slovénie et Serbie ont proclamé qu’ils laissaient passer et accueillaient les migrants puis qu’il fallait rétablir des frontières et filtrer les entrées. Orban, en Hongrie, a été plus cohérent avec ses clôtures de sécurité mais les Pères-la-morale lui sont tombés dessus, le traitant de raciste et de fasciste, tout en réclamant qu’il respecte seul les accords de Dublin.

Conséquence : comme nous le prévoyions dans ces colonnes il y a déjà un mois, les Hongrois finissent par en avoir assez et organisent eux-mêmes le passage vers l’Autriche qui va bientôt prendre en charge elle-même l’acheminement en Allemagne, laquelle changera d’avis et rétablira le contrôle de sa frontière avec son cousin. Avec un million d’entrants par an, elle n’aura pas le choix. Le prétexte sera facile à trouver : l’office allemand en charge du renseignement s’émeut déjà des risques d’infiltration djihadiste. Les migrants c’est l’Anschluss à l’envers !

Si ces pauvres hères sont repoussés d’un endroit à l’autre et ballotés sans plus pouvoir compter sur un soutien chancelant des idiots inutiles d’organisations droits-de-l’hommistes, où iront-ils ? Cela nous promet des "super-Calais" un peu partout. Le risible quota de 120 000 migrants dont Mou-Président prétend qu’il exonère désormais l’Europe de ses obligations est un cautère sur une jambe de fer.

Bref, Mosco et ses semblables tentent de tirer parti de cette crise pour sauver un édifice européen vermoulu mais ils font entrer les termites dans une charpente déjà branlante.

3 – Tsipras la casquette

Le sirtaki des hypocrites continue d’être dansé à Athènes. Tsipras, fort d’une mainmise accentuée sur la Vouli, va pouvoir justifier auprès des eurocrates le remboursement de l’énorme dette grecque grâce aux prêts nouveaux qu’on lui consentira. Le serpent monétaire continue de se mordre la queue.

On peut compter sur Moscovici et ses bonnes vieilles méthodes pour dire que tout cela est normal et sur Draghi pour émettre un petit coup de monnaie simiesque supplémentaire. Tous ont compris, lors de la dernière crise, que les Grecs pouvaient menacer la survie de l’euro à court terme en émettant une monnaie parallèle.

Tsipras gagne donc du temps, permet à sa population de continuer à gonfler ses bas de laine et gouverne selon le vieux principe "qui vivra verra", contrepartie de l’évidence keynésienne qu’à long terme nous serons tous morts.

Comme on disait autrefois au seuil de l’Académie de Platon : "c’est au crépuscule que l’oiseau de Minerve (c’est-à-dire la raison) prend son envol".

4 – La France est à nouveau dégradée mais qu’importe !

Plus forte que l’omerta médiatique : la mithridatisation aux mauvaises nouvelles. Moody’s a de nouveau baissé la note de la dette publique française et c’est à peine si l’on en a parlé dans les gazettes, sur les étranges lucarnes et les écrans bizarres.

Sapin, le ministre chargé de la préparation de sa nomination au Conseil constitutionnel, a battu ses propres records de cynisme cocasse en déclarant que ce n’était pas grave puisqu’ainsi cette agence était désormais en cohérence avec les évaluations des autres organismes du même type ! Si tous les médecins sont d’avis que vous allez mourir sous peu, il n’y a plus de quoi s’inquiéter …

De tous ces faits, gestes et déclarations ou l’incongru le dispute à la drôlerie, on peut retenir une chose : nos gouvernants ne maîtrisent plus rien. L’Europe de la déraison, construite sur des subterfuges pour éviter que les peuples ne s’emparent des vrais sujets, n’en a plus pour très longtemps et fait de plus en plus penser à l’Union soviétique de la fin des années 1980.

A lire, du même auteur : "La marche des lemmings… ou la 2e mort de Charlie - Le pouvoir de la manipulation et la manipulation au pouvoir", publié chez Ixelles Editions, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 27/09/2015 - 12:19
Bizarre ces migrations.
Des guerres étrangement déclenchées et peu justifiées provoquent des migrations soudaines vers l'Europe qu'acceptent sans discussion et avec complaisance les pays de l'Otan, tandis que les pays de l'ex-Pacte de Varsovie y sont très réticents. Que se passe t'il donc? L'Amérique veut-elle noyer l'Europe alors que la Russie s'oppose à cette invasion? Très étrange tout cela... La "Cinquième Colonne" en 1939 avait elle aussi un côté humanitaire très émouvant mais qui fut très efficace pour les succès fulgurants de la Wehrmacht
Frangipanier123Tours
- 26/09/2015 - 14:14
RAPPEL LINGUISTIQUE IMPORTANT

Depuis deux mois environ, les grands merdias occidentaux - et spécifiquement européens - tendance bobo-gaucho s'obstinent à affubler d'un nouveau sobriquet les personnes qui débarquent en Europe sans y être invitées:
- "réfugiés" en français et "migrants" en anglais
C'est effectivement plus "doux" (soft), plus "pc" (pc), plus "gentil" (nice) que leur vrai qualificatif qui demeure:
- "clandestins étrangers illégaux et sans papiers" (illegal immigrants)

Faites passer (spread the word) et imposez le vocable adapté sinon, vous allez voir, dans deux ans, ces "réfugiés" occuperont vos propres maisons et vous, vous serez SDF (homeless) ...
Texas
- 24/09/2015 - 08:01
@ Ganesha
Il est indéniable qu' entre les bras tendus de Tsipras et le dos de Marine Le Pen , pour les " réfugiés " , il y a une vision commune de la question !.