En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 25 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 48 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 12 heures 5 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
Comment osez-vous ?

Statut des fonctionnaires : Emmanuel Macron recadré pour égalitarisme excessif

Publié le 20 septembre 2015
Emmanuel Macron ne se demande pas si les fonctionnaires sont utiles (ils le sont), il se demande juste pourquoi ils sont fonctionnaires. C'est une bonne question.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron ne se demande pas si les fonctionnaires sont utiles (ils le sont), il se demande juste pourquoi ils sont fonctionnaires. C'est une bonne question.

Emmanuel Macron, le ministre sans surmoi qui dit tout ce qui lui passe par la tête, vient encore de se faire recadrer. Il se serait, dans une conversation « off », demandé si le statut de fonctionnaire (progression de la rémunération à l'ancienneté, invirabilité, cotisations sociales discountées, retraite avantageuse, etc.) était encore justifié, provoquant la colère de tout un tas de gens en même temps qu'un débat sur le trolling permanent auquel l'ancien banquier aimerait se livrer (il avait déjà émis des doutes sur les 35 heures, cet hurluberlu).

 

Personnellement, mais je n'ai pas beaucoup de surmoi moi-même, j'y aurai plutôt vu l'opportunité d'une discussion argumentée sur le statut dérogatoire appliqué aux cinq millions de salariés de l’État ou des collectivités locales, dont la légitimité ne saute pas toujours aux yeux. Il est souvent rappelé, et avec raison, aux ennemis du « politiquement correct » qu'ils passent leur temps à exprimer dans les médias les idées qu'ils prétendent être interdites. On ne prive pourtant pas plus les révolutionnaires du NPA de rêver à haute-voix d'un Grand Soir sanglant qu'on n'empêche les proto-fascistes du FN de fantasmer sur une France blanche et catholique.

 

Qu'un ministre de l’Économie, chargé de remettre un pays fatigué en route, se pose des questions sur les moyens de le faire, devrait donc, au minimum, être accueilli, avec bienveillance, quitte à le renvoyer dans les cordes en cas de dérapage objectif. Après tout, la Suède et la Suisse, qui ne passent pas pour des contrées de sauvages sous-administrés, recrutent leurs fonctionnaires comme les entreprises privées et leur appliquent le même statut contractuel.

 

Mais je suis un esprit ouvert : je suis tout à fait prêt à entendre que la mission d'un jardinier ou d'un comptable est différente selon qu'ils binent ou alignent des chiffres pour le bien commun ou pour une poignée d'actionnaires, et que cette différence justifie qu'ils aient une meilleure pension en fin de carrière. J'aimerais juste qu'on me le démontre. En attendant, je pense que je vais rester macronien sur ce point : je vais continuer de me demander pourquoi les fonctionnaires prennent le TGV et le reste d'entre nous l'autocar, quoi...

 

La France, nouvelle Macédoine ?

 

Je viens de tomber sur un édito du correspondant à Paris de la Tribune de Genève tellement pertinent que j'ai regretté de ne pas être journaliste suisse et de l'avoir écrit moi-même. Le gars, qui a l'air de bien connaître les ressorts de notre exceptionnalisme, se fiche gentiment d'une France occupée à ériger des barrières contre des réfugiés qui ne savent même pas qu'elle existe et ne font que la traverser comme ils traversent la Macédoine pour se rendre en Allemagne ou en Angleterre.

 

Il ironise aussi sur une classe politique hypocrite et mesquine qui, à gauche, se gargarise de sa tradition d'accueil en accueillant moins de réfugiés en deux ans que l'Allemagne en deux jours, et, à droite, transforme 24 000 malheureux en guenilles en hordes d'envahisseurs.

 

La France, et le type de la Tribune de Genève n'a pas toujours dû le penser ou il n'aurait jamais demandé ce poste à Paris, n'est pas un pays très intéressant en ce moment. Fermé aux idées nouvelles, économiquement épuisé, culturellement terne et gris, il fait fuir les talents endogènes et ferme la porte aux talents de l'extérieur (qui l'ignorent de toute manière). Ce n'est pas un propos décliniste parce que je me dis que c'est juste une phase et qu'on en sortira, mais je me dis aussi qu'il est plus confortable d'être journaliste suisse pour l'écrire que journaliste français. On se sent moins concerné.

 

La politique dans la peau

 

Il y a une nouvelle mode en Grande-Bretagne qui n'est pas encore arrivée jusqu'à chez nous mais une éventuelle contagion serait rigolote. Des gens, là-haut, se font tatouer la bobine de leur personnalité politique favorite, comme ce fan du Premier ministre écossais Alex Salmond sur la jambe, ou cette adoratrice de Nigel Farage sur le bras (leader de UKIP, Farage est une sorte d'enfant naturel de Dupont-Aignan et de Chevènement mais en plus pro-business).

 

Le tatouage politique n'est pas une chose totalement inédite, mais il semblait jusqu'à présent réservé aux skinheads amateurs de croix gammées sur la nuque. La logique voudrait que, chez nous, lepénistes et mélenchonistes se fassent encrer le front, les socialistes le poing, abandonnant le reste de l'anatomie humaine aux écolos et aux « Républicains ». Enfin, pour ces derniers, il existe déjà un précédent fameux d'après certaines indiscrétions, mais les informations restent parcellaires sur l'endroit où il se situe et plus encore sur ce qu'il représente (un croc de boucher ? Un petit vélo ?)...

 

https://www.youtube.com/watch?v=reS8tLHfG3k

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paul Emiste
- 25/09/2015 - 11:15
Logique.
Fonctionnaires plus monopoles plus droit de grève plus syndicats sectaires et archaïques égal paralysie et déclin de la société.
Deudeuche
- 24/09/2015 - 18:40
@Ex abrupto
La France est pleine de mécréants mais ils sont pas métissés, plutôt bien blancs gaulois et bien installés et au pouvoir. En fait ils sont l'ordre moral établi.
Les métissés ont plutôt tendance à croire. Plus la France sera métissée et moins il y aura de mécréants. Monsieur est enseignant je suppose?
jurgio
- 24/09/2015 - 11:05
La Suisse et les envahisseurs...
Le journaliste de Genève aurait dû s'arrêter d'écrire un peu avant.