© Reuters
Chroniques du pot aux roses

Les fourberies de Sapin

Publié le 04 mars 2015
Entre drame à l'antique et "commedia dell'raté", la vie politique française et européenne ressemble de plus en plus à du théâtre.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre drame à l'antique et "commedia dell'raté", la vie politique française et européenne ressemble de plus en plus à du théâtre.

1 - Le parapluie de Gribouille

Vous connaissez sûrement la drolatique histoire du pauvre Gribouille, qui se précipita un jour dans une mare pour échapper à la pluie. L’Europe est un monstre, un Gribouille à vingt-huit têtes réfugié dans une énorme flaque nommée mer Méditerranée et qui, pour mieux échapper aux précipitations, a ouvert de surcroît un parapluie.

Prenons d’abord la comédie grecque de ces dernières semaines, qu’Aristophane n’eût pas reniée. Tsipras, pour se faire élire, a promis la lune en évitant de dire à ses concitoyens qu’il leur faudra bientôt quitter l’euro. Le PIB grec continue de reculer : - 0,4 % au dernier trimestre malgré les annonces mensongères d'une Commission européenne prête à tout pour faire croire que ses remèdes portent leurs fruits. Athènes a donc obtenu un prolongement a minima de l'aide de ses partenaires jusqu'à fin juin, mais « nos coffres sont vides » a laconiquement reconnu Yanis Varoufakis l'hellène des Finances. On estime pourtant à 30 milliards d’euros les sommes que les Grecs doivent trouver d’ici la fin de 2016 pour simplement faire face à leurs échéances. Luis de Guindos, ministre espagnol en charge de l'Economie a vendu la mèche en avouant que l'Europe envisageait un troisième plan d'aide d'un montant de 30 à 50 milliards d'euros précisément, en sus des deux précédents qui totalisent déjà 240 milliards d'euros.

Il a été aussitôt démenti par la porte-parole du président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, qui a déclaré qu'aucune discussion ne se tenait sur ce sujet au sein du groupe des ministres des Finances de la zone euro. Mais, au même moment, le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a déclaré que la Grèce aura besoin d'un "arrangement additionnel" après l'expiration en juin prochain de son programme de soutien actuel. Bref, du gribouillage budgétaire et un public pris pour des demeurés.

Cette aide serait de toute manière conditionnée à la capitulation politique de Tsipras. Mais ce dernier ne peut politiquement, ni d’ailleurs ne veut, pressurer davantage le peuple grec. Il a simplement dit à Bruxelles qu’il augmenterait les impôts des riches tout en sachant parfaitement que ceux-ci ont déjà mis leur argent à l’abri. Bref, la supercherie du renflouement de la Grèce a toute chance d’éclater d’ici à la fin de l’année. Il faudra alors que ses créanciers assument leurs pertes, ce qui aura pour effet de réveiller les marchés actuellement hébétés par l'assouplissement quantitatif narcotique promis par Draghi. Aujourd'hui, beaucoup savent que l'euro ne durera pas mais nul ne veut prendre la responsabilité historique d’y mettre fin.

La France offre une autre illustration de ces contorsions. A force de chercher à duper l’autre, de jouer double ou triple jeu, plus personne ne maîtrise la situation. Hollande et ses sbires : Macron et Sapin, font mine de croire que le déficit public reculera à 4,1% en 2015 alors que la Cour des comptes relève qu'il s'agit d"un objectif dont la réalisation est incertaine", évoquant tant des prévisions de recettes trop ambitieuses que des économies de dépenses insuffisamment détaillées.

Pendant ce temps, à Bruxelles, la Commission fait semblant de donner crédit à cette fable et de nous accorder deux ans de grâce pour revenir sous le seuil de 3% de déficit, soit jusqu'en 2017. Mais elle a fixé une trajectoire rigoureuse : 4,0% en 2015, 3,4% en 2016 et 2,8% en 2017. Hollande et Sapin vont donc rapidement présenter de nouvelles économies cosmétiques à hauteur de 4 milliards d'euros, sachant que dans un an, lorsqu'on constatera que rien n'a été fait, la comédie reprendra.

Bref, à des efforts qui n’en sont pas, Bruxelles répond par une sollicitude qui n’en est pas une. Et personne ne croit au texte qu'il récite. La Grèce obtenait jadis un répit calculé en mois. Désormais, il s'agit de semaines. La France avait droit à des années qui se transforment en mois. On est en plein théâtre. Comme chez Carlo Goldoni, chaque acte ajoute à la confusion. Moscovici, Arlequin serviteur de deux maîtres, s’emmêle les pinceaux. Ce n’est pas une tragédie grecque, juste une «comedia del raté». En Europe plus que partout ailleurs, du fait de l'héritage romain sans doute, la politique a un caractère théâtral que les plus grands esprits, tel Shakespeare, ont parfaitement cerné.

2 - FNUMPS ? A vos souhaits !

La primaire de l'UMP consistera-t-elle à départager ceux qui sont pour la retraite à 63, 64, ou 65 ans ? Au vu de l'âge de ceux qui portent ces puissants projets, ils devraient tous s'appliquer leurs programmes et libérer définitivement le paysage politique.

L'annonce de ces quelques mesures punitives ne suffira pas en effet à convaincre les Français de se débarrasser des socialistes sans aller au Front national. Sarkozy, comme Juppé ou Fillon évitent toujours soigneusement de désigner les vrais problèmes, notamment la perte catastrophique de compétitivité de notre industrie sous les coups conjugués d'une politique de change européenne inadaptée et d'une lourdeur des charges due au financement d'un Etat et de régimes sociaux obèses. Ne pas dire ce que l'on fera et promettre ce qu'on ne tiendra pas sont les deux vices les plus communément répandus dans le monde politique. Au moins faut-il alors éviter de stresser les électeurs pour rien !

Si l'UMP ou son futur avatar ne font pas preuve de davantage de rouerie ou de plus de sincérité, au choix, leurs postures ambiguës ne pourront qu'alimenter l'ogre frontiste puisque aucun électeur ne sera dupe d'un discours inaudible. Quand Sarkozy met en garde les votants contre une collusion objective entre le FN et le PS, il oublie simplement que le peuple se moque de savoir qui est installé dans les cantines des ministères s'il s'agit de toujours préparer le même repas.

Il est temps que la droite dite de gouvernement sorte de sa logique d'appareil faute de quoi son destin sera scellé pour 2017.

3 - Appuyer là où çà fait mal

A propos d'alimentation du FN en nouveaux électeurs, Taubira et Darmanin s'invectivent pour le plus grand bonheur frontiste. Les noms d'oiseaux fusent.

Darmanin a tort : ce n'est pas Taubira en particulier mais l'ensemble du gouvernement qui fabrique le matériel électoral du FN. Continuer d'agiter le chiffon rouge du vote des étrangers aux élections locales ou du retour de la proportionnelle en est la meilleure preuve. Taubira a également tort, de son côté : il ne s'agit pas de déchets de la pensée humaine mais de la révélation au grand jour des arrières pensées des uns et des autres. Le discours politique colle de plus en plus à la réalité. Simplement, elle n'est pas belle à voir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

07.

Les épargnants français, bipolaires ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 08/03/2015 - 10:58
UMPS ou UMP seul
Il serait temps en effet que les dirigeants de l'UMP se renouvellent, ils ont tous trop longtemps tergiversé dans la mollesse. Que le recul de l'âge de la retraite soit une question taboue n'empêche pas qu'elle soit indispensable. Il est grand temps que les électeurs de leur côté cessent de rêver. Je sais, c'est un triste tableau, mais il est plus que temps pour la France de se réveiller et surtout ne plus se laisser endormir par les mensonges lénifiants de Sapin, Hollande et quelques autres: Juppé, Marine Le Pen, Fillon.... et j'en passe , la liste est longue.
Ombelia
- 05/03/2015 - 08:54
Les fourberies de Sapin
ou bien de la poudre de perlin pinpin...
jmpbea
- 04/03/2015 - 19:53
Bel article
mais quelle solution?