En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Le Nettoyeur

Comment indemniser les chômeurs tout en cessant de les payer à ne rien faire

Publié le 10 octobre 2014
Plutôt que de victimiser les demandeurs d'emploi et les payer à ne rien faire, mieux vaudrait réduire la durée d'indemnisation et la contraindre à des recherches d'emploi car les aides inconditionnelles demeurent un frein à l'emploi.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plutôt que de victimiser les demandeurs d'emploi et les payer à ne rien faire, mieux vaudrait réduire la durée d'indemnisation et la contraindre à des recherches d'emploi car les aides inconditionnelles demeurent un frein à l'emploi.

Faut-il victimiser les chômeurs, ou les payer à ne rien faire ? A en croire parfois nos débats politiques, ce sont les seules options qu'on peut avoir lorsque l'on parle des politiques publiques en direction du chômage. Quelques réflexions pour nuancer ce débat.

 

Premièrement : oui, payer tout le monde à ne rien faire, ça n'aide pas. En sciences sociales, le type d'étude le plus probant est l'étude à groupe témoin. Comme le test des médicaments en biologie, ce type d'étude regroupe les sujets en deux groupes, avec un groupe témoin. Cette division permet avec plus de sûreté d'établir une relation de cause à effet dans ce qui est étudié. Ce qui est encore mieux, c'est si on a plusieurs études à groupe témoin en succession qui reproduisent les mêmes résultats. 

Si j'évoque ceci, c'est parce que les aides aux chômeurs sont un des rares domaines où l'on a des résultats un peu probants, grâce à une longue série d'études faites aux Etats-Unis dans les années 1980 et 1990, dans de nombreux milieux, et le résultat est le suivant : le seul moyen avéré qui fasse que de nombreuses personnes au chômage se mettent à travailler plus est de lier les aides sociales à des contraintes de durée et de recherche d'emploi. Les aides inconditionnelles sont effectivement un frein à l'emploi.

Mais une fois qu'on n'a dit ça, on n'a pas tout dit.

Deuxièmement : une chose que l'on entend parfois (c'était une des promesses du candidat Sarkozy, et David Cameron l'a récemment dit au Royaume-Uni) est que l'alternative au travail doit être la formation. Autrement dit, si quelqu'un est au chômage, cette personne doit recevoir une formation. 

Le raisonnement est le suivant : si quelqu'un est au chômage, c'est parce qu'il n'a pas assez de compétences pour trouver un emploi qualifié ; si on le forme, il augmentera ses compétences ; s'il augmente ses compétences, il trouvera un emploi qualifié. 

Le problème est que chacune des étapes de ce raisonnement est hautement discutable. Commençons par l'idée que la formation donne des compétences. Franchement, si c'était le cas, ça se saurait. La plupart des gens qui ont reçu une formation professionnelle témoigne que, en général, ils n'apprennent pas grand chose. Ensuite, il est fort possible que la raison pour laquelle une formation permet l'accès à un meilleur emploi est ce que les économistes appellent l'effet de signal : l'intérêt de la formation pour l'employeur n'est pas ce que vous avez appris, mais le fait que le fait d'avoir entrepris cette formation signifie que vous êtes quelqu'un d'intelligent et travailleur. D'où le culte français du concours, et le système des grandes écoles, où chacun sait que les élèves travaillent d'arrache-pied avant le concours, et ne travaillent presque plus une fois qu'ils sont dans leur école, qui est pourtant la formation censée les rendre compétents. 

Le problème est donc évident : si la formation permet d'avoir un emploi à cause de son effet de signal—elle montre que vous êtes plus intelligent et travailleur que le voisin—si tout le monde a reçu une formation, personne ne bénéficie de cet effet. Ca ne sert à rien. 

Troisièmement, il est fort possible que le chômage de masse résulte plus d'effets macroéconomiques que d'effets micréoconomiques comme le niveau des aides au chômage. Depuis 2008, la zone euro est dans une crise monétaire. Cette crise monétaire se traduit par une faiblesse de ce que les économistes appellent la demande générale : les gens veulent acheter moins de biens et de services. Cette baisse de la demande crée un cercle vicieux et une prophétie auto-réalisatrice : si les gens veulent acheter moins, les entreprises produisent moins ; si les entreprises produisent moins, elles emploient moins ; si elles emploient moins, les consommateurs ont, en moyenne, moins d'argent ; si les consommateurs ont moins d'argent, ils veulent acheter moins. 

Si c'est ça le problème, changer le fonctionnement de Pôle emploi risque de ne rien changer. 

Alors, que faire ? Pour résumer : indemniser le chômage, mais associer à cette indemnisation des contraintes de recherche d'emploi ; mais surtout s'attaquer plus aux raisons macroéconomiques du chômage qu'aux raisons microéconomiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 12/10/2014 - 14:31
Balais Brosses
Ce petit article stupide se heurte à une donnée de base : le faible nombre d'offres d'emploi non pourvues. L'auteur imagine-t-il nos rues envahies par nos 5 millions de chômeurs, habillés de tenues fluorescentes et armés de balais-brosses ? Oui, dans la société du futur, un travail devra être offert à tous ceux qui le souhaitent, sur simple demande. Mais cela demande de profondes réformes, à commencer par le ''Revenu Universel'' et une limitation de l’éventail des revenus et patrimoines.
lepaysan
- 12/10/2014 - 11:53
le secteur public privilégié
Réformons les avantages du secteur public et libéralisons l'économie si on veut faire baisser le chomage.
S'attaquer aux chomeurs est minable quand il n'y a pas d'emploi.
Ex abrupto
- 10/10/2014 - 18:58
Cher Mr Gobry
Vous faites une erreur très répandue chez les économistes, les sociologues ou les médecins: dans une étude avec groupe témoin, on n'établit pas une causalité mais une corrélation. Ce qui "mets la puce à l'oreille" pour une éventuelle causalité.
C'est quand on a établit un mécanisme qui réunit l'un à l'autre et qu'on a pu en vérifier le bien fondé par d'autres enquêtes (dont les données brutes sont auditables) qu'on avance vers une causalité explicative et crédible....