En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

03.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 8 min 32 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 3 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 3 heures 57 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 19 heures 28 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 21 heures 2 sec
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 22 heures 53 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 51 min 27 sec
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 4 heures 12 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 20 heures 30 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 22 heures 28 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 23 heures 18 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 1 jour 3 heures
Le Nettoyeur

Comment indemniser les chômeurs tout en cessant de les payer à ne rien faire

Publié le 10 octobre 2014
Plutôt que de victimiser les demandeurs d'emploi et les payer à ne rien faire, mieux vaudrait réduire la durée d'indemnisation et la contraindre à des recherches d'emploi car les aides inconditionnelles demeurent un frein à l'emploi.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plutôt que de victimiser les demandeurs d'emploi et les payer à ne rien faire, mieux vaudrait réduire la durée d'indemnisation et la contraindre à des recherches d'emploi car les aides inconditionnelles demeurent un frein à l'emploi.

Faut-il victimiser les chômeurs, ou les payer à ne rien faire ? A en croire parfois nos débats politiques, ce sont les seules options qu'on peut avoir lorsque l'on parle des politiques publiques en direction du chômage. Quelques réflexions pour nuancer ce débat.

 

Premièrement : oui, payer tout le monde à ne rien faire, ça n'aide pas. En sciences sociales, le type d'étude le plus probant est l'étude à groupe témoin. Comme le test des médicaments en biologie, ce type d'étude regroupe les sujets en deux groupes, avec un groupe témoin. Cette division permet avec plus de sûreté d'établir une relation de cause à effet dans ce qui est étudié. Ce qui est encore mieux, c'est si on a plusieurs études à groupe témoin en succession qui reproduisent les mêmes résultats. 

Si j'évoque ceci, c'est parce que les aides aux chômeurs sont un des rares domaines où l'on a des résultats un peu probants, grâce à une longue série d'études faites aux Etats-Unis dans les années 1980 et 1990, dans de nombreux milieux, et le résultat est le suivant : le seul moyen avéré qui fasse que de nombreuses personnes au chômage se mettent à travailler plus est de lier les aides sociales à des contraintes de durée et de recherche d'emploi. Les aides inconditionnelles sont effectivement un frein à l'emploi.

Mais une fois qu'on n'a dit ça, on n'a pas tout dit.

Deuxièmement : une chose que l'on entend parfois (c'était une des promesses du candidat Sarkozy, et David Cameron l'a récemment dit au Royaume-Uni) est que l'alternative au travail doit être la formation. Autrement dit, si quelqu'un est au chômage, cette personne doit recevoir une formation. 

Le raisonnement est le suivant : si quelqu'un est au chômage, c'est parce qu'il n'a pas assez de compétences pour trouver un emploi qualifié ; si on le forme, il augmentera ses compétences ; s'il augmente ses compétences, il trouvera un emploi qualifié. 

Le problème est que chacune des étapes de ce raisonnement est hautement discutable. Commençons par l'idée que la formation donne des compétences. Franchement, si c'était le cas, ça se saurait. La plupart des gens qui ont reçu une formation professionnelle témoigne que, en général, ils n'apprennent pas grand chose. Ensuite, il est fort possible que la raison pour laquelle une formation permet l'accès à un meilleur emploi est ce que les économistes appellent l'effet de signal : l'intérêt de la formation pour l'employeur n'est pas ce que vous avez appris, mais le fait que le fait d'avoir entrepris cette formation signifie que vous êtes quelqu'un d'intelligent et travailleur. D'où le culte français du concours, et le système des grandes écoles, où chacun sait que les élèves travaillent d'arrache-pied avant le concours, et ne travaillent presque plus une fois qu'ils sont dans leur école, qui est pourtant la formation censée les rendre compétents. 

Le problème est donc évident : si la formation permet d'avoir un emploi à cause de son effet de signal—elle montre que vous êtes plus intelligent et travailleur que le voisin—si tout le monde a reçu une formation, personne ne bénéficie de cet effet. Ca ne sert à rien. 

Troisièmement, il est fort possible que le chômage de masse résulte plus d'effets macroéconomiques que d'effets micréoconomiques comme le niveau des aides au chômage. Depuis 2008, la zone euro est dans une crise monétaire. Cette crise monétaire se traduit par une faiblesse de ce que les économistes appellent la demande générale : les gens veulent acheter moins de biens et de services. Cette baisse de la demande crée un cercle vicieux et une prophétie auto-réalisatrice : si les gens veulent acheter moins, les entreprises produisent moins ; si les entreprises produisent moins, elles emploient moins ; si elles emploient moins, les consommateurs ont, en moyenne, moins d'argent ; si les consommateurs ont moins d'argent, ils veulent acheter moins. 

Si c'est ça le problème, changer le fonctionnement de Pôle emploi risque de ne rien changer. 

Alors, que faire ? Pour résumer : indemniser le chômage, mais associer à cette indemnisation des contraintes de recherche d'emploi ; mais surtout s'attaquer plus aux raisons macroéconomiques du chômage qu'aux raisons microéconomiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 12/10/2014 - 14:31
Balais Brosses
Ce petit article stupide se heurte à une donnée de base : le faible nombre d'offres d'emploi non pourvues. L'auteur imagine-t-il nos rues envahies par nos 5 millions de chômeurs, habillés de tenues fluorescentes et armés de balais-brosses ? Oui, dans la société du futur, un travail devra être offert à tous ceux qui le souhaitent, sur simple demande. Mais cela demande de profondes réformes, à commencer par le ''Revenu Universel'' et une limitation de l’éventail des revenus et patrimoines.
lepaysan
- 12/10/2014 - 11:53
le secteur public privilégié
Réformons les avantages du secteur public et libéralisons l'économie si on veut faire baisser le chomage.
S'attaquer aux chomeurs est minable quand il n'y a pas d'emploi.
Ex abrupto
- 10/10/2014 - 18:58
Cher Mr Gobry
Vous faites une erreur très répandue chez les économistes, les sociologues ou les médecins: dans une étude avec groupe témoin, on n'établit pas une causalité mais une corrélation. Ce qui "mets la puce à l'oreille" pour une éventuelle causalité.
C'est quand on a établit un mécanisme qui réunit l'un à l'autre et qu'on a pu en vérifier le bien fondé par d'autres enquêtes (dont les données brutes sont auditables) qu'on avance vers une causalité explicative et crédible....