En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Atlantico Grand Large
L’Azerbaïdjan, trésor perdu au cœur de l’Eurasie
Publié le 27 septembre 2014
Carrefour entre Europe et Asie, et entre histoire et modernité, l’Azerbaïdjan jouit d’une exceptionnelle richesse historique et culturelle. Une destination de choix pour un superbe voyage sur mesure.
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carrefour entre Europe et Asie, et entre histoire et modernité, l’Azerbaïdjan jouit d’une exceptionnelle richesse historique et culturelle. Une destination de choix pour un superbe voyage sur mesure.

Pour en savoir plus sur l’Azerbaïdjan, rendez-vous sur le site de Peplum

Elle n’est pas une destination réputée pour les vacances, à tort. Enclavé entre l’Arménie et la Turquie à l’ouest, la Géorgie et la Russie au nord et l’Iran au sud, l’Azerbaïdjan est l’un des carrefours historiques entre l’Europe et l’Asie. De fait, cette ancienne république soviétique recèle de nombreux trésors historiques, religieux et, par ricochet, culturels. En faisant de Bakou le centre de tout, on s'assure un séjour à la fois riche et équilibré. De la capitale en question (2 millions d'habitants environ), on part à la découverte du site archéologique d'Absheron, de Gobustan avec ses mausolées surplombant un canyon, de Shemakha et de Sheki, enfin, carrefours commerciaux peuplés d'églises et de palais incontournables de beauté. Plongée exceptionnelle au cœur de l'Eurasie.

À peine arrivé de l'aéroport, que l'on s'immerge déjà dans la Vieille Ville de Bakou. Habitée depuis le IIe siècle, la capitale de l'Azerbaïdjan repose au creux d'une immense baie fortifiée. Si la ville regorge d’une nouvelle architecture moderne et un peu folle, ses plus beaux monuments sont séculaires. Derrière ses murailles, un dédale de ruelles sinueuses mène immanquablement au palais des Shahs de Chirvan, monument médiéval ponctué de mosquées et de caravansérails (bâtiments accueillant jadis marchands et pèlerins en transit). Au milieu de l'ancienne cité persane se tient la mystérieuse Tour de la Vierge, source de légendes incroyables. À l'intérieur, une étroite spirale conduit à une espèce d'entre-sol où il fait bon apprécier la hauteur de ce donjon pouvant abriter une centaine d'hommes. De minces ouvertures laissent passer la lumière. Au huitième et dernier étage un panorama somptueux sur Bakou et ses fortifications ratisse le champ de vision. 


Redescendu sur la terre ferme, on prend la direction de la presqu’île d’Absheron. Rien à l'horizon. Du sable, quelques buissons dégarnis, sans plus. Si l'on ne se savait pas en Azerbaïdjan, on pourrait se croire dans le Far West américain. Hormis le Temple des Adorateurs du Feu, dit Atechgah, les infrastructures sont quasiment absentes du paysage. Et encore ce dernier monument à ciel ouvert se fond presque dans la nature. Pourquoi cet aspect désert ? L'histoire de la région est étroitement liée au pétrole. La ruée vers l’or noir, c'est ici qu'elle débute, en 1949. C'est également ici que se multiplient, durant la Seconde Guerre Mondiale, les forages off-shore destinés à l'exploitation de gisements pétrolifères dans la mer Caspienne... Qui dit pétrole, dit combustion, et feu. Passé un, puis deux, puis trois feux follets, on apprend que les autochtones vouent depuis des siècles un culte du feu. On situe le phénomène avant la naissance de Zarathoustra, en 660 avant J.C.

Zarathoustra ? Comme le personnage-référent de la pensée nietzschéenne ? Sur le chemin de Bakou, on pense à cet « éternel retour » que théorise le philosophe allemand dans sa « Naissance de la Tragédie ». Pourtant, si l'on revient constamment à la capitale, c'est pour mieux la quitter. Cap sur Gobustan, un site archéologique comptant plus de 6000 pétroglyphes (de petros, la pierre ; glyphein, graver), ensemble d'inscriptions datant d'il y a environ 12 000 ans. Un bon moyen - quand on sait les déchiffrer- de comprendre la vie, les us et coutumes des ancêtres locaux. On a juste le temps d'examiner quelques volcans de boue, avant de revenir à son point de départ.

Bakou se veut cette fois-ci le tremplin vers Shemakha, ancienne scène privilégiée de danseurs traditionnels, les « Bayaderki ». On ne dirait pas, mais la ville s'est vue reconstruite à la suite de divers séismes. Cette lutte incessante contre les ruines est notamment due à son rôle d'étape sur la Route de la Soie. Seule rescapée des derniers tremblements de terre : la Mosquée de Djouma (1789), constituée d’une vaste pièce toiturée. Passage-éclair à Lahij, bourg médiéval, fondé par le roi sassanide Kaikhosro et parsemé de nombreux ateliers d’artisans. Leur spécialité ? Le cuivre. On continue vers Gabala, ancienne capitale de l'Albanie caucasienne, érigée il y 1 800 ans.

Dernière arrêt : Sheki. Carrefour commercial entre la mer Noire et la mer Caspienne, entre l’Iran et le Daghestan, il s'agit de l’un des plus vieux centres culturels du pays, réputé pour ses boutiques de halva, une sorte de pâte à base de semoule ressemblant étrangement à du nougat. À voir absolument sur place : le magnifique palais des Khans, orné de poutres et de vitraux. Les fresques et peintures murales réalisées avec force minutie font écho aux motifs de ces fenêtres colorées relatant l'histoire de quelques seigneurs caucasiens. Visite du village de Kish et de son église albane, construite au Ier siècle de notre ère, avant de retourner à Bakou contempler un apaisant coucher du soleil. Sur le port les bateaux ronronnent à l'approche de la nuit. Les lumières s'allument au fur et à mesure que le ciel s'obscurcit. Plus question de bouger. La soirée citadine peut commencer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires