En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

07.

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 14 heures 14 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 15 heures 39 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 17 heures 23 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 18 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 20 heures 19 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 21 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 21 heures 47 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 14 heures 57 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 17 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 20 heures 34 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 21 heures 6 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 21 heures 22 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 21 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
En quête de sens

Islamique, Islamiste, Terroriste, Djihadiste : comment s’y retrouver ?

Publié le 21 septembre 2014
Pour qualifier "l'Etat islamique", en évitant à la fois les amalgames et le politiquement correct, un mot devrait s'imposer : le totalitarisme.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour qualifier "l'Etat islamique", en évitant à la fois les amalgames et le politiquement correct, un mot devrait s'imposer : le totalitarisme.

La substitution terminologique n’a pas échappé aux médias : depuis une semaine il n’est plus question dans la bouche de nos dirigeants de "l’Etat islamique" mais de "Daesh". Substitution phonétiquement malaisée comme l’ont montré les hésitations de François Hollande, qui semblait parler d’une vieille marque de lessive... Mais substitution bien expliquée (comme toujours) par Laurent Fabius devant les députés : reprendre l’expression "d’Etat Islamique", en effet, c’est concéder une victoire symbolique, donc politique à l’adversaire en reprenant son propre vocabulaire ; c’est du même coup accepter sa double autolégitimation, en tant qu’Etat et en tant qu’islamique. D’où le recours à "Daesh". Seul petit problème : Daesh n’est que l’acronyme arabe… "d’Etat islamique en Irak et en Syrie" ! Autrement dit le changement de terme ne vaut que par l’ignorance de l’arabe chez (la plupart de) nos compatriotes…

Il reste que ce vocabulaire s’inscrit dans la ligne rhétorique constante du gouvernement : une ligne qui évite soigneusement les mots "d’islamique" et même "d’islamiste", nuance trop subtile pour une communication de masse : on ne trouvera ni l’un ni l’autre par exemple dans la longue interview au JDD de Bernard Cazeneuve ou dans la conférence de presse présidentielle de cette semaine. Si, très rarement, "djihadiste" est utilisé, c’est le mot de "terroriste" qui de loin l’emporte et devient un vrai leitmotiv.

Mais l’ennui avec ce mot de "terroriste" est qu’il peut être retourné par l’adversaire, qui allèguera, (en jouant sur les mots ), que l’on est toujours le terroriste de l’autre : "terroristes", les Tchétchènes pour les Russes, les Russes pour les Ukrainiens, le Hamas pour les Israéliens, les Israéliens pour le Hamas, et les révoltés syriens pour Bachar El Assad ; pour ne rien dire des Résistants français, qualifiés de "terroristes" par Vichy et l’occupant nazi… Les sites djihadistes ne cessent d’ailleurs avec une malignité perverse, de rappeler cet exemple glorieux, si porteur de légitimité dans l’histoire de France.

Alors pourquoi ce choix de communication gouvernementale? Il a évidemment pour but d’éviter toute "stigmatisation" de la population musulmane et tout "amalgame" entre islamisme et islam ; stigmatisation et amalgame qui sont les deux signaux immanquables du tabou contemporain. Mais ne crions pas trop vite à la political correctness. Car la tentation existe bel et bien – et pas seulement à l’extrême droite - de confondre Islam et islamisme.

Ce n’est pas le lieu ici de disserter sur la question complexe du statut de la violence dans le Coran et d’arbitrer entre les deux assertions "l’Islam, religion violente" et "l’Islam, religion de paix". Encore moins d’opposer les traditions musulmane et chrétienne sur le sujet. Laissons cela aux théologiens et autres experts en religion(s), car ce qui est en jeu ici est un phénomène purement politique et contemporain.

Tel est en effet la réalité de l’islamisme, même s’il cherche à mobiliser des ressources religieuses anciennes : on le mesure à sa quête éperdue et meurtrière d’un "âge d’or", à sa dénonciation d’un complot ("judéo-chrétien"), à sa recherche d’un "chef" (le calife) et d’une "unité" perdue (la communauté, "Umma", musulmane) : autrement dit les quatre mythologies centrales de la modernité politique répertoriées par Raoul Girardet. Pour ne rien dire de la sociologie de l’islamisme, qui ne se comprend que par les déchirures actuelles du Moyen-Orient et de l’immigration arabo-musulmane ; ni de son recours aux technologies les plus modernes, militaires comme médiatiques (dont on aurait bien du mal, au passage, à retrouver la trace dans le Coran, dont les mêmes islamistes revendiquent pourtant l’application "littérale" !)

La solution, pour éviter les pièges savamment entretenus de la confusion sémantique, pourrait consister à placer entre Islam et islamisme une différence analogue à celle qui existe entre nationalisme et nazisme   si ce dernier a repris et exacerbé les thèmes du premier, il en a changé la nature, en en faisant un phénomène radicalement nouveau : le totalitarisme. C’est-à-dire un système politique où, pour reprendre l’analyse lumineuse d’Hannah Arendt, l’idéologie devient le principe de toute action (publique et privée), et la terreur, l’essence même du régime. "Idée" obsessionnelle et terreur systémique : telles sont justement les caractéristiques de Daesh, qui en signent immanquablement la nature totalitaire.

Ce constat entraîne deux conséquences qui vont aux rebours des deux discours (antithétiques) actuellement dominants

1/ Confondre Islam et islamisme, musulmans et djihadistes, revient à confondre de Gaulle ou Churchill, nationalistes s’il en fut, avec Hitler; ce qui serait pour le moins anti-historique…

2/ Passer son temps à traquer dans l’extrême droite actuelle, comme on adore le faire en France, à force d’enquêtes, d’associations subventionnées et d’esprit de "Résistance" à retardement, les relents de "la bête immonde", c’est se tromper et de cible et d’époque : Marine Le Pen n’est qu’une populiste, ce qui ne retire rien à la nécessité de la combattre politiquement.

"La bête immonde" de notre temps est ailleurs (mais se rapproche !), le poil plus dru et plus hérissé que jamais, et elle porte un nom : certes pas l’Islam, même "radical", mais ce qu’il faut donc appeler le totalitarisme islamiste. Or, même si, dans ses circonvolutions rhétoriques, le gouvernement français donne l’impression de marcher sur des œufs, il faut reconnaître sans hésitation que, du Mali à l’Irak, il a parfaitement compris la véritable urgence de notre temps. Et l’affronte, non sans courage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

07.

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 22/09/2014 - 23:20
comment s’y retrouver ?pour nous, Facile, le livre est le même!
!
vangog
- 21/09/2014 - 22:47
L'incapacité à utiser les mots d'une langue
aussi riche que sait l'être le français, est la première victoire des islamistes...et leur première victime est Cazeneuve, un socialo trop faible pour comprendre qu'il eut mieux valu les empêcher de rentrer, plutôt que leur interdire de sortir, les islamistes...
Faux, M. De Voogt! Le totalitarisme s'applique à un état et à l'utilisation "totale" et "entière" de tous les moyens de répression, de propagande et de vote des lois à son profit, et, si besoin, en utilisant le diktat (le fameux article 39-2...).
Or, vous l'avez dit vous-même, l'EIL n'est pas un état, mais une organisation terroriste qui substitue, sur de vagues territoires et sur une population terrorisée, la loi coranique à la loi des hommes. Inutile de prendre des pincettes avec ces gens-là! leur Coran est un monceau d'inepties écrites par des fous et leur conception de l'Islam est idéologique..."islamiste" est le bon terme! Et si ceux qui pratiquent un islam modéré veulent enfin avoir le courage de s'en démarquer, ce seul suffixe "iste", désignant la plupart des idéologies à vocation totalitaire devrait suffir à leur faire peur!
2bout
- 21/09/2014 - 18:48
Mr De Voogd,
Quand vous faites référence à ces gens qui expliquent (toujours) bien les choses, vous me faites penser à ce député, élu dans la 4ème de la Seine-Maritime, et qui aurait sans doute trop bien expliqué la "nature" des choses à ses électeurs pour qu'aux dernières européennes, ils soient plus de 32%à voter FN.