En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 51 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 24 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 28 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 21 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 49 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 22 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 3 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 39 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 8 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 35 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 50 min
© Peplum.com
© Peplum.com
Grand large

Safari au cœur de l’Inde

Publié le 15 juillet 2014
Mieux que le Big Five africain, le Big Seven indien. Un safari hors du commun au cœur d’une des réserves naturelles les plus riches du pays.
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mieux que le Big Five africain, le Big Seven indien. Un safari hors du commun au cœur d’une des réserves naturelles les plus riches du pays.

Pour en savoir plus sur l’Inde, rendez-vous sur le site de Peplum

Sa faune est tellement diversifiée que Camille Saint-Saëns aurait pu composer un Carnaval des animaux indiens. Destination peu connue pour ses safaris, l’Inde fait pourtant le bonheur des photographes des savanes. Mieux que l’Afrique et son Big Five, l’Inde se permet même de proposer un Big Seven.

Malgré tout, certaines espèces sont toujours en voie de disparition. D'où l'intérêt d'y construire de grandes réserves naturelles, tel le Rajaji National Park, pour assurer la protection des spécimens menacés. Située dans la région d'Uttarakhand, cette institution environnementale de 820 km2 englobe les états d'Uttarakhand, Haridwar, Dehradun et Pauri Garhwal, au pied des montagnes himalayennes. Une fusion qui s'opère jusque dans la nature puisque la végétation n'est pas la même en tous points de la réserve. Le meilleur moyen de circuler ?  En 4x4 tout confort. Ainsi commence un safari indien hors du commun.

À peine sorti de la voiture qu'un papillon vient voleter à proximité. Rien de plus pittoresque pour inaugurer cette découverte exceptionnelle au contact de la faune et de la flore indiennes. En regroupant Chilla, Rajaji et Motichur, en 1983, le gouvernement indien a su transformer trois sanctuaires sauvages en un seul et même temple naturel incarnant la nouvelle politique écologique du pays.

Fort du nom d'un des leaders de la lutte pour l'indépendance de l'Inde, le Rajaji National Park procède de l'association de diverses familles de plantes, des associations quasi communautaires. Cohabitent dans l'enceinte de la réserve les "communités" Shorea-Mallotu-Adina, Shorea-Terminalia-Bridelia et Dalbergia-Acacia et Syzygium-Phoebe-Drypetes. Autant d'alliances végétales qui, par leur personnification, montrent l'importance que revêt la nature. Ces castes, ces villages de plantes s'inscrivent dans un plus large découpage déterminant différentes catégories de reliefs. Il ne fait pas aussi froid dans les zones estampillées "Riverine Forest", que dans celles nommées "Grassland", par exemple.

La même variété touche la faune du Rajaji National Park, habitat propice à la vie, si ce n'est la survie de nombreuses espèces animales. Arrivé dans une sorte de pré délimité par une chaîne de montagnes imposantes, on descend de voiture pour s'approcher d'un troupeau d'éléphants sellés. Aussi périlleuse soit-elle, l'ascension sur le dos de l'un de ces énormes pachydermes vaut la peine d'être tentée. Une fois hissé à la hauteur des arbres, on se plonge dans la jungle indienne à la rencontre de branches et de lianes rebelles. S'il est possible de ressortir de cette randonnée la peau écorchée, il n'en va pas de même des oreilles, enchantées par les mélodies des oiseaux. Plus de trois cent cinquante espèces dans toute la région ! Migrateurs et sédentaires. À la longue, on ne s'étonne même plus de croiser un paon, un aigle, ou un faisan sur sa route.

Or, on vient surtout au Rajaji National Park afin de fréquenter le Big Seven (grand sept) indien. On imagine une invitation au Big Five africain mentionnant "+ 2". Le Big Five africain, c'est quoi ? Un lion, un léopard, un éléphant, un bufle et un rhinocéros. Comme si cela ne suffisait pas l'Inde a convié l'ours et le tigre à se joindre à la fête. Si tigres et éléphants jouent les asociaux à l'ouest, le reste du "Grand sept" se répartit équitablement aux quatre coins de la réserve, imposant une sorte de grand huit aux visiteurs condamnés à errer à la rechercher de quelque mammifère sauvage.

Parmi les autres espèces présentes, il n'est pas rare que l'on croise une hyène, un sanglier un cerf, un macaque, un hérisson dit "indien". Le plus impressionnant demeure la rencontre inopinée avec quelque reptile, python, lézard ou autre. Bien que l'on redoute de se retrouver nez-à-nez avec un cobra royal, l'expérience reste d'autant plus mémorable que sans danger. En voyant le guide manipuler cette longue corde visqueuse, d'aucuns supplient pour accueillir la bête sur leurs épaules. La majorité s'abstient, sans renâcler pour autant.

Le parc ferme ses portes à 17h30. Direction l'Hôtel Aalia, unique hôtel de luxe de la région. Cet établissement s'avère d'autant plus exceptionnel qu'il loge sur les rives du Gange, l'une des sept rivières sacrées de l'Inde. Un environnement idéal pour compléter ce safari exceptionnel.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires