En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Peplum.com
Grand large
Safari au cœur de l’Inde
Publié le 15 juillet 2014
Mieux que le Big Five africain, le Big Seven indien. Un safari hors du commun au cœur d’une des réserves naturelles les plus riches du pays.
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mieux que le Big Five africain, le Big Seven indien. Un safari hors du commun au cœur d’une des réserves naturelles les plus riches du pays.

Pour en savoir plus sur l’Inde, rendez-vous sur le site de Peplum

Sa faune est tellement diversifiée que Camille Saint-Saëns aurait pu composer un Carnaval des animaux indiens. Destination peu connue pour ses safaris, l’Inde fait pourtant le bonheur des photographes des savanes. Mieux que l’Afrique et son Big Five, l’Inde se permet même de proposer un Big Seven.

Malgré tout, certaines espèces sont toujours en voie de disparition. D'où l'intérêt d'y construire de grandes réserves naturelles, tel le Rajaji National Park, pour assurer la protection des spécimens menacés. Située dans la région d'Uttarakhand, cette institution environnementale de 820 km2 englobe les états d'Uttarakhand, Haridwar, Dehradun et Pauri Garhwal, au pied des montagnes himalayennes. Une fusion qui s'opère jusque dans la nature puisque la végétation n'est pas la même en tous points de la réserve. Le meilleur moyen de circuler ?  En 4x4 tout confort. Ainsi commence un safari indien hors du commun.

À peine sorti de la voiture qu'un papillon vient voleter à proximité. Rien de plus pittoresque pour inaugurer cette découverte exceptionnelle au contact de la faune et de la flore indiennes. En regroupant Chilla, Rajaji et Motichur, en 1983, le gouvernement indien a su transformer trois sanctuaires sauvages en un seul et même temple naturel incarnant la nouvelle politique écologique du pays.

Fort du nom d'un des leaders de la lutte pour l'indépendance de l'Inde, le Rajaji National Park procède de l'association de diverses familles de plantes, des associations quasi communautaires. Cohabitent dans l'enceinte de la réserve les "communités" Shorea-Mallotu-Adina, Shorea-Terminalia-Bridelia et Dalbergia-Acacia et Syzygium-Phoebe-Drypetes. Autant d'alliances végétales qui, par leur personnification, montrent l'importance que revêt la nature. Ces castes, ces villages de plantes s'inscrivent dans un plus large découpage déterminant différentes catégories de reliefs. Il ne fait pas aussi froid dans les zones estampillées "Riverine Forest", que dans celles nommées "Grassland", par exemple.

La même variété touche la faune du Rajaji National Park, habitat propice à la vie, si ce n'est la survie de nombreuses espèces animales. Arrivé dans une sorte de pré délimité par une chaîne de montagnes imposantes, on descend de voiture pour s'approcher d'un troupeau d'éléphants sellés. Aussi périlleuse soit-elle, l'ascension sur le dos de l'un de ces énormes pachydermes vaut la peine d'être tentée. Une fois hissé à la hauteur des arbres, on se plonge dans la jungle indienne à la rencontre de branches et de lianes rebelles. S'il est possible de ressortir de cette randonnée la peau écorchée, il n'en va pas de même des oreilles, enchantées par les mélodies des oiseaux. Plus de trois cent cinquante espèces dans toute la région ! Migrateurs et sédentaires. À la longue, on ne s'étonne même plus de croiser un paon, un aigle, ou un faisan sur sa route.

Or, on vient surtout au Rajaji National Park afin de fréquenter le Big Seven (grand sept) indien. On imagine une invitation au Big Five africain mentionnant "+ 2". Le Big Five africain, c'est quoi ? Un lion, un léopard, un éléphant, un bufle et un rhinocéros. Comme si cela ne suffisait pas l'Inde a convié l'ours et le tigre à se joindre à la fête. Si tigres et éléphants jouent les asociaux à l'ouest, le reste du "Grand sept" se répartit équitablement aux quatre coins de la réserve, imposant une sorte de grand huit aux visiteurs condamnés à errer à la rechercher de quelque mammifère sauvage.

Parmi les autres espèces présentes, il n'est pas rare que l'on croise une hyène, un sanglier un cerf, un macaque, un hérisson dit "indien". Le plus impressionnant demeure la rencontre inopinée avec quelque reptile, python, lézard ou autre. Bien que l'on redoute de se retrouver nez-à-nez avec un cobra royal, l'expérience reste d'autant plus mémorable que sans danger. En voyant le guide manipuler cette longue corde visqueuse, d'aucuns supplient pour accueillir la bête sur leurs épaules. La majorité s'abstient, sans renâcler pour autant.

Le parc ferme ses portes à 17h30. Direction l'Hôtel Aalia, unique hôtel de luxe de la région. Cet établissement s'avère d'autant plus exceptionnel qu'il loge sur les rives du Gange, l'une des sept rivières sacrées de l'Inde. Un environnement idéal pour compléter ce safari exceptionnel.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires