En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 33 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 28 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 24 sec
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 41 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 25 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 40 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 51 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Lettres

Le Brésil, esclave du football

Publié le 09 juillet 2014
"L’éloge de l’esquive" d’Olivier Guez raconte comment et pourquoi le dribble est né au Brésil. Une critique du journal "Service littéraire".
Pascal Praud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Praud est journaliste à i›télé.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"L’éloge de l’esquive" d’Olivier Guez raconte comment et pourquoi le dribble est né au Brésil. Une critique du journal "Service littéraire".

Le foot raconte l’histoire des peuples. La thèse n’est pas nouvelle. On joue comme on respire. "Au Brésil, le ballon est une femme", rapporte l’écrivain uruguayen Edouardo Galeano. Le football ouvre les cœurs, miroir des uns et des autres. Dis-moi comment tu joues, etc. Au Brésil, on dribble parce qu’il faut feinter. Tromper la vie, embobiner son patron ou abuser l’état. “Éloge de l’esquive” raconte le Brésil des années 1900, l’abolition de l’esclavage, la ségrégation qui suit et comment ce climat a influencé le jeu de football : "Les premiers métis se travestissent. [Un joueur] s’enduit le visage de poudre de riz avant les rencontres." Le foot est anglais et les Anglais sont blancs. Arthur Friedenreich est la star des années folles, "un mulâtre aux yeux verts" qui invente des entrechats pour "éviter les charges violentes de ses adversaires blancs que les arbitres sanctionnent rarement." Le dribble nait comme ça. En biologie, on parlerait d’ajustement fonctionnel de l’être vivant au milieu ambiant. Darwin est footballeur. On dribble pour sauver sa peau.

"Les dribbleurs brésiliens sont les descendants d’esclaves." Rio 1830 en est peuplé, originaires d’Angola ou du Soudan. Quand en 1888, l’esclavage est aboli, la liberté encourage la ruse. La figure du malendro apparait : filou, truqueur, charmeur, escroc et roublard : "mi-canaille, mi-dandy". "Le dribbleur est le malendro du football" explique Guez. Les Brésiliens ont enchanté le football, réalisé des tours de passe-passe de 1958 à 1986, gagné parfois, séduit toujours. Seuls comptaient la beauté du geste et le jugement des esthètes. Le jeu était un plaisir, le footballeur, un magicien. Ces enfants de la balle ne grandissaient pas, naïfs jusqu’au suicide, bercés d’idées pures et de rêves offensifs. Qu’importe s’ils perdaient à condition qu’ils flambent un match.

Hélas ! Le jeu brésilien a trépassé. Il appartient au monde d’hier comme le télégramme ou la Renault 16. Il a disparu quand les meilleurs joueurs du pays ont quitté Botafogo ou Fluminense pour Milan et Madrid : "les gosses ne jouent plus dans les rues, partent trop jeunes en Europe". Les voyages forment la jeunesse, mais tuent l’inspiration. "Qui se souvient de la Seleção en 2006 ou en 2010 ?" s’interroge Guez. Garrincha est mort. Socrates est mort. Les marchands ont gagné. La Seleção vend du rêve sur carte postale et ses buts des temps anciens tournent sur YouTube. Olivier Guez aime son enfance, le jeu d’avant et les footballeurs sans protège-tibias. Il préfère les artistes aux bucherons et la littérature au journalisme. “Éloge de l’esquive” n’est pas un essai sur le football mais une histoire vraie que raconte un écrivain.

Éloge de l’esquive, d’Olivier Guez, Grasset, 107 p., 13 €.

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Éric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc . Pour vous y abonner, cliquez sur ce lien.

Service Littéraire. Le mensuel de l'activité romanesque

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 09/07/2014 - 16:36
Et l''étoile fila !
Au foot, pour gagner, il faut mettre un but de plus que l'adversaire. C'est un peu la façon de voir des Brésiliens qui ont toujours été un peu faiblards en défense ! L'inspiration, l'improvisation,le football-champagne faisaient le reste. Hier il n'y avait plus de bulle et le champagne était chaud ! Malheur aux vaincus ! L'agitation sociale, différée, va reprendre et s’amplifier ! Hier des bus brûlaient demain le sang coulera ! Mme Rousseff ne finira pas son mandat. Ce match est rentré dans la légende et restera dans les mémoires aussi longtemps que vivra le foot. Bonne chance au Brésil, ce pays merveilleux. Bonne chance aux brésiliens ce peuple magnifique.