En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

ça vient d'être publié
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 7 min 10 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 1 heure 14 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 1 heure 53 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 6 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 8 heures 15 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 55 min 32 sec
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 1 heure 34 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 6 heures 22 sec
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 7 heures 14 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 8 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Lettres

Le Brésil, esclave du football

Publié le 09 juillet 2014
"L’éloge de l’esquive" d’Olivier Guez raconte comment et pourquoi le dribble est né au Brésil. Une critique du journal "Service littéraire".
Pascal Praud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Praud est journaliste à i›télé.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"L’éloge de l’esquive" d’Olivier Guez raconte comment et pourquoi le dribble est né au Brésil. Une critique du journal "Service littéraire".

Le foot raconte l’histoire des peuples. La thèse n’est pas nouvelle. On joue comme on respire. "Au Brésil, le ballon est une femme", rapporte l’écrivain uruguayen Edouardo Galeano. Le football ouvre les cœurs, miroir des uns et des autres. Dis-moi comment tu joues, etc. Au Brésil, on dribble parce qu’il faut feinter. Tromper la vie, embobiner son patron ou abuser l’état. “Éloge de l’esquive” raconte le Brésil des années 1900, l’abolition de l’esclavage, la ségrégation qui suit et comment ce climat a influencé le jeu de football : "Les premiers métis se travestissent. [Un joueur] s’enduit le visage de poudre de riz avant les rencontres." Le foot est anglais et les Anglais sont blancs. Arthur Friedenreich est la star des années folles, "un mulâtre aux yeux verts" qui invente des entrechats pour "éviter les charges violentes de ses adversaires blancs que les arbitres sanctionnent rarement." Le dribble nait comme ça. En biologie, on parlerait d’ajustement fonctionnel de l’être vivant au milieu ambiant. Darwin est footballeur. On dribble pour sauver sa peau.

"Les dribbleurs brésiliens sont les descendants d’esclaves." Rio 1830 en est peuplé, originaires d’Angola ou du Soudan. Quand en 1888, l’esclavage est aboli, la liberté encourage la ruse. La figure du malendro apparait : filou, truqueur, charmeur, escroc et roublard : "mi-canaille, mi-dandy". "Le dribbleur est le malendro du football" explique Guez. Les Brésiliens ont enchanté le football, réalisé des tours de passe-passe de 1958 à 1986, gagné parfois, séduit toujours. Seuls comptaient la beauté du geste et le jugement des esthètes. Le jeu était un plaisir, le footballeur, un magicien. Ces enfants de la balle ne grandissaient pas, naïfs jusqu’au suicide, bercés d’idées pures et de rêves offensifs. Qu’importe s’ils perdaient à condition qu’ils flambent un match.

Hélas ! Le jeu brésilien a trépassé. Il appartient au monde d’hier comme le télégramme ou la Renault 16. Il a disparu quand les meilleurs joueurs du pays ont quitté Botafogo ou Fluminense pour Milan et Madrid : "les gosses ne jouent plus dans les rues, partent trop jeunes en Europe". Les voyages forment la jeunesse, mais tuent l’inspiration. "Qui se souvient de la Seleção en 2006 ou en 2010 ?" s’interroge Guez. Garrincha est mort. Socrates est mort. Les marchands ont gagné. La Seleção vend du rêve sur carte postale et ses buts des temps anciens tournent sur YouTube. Olivier Guez aime son enfance, le jeu d’avant et les footballeurs sans protège-tibias. Il préfère les artistes aux bucherons et la littérature au journalisme. “Éloge de l’esquive” n’est pas un essai sur le football mais une histoire vraie que raconte un écrivain.

Éloge de l’esquive, d’Olivier Guez, Grasset, 107 p., 13 €.

Source : Service Littéraire, le journal des écrivains fait par des écrivains. Le mensuel fondé par François Cérésa décortique sans langue de bois l'actualité romanesque avec de prestigieux collaborateurs comme Jean Tulard, Christian Millau, Philippe Bilger, Éric Neuhoff, Frédéric Vitoux, Serge Lentz, François Bott, Bernard Morlino, Annick Geille, Emmanuelle de Boysson, Alain Malraux, Philippe Lacoche, Arnaud Le Guern, Stéphanie des Horts, etc . Pour vous y abonner, cliquez sur ce lien.

Service Littéraire. Le mensuel de l'activité romanesque

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 09/07/2014 - 16:36
Et l''étoile fila !
Au foot, pour gagner, il faut mettre un but de plus que l'adversaire. C'est un peu la façon de voir des Brésiliens qui ont toujours été un peu faiblards en défense ! L'inspiration, l'improvisation,le football-champagne faisaient le reste. Hier il n'y avait plus de bulle et le champagne était chaud ! Malheur aux vaincus ! L'agitation sociale, différée, va reprendre et s’amplifier ! Hier des bus brûlaient demain le sang coulera ! Mme Rousseff ne finira pas son mandat. Ce match est rentré dans la légende et restera dans les mémoires aussi longtemps que vivra le foot. Bonne chance au Brésil, ce pays merveilleux. Bonne chance aux brésiliens ce peuple magnifique.