En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 8 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 46 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 25 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 38 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Le Nettoyeur

Crise de l'Europe : le chemin qui permettrait d'en sortir

Publié le 30 mai 2014
A mi-chemin entre les courants fédéralistes et souverainistes, une troisième option pourrait permettre de sortir l'Europe de l'impasse : construire une union principalement économique, avec la libre circulation des biens, des services et des personnes mais sans super-Etat ou super-gouvernement.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A mi-chemin entre les courants fédéralistes et souverainistes, une troisième option pourrait permettre de sortir l'Europe de l'impasse : construire une union principalement économique, avec la libre circulation des biens, des services et des personnes mais sans super-Etat ou super-gouvernement.

Est-il enfin possible d'admettre que la construction européenne est en crise ? Est-il enfin possible d'admettre qu'il faut peut-être changer de direction ? Après le référendum de 2005 ; après la crise de l'euro ; après ces élections qui propulsent les partis populistes ?

Le mot approprié pour la situation du projet européen est bien celui de crise. Le terme nous vient d'Aristote, qui le tenait lui-même de son père, médecin. C'est un terme médical : dans la médecine grecque antique, la crise est le moment où les symptômes du patient sont révélés et le médecin doit faire le bon diagnostic et appliquer le bon remède. Après la crise, il n'y a que deux options possibles : soit le patient est guéri, soit il meurt, selon que le médecin aie bien détecté la crise et l'aie bien lue, ou pas. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre la crise de la construction européenne : le patient est en danger de mort. Si on ne fait pas le bon diagnostic, le patient mourra.

Quel est ce bon diagnostic ?

Il faut commencer par ce qui devrait être une évidence : il n'est pas possible, dans l'état actuel des choses et dans tout avenir prévisible, d'avoir une Europe fédérale, à moins d'abolir la démocratie en Europe. Europe fédérale, ou Europe démocratique, il faut choisir. Parce que les peuples européens rejettent une Europe fédérale. Ils ne l'ont pas seulement fait savoir par de nombreux scrutins. Ils l'ont fait savoir par leur comportement pendant la crise.

La crise économique de l'Europe est une crise de l'euro, mais c'est une crise parce que les européens se sentent citoyens de leur nation d'abord et européens ensuite. L'euro est une monnaie pour des peuples qui ont des niveaux de productivité très différents. Une monnaie unique pour des niveaux de productivité différents créent des dislocations économiques, puisque pour certains la monnaie sera soit trop forte, soit trop faible. La réponse est soit d'abandonner la monnaie unique, soit de mettre en place une redistribution des plus productifs vers les moins productifs. Dans les unions monétaires dont les membres se sentent liés par une citoyenneté commune, cette redistribution va de soi : aux Etats-Unis, l'état de New York est bien plus productif que l'état du Mississippi, mais ça ne met pas en jeu l'éxistence ou même la solidité du dollar, parce que l'Etat fédéral organise la redistribution entre les états. Et si, ce qui est normal dans toute union politique, il y a des débats autour du niveau de cette redistribution, personne ne remet en cause sa légitimité.

La crise de l'euro nous a donné précisément l'image inverse. Le peuple allemand, pourtant le plus fédéraliste des peuples européens, ne veut pas redistribuer ses ressources durement gagnées pour compenser les grecs et autres peuples moins productifs. Le contraste avec la réunification allemande est frappant : l'Allemagne de l'Ouest a accepté de s'appauvrir massivement et de ralentir la croissance du pays pendant 10 ans pour payer l'intégration des Allemands de l'Est. Pourquoi ? Les allemands de l'Ouest et de l'Est se ressentent membres de la même nation. Ce n'est pas le cas - c'est le moins qu'on puisse dire - des allemands et des grecs.

S'il y avait eu une volonté populaire d'union fédérale européenne, il n'y aurait jamais eu de crise de l'euro - point. C'est en ce sens que, au-delà des questions techniques de traités ou d'économie monétaire, la crise de l'euro est une crise de la construction européenne.

Pourtant, comme le fou du proverbe qui fait sans arrêt la même chose en attendant à chaque fois une conséquence différente, nos élites n'ont pas fait le diagnostic de la crise. La réponse à chaque rejet de l'Europe est toujours plus d'Europe. Etant donné qu'il est évident que s'il n'y avait pas de rejet de l'Europe la réponse serait aussi plus d'Europe, on voit l'aspect pathologique de la fixation idéologique : quelque soit la question, la réponse est toujours la même. John Maynard Keynes, à qui on reprochait après la crise de 1929 d'avoir changé ses théories, répondit “Quand la situation change, je change mon point de vue - pourquoi, vous vous faites quoi?”

Lorsque j'écris qu'il faut choisir entre une Europe fédérale et une Europe démocratique, parfois je me dis que les élites européennes sont d'accord avec moi et fait leur choix : les “avancées” sont faites en dépit des choix démocratiques des peuples, depuis les référendums de 2005 suivi par le Traité de Lisbonne, puis l'union bancaire, et maintenant ces élections parlementaires dont, chacun sait, les résultats ne seront pas suivis de changement de politique. Il y a chez certains européïstes un utopisme qui fait penser au marxisme : la dialectique historique rend inévitable notre nouveau paradis des peuples ; chaque crise est une opportunité "d'accroître les contradictions" ; et si des gens résistent à la grande marche vers l'avenir, ma foi, on ne fait jamais d'omelette sans casser des oeufs.

Aujourd'hui, la question de l'Europe fédérale n'est plus une question théorique de point de vue idéologique, c'est une question de fait. Les européens ne veulent pas d'Europe fédérale. Point. Les faits, disait Lénine, sont têtus.

Alors, que faire ? En France, notre débat ne semble contenir que deux options : l'option fédéraliste des partis de gouvernement, et l'option que l'on pourrait appeler socialo-souverainiste des autres partis, c'est-à-dire une Europe dont la fonction principale, avec ou sans euro, avec plus ou moins de compétences pour Bruxelles, serait de mettre en place un protectionnisme économique. Le problème de cette option est qu'elle serait désastreuse économiquement.

Il y a pourtant une troisième option, qui me semble être la seule vraiment viable, compatible avec la démocratie et l'économie, celle que j'appellerai l'option britannique : faire de l'Union européenne une union principalement économique, avec la libre circulation des biens, des services et des personnes, mais sans super-Etat ou super-gouvernement.

Pour les souverainistes, cette vision atteindrait leur objectif principal, qui est le maintien de la souveraineté nationale. Pour ceux qui caressent encore le rêve fédéraliste, ils pourraient voir cette vision comme une concession à la réalité, une courte pause dans la grande marche inévitable de l'histoire qui permet à tout le monde de respirer.

Et pour les européens, ils auraient enfin une Europe qui répond à leurs attentes, qui leur donne plus de prospérité tout en respectant leur identité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eric ADAM CVD
- 01/06/2014 - 13:56
Que de poncifs sectaires et irréalistes!
Cette présentatio est parfaitement absurde...
76% des Français, 65% des Européens veulent plus d'EUROPE et non moins d'Europe.
Ce qui est rejeté, c'est l'Europe des Clans et des Sectes non démocratiques (et pour cause!) Les Citoyens Européens, contrairement aux Dirigents indignes des Etats et de la Commission, sont prèts pour une Fédératio ou une Confédération, voire une UNION Communaitaire, bienplus large qu'une collaboration économique.
Mais ce qui importe, c'est la manière de concevoir la Démocratie et le RASSEMBLEMENT des Peuples, dans une vaste SOUVERAINETÉ des Citoyens.
Si les ETATS se dotent au préalable de Constitutions identiques, fondées sur les vrais principesDémocratiques respectant les volontés de leurs Peuples sans Exclusive, alors rien ne les gène quant au rassemblement, au féderalisme même.
Commençons par nous doter ici, en France, d'une Constitution Démocratique rejetant la confiscation de la Souveraineté Populaire au seul profit des Partis Sectaires qui se gavent entre eux au détriment des Citoyens et de leurs Intérêts, et vous verrez que nous retrouverons NOTRE GRANDEUR perdue et que nous seron un exemple que les Peuples Européens voudront suivre!
Eric ADAM
cloette
- 30/05/2014 - 22:57
La difference
Entre les États fédéraux des USA et l'Europe c'est la langue !
En plus des mentalités déjà différentes à l'intérieur d'un même pays, ( Lillois Marseillais, ou Turinois et Napolitain voire Romain, )
Les liens sont historiques, culturels, nul besoin d'Europe pour les renforcer, ce n'est pas par la contrainte ou l'utile qu'on tisse des liens, cette Europe est devenue un truc informe !
2bout
- 30/05/2014 - 15:41
Mr Gobry,
On peut exposer ses idées sans déformer la réalité : L’Allemagne a un solde créditeur au budget européen.