En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Speed

Un débit annoncé mille fois plus rapide que la 4G : les pCell peuvent-ils révolutionner l'accès internet sur le mobile ?

Publié le 28 avril 2014
Oubliez la 4G ! Une nouvelle technologie pourrait permettre de multiplier la vitesse de débit par mille. Encore faut-il que cette innovation tienne ses promesses et que les utilisateurs trouvent une vraie utilité à cette vitesse.
Titulaire d’un Master 2 en Communication et Marketing des entreprises, Adrien Serres a travaillé 10 ans en agence de publicité en tant que créatif comme Directeur Artistique. Il a créé en 2010 Wazapp, une agence conseil en communication et développement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Serres
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d’un Master 2 en Communication et Marketing des entreprises, Adrien Serres a travaillé 10 ans en agence de publicité en tant que créatif comme Directeur Artistique. Il a créé en 2010 Wazapp, une agence conseil en communication et développement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oubliez la 4G ! Une nouvelle technologie pourrait permettre de multiplier la vitesse de débit par mille. Encore faut-il que cette innovation tienne ses promesses et que les utilisateurs trouvent une vraie utilité à cette vitesse.

Atlantico : La start-up Artemis propose une nouvelle technologie censée révolutionner la téléphonie mobile – les pCell – qui pourrait, selon les dirigeants, offrir une vitesse potentielle mille fois supérieure à la 4G. Pouvez-vous nous décrire en quelques mots le principe de cette technologie ? Cela vous paraît-il crédible, et transférable dans la téléphonie "grand public"  ?

Adrien Serres : Avec l’augmentation du taux d’équipement de terminaux mobile (smartphone et tablettes), la demande d’accès aux données avec un débit de plus en plus supérieur se fait sentir et atteindra peut être bientôt ses limites.

Cette limite se concrétise lorsque dans un espace restreint et dense en équipement (un stade ou une ville par exemple) la demande est supérieure à la capacité de l’antenne. Ce qui entraine une saturation du réseau et un débit très faible, voire nul pour de nombreux utilisateurs.

La technologie pCell mise au point par la start-up Artemis est une disruption par rapport à ce qui existe en terme de diffusion de données cellulaires puisqu’au lieu d’avoir au centre une antenne qui diffuse le signal et des téléphones qui ne font que recevoir, les pCell installées à proximité mais aussi dans chaque smartphones et tablettes se transforment en relais de diffusion de signal démultipliant le débit. Cela permet aux mobile d’obtenir 4 barres en réception permanente avec un débit bien supérieur à l’actuelle 4G.

L’utilisation de cette technologie pour le grand public est possible mais pas à court terme, car cela dépendra des acteurs des télécommunications et des constructeurs de smartphone. Mais aussi et surtout du coût puisque les opérateurs ont déjà dépensé une fortune en antennes relais pour passer à la 4G…

Quel serait l'intérêt pour le consommateur de se retrouver avec une technologie très largement supérieure à la 4G actuellement proposée ? Cela peut-il changer notre approche de l'usage du mobile ou juste la rapidité d'utilisation ? Quelles peuvent être ainsi les nouveaux types d'applications qui pourrait apparaître ?

L’avènement de la 4G permet désormais de consommer confortablement des données sur son mobile avec des débits réels moyens descendants mesurés aux alentours de 30 Mbit/s et des débits montants moyens compris entre 6 et 8 Mbit/s.

Avec des débits annoncés autour du gigabit par seconde pour les pCell ou la futur technologie utilisée pour la 5G, il sera possible de télécharger sur son smarphone ou tablette un film de 2h en 1 à 2 secondes…(ce qui donnera encore plus de soucis à l’industrie du cinéma entre autre).

L’impact d’une telle technologie se ressentira dans de nombreux secteurs comme la santé (diagnostic automatique ou distant, chirurgie et médication commandées à distance), le travail (télétravail), le divertissement (pour les films en très haute résolution et les jeux en ligne), le déploiement d'objets communicants et senseurs du e-commerce, la sécurité (télé-protection, gestion des flux de personnes, véhicules connectés, denrées, biens et services en temps réel...), l'éducation et l'accès à l'information.

Mais toutes ces ondes électromagnétiques, antennes et relais et pourront aussi avoir un impact sur l’environnement et la santé humaine qu’il faudra aussi régler.

Le secteur mobile français a déjà difficilement négocié le virage de la 4G et reste assez discrèt sur la 5G. D'ici combien de temps cette nouvelle technologie encore plus évoluée pourrait-elle être disponible en France ?

Cette technologie pourrait bien être utilisée dans le futur pour la "5G" qui n’a pas encore officiellement été définie ni annoncée, même si tous les grands opérateurs du secteur des télécommunications s'intéressent au sujet ainsi que de grandes institutions comme l’union Européenne et de nombreux États. L’UE a par ailleurs lancé un programme ambitieux de financement de plus de 700 millions d’euros de recherche sur la période 2014-2020. Elle ne souhaite pas rater le coche cette fois ci ! La Corée du Sud, pays leader dans la 4G va investir plus d’1 milliard pour la mise en place de la 5G d’ici 2020.

Comme la 4G, l’accès à la 5G dépendra beaucoup de nos opérateurs et des nombreux défis technologiques à relever. Il subsiste encore des zones en France et en Europe où l’on n’a pas accès à la 3G, espérons que d’ici 2020 toute la France sera couverte en 4G pour passer à la 5G et surfer à plus d’un gigabit par seconde !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Corée du Sud, 4G, 5g, pCell, gigabit
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LouisArmandCremet
- 28/04/2014 - 18:04
Autonomie ?
Il y a une question importante qui n'est pas soulevée dans l'article, c'est celle de la consommation en énergie.
Pour rappel, l'émission est beaucoup plus coûteuse en terme d'énergie que la réception. Lors de la navigation internet normal, il y a un peu d'émission pour beaucoup de réception (données de navigation + échanges du protocol connecté TCP). Et c'est ce qui consomme déjà le plus.
Relayer le signal vers les autres mobiles implique une émission importante de signal et de façon pas contrôlée (aujourd'hui pas de navigation => moins de conso d'énergie). Ceci aura un impact non négligeable sur l'autonomie des petites batteries de nos smartphone, qui sont déjà sous dimensionnées pour l'usage qu'on en fait et qu'il le seront encore beaucoup plus avec cet techno !
bluetooth4
- 28/04/2014 - 17:53
recomandation aux lecteurs
Allez lire le descriptif de la technologie sur le site de la startup car c'est beaucoup plus précis que ce que dis cet article.

Sinon, pour ceux qui se plaigne des débits des technologies actuelle, ce n'est pas un problème de la technologie en elle même mais un problème du socialisme français...

Unhappy taxpayer
- 28/04/2014 - 16:48
Et la 2G, c'est pour quand ?
Trop drôle, à pleurer !

A 10km du centre de Lille, en pleine banlieue, à 2 bornes de la grande fac sciences et techniques, on ne dispose que de la 2G filaire pour Internet, sans même la TV (obligation d'avoir une parabole sat), le maire du coin, très au fait des nouvelles technologies du haut de ses 82 ans !!! a même réussi à bloquer l'installation d'une antenne 3G dans le patelin !

Alors, continuez à discuter de la 4G, de la 5G, la 12G si vous voulez mais s'il vous plait, faites le en silence ou déplacez votre derche en dehors des centre ville où les privilégiés ont déjà tout 3G, maintenant 4G, la fibre à 100M, pour le même prix d'abonnement que le mien !