En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

06.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 21 min 55 sec
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 4 heures 19 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 5 heures 9 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 5 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 6 heures 22 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 8 heures 3 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : les entreprises françaises sont plus gênées par la peur de l’épidémie que par l’épidémie elle-même...

il y a 9 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 1 heure 11 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 4 heures 56 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 5 heures 16 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 5 heures 57 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Il ne faut surtout pas faire trop de bruit

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Economie
Menace pour l'emploi

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

il y a 9 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

Petite histoire des gains réels en popularité des remaniements ministériels

Publié le 05 avril 2014
François Hollande a choisi de nommer Manuel Valls Premier ministre à la place de Jean-Marc Ayrault suite aux résultats catastrophiques de la gauche aux dernières élections municipales.
Matthieu Chaigne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Chaigne est co-fondateur du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Il a commencé sa carrière au  pôle politique de TNS SOFRES avant de travailler au sein du groupe Ogilvy à partir de 2008  en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a choisi de nommer Manuel Valls Premier ministre à la place de Jean-Marc Ayrault suite aux résultats catastrophiques de la gauche aux dernières élections municipales.

Et si cela ne changeait rien ?

Indéniablement, le remaniement annoncé par le président de la République a permis de clore la séquence des municipales, abrégeant le supplice médiatique d’une semaine de critiques acerbes à l’encontre du gouvernement.

Mais la nomination de Manuel Valls va t-elle réellement offrir de l’oxygène au président ? En mai 2012, en choisissant Jean-Marc Ayrault, François Hollande avait privilégié le confort d’une relation de confiance aux choix plus tactiques qui s’offraient à lui. Une décision qui l’a laissé nu face au peuple, sans fusible à même de cristalliser la colère des Français. Comme le révèlent les données du baromètre Harris Interactive pour Délits d’Opinion, Jean-Marc Ayrault n’a en réalité jamais réussi à s’extraire de l’ombre portée de François Hollande, suscitant la défiance d’abord parce qu’il était associé au président.

A l’inverse, Manuel Valls dispose de traits d’images bien identifiés ainsi que d’une popularité utile pour occuper l’espace et réduire l’exposition subie de François Hollande. Certes l’étoile des sondages a pâli ces derniers mois. La popularité de Manuel Valls a baissé selon le baromètre Harris Interactive/ Délits d’Opinion pour s’établir à 43% au mois de mars, alors qu’elle culminait à 57% au mois d’octobre. Une érosion principalement à mettre sur le compte d’une double désaffection des sympathisants FN et UMP. Néanmoins, Manuel Valls demeure toujours le ministre le plus populaire de la gauche.

Mais ces atouts permettront-ils au président de redorer son blason ? Une lecture historique des remaniements témoigne de l’impact extrêmement limité de ces derniers. 

Nous sommes en mai 2005. Jacques Chirac, au plus bas dans les sondages, doit impulser une nouvelle étape, après le non au référendum sur l’Europe.

Nommé fin mai en remplacement de Jean-Pierre Raffarin, Dominique de Villepin suscite durant les premiers mois et avant l’épisode du CPE un réel engouement. Mais, dans le même temps, la cote de popularité du président Chirac ne cesse de se dégrader. Crédité de 32% de bonnes intentions en mai 2005 selon TNS Sofres, il tombe à 21% en juillet de la même année. Le renouvellement des têtes dans les ministères ne parvient à masquer l’impuissance d’un président dorénavant sans prises sur le réel.

De même, sous le second quinquennat de François Mitterrand, les changements de Premier ministre témoignent de la même incapacité à infléchir la disgrâce subie. La nomination de Edith Cresson en juin 1991 donne l’impression durant l’été de pouvoir endiguer l’hémorragie qui frappe le président. Mais dès la rentrée de septembre, la popularité de François Mitterrand replonge pour atteindre 31% en décembre 1991. Et la nomination de Pierre Bérégovoy, censée renouer avec l’électorat populaire, n’aura jamais l’effet escompté.

L’analyse des remaniements sous Nicolas Sarkozy, plus limités car ils ne concernaient pas le Premier ministre, ont également démontré les limites de l’exercice. Par exemple, après le remaniement du printemps 2009 et dans la foulée d’une hausse conjoncturelle consécutive aux bons résultats de l’UMP aux élections européennes, le président chute avec 60% de défiance.

Pourquoi les remaniements ne permettent-ils pas d’inverser les tendances ?  

D’abord parce que changer les hommes sans changer la politique limite l’efficacité de ces mercatos. Certes, ces dernières semaines la lecture des sondages a pu laisser entendre que la demande de remaniement était  importante : 79% des Français le souhaitaient selon un sondage BVA, réalisé dans l’entre deux tours des municipales. Néanmoins, dans les détails, le souhait était majoritaire, mais d’une courte tête (51%) parmi les sympathisants de gauche tandis que la demande de remaniement, majoritaire chez les sympathisants de droite semblait avant tout exprimer la défiance envers l’exécutif.

Car au fond d’eux-mêmes, une majorité de sondés, 68% selon une enquête Opinion Way, estiment qu’un remaniement n’aurait aucun effet sur la reprise économique. En réalité, le jeu de chaises musicales laisse profondément sceptiques des Français totalement blasés quant aux possibles effets positifs à attendre. Ainsi, 59% des Français estiment  selon l’IFOP que Manuel Valls ne fera ni mieux ni moins bien que le gouvernement précédent contre 33% d’un avis contraire.

Alors, le Premier ministre peut bien-sûr surprendre, profiter du soutien du peuple de gauche et de la neutralité bienveillante de celui de droite. Mais l’espoir que ce succès valorise le président par effet de halo paraît bien ténu, tant l’autorité et la popularité de l’un s’est précisément construite en contrepoint de la faiblesse perçue de l’autre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
g16
- 02/04/2014 - 17:34
Le curseur Valls
Est totalement anéanti par la promotion de Benoît Hamon qui il faut le rappeller est anti Européen, bonne idée pour la promotion des Socialistes aux Européennes.
Et garder Taubira à titre conservatoire, elle à vocation a entretenir la haine de ceux qui manifestent gentiment dans la rue avec femme et enfants, pour se faire arrêter pire que des délinquants.
Valls, c'est bien; Ségolène c'est très acceptable, Fabius et Le Drian, il fallait bien les garder Le Foll et Montebourg, ça passe ainsi que Mme Touraine, mais pour faire un remaniement, les électeurs auraient bien voulu y voir de nouvelles tête sans que ce soit des copains comme Rebsamen.
jurgio
- 02/04/2014 - 14:59
La prime à la nullité
Toutou Reine des Sports, Lebranchu difficile à débrancher, Philipette, celle qui ne fait du bruit que quand... Hamon est monté d'un cran (Ah ! mon Dieu !) Montebourg, le bourre-pif du patronat, l'ancien porte-parole Bielle cassée, qui maintenant nage à vau-l'eau (hommage à l'incompétence) Mégolène pour assainir l'air ambiant ?, l'inénarrable Docteur Bira, scotchée au ban des demandeurs, Cazeneuve, un vieux copain de nouveau à caser, et tandis que le nouvel ami François Reb s'amène, on garde l'incunable Sapin pour la fin, évidemment (il sera bien sec). Objectif : obtenir le prix Pinder-alliés
trapanel
- 02/04/2014 - 13:06
Il est trop tard pour la plupart des ministres...
Depuis Sarkosy, les ministres, y compris le premier d'entre eux,ne sont que des collaborateurs du président...Le fusible ne sert plus à rien...tout le sait .Et puis, ce nouveau gouvernement: on prend les mêmes et on recommence...
Comme prévu par la constitution, Hollande est le seul à donner le cap, donc en première ligne et c'est tant mieux ...cela nous évitera les changements ministériels bidons , qui coutent cher et qui ne servent à rien.