En direct
Best of
Best Of
En direct
Grand large
Voyage sur mesure à Chicago : immersion musicale
Publié le 08 mars 2014
Clubs de jazz, concerts de musique classique, festival de renommée internationale… A Chicago la musique est reine, et le thème parfait d’une immersion réussie.
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clubs de jazz, concerts de musique classique, festival de renommée internationale… A Chicago la musique est reine, et le thème parfait d’une immersion réussie.

Pour en savoir plus sur Chicago, rendez-vous sur le site de Peplum

Il est huit heures du soir. On sort de table. On mange tôt à Chicago. La ville scintille d'enseignes lumineuses plus ou moins engageantes. Que faire ? On se trouve tout de même dans l'un des berceaux du jazz. C'est là qu'apparaît le mot, en 1916. On se lance à la recherche d'un club typique où protéger ses oreilles du tohu-bohu urbain. Un bruit de sirène en chasse un autre, et ainsi de suite, jusqu'à ce que l'on trouve refuge dans un intérieur bondé. Bienvenu aux États-Unis, ou plutôt, welcome to the windy city, baby !

Rendez-vous au Green Mill. Rien que sa devanture vert forêt augure un voyage dans le temps. Le bar et les chaises sont en bois vernis ; les canapés, en cuir beige ; les moulures, en acajou ; et les clients, aux anges. Dans ce décor on ne peut plus authentique, de petites tables rondes bordent une scène peuplée de musiciens. Ici, c'est toujours l'heure du live. On imagine sous les mêmes projecteurs The Mighty Blue Kings chantant pour la première fois « Meet me in Uptown », en 1907. Et dire que l'on peut encore venir écouter Patricia Barber interpréter ses tubes jusqu'à l'aube. Contrairement à la plupart des établissements américains, le Green Mill, entre autres clubs, ferme très tard, c'est-à-dire après deux heures du matin.

Pourtant, le jazz ne vient-il pas de la Nouvelle-Orléans ? Explications de comptoir : le genre peut-être, mais le mot, non. Sportif à l'origine, le terme aurait été employé pour la première fois par le Chicago Herald pour qualifier la musique d'un joueur de baseball. Si Louis Amstrong l'adopta immédiatement, Duke Ellignton lui préférait l'appellation Negro music. Il dut longtemps rivaliser avec les synonymes de ratonia, syncopep, crecut, Amerimusic, jarb avant de s'imposer définitivement dans le milieu musical. Autre concurrent : le middle jazz, plus connu à présent sous le nom de swing, qui se développe parallèlement dans des orchestres de plus grande envergure. C'est l'ère des big bands, l'ère des grands airs de Charlie Parker à Kid Ory, en passant par Jelly Roll Morton, Kennie Clarke, Miles Davis... Un joyeux bazar encore dans le vent, fort heureusement.

 

Impossible de se lever du mauvais pied au sortir d'une atmosphère si bon enfant. Plein d'entrain, en plein air, sur la vaste pelouse du Millenium Park, on savoure un concert de musique classique. Gratuit pour les passants qui contemplent la scène en surplomb ; payant pour les privilégiés assis dans la fosse. Confortablement installé au premier rang, on ne perd pas une miette de ce qui se passe alentour. On lève la tête... Ah ça y est, quelques gouttes tombées du ciel. Les plus courageux sortent les parapluies, tandis que les plus frileux lèvent les voiles. L'occasion pour le public supérieur de rejoindre les rangées désertées. On reviendra en été, c'est plus sûr.

D'ailleurs c'est aussi au Millenium Park qu'a lieu, chaque année, en août, l'un des plus grands festivals de musique des États-Unis. Généralement, le parc est tellement comble que ses deux attractions principales en deviennent presque inaccessibles. On tente de se frayer un chemin dans la foule pour aller voir « The Bean » cet énorme haricot où se reflète qui s'en approche. De même, il arrive que l'eau jaillissant des visages-fontaines où se baignent traditionnellement les enfants soit coupée afin de faciliter la circulation des festivaliers. C'est ainsi que commence Lollapalooza, dans l'effervescence la plus totale. 

On y retrouve des artistes de tous horizons, pop, rock, électro, country. Son éclectisme l'honore comparé à l'Ultra Music Festival, par exemple, son rival floridien spécialisé dans la house et la techno. À l'affiche, cette année, The Phoenix, The Cure, New Order, Steve Aoki, Lana Del Rey, entre autres, autant d'artistes de renommée internationale venus bercer les oreilles de fans et de néophytes.


Juste en face du Millenium Park, une statue de taureau aux cornes vermeil. C'est grâce à elle qu'étudiants et chercheurs retrouvent, bien souvent, le chemin de la Public Library. On y vient pour travailler, discuter et parfois même écouter de la musique. En effet, bien des lectures au programme de cette institution s'accompagnent d'interludes sonores. On monte les escaliers en marbre pour découvrir une vaste salle toute de bois ornée. Une allée de tomettes s'étire le long des rangées de studieux lecteurs, en parfaite harmonie avec les fresques pastels parcourant le plafond doré. Des fenêtres de style roman laissent abondamment passer la lumière naturelle qui, conjuguée à l'éclairage d'une vingtaine de lustres, empêche de s'abîmer la vue ; car il faut garder les yeux grand ouverts pour pouvoir visiter le reste de la ville. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harry Tmétic
- 08/03/2014 - 19:29
Superbe ville avec un climat sympa.
En bordure de mer... parce que le lac Michigan, c'est 100 fois le lac Leman. Bon, je ne bosse pas dans le tourisme, mais l'Illinois... Avec le jazz en plus.