En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 58 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 11 heures 3 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 59 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 30 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 12 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 10 heures 32 sec
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 15 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 56 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 11 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 34 min
Sortie de secours

Ukraine : la Russie avance ses pions, les Occidentaux toujours à la recherche d'une solution diplomatique

Publié le 03 mars 2014
Lundi soir débutait la troisième réunion du Conseil de sécurité de l'ONU concernant la crise en Ukraine. Cette demande a été faite par la Russie dont l'ambassadeur a expliqué la position de son pays.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi soir débutait la troisième réunion du Conseil de sécurité de l'ONU concernant la crise en Ukraine. Cette demande a été faite par la Russie dont l'ambassadeur a expliqué la position de son pays.

La crise en Ukraine est toujours aussi profonde ce lundi. Alors que les Occidentaux sont à la recherche d'une solution diplomatique, la Russie a soufflé le chaud et le froid. 300 manifestants pro-russes ont pris d'assaut dans l'après-midi l'administration régionale de Donetsk (est de l'Ukraine), fief du président déchu Viktor Ianoukovitch. Une action soutenue par les Russes. 

Puis dans l'après-midi, selon un responsable du ministère ukrainien de la Défense, la flotte russe de la mer Noire a sommé les forces ukrainiennes présentes en Crimée de se rendre avant 5h00 mardi. "L'ultimatum est le suivant : reconnaître les nouvelles autorités (pro-russes) en Crimée, déposer les armes et s'en aller, ou être prêt à subir un assaut", a dit Vladislav Seleznev. Le ministère de la Défense russe n'a pas confirmé l'information donnée par Interfax. 

Quelques heures plus tard, Sergueï Narychkine, le président de la chambre basse du Parlement russe (Douma) a tenu à rassurer l'ensemble des acteurs de cette crise disant qu'une intervention militaire n'était "pas nécessaire pour le moment". "La décision prise par le Conseil de la Fédération nous donne ce droit, et nous pouvons l'utiliser si nécessaire, mais ce n'est pas nécessaire pour le moment" a-t-il indiqué.

De leur côté, les Occidentaux cherchent des pistes pour faire cesser la crise. Des diplomates ont affirmé ce lundi qu'une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU avait lieu sur la situation actuelle. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a d'ailleurs appelé lundi à garantir "l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", exhortant la Russie à "s'abstenir de tout acte qui pourrait mener à une nouvelle escalade". En déplacement à Kiev, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a mis en garde la Russie sur le "prix à payer" pour son action en Ukraine.

A LIRE AUSSI - Ukraine : vues de Russie, les images de la crise racontent une toute autre histoire

Présent à Genève, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères a dénoncé lundi les menaces de "sanctions" et de "boycottage" et justifié l'action de la Russie en Ukraine. Actuellement 6 000 soldats russes sont déployés en Crimée. Des observateurs de l'OSCE (Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe) devaient se rendre lundi soir en Ukraine, pour "établir des faits neutres et une évaluation concrète de la situation sur le terrain", a annoncé la secrétaire d'État adjointe américaine pour l'Europe, Victoria Nuland. L'envoi d'une mission de l'organisation internationale, réclamée par les Etats-Unis, doit toutefois encore être décidée. En fin d'après-midi lundi, Laurent Fabius a annoncé que des mesures ciblées contre la Russie pourraient être prises s'il n'y avait pas de "désescalade" en Ukraine.

L'UE, dont les ministres des Affaires étrangères se sont réunis lundi pour trouver une position commune sur l'Ukraine, a menacé lundi de remettre en cause ses relations avec la Russie en l'absence de "désescalade". Elle a aussi demandé à la Russie de "rappeler ses troupes et d'entamer le dialogue". 

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) doit de son côté arriver mardi à Kiev pour discuter d'un plan d'aide avec les nouvelles autorités qui ont requis l'assistance financière de l'institution. La crise est loin d'être terminée.

De leurs côté, Les Etats-Unis réfléchissent à un "large éventail de sanctions". La porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki évoque la possibilité de mesures punitives contre des personnes morales et physiques russes. L'OTAN a annoncé une nouvelle réunion mardi à la demande de la Pologne. Varsovie a invoqué l'article 4 du Traité de l'Otan, qui prévoit que les 28 pays membres se consulteront "chaque fois que, de l'avis de l'une d'elles, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties sera menacée". La réunion se tiendra de nouveau au niveau des ambassadeurs, et non des ministres. 

Le Conseil de sécurité de l'ONU entame une troisième réunion consacrée à la crise en Ukraine. Elle a été convoquée à la demande de la Russie. L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a déclaré dès son arrivée au Conseil qu'il allait "expliquer en détails la position de la fédération de Russie". 

L'ambassadeur russe devant le Conseil de sécurité de l'ONU a déclaré que Ianoukovitch a demandé à l'armée russe de rétablir l'ordre. Vitali Tchourkine a cité un "message" en ce sens adressé à Vladimir Poutine dans lequel Victor Ianoukovitch,  affirme que "l'Ukraine est au bord de la guerre civile".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires