En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© REUTERS/Gleb Garanich
Nouveau départ

Ukraine : le pro-européen Arseni Iatseniouk nommé Premier ministre

Publié le 26 février 2014
Membre du parti de Ioulia Timochenko, il a déjà été ministre de l’Economie et des Affaires étrangères.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre du parti de Ioulia Timochenko, il a déjà été ministre de l’Economie et des Affaires étrangères.

Alors que l’attente se faisait insistante, le conseil du Maïdan, regroupant les leaders politiques de la contestation ukrainienne, a dévoilé le nouveau gouvernement ce mercredi. Ainsi, le pro-européen Arseni Iatseniouk a été choisi comme Premier ministre et chef du gouvernement d’union nationale. A 39 ans, ce membre du parti de Ioulia Timochenko, a déjà été ministre de l’Economie et des Affaires étrangères. Son rôle risque d’être particulièrement difficile puisqu’il va devoir empêcher l’Ukraine de sombrer économiquement.

En outre, il va devoir gérer les tendances séparatistes dans le sud du pays, notamment en Crimée avec une population plus proche de la Russie. Par ailleurs, près de 5000 personnes se sont réunies devant le parlement de Crimée à Simféropol, entre manifestants pro-russes et Tatars, la communauté musulmane.
En outre, la Russie a décidé de renforcer la protection de sa flotte dans la mer Noire et ordonné une inspection surprise des troupes militaires de l’Ouest, près de l’Ukraine. Vladimir Poutine ne s’est toujours pas exprimé sur ce sujet.

Pour rappel, l’Ukraine a besoin d’une aide de 35 milliards de dollars dans les deux années à venir, selon le ministre des Finances par intérim. La Russie a menacé de ne pas verser le solde du prêt prévu. Le pays a par ailleurs réclamé « un mandat d’arrêt international » contre Viktor Ianoukovitch qui est poursuivi pour meurtres de masse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires