Cercle vicieux
La vie plus chère pour les plus pauvres
Publié le 14 mai 2011
Martin Hirsch lance son nouveau combat contre les « dépenses obligatoires » qui prennent trop de place dans le budget des plus pauvres.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Martin Hirsch lance son nouveau combat contre les « dépenses obligatoires » qui prennent trop de place dans le budget des plus pauvres.

Selon le Boston Consulting Group (BCG) auquel le groupe de réflexion de Martin Hirsch, ancien président d'Emmaüs, a fait appel, la vie des plus pauvres est toujours plus chère que celle des classes moyennes.

Les « dépenses obligatoires » - forfait téléphonique, crédit, voiture, logement, alimentation, etc... - coûtent plus chères au 3,5 millions de personnes vivant avec moins de 989€ par mois et prennent une part plus importante dans leurs budgets.

Pour faire simple, toujours selon BCG, avec 989€ par mois, on n'obtient pas de crédit – ou à des taux très élevés - auprès des banques et il est impossible d'épargner. Se priver de voiture, c'est se priver l'accès à certaines grandes surfaces de hard discount pratiquant des tarifs de 20 à 30% plus intéressants. Pour une famille sans voiture avec seulement 989€ par mois, l'alimentation revient 11% plus chère que pour une famille plus aisée.

Les remèdes

Les forfaits téléphoniques par exemple prennent une part beaucoup trop importante dans les budgets les plus modestes. Emmaüs Défi, SFR et la ville de Paris ont établit un partenariat qui propose des tarifs adaptés pour ceux qui n'ont pas assez de moyens.
De la même façon, Danone commence à mettre en place en France les même modèles de réduction sur le lait pour les familles les plus pauvres sans discrimination : des coupons de réduction à utiliser en grande surface.

Martin Hirsch avec son groupe de réflexion est en partie à l'origine de ces projets. Pour lui : "On a perdu dix ans sur ce sujet. On peut encore attendre deux ou trois ans pour que ça marche !"


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
texarkana
- 15/05/2011 - 15:10
Hirsch a oublié..
...l'iPoD, l'écran plat "home cinema" et les fringues de marque, dont il serait
discriminant de priver les pauvres.
PASCONTENT
- 15/05/2011 - 12:44
OK, mais
Aider les pauvres . d'accord, mais seulement celles et ceux qui le méritent . Si on refuse 3 emplois qu'on reste dans ses difficultés on ne mérite pas le RSA. Et de l'aide oui ,mais aux français pas à n'importe qui comme c'est le cas actuellement. ça devient grave :savez vous que des d'européens de pays proches viennent se réfugier en France pour percevoir des aides , refusant le travail.
zen aztec
- 15/05/2011 - 10:43
Pfff...
Et l'abonnement à c+,pas classé dans les dépenses obligatoires?