En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Sous surveillance
Espionnage : quand Apple, Twitter, Facebook & Cie en appellent à Obama
Publié le 09 décembre 2013
Dans une lettre ouverte, huit géants de l'Internet ont demandé ce lundi plus de transparence au président américain en matière de pratiques de surveillance.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une lettre ouverte, huit géants de l'Internet ont demandé ce lundi plus de transparence au président américain en matière de pratiques de surveillance.

L'affaire Snowden a laissé des traces et pas seulement en dehors des Etats-Unis. En effet, les révélations de l'ancien consultant de la NSA ont aussi touché les géants du web. Leurs clients se méfiant de plus en plus des conditions d'utilisation. C'est pourquoi ce lundi Microsoft, Google, Apple, Facebook, LinkedIn, Yahoo!, AOL et Twitter ont publiquement demandé à Barack Obama d'encadrer le plus rapidement possible les pratiques de surveillance. "Nous comprenons que les gouvernements ont le devoir de protéger leurs citoyens. Mais les révélations de cet été ont mis en lumière le besoin urgent de réformer les pratiques gouvernementales de surveillance dans le monde", écrivent ces huit grands groupes américains dans une lettre ouverte au président américain et aux membres du Congrès mise en ligne sur http://reformgovernmentsurveillance.com  et relayée par le Daily Mail

"Nous sommes concentrés sur la sécurisation des données de nos utilisateurs - en déployant les technologies de cryptologie ultimes pour empêcher toute surveillance non-autorisée de nos réseaux" et en passant au crible les requêtes gouvernementales concernant des données utilisateurs "pour s'assurer qu'elles sont légales et sensées dans leur portée", écrivent encore ces grands groupes de l'Internet. Une requête qui intervient donc après les révélations de l'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden.

Pour rappel, celui-ci a apporté la preuve que la NSA pouvait décoder certains systèmes de chiffrement, un procédé sur lequel sont basées de nombreuses solutions de sécurité informatique. Il a aussi affirmé que des entreprises américaines auraient "coopéré" avec la NSA en lui fournissant des "points d'entrée" dans leurs logiciels informatiques, ou en livrant des informations sur leurs utilisateurs. "Dans de nombreux pays, la balance a trop penché en faveur de l'Etat et s'est éloignée des droits des individus - des droits qui sont garantis par la Constitution. Ceci met en danger les libertés que nous chérissons tous. Cela doit changer", indiquent encore Twitter, Facebook et les autres entreprises.

En guise de réclamations, ces grands groupes demandent au gouvernement américain de "les autoriser à publier le nombre et la nature des requêtes gouvernementales concernant des informations sur des utilisateurs", et de "limiter leur surveillance à des utilisateurs précis, sur la base de raisons légales, et ne de pas collecter en vrac des masses de données de communications". Ils estiment en outre que les agences de sécurité à la recherche d'informations "doivent le faire dans un cadre légal clair", et que tout doit être fait pour éviter les "conflits" entre pays, prenant par exemple la forme d'un Traité d'assistance judiciaire mutuelle lors de demande d'informations entre différentes juridictions. La balle est dans le camp de Barack Obama. Reste à savoir ce qu'il en fera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires