En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Fin de règne
Silvio Berlusconi : juste avant d'être destitué, le Cavaliere évoque "un jour de deuil"
Publié le 27 novembre 2013
L'ex-chef du gouvernement, au cœur de la vie politique italienne depuis 20 ans, a été déchu du Sénat ce mercredi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-chef du gouvernement, au cœur de la vie politique italienne depuis 20 ans, a été déchu du Sénat ce mercredi.

C'est une page de l'histoire politique italienne qui se tourne ce mercredi en Italie. Un pan de l'histoire qui se referme. Après 20 ans de présence, Silvio Berlusconi a dit "arrivederci" à la politique. En effet, l'ex-chef du gouvernement italien a été déchu de son poste de sénateur à la suite d'une condamnation définitive à un an de prison pour fraude fiscale. Le président du Sénat, Pietro Grasso, a fait cette annonce après les rejets par le Sénat, au cours de plusieurs votes successifs, des divers documents visant à contrecarrer la déchéance du Cavaliere.

Juste avant le vote en sa défaveur, le Cavaliere s'est exprimé. Comme toujours, il a joué sur l'émotion : "C'est un jour amer, un jour de deuil", a-t-il déclaré, la main sur le cœur, en sortant saluer ses partisans à Rome. "Aujourd'hui, en vous regardant dans les yeux, je vois que l'émotion n'est pas seulement la mienne mais aussi la vôtre", a-t-il poursuivi, en remerciant les milliers de partisans rassemblés pour le soutenir devant sa résidence romaine. "C'est un jour de deuil pour la loi, le droit, la démocratie. (...) La magistrature communiste a ouvert la route à la conquête du pouvoir par la gauche", a déclaré le grandiloquent Cavaliere en s'indignant d'avoir été l'objet de "57 procès" à son encontre, ce qui lui "a coûté beaucoup d'argent, beaucoup de temps".

"Aucun leader politique n'a jamais subi une persécution comme celle que j'ai vécue", a affirmé l'ex-chef du gouvernement, évoquant même "un peloton d'exécution". "Le dirigeant du centre droit n'est plus sénateur", mais "même sans être parlementaire, on peut continuer à combattre pour notre liberté", a clamé Silvio Berlusconi devant ses partisans. "Je ne me retirerai pas dans un couvent, nous sommes ici, vous êtes ici, nous serons là", a-t-il martelé.

La décision du Sénat n'empêchera pas Silvio Berlusconi de continuer à peser politiquement en Italie. Il restera quoiqu'il arrive à la tête de son parti refondé Forza Italia. Selon des sondages effectués pour son compte, une coalition de droite recueillerait 24% des suffrages en cas d'élections anticipées, "deux points de plus que le centre gauche". Inamovible Cavaliere.

Vu sur : Lu sur L'Express
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires