En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Fin de règne

Silvio Berlusconi : juste avant d'être destitué, le Cavaliere évoque "un jour de deuil"

Publié le 27 novembre 2013
L'ex-chef du gouvernement, au cœur de la vie politique italienne depuis 20 ans, a été déchu du Sénat ce mercredi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-chef du gouvernement, au cœur de la vie politique italienne depuis 20 ans, a été déchu du Sénat ce mercredi.

C'est une page de l'histoire politique italienne qui se tourne ce mercredi en Italie. Un pan de l'histoire qui se referme. Après 20 ans de présence, Silvio Berlusconi a dit "arrivederci" à la politique. En effet, l'ex-chef du gouvernement italien a été déchu de son poste de sénateur à la suite d'une condamnation définitive à un an de prison pour fraude fiscale. Le président du Sénat, Pietro Grasso, a fait cette annonce après les rejets par le Sénat, au cours de plusieurs votes successifs, des divers documents visant à contrecarrer la déchéance du Cavaliere.

Juste avant le vote en sa défaveur, le Cavaliere s'est exprimé. Comme toujours, il a joué sur l'émotion : "C'est un jour amer, un jour de deuil", a-t-il déclaré, la main sur le cœur, en sortant saluer ses partisans à Rome. "Aujourd'hui, en vous regardant dans les yeux, je vois que l'émotion n'est pas seulement la mienne mais aussi la vôtre", a-t-il poursuivi, en remerciant les milliers de partisans rassemblés pour le soutenir devant sa résidence romaine. "C'est un jour de deuil pour la loi, le droit, la démocratie. (...) La magistrature communiste a ouvert la route à la conquête du pouvoir par la gauche", a déclaré le grandiloquent Cavaliere en s'indignant d'avoir été l'objet de "57 procès" à son encontre, ce qui lui "a coûté beaucoup d'argent, beaucoup de temps".

"Aucun leader politique n'a jamais subi une persécution comme celle que j'ai vécue", a affirmé l'ex-chef du gouvernement, évoquant même "un peloton d'exécution". "Le dirigeant du centre droit n'est plus sénateur", mais "même sans être parlementaire, on peut continuer à combattre pour notre liberté", a clamé Silvio Berlusconi devant ses partisans. "Je ne me retirerai pas dans un couvent, nous sommes ici, vous êtes ici, nous serons là", a-t-il martelé.

La décision du Sénat n'empêchera pas Silvio Berlusconi de continuer à peser politiquement en Italie. Il restera quoiqu'il arrive à la tête de son parti refondé Forza Italia. Selon des sondages effectués pour son compte, une coalition de droite recueillerait 24% des suffrages en cas d'élections anticipées, "deux points de plus que le centre gauche". Inamovible Cavaliere.

Vu sur : Lu sur L'Express
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires