En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Faut pas se tuer à la tâche
France : les salariés travaillent en moyenne 39,5 heures par semaine
Publié le 26 juillet 2013
C'est moins que la moyenne des pays de l'UE, selon une étude publiée vendredi par le ministère de l'Emploi. La France se trouve en effet au 21ème rang.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est moins que la moyenne des pays de l'UE, selon une étude publiée vendredi par le ministère de l'Emploi. La France se trouve en effet au 21ème rang.

"Le travail c'est la santé" chantait Henri Salvador. "Travailler c'est trop dur" estimait de son côté Zachary Richard. Qui a raison ? Tout dépend de quel côté on se place. Mais en France la question du temps de travail est largement discutée. A chaque élection, elle est remise sur le tapis. Il y a les partisans d'une augmentation de la durée hebdomadaire de travail et ceux qui cherchent à la réduire. Depuis le mois de janvier 2000, la loi Aubry fixe à 35 heures la durée hebdomadaire de travail pour les salariés français. Mais dans les faits qu'en est-il ?

Selon une étude publiée vendredi par le ministère de l'Emploi, la réalité montre que les Français travaillent plus que ce que prévoit la loi. En effet, les salariés à temps complet travaillaient en moyenne 39,5 heures en semaine normale en 2011. C'est plus que ce que révélait la même enquête en 2003 mais c'est toutefois moins que la moyenne des pays de l'UE.

En clair, la "durée habituelle hebdomadaire" de travail pour une semaine sans événement exceptionnel (jour férié, congé, etc.), incluant les heures supplémentaires régulières, est en France l'une des plus faibles de l'Union européenne. L’Hexagone se retrouve en effet au 21e rang des 27 pays que comptait l'UE en 2011, précise la Direction des études statistique du ministère du Travail (Dares). Entre 2003 et 2011, si ,la durée hebdomadiare de travail a augmenté de 1,7% à 39,5 heures, elle est plus basse que les 40,4 heures en moyenne dans l'UE à 27. Dans le détail socio-professionnel, les cadres affichaient des durées plus longues (44,1 h) que les employés (38,3 h) et les ouvriers (38 h).

A l'inverse, pour les salariés à temps partiel, la durée habituelle de travail est plus longue (à 36,6 heures) en moyenne en France que celle européenne. En tenant compte des jours de congés, fériés et éventuels repos, la "durée collective hebdomadaire" des salariés à temps complet était de 35,8 heures en 2011.

Sur l'ensemble de l'année, leur temps de travail effectif, congés et absences inclus, s'établissait à 1 683 heures ou 213 jours de travail. Pour rappel, elle était d'environ 1 900 heures dans les années 1950. La durée annuelle des cadres était de 1 867 heures bien qu'ils disposent de plus de jours de RTT (11 en moyenne contre 8 pour les employés et 6 pour les ouvriers).

 

Les méthodes de collecte et de classification des données rendent délicates les comparaisons entre pays, notamment des durées annuelles, prévient la Dares dont l'étude s'appuie pour le cas français sur diverses sources (enquêtes trimestrielles et annuelles menées auprès des entreprises et enquête emploi de l'Insee menée en continu auprès des ménages).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
03.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
04.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
07.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires