En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© REUTERS/Heinz-Peter Bader
Micmac dans les airs
Affaire Snowden : imbroglio diplomatique autour de l'avion d'Evo Morales
Publié le 03 juillet 2013
Après le refus de plusieurs pays mardi soir de crainte qu'il ne transporte Edward Snowden, l'Espagne a autorisé mercredi le survol de son territoire et une escale pour l'avion du président bolivien Evo Morales.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le refus de plusieurs pays mardi soir de crainte qu'il ne transporte Edward Snowden, l'Espagne a autorisé mercredi le survol de son territoire et une escale pour l'avion du président bolivien Evo Morales.

C'est une situation abracadabrantesque qui a eu lieu mardi soir. L'affaire Edward Snowden, du nom de cet analyste américain qui a révélé le scandale des écoutes de la NSA, a connu un revirement inattendu. Et particulièrement étrange. En effet, l'avion du président bolivien, en provenance de Moscou, Evo Morales s'est vu refusé le survol d'un bon nombre de territoires. La raison : ces pays craignaient la présence d'Edward Snowden dans l’appareil. Ce qui a entraîné un certain nombre d'incidents diplomatiques entre la Bolivie et les pays européens concernés. Mais ce mercredi, tout est rentré dans l'ordre. L'Espagne a donné son accord pour que l'avion face une escale et un survol de son territoire. Retour sur 24 heures particulièrement agitées.

Venu en Russie pour discuter d'éventuels partenariats économiques avec Vladimir Poutine, le président bolivien Evo Morales prend son avion mardi pour rentrer au pays. Seulement voilà, la Bolivie fait partie des 21 pays à qui Edward Snowden a demandé l'asile politique. Et alors qu'il est dans l'obligation de survoler les territoires européens et de faire escale pour faire le plein, rien ne va se passer comme prévu pour l'avion présidentiel. En effet, tour à tour, ce sont la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal qui refusent tout net le passage aérien de l'appareil d'Evo Morales. La raison : une rumeur fait état de la présence d'Edward Snowden dans l'avion. Ne voulant pas se mettre en porte-à-faux avec les Etats-Unis, ces pays émettent donc des fins de non recevoir. Une situation tout à fait exceptionnelle qui a failli créer des incidents diplomatiques majeurs.

Finalement, l'avion présidentiel a atterri à Vienne. Evo Morales a ensuite passé la nuit dans un hôtel de la capitale autrichienne. Il a pu repartir ce mercredi matin sans encombre. L'Espagne ayant finalement autorisé le survol de son territoire après avoir pu vérifier qu'Edward Snowden n'était pas présent. "La Bolivie a de nouveau sollicité le survol et une escale et nous le lui avons accordé ce matin", a indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, sans préciser où aurait lieu cette escale. Toutefois la France, suivie du Portugal puis de l'Italie, avait aussi donné leur feu vert pour que l'avion du président bolivien puisse finalement survoler leur territoire, a déclaré depuis l'Autriche le ministre bolivien de la Défense, Ruben Saavedra.

Mais l'imbroglio a été vivement critiqué en Amérique latine. Ainsi, le ministre bolivien des Affaires étrangères, David Choquehuanca a déclaré mardi soir "nous voulons exprimer notre mécontentement, car la vie du Président a été mise en danger". Il a ajouté que "des explications seraient exigées à Lisbonne et Paris" et que "les lois du trafic aérien avaient été violées". Les péripéties du président Morales ont aussi indigné ses alliés dans la région. "C'est un attentat contre la vie du président Morales", a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua, dont le pays est l'un des principaux amis de la Bolivie.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
02.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
05.
Pourquoi le nouvel angle d’attaque d’Emmanuel Macron pour les européennes est bien plus intéressant que le précédent
06.
La République en Marche a-t-elle hérité d’un des pires défauts de la gauche ?
07.
Rassemblement contre l'antisémitisme : le bal des apprentis sorciers
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires