En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Sortie de crise ?
Scandale de la NSA : Obama et Poutine chargent leurs services de trouver un accord au sujet d’Edward Snowden
Publié le 01 juillet 2013
Alors que l’homme par qui le scandale est arrivé se trouve depuis une semaine dans une zone de transit dans un aéroport moscovite, les deux chefs d’Etats ont indiqué à leurs services de sécurité de trouver une issue de crise.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’homme par qui le scandale est arrivé se trouve depuis une semaine dans une zone de transit dans un aéroport moscovite, les deux chefs d’Etats ont indiqué à leurs services de sécurité de trouver une issue de crise.

Pendant que l’Europe crie au scandale de l’espionnage américain et semble tomber des nues, les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine ont chargé leurs services de sécurité, respectivement le FBI et le FSB, de trouver une sortie de conflit qui pollue les relations diplomatiques mondiales.

Sur une chaîne télévisée, Nikolaï Patrouchev, le chef du Conseil de sécurité russe, a indiqué qu’"ils ont chargé le directeur du FSB (Alexandre) Bortnikov et le directeur du FBI (Robert) Mueller d'être en contact permanent et de trouver des solutions".

Si l’ex-consultant n’exclut plus de rentrer aux Etats-Unis, faute de pays d’accueil, Edward Snowden pose tout de même des conditions : éviter l’emprisonnement et conserver sa liberté de parole. Côté français, François Hollande a vivement réagi lors d’un déplacement à Lorient ce lundi et demandé que ces ces pratiques "cessent immédiatement".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
05.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires