En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Suite de l'affaire

Affaire Tapie : Richard dit que Tapie s'est rendu à une réunion à l'Elysée, Sarkozy "furieux"

Publié le 14 juin 2013
La remise en cause de l’arbitrage dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais exaspère au plus haut point l’ancien chef de l’Etat. Bernard Tapie confirme quant à lui la possibilité de s'être rendu à l'Elysée à l'été 2007.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La remise en cause de l’arbitrage dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais exaspère au plus haut point l’ancien chef de l’Etat. Bernard Tapie confirme quant à lui la possibilité de s'être rendu à l'Elysée à l'été 2007.

Alors que l’affaire de l’arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais apporte son lot quotidien de révélations, Nicolas Sarkozy serait « ulcéré » selon son entourage, rapporte europe1.fr. L’ancien président serait furieux que son nom circule -à tort selon lui- dans cette affaire.

Pour se justifier et prouver sa transparence, l’ancien président de la République pointe la « responsabilité » vers Claude Guéant. Son secrétaire général de l’époque à  l’Elysée lui aurait expliqué que le conflit entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais avait déjà à l’époque coûté 20 millions d’euros au contribuable. Et qu’en passant par l’arbitrage les frais seraient ainsi limités. Ce qu’aurait donc accepté Nicolas Sarkozy, sans se soucier des répercussions à venir de cette affaire. L’ex-chef de l’Etat, qui fulmine et rumine, pointe aussi les juges arbitres qui ne lui seraient pas favorables. Parmi ce trio : Pierre Mazeaud, ancien gaulliste qui ne porte pas Nicolas Sarkozy dans son cœur, et Jean-Denis Bredin, avocat étiqueté à gauche.

Par ailleurs ce jeudi après-midi, Stéphane Richard, l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, alors à la tête de Bercy, a indiqué que Bernard Tapie avait assisté à une réunion à l’Elysée en 2007 pour cet arbitrage. Dans un premier temps, l’intéressé a déclaré ne plus s'en souvenir, avant d'indiquer au Figaro : " Étais-je présent, peut-être, s'ils le disent. Il n'y a aucune raison qu'ils mentent".  La réunion aurait eu lieu le 24 ou 25 juillet 2007, six mois avant l’arbitrage.

Pour rappel, Stéphane Richard, l’actuel patron d’Orange, a été mis en examen dans cette affaire tout comme Jean-François Rocchi. Ce dernier était à en 2008, au moment des faits, l'ancien président du Consortium de réalisation (CDR), chargé de gérer le passif du Crédit lyonnais. 403 millions d’euros avaient alors été versés à Bernard Tapie. A noter que Christine Lagarde, la ministre de l’Economie de l’époque, a quant à elle été placée sous le statut de témoin assisté dans l’enquête sur ce litige. Les deux hommes ont été entendus par des juges d’instruction, alors que Christine Lagarde a été entendue par la Cour de justice de la république (CJR) comme le spécifie son statut d’ancienne ministre.

Vu sur : Lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Agnès Saal, condamnée pour des frais de taxi, a été suspendue de sa Légion d'honneur

07.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires